Flashnews
Avis aux étudiants ! N'oubliez pas de vous inscrire au Yearbook. Faites place aux Olympiades 2019 ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Marylou, Akosua, Riley et Luna ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Dominic, Elyos, Neasan et Adonis veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 42
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Running, shower and irony | Peter 1529876038
Recrutement fermé
SOS a une super équipe et est prête à prendre ses fonctions, de ce fait nous fermons les candidatures Running, shower and irony | Peter 48250097
Scent of Scandals #34
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez
Voir le profil de l'utilisateur
Babylon Jarniven
général
J'ai posté : 14 messages et j'ai : 79 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Neels Visser et pour finir je crédite : tumblr / playtime / antarès / ouat / cccrsush

Mer 5 Juin - 16:24
Les poumons brûlaient sous l'effort alors qu'un affreux goût métallique gagnait mon palais. Cet horrible goût sanguin qui annonçait le deuil d'un corps poussé à son maximum. Fumeur et athlète, quel mélange de rêve. Pourtant il n'avais jamais su se passer de ce putain de bâton de cancer si délicieux et pourtant si destructeur. Alors il prenait sur lui, redoublait d'efforts pour parvenir à son maximum. Le palpitant s'affolait de manière irrégulière, calmé cependant par sa grande bonté d'avoir avalé ses cachets dans la matinée. L'été se faisait brûlant dans la contrée de New  York et le soleil l'abrutissait. Pour la première fois, il fut presque heureux d'entendre le bip sonore de la montre annonçant la fin de l'entraînement. Il se força à marcher encore pour récupérer alors que la seule envie était de s'étaler sur l'herbe, et regarder passer les nuages.

Vestiaires. Il n'avait jamais aimé prendre une douche dans ces endroits, jusqu'à ce qu'il en arrive à un point ou il n'en avait certainement plus rien à foutre. Voilà à quoi la vie se résumait, si l'on en avait plus rien à foutre tout était simple, bien plus simple. Un soupir de soulagement s'échappa d'entre ses lèvres lorsque l'eau fraîche frappa son corps. Masquant le léger sursaut du choc thermique, il se laissa aller sous la déferlante, plaquant les mèches hirsutes contre mon front, se perdant dans un labyrinthe d'abdominaux secs et sans matières grasses. Presque essoufflé par le contact quasi torride de cette eau, il laissa bientôt la place à d'autres, s'affublant simplement d'un boxer et d'une serviette entourée autour de la taille. Assis sur un banc, pianotant sur son téléphone, chassant quelques gouttes qui roulait le long de mon front, évadées de quelques mèches éparses, des éclats de voix lui parvinrent de la salle jouxtante. Quelques bribes d'une conversation bien futiles. Ce fameux tableau de chasse dont il avait tant entendu parler. Et d'ailleurs un petit rebelle pas très d'accord avec ces quelques élucubrations d'hommes frustrés. Pour lui, si l'on avais besoin de se vanter, c'était qu'on n'étais pas si doué que ça et c'était tout. Ses conquêtes restaient bien au chaud, couvertes d'un anonymat garanti par échange monétaire ou affectif. Il s'aventura alors plus près de ces idiots à l'égo démesuré. Muscles et tatouages à la clé, pas franchement mignons étonnamment. Ou du moins beau, mais dépourvus de tout charme. Contrairement à la bouille brune qui les houspillait avec une ferveur très diminuée. Il s'approcha fourbement, sourire enfantin au coin des lèvres :
- Vous parlez de Lisa Henders ? Très jolie effectivement. Un peu maladroite de ses mains pourtant.

Babe les observa se retourner en sursaut, sourire niais et carnassier, surpris de ce soudain rebondissement dans leur parfaite scène de film cliché, constant par la même occasion la surprise de l'autre, les yeux écarquillés, voyant qu'il ne l'aideras certainement pas dans sa quête de justice.

Inconnu 1 - Putain Babe. Toi aussi tu lui ai passé dessus 

Inconnu 2 - Sur qui n'est-il pas passé en même temps.

Cette réflexion laissa sur le jeune homme une expression quelques peu rembrunies. Une telle réputation se portait ou non avec fierté, mais ainsi détournée, elle n'était qu'une belle étiquette : « Connard » écrit en fluo dans son dos. Alors qu'il n'avait jamais fait de mal à personne, du moins jamais réellement volontairement. Il continua à les brosser dans le sens du poil, continua cependant la discussion comme si de rien n'était. Soudain, idée de génie, tu peux enfin en arriver la ou tu voulais, lançant un léger clin d’œil à celui qui tente de répliquer dans le coin face au trio de connards que vous formez apparemment.  
Enfin bon, j'ai pas entendu que du bien de vous non plus, selon l'avis de ses dames. Vous feriez mieux d'apprendre à vous servir de votre langue pour quelque chose plutôt que pour déblatérez des putains de conneries au milieu des vestiaires.

Ce putain de sourire si innocent et pourtant si dégradant, le brun les dévisagea et lança le coup de grâce :
- Mais vous voulez peut être que je vous apprenne.

Bouche en cœur Babylon. Il les vois mouché, te retournant cette fois ci vers le brun qui te regarde les yeux visiblement ronds puisque tout un chacun doit bien savoir à qui il se confronte :  
- Toi non plus je ne t'exclue pas de la proposition, je me tape pas que des abrutis. Les hommes de valeurs c'est très intéressant aussi.

Mêlant les mots, second degré et ironie, déformant la langue de molière, crachant des insanités avec une expression pourtant si enfantine clouée sur le visage, il aimait à les perturber jusqu'à ce que plane le silence dans les vestiaires, pour que plus personnes ne sache exactement ou il en était.

@Peter E. Barnes

PS : Je suis encore à la recherche d'une présentation sorry Running, shower and irony | Peter 627785219
Voir le profil de l'utilisateur
Peter E. Barnes
général
J'ai posté : 276 messages et j'ai : 305 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Noah Centineo. et pour finir je crédite : H0neyy (ava) & old money (signa)

Dim 9 Juin - 20:20

running, shower and irony.@Babylon Jarniven

Ses opales s’ouvrent brusquement alors que le bruit strident de son réveil continue de résonner dans sa chambre. Ce bruit insupportable pourrait presque faire perdre l’audition. D’un coup de main peu scrupuleux quant aux dégâts, il l’éteint, cela ne serait pas la première ni la dernière fois que l’engin prend un sale coup. Ce n’est honnêtement pas le meilleur moment de sa journée. Le jeune homme préfère se réveiller en douceur, très rarement, il se laisse surprendre par son réveil. De toute évidence, son corps réclame encore quelques heures de plus de sommeil. Les muscles encore endoloris de l’entraînement de la veille sont là pour lui rappeler qu’il n’est pas un robot et que du repos est nécessaire. Comme tous les êtres humains sur cette terre, il faut savoir identifier ses limites. Néanmoins, Peter n’est pas de ceux qui abandonnent ou baissent les bras. Les révélations de SOS concernant son passé ont détruit la réputation qu’il a mis tant de temps à construire, celle d’un étudiant sans histoire, souriant et aimable. Malheureusement, il ne passe plus réellement inaperçu dans les nombreuses allées de la fac. Mais surtout, son esprit est victime de flashs de scènes vécues. L’écossais sait pertinemment que le traumatisme est présent, de manière indélébile dans son âme. Alors, le sport devient la seule issue à tout cela. En courant sur le terrain, le juvénile oublie quelques instants ses problèmes, cela évite de ruminer dans son coin. Ne rien faire est le meilleur moyen de ressasser ses mauvais souvenirs.

Le voilà de retour à l’entraînement, pour le plus grand plaisir de son coach. Il n’est jamais le dernier à y venir. Mouiller la chemise comme jamais, en dépit des courbatures encore présentes. Elles s’effacent très rapidement sous l’effort intense. Une bonne douche après cela n’est que salutaire. L’eau chaude donne une sensation de bien-être et de plénitude brisée par l’arrivée de deux énergumènes. Ces derniers n’hésitent pas à évoquer leurs nombreuses conquêtes féminines. Aucun détail n’est occulté dans leurs nombreux récits. Ce manque criant de respect pour la gente féminine ne manque pas de faire tiquer le futur infirmier. Il ne peut s’empêcher d’intervenir afin de remettre les choses à leur place, ces deux abrutis sont plus que surpris de le voir s’incruster un inconnu. Ce genre de conversation, il est incapable d’y rester indifférent, il respecte beaucoup trop les femmes pour les évoquer de cette façon. Elles ne sont pas des bouts de viande et encore moins des objets là pour combler les désirs sexuels des hommes. Prêt à en dire plus, un autre homme s’ajoute à la conversation, obligeant Peter à tourner la tête en sa direction. Il s’attend à ce qu’il le soutienne dans sa quête de justice, mais absolument pas. Il rentre dans leur jeu délétère dont le brun aux cheveux bouclés ne peut s’empêcher de ressentir un profond dégoût. Ses prunelles s’écarquillent sous la surprise avant qu’il ne pousse un soupir, las. La tournure de la situation n’est clairement pas souhaitable, il commence alors à farfouiller dans son sac n’écoutant que d’une oreille distraite la conversation détestable entre eux. Ignorant volontairement le clin d’œil du troisième envahisseur, Peter ne comprend véritablement pas où celui-ci veut en venir. Jusqu’à ce qu’il ne lâche la bombe, les mots de trop. Ceux qui mettent tout le monde mal à l’aise, y compris l’ancien pompier volontaire. Sa bouche pourrait tomber tant elle est grande ouverte. Proposition ou dires totalement à côté de la plaque ? Nul ne sait sur quel pied danser. Déstabilisé, Barnes ne parvient pas à parler pendant quelques secondes, avant de parvenir à lui répondre. « C’est ridicule. Je ne suis pas un bout de viande, apprenez à respecter les êtres humains. » il se retourne, farfouillant de nouveau dans son sac pour sortir son pantalon. Soudain l’un des inconnus rétorque. « Faut savoir se faire plaisir, ça a pas l’air d’être ton cas toi. » Le regard de Peter est noir, il jette presque son pantalon, geste engendré purement par de la rage. « Ma vie ne te regarde pas, ne VOUS regarde pas. »






--- and suddenly
i was there, in a life i've always wanted.
Running, shower and irony | Peter
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Columbia University
 :: West Campus :: Dodge Physical Fitness Center :: Baker Athletics Complex :: Robertson Field
-
Sauter vers: