Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig T. Lazzari
général
J'ai posté : 956 messages et j'ai : 34 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : hypnotic (ava) / catherineandmeghans (gifs)

Ven 24 Mai - 18:16
I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis Tumblr_n25e0binqW1tro5x0o1_400

24 mai 2019 ; un café à Manhattan


Quoi de mieux qu’un café perdu au fin fond de New-York pour jouer une nouvelle carte de rédemption ? Même si je préférerai une bonne bière pour éponger ma colère et mes remords, j’imagine qu’un café bien fort fera l’affaire. Quand je l’ai contactée, je me suis dit qu’il n’y avait absolument aucune chance pour qu’elle me réponde. Quelle n’a donc pas été ma surprise quand j’ai reçu un SMS m’accordant un entretien autour d’un café. J’imagine qu’au fond, elle aussi veut mettre les choses à plat. Quand je repense à notre dernière conversation, j’ai été la pire des sal*pes et même avec la meilleure volonté du monde, je ne peux pas le nier. J’ai eu un comportement inadmissible depuis son entrée dans ma vie et au vu du retour de karma que je me prends depuis quelques semaines, je crois qu’il est temps de faire mes excuses. Oui, à elle aussi.

- Bonjour Sarah.

Elle s’avance à la table que je nous ai prise. Naturellement, je me lève et lui tends la main. Je ne sais pas si je cherche à être extrêmement polie ou si je cherche à me prouver quelque chose. Dans les deux cas, je me surprends à sentir une peau contre la mienne. Et je sais que je ne suis pas en train de rêver.

Je hoche ensuite de la tête, ma main relâchant la sienne avant qu’elle ne s’assoie. Je n’ose reprendre place sur ma chaise qu’une fois que je la sais bien installée. D’accord, mon excès de politesse me surprend aussi, je dois bien l’admettre. Rares sont les fois où j’ai accepté que quelqu’un ait le dessus sur moi. Mais au vu des récents événements, je dois faire profil bas et j’en ai bien conscience.

- Je... Merci d’avoir accepté de me rencontrer ici. Je sais que...enfin, vous ne me devez rien.


Ça, c’est le moins qu’on puisse dire vu la garce que j’ai pu être avec elle depuis son arrivée dans les parages. Mon ego a pris le dessus, comme toujours, et je l’ai de suite considérée comme un danger pour moi et pour mon couple. Sans doute cela a-t-il eu a voir avec le fait que je venais tout juste de donner mon pardon à William... Je ne sais pas. Disons que le timing entre nous à cette époque n’a tout simplement pas été le bon. J’espère pouvoir renverser les cartes aujourd’hui.

- Je vous présente mes excuses, dis-je brusquement sans même attendre qu’elle ne dise quoique ce soit.

Au vu de son regard, je ne suis pas certaine qu’elle comprenne l’importance de mes mots. Au fond, peut-être qu’elle s’en fout. Peut-être qu’elle ne me voit que comme un monstre dépourvu de cœur. Si c’est le cas, je ne pourrais même pas lui en vouloir. Beaucoup de gens pensent cela de moi. Surtout en ce moment.



Whatever you do, you will always answer for your crimes. Honour is hard to get but easy to lose.
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Ven 24 Mai - 19:00
On ne peut pas dire que Sarah se serait attendu à cela. Elle était en train de corriger ses copies dans son bureau de l'université, reprenant tranquillement le rythme de son travail après ces longues semaines d'absence. Ca lui faisait du bien de retrouver ces murs, ces amphithéâtres et ses élèves après autant de temps coupée de tout. Pourtant, cette césure avait été salvatrice. Bien que ça soit encore dur pour elle, Sarah sentait qu'elle se remettait peu à peu de sa fausse-couche et de ce sentiment de culpabilité. A l'université en plus, c'était le rush. Les élèves étaient tous, plus ou moins en train de rendre des dossiers de fin d'année, finir des rapports de stage, ou passer des examens écrits et oraux. La fin de l'année sonnait à grands pas et pour Sarah, c'était une période pas vraiment facile pour remettre le pied à l'étrier. Alors quelle ne fut pas sa surprise quand son téléphone vibra, présentant un numéro inconnu. La dernière fois que cela lui était arrivé, c'était Esteban à l'autre bout du téléphone et elle priait le ciel chaque jour d'avoir eu l'intention de lui répondre. Alors comme à son habitude, elle saisit son numéro, laissant son crayon rouler sur les feuilles devant elle. Ses doigts glissèrent sur son écran, et très vite, son visage marqua sa surprise. Solveig ? Oh putain. La compagne du père de son fils venait de lui envoyer un message, comme ça, mine de rien. Elle lui proposait un café en ville, pour discuter. Sarah aurait pu s'étouffer en voyant cette invitation. Qu'est-ce qu'il lui arrivait ? Au départ, elle se dit qu'il avait du arriver un truc grave à son ex, mais elle se dit aussi que Solveig l'aurait appelé et lui aurait précisé ce détail tout de suite si ça avait été le cas. Alors elle se demanda si c'était peut-être bientôt l'anniversaire de William et que sa femme voulait lui préparer quelque chose ? Bref, à aucun moment elle se dit que Solveig voulait vraiment lui parler. Alors comme une gamine surprise, son premier réflexe fut d'appeler son petit ami. « Allô ? […] Oui et toi ? […] Tu devineras jamais qui vient de m'envoyer un message en me proposant un café ! [rires] T'es con ! Non c'est pas ça [rires] Solveig![...] Bé j'sais pas, elle me propose un café en ville, en fin de journée... je sais pas pourquoi […] Ouais... peut-être... […] Tu penses que je devrais accepter ? […] J'sais pas... les dernières fois... elle est vraiment spéciale hein, j'ai essayé de faire des efforts et d'aller vers elle mais... […] Hum... […] Ouais... t'as p't'être raison... […] Bé du coup, tu pourrai passer prendre Saeed à la crèche ? Je vais la retrouver après le boulot je pense, si ça te va ? […] Merci mon amour, ça se passe bien tes révisions ? […] Ok, à ce soir alors, merci encore, je t'aime » Sarah sourit doucement et pianota quelques mots sur son écran tactile, avant de le verrouiller à nouveau et de se remettre à son travail.

En fin de journée, alors que le soleil déclinait lentement derrière les grattes-ciels de la ville de New-York, Sarah marchait dans les rues de la grosse pomme. Son attaché-case sous le bras, les lunettes de soleil sur le nez, ses longs cheveux en queue de cheval haute dégageant son visage et la silhouette affinée dans un tailleur bleu marine, la jeune femme prenait la direction du café dont Solveig lui avait envoyé l'adresse par sms. Elle se sentait stressée, ne sachant pas du tout à quoi s'attendre. Est-ce qu'elle allait avoir faire au monstre ? Oui, probablement. Depuis presque un an bientôt, la jeune femme n'avait eu droit qu'à ça avec elle. Une dragonne insensible, sans pitié, froide comme la mort. Sarah avait peur de se faire lyncher par l'avocate, pour n'importe quelle raison. Elle avait sans arrêt l'impression qu'elle la jugeait, sur tout, tout le temps. Sur comment elle était avec William, comment elle élevait son fils, comment elle cuisinait, ou comment était décorée sa maison. C'était un enfer, d'avoir ce sentiment d'être jugée, épiée et criblée de balles à longueur de temps. Sarah recommençait tout juste à se tenir debout depuis sa fausse-couche, elle n'avait aucune envie qu'on la refiche à terre. Elle n'aurait pas la force de se relever. Sarah aperçu la devanture du café, et très vite, la silhouette de Solveig, installée à une table dehors.

Alors que Sarah continue de s'approcher, la grande brune se lève pour lui tendre la main, la saluant vivement. Sarah en serait presque surprise. Oh putain, il se passe quoi au juste là ? Elle ne comprend pas, elle ne réalise pas, alors elle décide de rester soi-même. Bon, elle-même, elle lui aurait fait la bise et tout ça, mais bon... à croire que le dragon n'est jamais loin. Ca lui ferait presque peur en fait. Pourquoi est-ce qu'elle était venu au juste ? Pourtant, alors que la professeur retirait ses lunettes pour croiser le regard de la femme de son ex, un sourire léger sur les lèvres et sa main tendue vers la sienne ; elle cru voir quelque chose de différent dans son regard. Quelque chose qu'elle n'avait jamais vu par le passé, quelque chose de presque... enfantin. Comme une enfant qui vient d'être punie, comme un sentiment de peur, comme si elle avait perdu son assurance, celle qui destabilisait tant Sarah. Leurs mains se serrèrent et très vite, elle lança « Salut » avant de replier ses lunettes qu'elle garda à la main. Son corps s'approcha de la chaise libre, la tirant pour venir s'y asseoir en croisant les jambes, posant son sac près de ses escarpins. « Oh... pas de quoi » c'était assez délicat, qu'est-ce qu'elle aurait pu dire de plus ? Elle n'avait pas envie de lui dire qu'elle était curieuse, parce qu'elle avait autant peur de se prendre une gifle de sa part, que de se prendre une belle surprise. Mais Solveig avait l'air étrangement... presque douce. En fait, elle ne l'avait jamais vu ainsi, est-ce qu'elle était malade ? Peut-être que c'était ça ! Mais oui ! Et elle allait demander l'aide de Sarah pour faire passer la pillule auprès de William ? Oh non, ça voudrait dire que c'était grave ça ! Et là, brutalement, avant même que quoi que ce soit de banale ne soit dit, Solveig présenta ses excuses à la jeune maman. Sarah l'observa et ne pu s'empêcher de sourire plus largement. Qu'est-ce que c'était que ce cirque ? Elle fronça les sourcils, posa ses lunettes sur la table et lança un peu maladroite « oh et bien... » mais un serveur s'approcha pour prendre leur commande. Sarah sortit alors de la conversation et répondit « j'vais vous prendre un thé, aux fruits rouges si vous avez ? » avant d'attendre que la jolie brune fasse de même et qu'elles se retrouvent seules. Sarah déboutonna sa veste de deux boutons et fini par dire, le regard hésitant « j'ai le droit de demander pourquoi ? » parce qu'elle avait à ses yeux, mille raisons de lui demander pardon. Mais surtout, pourquoi maintenant ? Que se passait-il ?



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis 1133702776 :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig T. Lazzari
général
J'ai posté : 956 messages et j'ai : 34 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : hypnotic (ava) / catherineandmeghans (gifs)

Ven 24 Mai - 19:08
I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis Tumblr_n25e0binqW1tro5x0o1_400


Avril 2019

- Maître Lazzari, vous connaissez la raison de votre présence en ces lieux aujourd’hui, n’est-ce pas ?
- Oui, votre Honneur.
- Je ne vous cacherai pas ma déception à votre égard. Vous étiez l’un des meilleurs espoirs dans notre juridiction.
- Je-
- N’osez pas répondre que vous le savez, même si c’est le cas. Votre mise à pied est immédiate jusqu’à décision de vos supérieurs concernant vos actions. Je ne veux plus vous voir dans un tribunal new-yorkais jusqu’à nouvel ordre.



« LE POISON DES TRIBUNAUX »

« LAZZARI, LA MEDECINE PAR L’EMPOISONNEMENT. »


Ces titres de journaux, j’ai l’impression de les voir à longueur de journée depuis la bombe lâchée par SOS. Les personnes derrière ce journal sont parvenus à découvrir le secret le mieux caché de New-York. Ou du moins, c’est que je pensais. Et soudain, la vérité a éclaté en plein jour et moi : Solveig Lazzari, issue de la célèbre famille Lazzari, suis devenue le vilain petit canard portant préjudice à l’honneur de sa propre lignée.

Les multiples appels de ma mère après la sortie de ces immondices, je les ai ignoré. Que pouvais-je faire d’autre ? Lui répondre et la laisser me traiter de tous les noms en l’écoutant me dire que j’étais la honte de cette famille ? Merci mais tout ça, je le sais déjà. Je n’ai vraiment pas besoin d’entendre ma propre mère me rappeler la raclure que le monde fait aujourd’hui de moi. Je suis finie. Mise à pied jusqu’à nouvel ordre, je ne suis pas assez stupide pour croire que je vais parvenir à récupérer mon poste au sein de Luth & Summer. Je suis finie. Ma carrière est terminée. Après neuf années à me battre pour prouver au reste du monde que j’en valais la peine, tout vient de partir en fumée. Certains naïfs comme William pensent encore qu’il y a un moyen pour que je m’en sorte mais la vérité, moi je la connais. La vérité c’est qu’une jeune avocate qui empoisonne son confrère pour être sûr de remporter un procès, même si cet empoisonnement n’a pas été fatal, ça fait mauvaise presse et aucun cabinet ne prendra le risque d’avoir Lazzari l’empoisonneuse entre ses quatre murs. Je suis finie.


Voilà pourquoi j’en suis arrivée à chercher la rédemption auprès des gens envers lesquels j’ai mal agi. Même si je sais à qui je devrais faire face tôt ou tard, je préfère commencer par des gens plus...facile d’accès. Et Sarah en fait partie. Je ne cherche pas à être méchante en disant cela, c’est juste la vérité. La personne à qui je dois faire face plus que tout...je ne suis pas encore prête à le faire. Alors je commence par Sarah. Elle aussi le mérite. Elle et bien d'autres... Autant dire que ma rédemption ne sera pas de tout repos, loin de là.

Je la laisse commander et en fais de même. J'ai besoin de quelque chose de fort mais encore une fois, nous sommes dans un café et non un bar donc...

- Un double espresso, merci.


Le serveur nous laisse et la fameuse question à laquelle je m'attendais tombe. Prends tes responsabilités, Solveig, ton heure arrive.

- Parce que je ne me suis pas comportée décemment à votre égard et- Je prends une profonde inspiration et continue. Il est temps. Vous ne méritiez pas mon mépris. J’ai laissé ma peur prendre le dessus et je ne vous ai pas montré le respect que vous méritiez, Sarah. Pour ça, je suis désolée.

Va-t-elle penser que William m’a envoyé vers elle ? Devrai-je spécifier que l’homme n’est en aucun cas au courant de ma présence ici en ce moment ?



Whatever you do, you will always answer for your crimes. Honour is hard to get but easy to lose.
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Ven 24 Mai - 19:26
Solveig ne perdit pas une minute pour être franche envers l'ex compagne de son petit-ami. Sarah pu sentir un peu sa gêne, parce que cela n'était sûrement pas évident pour elle. Ce n'est jamais simple de prendre le temps de s'excuser, de se retrouver face à son mépris, à ses erreurs et au mal que l'on a pu faire aux autres. Sarah le savait ça, parce qu'elle commettait elle aussi des erreurs et qu'elle avait du s'excuser également, comme tout le monde. Ce n'était pas quelque chose d'agréable sur le coup, même si finalement par la suite, ça faisait du bien. Alors Sarah baissa la tête, hocha positivement et lança en guise de réponse « j'accepte seulement si on peut se tutoyer » parce que là, clairement, le « vous », elle ne pouvait plus. Ca instaurait une trop grande distance entre elles et si Sarah et Solveig se préparaient à tourner une certaine page, il fallait briser cette distance là. Ca ne signifiait pas qu'elles allaient se taper dans le dos et passer leurs soirées à se faire des nattes, mais un minimum. Ok, c'était peut-être forcer un peu la main à Solveig, qui paraissait encore très rigide, mais bon... Sarah prenait le risque. Elle sourit une seconde et le serveur ne tarda pas à arriver pour venir déposer le double expresso devant Solveig et la théière, ainsi qu'une tasse devant Sarah. La jolie journaliste le remercia et décroisa ses jambes pour venir ouvrit son sachet de thé. « Je ne me serai jamais attendu à ça » avoua t-elle alors, un peu plus détendue. Finalement, c'était une bonne surprise, non ? Pas de jugement, pas de critique, pas de regard criminel, juste des excuses. « Mais j'apprécie » lança t-elle sincère, en levant ses yeux pour croiser le regard de Solveig. Bien sûr que ça lui faisait plaisir, ça serait mentir que de prétendre le contraire. « Je pense que... » elle venait de déposer son sachet de thé dans sa tasse et d'un coup, ses épaules se relachèrent un peu. Elle soupira et fini par croiser à nouveau le regard de l'avocate « je pense qu'il n'y avait pas de bonne façon de réagir, je... j'ai compris pourquoi tu étais froide, du moins au début... » elle haussa les épaules et fini par répondre, en prenant la théière dans ses mains « c'est... le reste qui m'a fait du mal, mais... nous n'étions pas obligées d'être amies, même si j'en avais envie ; j'ai compris que ce n'était pas une obligation et que tu ne le voulais sûrement pas » et c'était quelque chose qu'elle comprenait. Bon, Sarah n'allait pas rentrer dans les détails, elle n'allait pas lui avouer que son comportement vis à vis de Saeed lui avait fait du mal, vraiment au plus profond d'elle ; delà à aller en parler à William, à lui avouer avoir peur et absolument pas confiance en sa femme. Mais elle appréciait le pas que Solveig venait de faire vers elle. « En tous cas je... je suis impressionnée que... que tu viennes t'excuser comme ça » elle sourit doucement, posa la théière sur la table et reprit « vraiment, ça me touche beaucoup Solveig ». Elle marqua une pause et fini tout de même par reprendre « et je m'excuse aussi si... si j'ai pu te blesser par certains de mes comportements, ou... » elle haussa les épaules. Sarah acceptait aussi sa part de responsabilités et de tords, et elle était également prête à faire un pas vers cette femme qu'elle trouvait courageuse. Finalement, après quelques longues secondes, Sarah rigola légèrement et fini par avouer à son interlocutrice « au départ j'ai cru qu'il était arrivé un truc grave, ou que tu voulais faire une surprise à William et que tu avais besoin de mon aide » pouffa t-elle presque, expliquant alors à la jolie avocate que oui, elle avait été bien surprise de son invitation.



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis 1133702776 :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig T. Lazzari
général
J'ai posté : 956 messages et j'ai : 34 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : hypnotic (ava) / catherineandmeghans (gifs)

Ven 24 Mai - 19:55
I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis Tumblr_n25e0binqW1tro5x0o1_400


Cette rédemption ne me coûterait donc qu’un changement de discours ? C’est tout ? Pas de grands discours sur la garce que j’ai pu être à son égard ni même de menaces ? J’ai beau ne jamais avoir été « trop loin » dans mon comportement envers Sarah, ces derniers mois ne font malgré tout pas de moi une sainte, loin de là. Alors pourquoi la brunette accepte-t-elle de me pardonner aussi aisément ? Je ne le mérite pas et je le sais pertinemment. Je ne cherche pas ici à me faire plaindre, je sais juste que j’ai commis un nombre presque incalculable d’erreurs et que certaines me vaudront pénitence pendant un long moment. Certes, je savais que Sarah serait un « cas facile » mais je ne m’attendais tout de même pas à ce que cela aille si vite. Après tous ces mois... Sérieusement ?

- Tu es prête à me pardonner mon attitude en échange d’un « tu » ?

La tête que je fais dois en dire long sur ce que je ressens actuellement. Je ne m’attendais certainement pas à ça. Dieu sait pourtant que des situations exceptionnelles, j’ai eu l’occasion d’en vivre dans ma vie, mais de là à penser que Sarah Davis me pardonnerait ma connerie aussi humblement... Non, il doit forcément y avoir anguille sous roche, ce n’est pas possible autrement. Elle va me mettre une lame sous la gorge ou me dire qu’elle se tape mon mec depuis son retour, un truc du genre.

Non ?

Non.

- Tu...n’as pas à te sentir touchée. Je te devais le respect, ce que je n’ai pas fait. Tout est de ma faute.

Mes mots résonnent en moi plus que je ne le souhaiterai. Oui, tout est effectivement de ma faute. Tout ce que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui est de mon fait. J’ai pris des décisions que je regrette amèrement mais dont je sais qu’ils ont forgé la personne que je suis dorénavant. C’est trop tard. Je ne peux plus revenir en arrière. Je dois assumer mes actions.

- Tu n’as rien à te reprocher contrairement à moi, Sarah.

Hors de question pour moi d’entendre cette femme commencer à me faire des excuses. Des excuses de quoi, au juste ? D’exister ? D’être qui elle est ? Personne ne peut rien changer à nos destins. Ça, je l’ai bien compris.

C’est alors qu’elle me dit avoir eu peur que quelque chose de grave se soit passé. Quelle ironie. Oui, en soi, quelque chose de grave s’est bel et bien produit mais rien qui ne l’impactera elle, son fils ou sa relation avec William. Du moins, je l’espère. J’ai détruit tellement de choses autour de moi récemment que plus rien ne saurait m’étonner me concernant. Il semblerait que je sois capable du pire.



Whatever you do, you will always answer for your crimes. Honour is hard to get but easy to lose.
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Ven 24 Mai - 21:40
Sarah ne peut s'empêcher de rire doucement face à la surprise de Solveig. L'afghane n'était pas rancunière, ni même méchante et aujourd'hui plus que jamais, elle connaissait le prix du pardon. Le plus difficile, le plus dur et le plus long à atteindre était surtout le pardon de soi. Elle savait à quel point c'était dur, à quel point ça demandait du travail et de la tolérance, comment aurait-elle pu refuser les excuses de Solveig ? Elle n'avait rien contre elle, hormis son attitude détestable pour laquelle elle s'excusait à ce jour, alors à quoi bon vouloir à tout prix avoir le dessus ? Ca lui servirait à quoi ? A quoi cela l'avancerait-elle ? « J'gagne rien à t'en faire baver Solveig » ajouta t-elle alors. Et c'était sincère. « Qui pourrait prétendre avoir eu un autre comportement que le tiens dans une situation pareil ? J'veux dire... voir l'ex de son mec débarquer avec un gamin sous le bras... » elle haussa les sourcils, soupira et lança « si Esteban me faisait le coup, bien sûr que j'aurai réagis comme toi, je le sais, on est toutes pareils » un doux sourire complice et féminin esquissa ses lèvres. Oh que oui, elle aurait réagit comme elle dans la même situation, elle l'aurait sûrement encore plus détesté et n'aurait carrément pas fait les efforts que Solveig avait fait, notamment lors du repas de noël. « Tout ce que je veux, c'est que ça se passe bien, que ça soit pour nous, pour Will et surtout pour Saeed » et en disant ça, elle invitait de façon sous-entendu Solveig a devenir plus proche de lui. Parce qu'elle et William étaient ensemble, qu'ils s'aimaient et qu'elle ferait de toutes façons partie de la vie de son fils, alors autant faire en sorte que tout se passe au mieux, c'était tout ce qu'elle voulait. Solveig était dure envers elle, Sarah pouvait l'entendre à travers ses mots, remplis de culpabilité. Et forcément, ça la touchait en plein cœur. Parce qu'elle aussi, elle était une femme qui se sentait coupable. Elle se sentait coupable de ne pas avoir su retenir l'enfant qu'elle portait, de ne pas avoir su mesurer sa colère lors de sa dispute avec Esteban, ce qui avait implicitement provoqué sa fausse-couche. Elle s'en voulait tous les jours, malgré les semaines qui passaient, malgré le temps et les efforts de chacun. Chaque jour était une épreuve, et se pardonner soi-même était tellement difficile. Ce que Solveig était en train de faire, bien evidemment qu'elle avait de l'estime pour ça. Elle avait un profond respect pour le courage et la force dont faisait preuve la jolie brune assise face à elle. Car c'était incroyablement dur à faire et elle le savait très bien. Sarah mélangea son thé, essora son sachet qu'elle déposa hors de sa tasse et commença à boire sa boisson chaude, qu'elle trouva délicieuse. « Tu sais Solveig, j'ai... » elle sourit un peu, trouvant que ses mots allaient sûrement surprendre l'avocate « j'ai un profond respect pour toi et pour ce que tu es en train de faire » elle posa sa tasse sur son socle blanc et plongea ses yeux dans ceux de la jeune femme. « Je sais à quel point c'est dur de demander pardon et encore plus à soi-même » elle garda le silence quelques instants et reprit « mais sache que j'suis prête à te pardonner, si on est d'accord pour faire l'effort d'apprendre à se connaître » sourit-elle sincère. Oui, elle avait envie d'en apprendre davantage sur la femme pour laquelle William n'avait pas su la retrouver, elle voulait en apprendre plus sur cette partie de lui, qui le rendait si heureux, elle voulait apprendre à connaître celle qui allait partager sa vie. « J'crois savoir qu'on a déjà un point en commun, il s'appelle William... » rigola t-elle alors, espérant ne pas offusquer l'avocate de cette petite vanne. Mais Sarah était profondément sincère et aussi très touchée par la démarche de la jeune femme. « Ce qui s'est passé, s'est passé et désormais, j'aimerai qu'on avance » et n'était-ce pas cette démarche qui motivait ce que Solveig était en train de faire actuellement ? N'était-ce pas ce qu'on attendait, après avoir présenté des excuses à quelqu'un ? Repartir sur de bonnes bases ? Peut-être qu'elles ne deviendraient jamais amies, peut-être qu'elles n'avaient rien en commun, peut-être qu'elles ne feraient que de se croiser vite fait, pendant quelques rendez-vous de famille importants, mais peut-être aussi que ce pardon, à cette terrasse, allait sonner l'ère d'autre chose ? Dans tous les cas, elles seraient gagnantes, peu importe si elles devenaient amies dans le temps. Désormais, les choses se passeraient mieux et ça, Sarah en était convaincue.



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis 1133702776 :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig T. Lazzari
général
J'ai posté : 956 messages et j'ai : 34 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : hypnotic (ava) / catherineandmeghans (gifs)

Sam 25 Mai - 11:43
I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis Tumblr_n25e0binqW1tro5x0o1_400


On est toutes pareilles.
Non, non pas vraiment ma jolie. Voilà ce que j’ai envie de répondre à Sarah mais je me retiens de le faire. Si nous étions toutes pareilles, comme elle vient de le dire, cela signifierait que le comportement que j’ai eu il y a des années de cela et celui que j'ai eu à son égard serait qualifiable comme normal. Or, n’importe quelle personne suffisamment rationnelle sait que mes actions n’ont rien eu de normal si ce n’est la soif de me faire connaître et de réussir là où tout le monde pensait me voir échouer. La soif de vaincre et l’envie de reconnaissance m’ont poussée à commettre des actes que je dois aujourd’hui payer au prix de ma carrière. Encore une fois, je ne suis pas assez naïve pour croire que je m’en sortirai indemne. Ma réputation est entachée et le sera à tout jamais. Personne dans le monde juridique n’oubliera ce qu’il s’est passé. Je suis d’ailleurs surprise de ne pas avoir encore entendu parler de Maître Svendsen. Oh, je suis certaine qu’il prépare son discours qui saura me faire tomber une bonne fois pour toute. Après tout, il a le droit à sa vengeance. Je lui en ai fait baver et il est aujourd’hui l’heure pour lui de me rendre la pareille. Aurai-je agi de la même façon si j’avais su à l’époque ce que cela me coûterait ? Je ne saurai le dire. Je suis une Lazzari, je suis née pour être capable de tout.

J’ai un profond respect pour toi.
C’est à ne plus rien y comprendre. A-t-elle seulement lu les journaux ces dernières semaines ? Comment n’a-t-elle pas pu tomber sur l’un des gros titres de la ville à mon sujet ? A moins que...  

- Est-ce que tu connais mon nom de famille, Sarah ?

Ma question va très certainement la prendre de court mais c’est la seule manière que j’ai de savoir ce qu’elle sait à mon sujet actuellement. Elle se montre bien trop clémente à mon égard pour que je commence à douter. Après tout, maintenant que j’y pense, William ne lui a peut-être pas donné mon nom de famille. Ou peut-être le nom est-il passé entre les mailles du filet au cours d’une conversation mais sans qu’elle n’y prête plus attention que cela. Sarah n’étant pas originaire d’ici, elle ne sait pas l’importance qu’a mon nom à New-York. Donc, il y a finalement des chances pour qu’elle ne sache même pas qu’elle s’adresse à une Lazzari.

Elle évoque William comme notre point de liaison ultime et je fais tout mon possible pour ne pas baisser les yeux. Je dois soutenir son regard. Elle a raison et je dois l’admettre. L’assumer, aussi. Décidément, j’ai bien des choses à assumer.



Whatever you do, you will always answer for your crimes. Honour is hard to get but easy to lose.
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Sam 25 Mai - 13:06
La seule réponse de Solveig fut de demander à Sarah si cette dernière connaissait son nom de famille. La jeune maman arqua un sourcil, surprise de cette demande. Avec tout ce qu'elle venait de lui dire juste avant, c'était étrange de lui demander ça, non ? Sarah avala sa gorgée de thé encore chaud, reposant sa tasse sur son socle. Ses maigres doigts vinrent se déposer sur ses lèvres, cachant alors un sourire presque gêné. « Hum... non » commença t-elle alors par dire avant de croiser le regard ténébreux de Solveig, qui la regardait encore. « William me l'a peut-être dit » grimaça t-elle en haussant les épaules. Qu'est-ce que ça pouvait bien faire au juste ? Pourquoi Solveig parlait-elle de son nom de famille ? Qu'est-ce que ça venait faire ici, dans une discussion comme la leur ? La femme de William lui avait demandé pardon pour son comportement envers elle, plus que détestable ; et la jeune maman avait accepté ses excuses. En quoi parler de leurs noms de famille avait un rôle à jouer dans ce qu'il se tramait ? Sarah ignorait tout au sujet de la jeune femme, de ce que l'on pouvait bien dire à son sujet dans les journaux, ou sur SOS. Elle ne lisait plus ce tissu de conneries déjà, depuis que la personne derrière ce torchon avait explicitement rigolé de sa fausse-couche et de son couple, ou même rigolé de la situation de Mani. Non, elle ne lisait plus ces trucs là, qui pour elle n'étaient qu'un gros tas de merde. Sa vie était suffisamment chargée et compliquée pour venir récupérer davantage de merdes. Sarah se concentrait sur sa vie, ses problèmes, essayant d'avancer pas à pas, malgré les difficultés. Etant en arrêt maladie depuis des semaines, étant partie voir sa famille à El Paso, la jeune femme n'avait pas réellement traînée dans les rues de NY ces derniers temps. Elle n'avait donc pas été présente lorsque la bombe concernant Solveig avait explosée. William ne lui en avait pas non plus parlé. A vrai dire, cela faisait longtemps qu'ils n'avaient pas prit le temps de passer du temps ensemble, excepté en coup de vent pour Saeed, à la rigueur le temps d'un café rapide bu à la va-vite. Mais Sarah n'osait pas vraiment proposer quoi que ce soit à William, étant donné que Solveig lui faisait la misère. Ne pas ajouter de l'huile sur le feu lui semblait la meilleure attitude adopter face à la copine jalouse de son ex petit-ami. Désormais, la jolie maman serait peut-être plus à même de proposer des sorties en ville avec William. Son ami lui manquait, vraiment. « Mais qu'est-ce que ça a à voir avec... » elle présenta leur table, son double expresso, son thé et ce moment particulièrement. En fait, Sarah ne comprenait pas, et encore une fois, un peu, elle eu la sensation d'être une parfaite idiote. Comme si elle n'avait pas tous les éléments en main pour comprendre la situation et qu'elle semblait totalement à côté de la plaque. Elle n'aimait pas vraiment cette impression, de ne pas tout saisir, comme si elle était totalement conne. Surtout que ce n'était pas le cas, Sarah était peut-être légère, peut-être qu'elle pardonnait facilement, peut-être aussi qu'elle n'était pas assez rancunière, pas assez exigeante, mais en ce moment, elle n'avait surtout plus la force de se battre pour tout. C'était facile, égoîste ou peut-être juste le bon moment pour que les deux femmes entèrent enfin la hache de guerre ?



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis 1133702776 :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig T. Lazzari
général
J'ai posté : 956 messages et j'ai : 34 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : hypnotic (ava) / catherineandmeghans (gifs)

Sam 25 Mai - 13:30
I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis Tumblr_n25e0binqW1tro5x0o1_400


Je commence à mieux comprendre. Comment pourrait-elle être aussi aimable à mon égard tout en sachant ce que je suis capable de faire pour réussir ? Certains diront qu’au fond, ce que j’ai fait n’est pas si grave, qu’il n’y a eu mort d’homme. Bien-sûr que non, il n’y a pas eu mort d’homme ! Je n’irai pas jusqu’à ôter la vie à quelqu’un pour un putain de procès ! Mais je ne peux pas nier avoir drogué/empoisonné un avocat pour être sûr de remporter mon premier procès. Et ça, aux yeux de mes pairs, ça ne passe pas mieux qu’un meurtre. Je n’irai pas dire que c’est pire mais quoiqu’il advienne, mon destin est déjà joué. Personne n’ose encore prononcer les mots, c’est tout.

J’attrape mon téléphone portable qui se trouvait jusqu’alors dans ma poche de manteau. J’ouvre le navigateur Internet et tape l’un des titres de journaux avant de tendre l’appareil à la brune pour qu’elle constate d’elle-même.

- Mon nom est Solveig Lazzari... Et ça, c’est moi.

Attendant que Sarah lise l’article me concernant, je regarde autour de nous et constate que mon double espresso est quasiment froid maintenant. Je déteste le café froid. J’imagine que je paierai pour rien, donc. Je ne suis plus tellement à cela prêt.

Impossible de m’empêcher de scruter les mimiques que fait Sarah. Je ne suis pas certaine qu’elle s’en rende compte. À vrai dire, la plupart de nous ne se rendent pas compte de leurs expressions quand ils font preuve de concentration. Généralement, les mimiques faciales en disent long sur la personne face à vous. Ça ne rate pas avec l’afghane.

- J’ai...besoin que tu me rendes un service.

Et voilà. Nous y sommes. Même si je ne voulais pas l’avouer, j’ai besoin d’aide sur quelque chose. Un point important et sur lequel je sais que Sarah serait en mesure de me venir en aide. Ce n’est pas pour moi. C’est pour lui que je fais ça. Il ne veut rien entendre mais je n’en démordrai pas non plus. On ne sera pas deux à tomber, je m’y refuse.

- Fais entendre raison à William. Dis-lui de prendre ses distances avec moi. Sa réputation est en jeu aussi. La mienne est déjà détruite mais je refuse qu’il perde tout ce qu’il est parvenu à construire à cause de moi, Sarah.

Comprendra-t-elle mon objectif ici ? Comprendra-t-elle que je ne veux que le bonheur de William et que je me fiche de ce qu’il pourrait m’arriver ? Je me sais déjà au fond du trou. Tout ce que je peux encore faire, c’est d’essayer de sauver les gens autour de moi. William a un rôle important au sein de la NYPD, hors de question de prendre le risque qu’il soit rétrogradé à cause de moi.



Whatever you do, you will always answer for your crimes. Honour is hard to get but easy to lose.
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Sam 25 Mai - 14:09
Solveig enfonce sa main dans la poche de son manteau, sortant son téléphone portable sur lequel elle pianota quelque chose. Sarah restait attentive à ses gestes, à ce qu'elle faisait et surtout à l'écran glacé lorsqu'il se présenta face à elle. D'un premier coup d'oeil, elle vit une photographie de Solveig, en tenue d'avocate. C'était la première fois qu'elle la voyait de la sorte, avec la robe noire et le col blanc tombant. La jeune maman saisit le téléphone à l'aide de ses deux mains, l'approchant et zoomant de ses doigts sur l'écran tactile. A la Une, un scandale incriminant Solveig. L'article, qu'elle lu en tant que journaliste elle-même, relatait un fait antérieur à plusieurs années déjà. Sarah était concentrée, comme lorsqu'elle travaillait. Peu de gens la connaissait vraiment à son travail. Esteban bien sûr, puisqu'il avait été son étudiant, mais aucun autre de ses proches, hormis William en Afghanistan, n'avait pu la voir à l'oeuvre. Minutieuse, perfectionniste, elle prit son temps pour lire chacune des lignes de l'article. C'était clair, il y avait des preuves qui incriminaient Solveig lourdement quant à une action qu'elle avait fait par le passé. Sarah se racla la gorge, continuant de lire et regardant jusqu'au prénom de ce fameux journaliste. Ce dernier n'hésitait pas à faire du sensationnel, c'était un truc de journaliste, Sarah le connaissait bien. Il ajoutait des éléments pour déshumaniser Solveig, rendre la victime encore plus fragile et surtout, utilisait quelques mots bien choisis et forts pour que le lecteur ne retienne que l'essentiel. Sarah garda ses yeux sur l'écran, alors que sa main la tendit à la jeune brune assise face à elle. Ok. Apparemment, une ancienne histoire concernant Solveig était ressorti. « Okay... » souffla la journaliste. « Tu sais Solveig, nos deux boulots sont proches, on utilise juste pas les mêmes méthodes » commença t-elle par dire. « Dans cet article, le journaliste t'incrimine, il dit avoir des preuves et c'est sans doute le cas, mais tu sais en tant qu'avocate qu'il y a plus que ça. Je... je ne cherche pas à te défendre, mais en tant que femme qui a du se battre elle aussi pour obtenir ce qu'elle voulait professionnellement, envers et contre tout... » elle écarquilla un peu les yeux et soupira en avouant « je peux comprendre » avant de dire en levant l'une de ses mains « mais ça ne veut pas dire que je trouve ça correct hein ! » et c'était important de le préciser. Elle aussi, elle avait été tenté, plusieurs fois, de faire des choses immorales pour montrer de quoi elle était capable, qu'être une femme dans un univers d'homme, ça n'a rien de simple. C'est un combat de chaque instant et William le sait aussi ça. Oui, Sarah peut comprendre, mais elle n'excuse rien. Elle n'est pas la Justice, ce n'est pas à elle de décider du sort de la femme qui se tient devant elle, dans toute son humilité. Non. Elle, elle n'était personne. Finalement, alors qu'elle récupérait sa tasse pour en boire une gorgée, la jeune maman voulu dire « je comprends mieux... » en même temps que Solveig lui avoua avoir besoin d'elle. En quoi Sarah pouvait bien lui être utile ? Etait-ce pour cela qu'elle venait faire pénitence ? Etait-ce la réelle raison de ses excuses ? Etait-elle finalement intéressée ? Sarah arqua un sourcil, silencieuse et reposa sa tasse. Peut-être qu'elle avait besoin d'elle en tant que journaliste ? Bon, ce n'était pas son domaine de prédilection la justice, mais ça restait du journalisme, non ? Jamais Sarah ne se serait attendu à ce que Solveig lui demande ça. Elle fut surprise, un peu sous le choc et du coup, resta silencieuse à la fixer pendant un moment. Dans sa tête, tout était en train de fuser. Elle repensait à plein de choses, s'imaginer dire à William de prendre ses distances, en sachant pertinament que ça n'aurait aucun effet sur lui ; elle pensa à son frère qui avait perdu plus de dix ans avec son fils parce qu'une femme avait décidé pour elle ; elle pensa à Saeed, qui aurait pu passer à côté de son père si elle ne s'était pas battu. Alors assez rapidement, elle posa un coude sur la table, sa main pendant dans le vide. S'approchant un peu de la jolie brune, Sarah lança « Solveig... » avant de croiser son regard « je comprends ce que tu veux faire, vraiment » elle sourit légèrement et continua « mais tu sais autant que moi que William ne m'écoutera pas, ni moi, ni toi, ni personne, c'est un gamin qui n'en fait qu'à sa tête » et là-dessus, elle savait que Solveig serait d'accord avec elle. « Alors oui, on pourrait se battre toutes les deux contre lui, le pousser à s'éloigner... mais j'crois pas que ça soit bénéfique, ni pour toi, ni pour lui, ni pour personne ». Non, parce que Sarah avait apprit ça : diviser pour mieux régner était quelque chose contre laquelle elle se battait. « Faut rester souder, encore plus dans ces moments-là » parce que dans les coups durs, c'était à ce moment-là précisément qu'un couple se renforçait et montrait de quoi il était capable. Elle l'avait vécu il y a peu de temps avec Esteban. Se reculant légèrement, posant à présent ses mains sur ses cuisses, reliées l'une à l'autre et en croisant ses jambes, elle jeta un coup d'oeil à la rue dans laquelle elles se trouvaient et lança « en ce moment j'suis en train d'essayer de ne pas me battre contre tous ces gens qui décident pour les autres » avant de poser son regard sur Solveig. « Laisse le faire son propre choix, laisse le prendre sa décision ; c'est... » elle soupira. Oui, ça l'énervait qu'on veuille décider, choisir pour l'un ou pour l'autre. Parce que dix ans plus tard, on se rend compte qu'on a juste fait une connerie, qu'on le regrette et que... bon ok, l'histoire de Mani était encore trop fraîche pour elle. « J'ai appris y'a quelques jours que... que mon frère avait un fils de dix ans » lança t-elle de but en blanc. William l'ignorait encore d'ailleurs. « La fille ne lui a rien dit, elle... elle lui a menti et s'est barré en pensant que c'était ce que mon frère allait faire... » elle haussa les épaules « je n'ai jamais vu mon frère pleurer autant d'avoir perdu dix ans de sa vie avec son fils » conclu t-elle. Alors non, elle n'accepterait pas que Solveig prenne une décision pour William. C'était un adulte, qu'elle se laisse décevoir ou surprendre par lui, qu'elle lui fasse confiance, il était costaud nom de dieu. Et Sarah sentait que c'était plutôt par peur de s'effondrer devant lui, qu'elle casse le mythe de la brillante avocate, sauf qu'à aucun moment face à Sarah, William avait parlé de Solveig en tant qu'avocate, il l'avait toujours dépeinte en tant que femme, en tant que compagne, en tant qu'amour de sa vie. Elle était bien plus qu'une simple carrière à ses yeux et Sarah savait qu'il serait prêt à sauter sur une bombe pour elle. Il était soldat, il ne fallait pas l'oublier.



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis 1133702776 :
 
Contenu sponsorisé
I don't want to die without honor | ft. Sarah O. Davis
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan
-
Sauter vers: