Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Lunch break gone wrong | Lisbeth 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Lunch break gone wrong | Lisbeth

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Keala A. Bailey
général
J'ai posté : 572 messages et j'ai : 54 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicole Anderson et pour finir je crédite : Tak (avatar), Bat'phanie (code signa), Vokora, Solosands & Little liars (icons)

Jeu 23 Mai - 2:36

Lundi 20 mai

Keala était à la fois une solitaire et une sociable. Une solitable. Elle aimait passer du temps seule, rester des heures sur sa console ou son ordinateur sans parler à personne. Mais elle aimait également voir ses amis, sortir dans les bars, prendre des déjeuners. Quand elle avait le temps. En ce moment, et depuis janvier environ, elle avait beaucoup moins de temps. Ou du moins, elle s’en accordait beaucoup moins. La faute à une séparation qui l’avait plongée dans les abîmes des soucis d’argent. Des crédits qui la rattrapent, des factures qui s’entassent.

Mais aujourd’hui, elle était contente, elle devait retrouver Aaron pour déjeuner. Mais si, Aaron, le grand pote de son frère, celui qui l’avait hébergée quelques temps à son arrivée à New York et celui qui avait été appelé à la rescousse lorsqu’elle avait eu besoin de soutien. Ils avaient du mal à s’organiser pour se retrouver de manière régulière. Elle travaillait énormément, elle tentait de passer le plus de temps possible avec Jacob, son petit ami – mais ce n’était pas une grande réussite – et Aaron avait un poste important, ce qui lui donnait des journées plus que remplies également. Alors quand ils s’étaient rendus compte qu’ils avaient une plage horaire commun, ils n’avaient pas hésité pour se booker mutuellement, bloquant l’horaire sur leur agenda respectif.

Elle avait fini sa mission presque à l’heure, cette fois. Seulement dix petites minutes de retard. Une grande première qu’elle devrait marquer dans les annales. La plupart du temps, elle tournait plutôt autour des vingt minutes de retard, minimum. Jacob râlait toujours quand elle arrivait en retard à leurs rendez-vous – car elle arrivait soit très en retard, soit elle n’arrivait pas du tout. Il était contrarié, elle le savait bien. Elle l’était aussi. Elle en souffrait, même, de ne pas pouvoir passer plus de temps avec lui. De ne pas profiter de beaucoup plus de moments à deux, de matinées à traîner dans le lit puis à le regarder faire le petit déjeuner, ou encore de soirées devant la télévision puis d’une nuit pas si reposante que cela – ou du moins pas dans l’immédiat. Mais elle ne pouvait pas faire autrement, pas tant qu’elle n’avait pas trouvé une autre solution sur le long terme – genre gagner au loto ou commencer un trafic d’objets rares « trouvés ».

Elle arriva enfin devant l’immeuble de Vogue et se sentit immédiatement submergée par la prestance des lieux. Elle ne se sentait pas à sa place – et elle ne l’était pas de toute façon. Elle croisait quelques personnes qui semblaient avoir été moulées avec d’autres moules, d’autres matériaux que le commun des mortels. Son regard arrêta finalement de se promener sur tout et n’importe quoi pour se porter directement sur l’accueil, comptoir vers lequel elle s’approche avec un aplomb presque certain. « Bonjour, je viens voir Aaron Carson ! », lance-t-elle joyeusement. Un immense sourire sur ses lèvres qui se perd en voyant le visage fermé de la secrétaire qui ne comprend pas.

Elle pianote sur son clavier, comme pour vérifier qu’elle avait pourtant bien eu l’information. Un soupir s’échappa et elle finit par rétorquer avec nonchalance une réponse à laquelle Keala ne s’attendait vraiment pas. « Comment ça, il est à l’extérieur ? Il m’avait donné rendez-vous… » Mais la secrétaire insistait. Il n’était disponible pour personne. Dans son regard, on voyait bien qu’elle n’était pas vraiment convaincue que la brunette avait un réel rendez-vous avec le PDG des lieux. Cette dernière ne pouvait pas vraiment lui en vouloir non plus, alors elle abdiqua. « C’est pas grave tant pis… », soupira-t-elle en se redressant du comptoir. Elle était un peu contrariée, parce qu’Aaron aurait pu la prévenir de son absence, elle aurait compris et elle aurait eu d’autres plans. Comme par exemple vérifier que Jacob était bel et bien trop occupé pour passer quelques minutes avec elle.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Everybody says that life takes patience
But nobody wants to wait. Everybody says we need salvation, but nobody wants to be saved. The light in the tunnel is just another runaway train. The blue skies we wait on ▬ Are gonna have to come after the rain
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth O. Edern
général
J'ai posté : 2511 messages et j'ai : 689 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Freya Mavor et pour finir je crédite : kozmic blues. (avatar) Astra (sign)

Lun 27 Mai - 13:58
Lunch break gone wrong
— with Keala A. Bailey

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Quatorze fois. Non, quinze. Mince, tu as perdu le compte. Il faut dire que tu fais le chemin si régulièrement dans la journée que tu ne comptes plus. Si tu redoutes le jour de ton accouchement, qui devrait survenir d’ici quelques jours, tu as hâte de ne plus devoir aller cinquante fois par jour au toilette. La personne qui a détaillé la période de grossesse comme idyllique, merveilleuse, bref un épanouissement pour la future maman… n’était qu’un gros mythomane. Créer une vie n’a rien de merveilleux. Il faut redescendre sur terre, à six jours précisément de la date de ton terme, tu te sens très loin de la licorne qui gambade dans la forêt. Tu as peut-être la chance de ne pas être énorme, mais la situation est loin d’être joyeuse. Tu es séparée du père de ta fille à cause d’une histoire de drogue, te retrouvant à vivre seule dans une maison dix fois trop grande pour toi, qui devait être le symbole de cette famille que vous deviez créer à deux. Au lieu du beau tableau familial, tu as le droit au gribouillage d’enfant. L’éclate. Autant dire que le retour à la réalité fait mal, la chute est douloureuse.

Tu te sèches les mains, après les avoir lavé, puis sors des toilettes pour femmes. Tu laisses échapper un soupir, signe que tu es pressée d’en finir avec cette manie. Vivement le jour où tu pourras tenir dans tes bras ta fille, car ce jour là, elle ne pourra plus faire du trampoline sur ta vessie. Il va falloir qu’on t’explique cette habitude qu’on les futurs bébés. Est-ce parce qu’avec leur perception ils assimilent l’organe à un gros coussin moelleux ? Mouai. À mesure des pas que tu fais, tu laisses partir l’agacement. C’est toujours temporaire, sur le moment. En chemin, tu croises quelques collègues qui vont vers les ascenseurs. Elles t’informent qu’elles vont déjeuner. Ah oui, tu avais oublié cette partie. Il faut dire qu’en ce moment, tu as la tête tellement ailleurs que tu pourrais presque oublier de manger. Presque, car très souvent, c’est la petite fille que tu portes dans ton ventre qui sert de rappel. Tu arrives près de l’accueil, et sans le vouloir, tu entends une conversation. Un échange entre la secrétaire et une jeune femme brune, que tu ne discernes pas, comme elle est de dos vis à vis de toi. Elle souhaitait voir Aaron, si tu comprends bien. Étrange, il n’est pas là. Il est parti depuis une bonne heure déjà, pour un rendez-vous en extérieur. Tu t’en souviens, vu que tu as échangé quelques mots avec lui avant qu’il ne s’en aille. Soit. Tu n’es pas son assistante, la personne à l’accueil pourra s’occuper de ça toute seule. Tu fais quelques pas pour retourner dans ton service, mais dès que la jeune femme se détourne de l’accueil, tu cesses ton mouvement. « Keala ? » Dis-tu avec une légère hésitation dans la voix. Il faut dire que ça fait plusieurs années que tu n’as pas vu la jeune femme. Cela date de l’époque où Aaron était toujours à New-York, lors de ses études à Columbia, quand tu n’étais alors qu’au lycée. À ce moment, tu voyais assez souvent Keala. Tu l’as toujours apprécié d’ailleurs. Mais quand le Carson est parti, vous n’avez plus eu aucune raison de vous revoir. Par ailleurs, tu n’aurais peut-être pas supporté sa présence. Elle est liée à Aaron, de part une certaine amitié. Si tu l’avais croisé avant de faire ton deuil, en quelque sorte, tu aurais pu finir encore plus bas que terre. L’eau a coulé sous les ponts désormais. Tu peux sans problème tolérer la présence de la Bailey, avec grand plaisir. « Mais oui, c’est bien toi. Ça alors, ça fait tellement longtemps ! » Des mots adressés à la brune, avec un large sourire sur tes lèvres, tandis que tu reviens sur tes pas pour te rapprocher de l’accueil, et d’elle.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We are young & pretty
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Keala A. Bailey
général
J'ai posté : 572 messages et j'ai : 54 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicole Anderson et pour finir je crédite : Tak (avatar), Bat'phanie (code signa), Vokora, Solosands & Little liars (icons)

Mar 4 Juin - 18:33

Parfois le sort s’acharnait contre une personne. Quand il ne voulait pas faire un timing parfait, il ne voulait pas. Keala pouvait comprendre son ami. Il était le PDG d’un grand groupe, il ne pouvait pas tout le temps adapter son emploi du temps. Les imprévus étaient sûrement nombreux également. Mais, en l’occurrence, c’était elle qui était impactée par ce changement de programme. Elle qui se réjouissait d’un bon repas et d’un moment passé avec lui. Est-ce que c’était ce que ressentait Jacob lorsqu’elle annulait à la dernière minute leurs rendez-vous ? Il fallait vraiment qu’elle s’arrange pour que ça n’arrive plus dans ce cas, parce que c’était vraiment un sentiment terrible.

Elle était sur le point de repartir, lorsqu’elle entendit distinctement son prénom. Il fallait dire qu’il était rare qu’elle confonde avec quelqu’un d’autre. Elle n’avait d’ailleurs jamais rencontré – sur le continent – d’autres personnes répondant au prénom de Keala. Il y aurait une première fois à tout, mais elle était quand même à peu près certaine que la secrétaire, donc le prénom était épinglé sur la poitrine, n’était pas concernée. Alors la brunette se tourne un peu plus et elle croise un visage qu’elle n’avait pas vu depuis longtemps. « Mais… Lisbeth ? C’est bien toi ? » Elle était physionomiste, surtout avec des personnes qu’elle avait côtoyées plus de trente secondes. Et Lisbeth, elle l’avait déjà vue plusieurs fois. Mais c’était il y a longtemps. C’était quand elle était encore en études d’infirmière, avant qu’elle ne décide de partir à Philadelphie pour reprendre sa vie en main. L’amie d’enfance d’Aaron. « Mais ça fait une éternité oui ! Je savais pas que t’étais toujours à New York ! » Elle aurait pu demander des nouvelles à Aaron, mais le temps avait fait son chemin, et parfois efface les souvenirs et fait oublier. C’était un défaut qu’elle avait, mais elle ne se rappelait pas que ça avait été à sens unique.

La brunette détaille la jeune femme et c’est un détail fragrant qui lui saute aux yeux. « Oh wow, beaucoup de choses ont changé… Félicitations, je suppose ! » La preuve qu’elle prenait de l’âge et que les caps se passaient. Des caps que Keala n’avait pas encore franchis et sur lesquels on l’avait parfois interrogée. Souvent interrogée. Et il arrivait que ça soit juste une question récurrente à chaque fois qu’elle voyait certaines personnes. Comme si, arrivé à un certain âge, il fallait avoir coché différentes cases de la vie.

Mais elle s’étonnait de voir Lisbeth ici. New York était quand même une ville conséquente et il était rare de pouvoir dire qu’on avait croisé une connaissance par hasard au coin d’une rue. De même dans un immeuble de bureaux. « Tu travailles chez Vogue aussi ? » qu’elle lui demande, un peu de manière rhétorique. Si elle était là, à se balader tranquillement dans le hall d’entrée sans que personne ne le lui interdise, c’était qu’elle était légèrement liée à l’entreprise, d’une manière ou d’une autre.

La brunette soupire en passant une main dans ses cheveux. Elle a besoin d’expliquer son problème et Lisbeth est une des mieux placées pour savoir de quoi elle parlait. « J’avais rendez-vous avec Aaron pour déjeuner, mais je crois qu’il est un peu trop occupé en ce moment… tant pis je vais aller manger seule ! », soupira-t-elle en fouillant dans son sac pour tenter de calculer le temps qu’il lui faudrait pour arriver sur le lieu de sa mission de l’après-midi pour voir si elle avait le temps de se poser pour appeler Jacob ou non. « T’as déjà mangé au fait ? Si t’as un peu de temps, on peut rattraper les années. » Quitte à ce qu’elles soient deux à ne pas avoir mangé, autant se regrouper. Et puis ça faisait si longtemps qu’il était certain qu’il y avait beaucoup de choses à raconter. Il était clair qu’il était arrivé pas mal à Keala depuis qu’elle avait quitté New York en 2010.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Everybody says that life takes patience
But nobody wants to wait. Everybody says we need salvation, but nobody wants to be saved. The light in the tunnel is just another runaway train. The blue skies we wait on ▬ Are gonna have to come after the rain
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth O. Edern
général
J'ai posté : 2511 messages et j'ai : 689 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Freya Mavor et pour finir je crédite : kozmic blues. (avatar) Astra (sign)

Mer 5 Juin - 15:08
Lunch break gone wrong
— with Keala A. Bailey

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La vie réserve de sacrée surprise parfois. Lors d’une journée ordinaire comme celle-ci, où rien ne devrait être différent de la semaine précédente, tu te retrouves presque nez à nez avec un fantôme de ton passé, lors d’un énième aller retour entre ton bureau et les toilettes. Tu vas finir par croire que c’est le lieu pour. L’an dernier, presque à la même époque, c’est Aaron qui est revenu dans ta vie, à ce même étage, dans les locaux de Vogue. Un an après, c’est au tour de Keala, une jeune femme que tu n’as pas vu depuis une bonne dizaine d’année. Si tu étais superstitieuse, tu pourrais déjà faire des pronostics sur l’identité de la personne que tu retrouveras en 2020, mais comme ce n’est pas le cas, ça ne sert à rien d’aller plus loin. « En chair et en os ! » L’amusement est risible dans ta voix. Tu es agréable surprise de voir la jeune femme ici, après tant d’années, que tu peines à le croire. Heureusement que cette dernière te répond, te confirme que c’est bien la réalité. « Et bien si. Je n’ai pas bougé d’ici, comme tu peux le constater. » Il y a bien eu quelques voyages ici et là, mais jamais de vrai déménagement pour vivre ailleurs. Ta vie es à New-York, et tu ne comptes pas changer ce détail. Même si cette ville est liée à de mauvais souvenirs, les bons sont plus forts. Tu aimes cet endroit, tu ne le quitterais pour rien au monde. Tes racines sont peut-être en Autriche, mais tes pieds sont bien ancrés dans le goudron de la Grosse Pomme. Le regard de la Bailey glisse doucement vers ton ventre, qui ne passe plus inaperçu, à quelques jours de ton terme officiel. Tu constates en direct la surprise dans son regard, en même temps qu’elle comprend ton état. Cette réaction te fait sourire, t’arrache même un rire, amusé par cette animation. « Oui, je ne peux plus me cacher derrière l’excuse des chocolats de Pâques à ce stade. Merci beaucoup. » Ta main qui glisse sur le tissu de ton vêtement, pour caresser ton ventre arrondi. Une petite fille s’y cache, pendant encore quelques jours, si tout se passe bien. Il ne reste plus longtemps à attendre. Dire que ça fait déjà neuf mois qu’elle est là, bien à l’abri des regards. Les choses ont beaucoup changé depuis cet été. C’est comme si ta vie s’était installée dans des montagnes russes. Tantôt en haut du manège, tantôt dans une chute libre, à faire hurler de peur. Tu as eu des moments de joie, entre le voyage en Finlande avec Daniel, sa demande en mariage si émouvante… mais aussi de véritables angoisses, avec l’acharnement de SOS sur ta personne, ses accusations d’infidélités, cette histoire de gémellité avec Gabriel, et plus récemment, ta rupture avec Daniel, à cause de son addiction à la drogue, depuis de nombreuses années. Moins d’un an, et c’est comme si tu avais vécu une vie entière. De quoi te faire tourner la tête. « Oui, je suis rédactrice pour la rubrique mode. Ça fait déjà plus d’un an et demi que je travaille ici. J’ai été embauché après avoir eu mon diplôme. » Il est vrai que ton amitié avec la jeune femme remonte à une bonne dizaine d’année. Et même si à cette époque tu étais déjà passionnée pour ce magazine, ce n’est pas forcément un sujet abordé avec Keala. Aaron l’a toujours su, car vous étiez toujours fourré ensemble, à faire les quatre cent coups, mais ce n’est sûrement pas le cas pour elle. Elle n’a pas eu à subir tes lectures, tes commentaires sur les articles de mode. Comme tu peux t’en douter, si elle se trouve dans les bureaux du journal, c’est pour voir Aaron. À moins de connaître quelqu’un d’autre ici, c’est la seule explication logique. Tu comprends que le directeur général vient de lui poser un lapin, et malgré toi, cette nouvelle te fait sourire. Tu connais assez bien le jeune homme pour savoir que ce comportement n’est pas étonnant. S’il pouvait se marier à son travail, il le ferait. « Il est en rendez-vous à l’extérieur. Je pourrais toujours lui remonter les bretelles quand il reviendra. Lui rappeler que ça ne se fait pas d’oublier une jeune femme, et d’autant plus ne pas la prévenir ! » Même si l’ambiance était glaciale au début, les bonnes habitudes sont revenues. Tu uses de ton franc parler en la présence du Carson, et c’est réciproque. Comme quand vous étiez gosses. « À dire vrai non, je n’ai pas encore été manger. » Une constatation qui te fait doucement rire. On pourrait croire que dans ton état tu ne sautes aucun repas, mais à mesure que la date approche, ton esprit est un peu ailleurs. Sans compter tes problèmes personnels. « J’accepte avec plaisir ! Je récupère juste mes affaires, et j’arrive. » Tu dis cela avec un large sourire aux lèvres, avant de faire volte face, pour aller en direction des bureaux. La distance n’est pas bien longue, si bien qu’en quelques minutes, tu es déjà de retour à l’accueil, avec un gilet sur le bras - au cas où - et dans ton sac dans les mains. « Est-ce que tu as envie de manger quelque chose en particulier ? À part japonais que je dois refuser à cause du poisson cru, je ne suis pas difficile. Et elle non plus. » Dis-tu en désignant d’un regard ton ventre, pour parler de ton bébé.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We are young & pretty
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Keala A. Bailey
général
J'ai posté : 572 messages et j'ai : 54 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicole Anderson et pour finir je crédite : Tak (avatar), Bat'phanie (code signa), Vokora, Solosands & Little liars (icons)

Ven 5 Juil - 18:29

« Incroyable, le monde est si petit ! » Il y avait des gens qu’on perdait de vue. Il y avait ceux qu’on retrouvait parce qu’on les contactait sur un réseau adapté et qu’on prévoyait un rendez-vous. Et puis il y avait ceux qu’on croisait par hasard, même dans une ville de plusieurs millions d’habitants. Il y avait ceux qu’on était contents de ne pas revoir et puis il y avait ceux pour quoi le plaisir était là. Lisbeth faisait partie de ces gens. Keala l’avait bien appréciée quand elles s’étaient vues quelques fois par le passé. Mais Lisbeth n’était pas comme la brunette l’avait laissée, quelques années auparavant. Non, un arrondi venait lui déformer le ventre. Le genre d’arrondi qui laissait peu de doute sur la raison de cette apparition. Elle-même en avait ri, les chocolats de Pâques n’étaient plus une excuse suffisante.

Elle était devenue rédactrice pour Vogue. Un travail qu’elle avait obtenu juste après son diplôme. « Wow, sacré premier boulot dis donc, bien joué ! » Il y avait bien pire. Comme de s’être fait complimenter tout au long d’un stage pour finalement entendre qu’il n’y avait pas de poste à pourvoir, mais que le stagiaire masculin avait miraculeusement trouvé un contrat sur son bureau pour leur dernier jour. Lisbeth avait eu de la chance, là où Keala n’en avait pas eu. Mais la brunette était contente pour la jeune femme. Elle était compétente et avait été reconnue pour son travail.

La jeune femme lui confirma qu’Aaron était bien en rendez-vous à l’extérieur. Quand deux personnes, dont une connaissance vous donnait la même version, il n’y avait plus de doutes à avoir. Leur ami commun l’avait bel et bien oubliée au passage. Keala laissa échapper un petit rire face à la réaction de son amie qui se proposait d’aller tirer les oreilles à celui qui n’avait pas prévenu. « Ahah je comptais le faire aussi de toute façon, mais bon tant pis, je suis aussi débordée, je ne compte plus le nombre de repas où j’ai planté mon copain au dernier moment. » Elle repensait à toutes les fois où elle n’avait pas prévenu Jacob qu’elle ne pouvait pas venir, coincée dans une réunion ou dans une mission, sans accès à son téléphone. Elle se rappelait également de son petit air triste quand elle revenait finalement à l’appartement pour passer la nuit avec lui. Ça l’embêtait, forcément, mais elle n’avait pas beaucoup le choix.

Lisbeth n’avait pas encore mangé. Mieux, elle acceptait même de venir manger avec elle. Un sourire plus grand s’étira sur son visage. « Super, je t’attends ! », répondit-elle avec enthousiasme. Dans sa tête, elle calculait déjà le montant maximum de ce qu’elle prendrait, parce qu’elle savait qu’elle n’arriverait pas à pouvoir manger à l’extérieur trop longtemps. Le temps qu’elle établisse son plan d’attaque, Lisbeth était de retour, et elles partirent ensemble dans les rues bruyantes de la ville.

Elle lui demanda si elle avait une préférence, en rappelant qu’elle ne pouvait pas manger de poisson cru. La brunette haussa les épaules pour lui répondre. « Du moment que j’ai une option végétarienne, tout me va.  » qu’elle répondit, pas vraiment difficile. Au pire elle prendrait la micro salade qui ne coûterait presque rien, ça ferait bien l’affaire. « J’ai entendu parler d’un petit resto au bord de l’Hudson derrière le Memorial Foundation, il paraît qu’il est cool. Ça s’appelle le Merchants River House, je sais pas si tu connais. » Probablement qu’elle connaissait, étant donné que cela faisait plus d’un an et demi qu’elle travaillait dans le coin. Keala était devenue une grande spécialiste de son quartier professionnelle, à tester tous les petits restaurants et les cafés pour trouver son préféré. Peut-être que c’était un mauvais choix, auquel cas l’Hawaïenne prendrait ses conseils. « Alors, t’en es à combien de semaines ? », demanda-t-elle, curieuse d’en apprendre plus.

Spoiler:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Everybody says that life takes patience
But nobody wants to wait. Everybody says we need salvation, but nobody wants to be saved. The light in the tunnel is just another runaway train. The blue skies we wait on ▬ Are gonna have to come after the rain
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth O. Edern
général
J'ai posté : 2511 messages et j'ai : 689 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Freya Mavor et pour finir je crédite : kozmic blues. (avatar) Astra (sign)

Jeu 11 Juil - 14:04
Lunch break gone wrong
— with Keala A. Bailey

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le monde est petit, effectivement. Même si dans le cas présent, il faut remercier l’importante connexion qu’il y a entre vous, à savoir Aaron Carson. S’il ne travaillait pas pour Vogue depuis presque un an, jamais la brune n’aurait eu de raison de monter jusqu’à cette étage. Peut-être n’aurait-elle jamais été dans ce quartier. Ainsi, ce heureux hasard n’en est pas réellement un. Ce n’est qu’une coïncidence, mêlée à une dose de chance, car à quelques minutes près, tu aurais pu la manquer, comme la devancer. Tu ne regrettes pas ce coup du destin. Tu as toujours apprécié Keala, quand tu la croisais, à l’époque où tout était encore simple. La vie vous a éloigné, mais il n’est pas trop tard pour renouer une amitié. Vous êtes toutes les deux sur New-York, sans intention de déménager normalement, et, à moins que ta mémoire ne te fasse défaut, tu n’as aucune raison de lui en vouloir, de la détester. Et tu supposes que c’est réciproque. Tu ne te souviens pas avoir été odieuse avec elle, avoir eu une parole déplacée envers sa personne. « J’ai eu de la chance, il faut croire ! » Enfin, avec un peu de recul, c’est de la chance empoisonnée. Ce que ne sait pas la jeune femme, c’est qu’après quelques semaines à travailler comme assistante pour l’un des rédacteurs, celui-ci a cru bon de voir en toi une proie facile. Du jour au lendemain, tu es passée d’assistante à rédactrice, sans déposer de CV, sans passer d’entretien. Le genre de promotion obtenue en passant sous le bureau, alors que tu n’avais rien fait. Ca a été le début d’une sombre période, jusqu’à ce qu’arrive Aaron à Vogue. Tu ne pourras jamais le remercier d’avoir été là ce soir-là, car sans sa présence, tu ne sais pas ce qu’il serait advenu de toi. Avec un peu de chance, tu aurais été simplement viré, mais dans le pire des cas, agressée. Une page tournée de ton histoire, que tu ne veux plus relire. C’est le passé, l’homme en question ne travaille plus ici, et tu ne l’as plus jamais revu. Et c’est préférable pour lui. Tu ne donnerais pas cher de sa peau s’il osait se pointer ici, avec un air innocent, avec les menaces proférées par ton ex petit ami. Ex absent en cette heure, alors qu’il avait rendez-vous avec Keala pour déjeuner. Cela ne t’étonne pas. Bien qu’il soit adorable, généreux et toute une panoplie de compliments encore, quand il est dans son boulot, il est comme dans une bulle imperméable. Il n’est pas rare qu’il oublie certains rendez-vous privé, bien que ce ne soit pas volontaire. « Je pense que c’est inévitable dans une ville comme New-York. On vit tous à cent à l’heure. » Tu n’es pas blanche comme neige Lisbeth. Toi aussi, par le passé, tu as planté quelqu’un que tu devais retrouver. Que ce soit ton cousin, ou Daniel quand vous étiez encore ensemble. Lui également a déjà dû annuler à la dernière minute. Ce sont des choses qui arrivent. Il faut savoir passer au dessus. La jeune femme te demande alors si tu as mangé, et avec un air un peu surpris sur le visage, tu lui réponds que non. Tu es tellement distraite par les derniers événements qu’il t’arrive d’oublier l’évidence. Tu acceptes cette charmante idée de rattraper le temps perdu devant un repas. Après un aller retour jusqu’à ton bureau pour récupérer les affaires indispensables, tu es de retour à l’accueil pour rejoindre la jeune femme. Déjà en marche vers les ascenseurs pour rejoindre le rez de chaussé, tu lui demandes ses préférences pour aller manger. Un rire léger t’échappe quand elle évoque une option végétarienne. « Avec la tendance vegan du moment, on devrait pouvoir trouver facilement. » dis-tu en appuyant sur le bouton d’appel de l’ascenseur. « Absolument pas. Ici, on a pour l’habitude d’aller manger dans un petit restaurant italien bien sympa, qui fait des tiramisus à tomber par terre. Mais on peut aller tester celui-ci, avec grand plaisir ! » De toute façon, pour se faire une idée, il faut y aller. C’est possible de s’en tenir aux avis, mais comme tous les goûts sont dans la nature, autant se faire son propre avis. Les portes s’ouvrent devant vous, vous laissant l’opportunité d’entrer dans la boîte métallique. Une descente assez rapide, qui se compte en seconde, avant d’arriver dans le hall de l’immeuble. « Je suis à la fin de ma grossesse. Je dois accoucher samedi prochain si tout se passe bien. » C’est certainement pas la réponse à laquelle Keala va s’attendre, mais c’est pourtant la vérité. Il faut dire qu’ici, aux États-Unis, le congé maternité n’existe pas, contrairement à certains pays d’Europe, où la future mère peut s’arrêter plusieurs semaines avant le terme, et encore après l’accouchement. Tu pourrais le faire, tu as eu l’occasion, mais c’est tellement le bordel chez toi que tu préfères avoir l’esprit occupé à Vogue, plutôt que tourner en rond dans une maison vide. « Et toi alors ? J’ai cru comprendre qu’il y a un petit ami dans le tableau, mais c’est tout ? C’est juste un petit ami, ou bien un fiancé ? Des enfants ? Des animaux ? On a plusieurs années à rattraper quand même ! » dis-tu en riant. Tu es curieuse, mais ça te fait du bien de parler d’elle. Cela permet d’éviter les questions à ton sujet, pendant un temps.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We are young & pretty
Contenu sponsorisé
Lunch break gone wrong | Lisbeth
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan
-
Sauter vers: