Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ [FB] Beyond the door there's peace I'm sure - Ellen 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

[FB] Beyond the door there's peace I'm sure - Ellen

GOOD MORNING AMERICA :: Flaskback & Flashforward
 :: Flashback & Flashforward
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Aberline
général
J'ai posté : 1985 messages et j'ai : 241 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Taron Egerton et pour finir je crédite : Schizophrenic.

Dim 9 Juin - 0:47
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Ellen C. Rodriguez & Daniel Aberline
       

       
Beyond the door there's peace I'm sure

       
L19 avril 2019. Tout ce qui est susceptible de mal tourner va forcément mal tourner. La fameuse loi de Murphy. Celle qu'on ne pourrait pas éviter même si on le désirait. Un secret que je gardais pour moi depuis mes quinze ans, que j'avais caché comme une vilaine honte qu'on ne souhaite pas voir affichée au grand jour, et qui avait fini par m'exploser à la gueule de la manière la plus violente qui soit. Il y a deux jours exactement, j'étais rentré du boulot avec cet enjouement candide et détaché, n'ayant pas encore conscience de ce qui m'attendrait une fois que j'aurai passé la porte de la maison au sein de laquelle nous avions emménagé dans le courant du mois de mars. Une fois que j'eus passé l'entrée, j'étais tombé sur une Lili froide, coléreuse et plongée dans un mutisme que je ne lui reconnaissais pas. J'avais eu à affronter sa colère noire, puisqu'elle avait trouvé, au fond de l'une de mes armoires, un sachet au contenu éminemment suspect. Il ne fallait pas avoir déjà consommé de la cocaïne pour savoir à quoi ça ressemble. De toute façon, comme Lili l'avait si bien dit le soir-même, il n'y avait aucun intérêt à ce que je planque aussi bien un sachet de sucre en poudre. Suite à cette découverte, l'ensoleillement qui caractérisait notre intérieur en temps ordinaire avait laissé la place à l'orage. Qui aurait pu croire que quelque chose puisse ternir le tableau idyllique que nous avions peint ensemble à quelques semaines à peine de la naissance de notre fille ? Personne.

Pourtant, c'était arrivé. Une fois de plus, j'avais tout gâché. J'avais tenté d'expliquer à Lisbeth la raison pour laquelle je m'empoisonnais et le lui avais caché. Mais ça la dépassait. Elle ne comprenait pas. Aurait-elle d'ailleurs compris si je lui avais tout avoué bien plus tôt ? Je n'en suis pas certain. Quoi qu'il en soit, au terme de cette dispute, Lisbeth avait pris une décision radicale : elle m'avait quitté. Temporairement ? Définitivement ? Je n'en savais encore rien. Tout ce que je savais, c'est qu'elle était partie en claquant la porte, pour aller je-ne-sais-où, et que la maison semblait atrocement vide maintenant qu'elle n'était plus là. Malgré son absence, j'avais dû retourner au boulot, en étant bien moins bavard et bien plus grognon qu'en temps ordinaire. Tous mes collègues l'avaient vu, évidemment, et ils m'avaient tous demandé comment j'allais mais j'avais refusé de répondre. Ils m'avaient alors demandé des nouvelles de Lili, pensant sans doute que ça me remonterait le moral, mais ça avait eu tout l'effet inverse.

Le vendredi soir, la première chose que j'avais fait après être rentré chez moi, c'était enfiler une tenue plus décontractée pour aller boire un verre dans un bar et tenter de me changer les idées. Il n'y a rien de plus déprimant qu'avoir ce genre d'activités seul mais je n'avais pas envie d'être entouré, alors que ça aurait été la meilleure chose à faire en de pareilles circonstances. Je m'étais rendu dans le premier bar que j'avais croisé et m'étais installé au comptoir en commandant rhum sur rhum. Au bout du troisième, je commençais à être sérieusement éméché alors je ressentis le besoin de prendre l'air. Une fois en contact avec l'air frais de la nuit, l'envie de m'en griller une me prit aux tripes. Je n'avais plus touché à une cigarette depuis que j'avais appris la grossesse de Lili mais puisque nous ne vivions plus ensemble, qu'est-ce que ça pourrait bien faire ? Les deux premières bouffées me brûlèrent la gorge et toute la cavité nasale. C'est le prix à payer quand on cède à la tentation, je suppose. J'en ai encore fait les frais il y a deux jours mais il faut croire que ça ne m'a pas suffi. J'écrase finalement ma cigarette sur le bord de la poubelle et la jette à l'intérieur avant de me tourner à nouveau vers la porte du bar et la pousser afin de rejoindre ma place, près du comptoir. Mais c'est à ce moment-là que je tombe nez à nez avec un visage que je ne connais que trop bien. 《Ellen.》 déclaré-je alors que l'information vient de m'arriver au cerveau. 《Qu'est-ce que tu fais là ?》 demandé-je avec un air un peu mal à l'aise, comme si je n'avais pas envie qu'Ellen me croise maintenant, dans mon état. Et pour cause puisqu'avec mes yeux injectés de sang, mes cernes de trois kilomètres et mon teint gris, elle risque de comprendre assez vite que quelque chose ne va pas.
       
(c) crackle bones

       


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Every addiction starts and ends with pain
Voir le profil de l'utilisateur
Ellen C. Rodriguez
général
J'ai posté : 1202 messages et j'ai : 396 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Mimi Elashiry et pour finir je crédite : Avatar par Balaclava & Signature par Beylin.

Lun 1 Juil - 18:07
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Beyond the door there's peace I'm sure.
Avec [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Elle était là par hasard, dans les rues de New-York, à errer l’air de rien. Autour de son cou pend son appareil photo. Elle a bien du matériel récent, des trucs dont elle se sert pour ses cours et pourtant, là, elle a préféré son vieux polaroïd, celui qui marche un coup sur deux. Elle est un peu trop vieux jeu par moment, trop sentimental aussi et le faire réparer, ça lui coûterait trop cher, ça lui enlèverait son âme à ce vieil appareil qu’elle se dit. C’est idiot c’est vrai mais tant qu’il prend de belles photos, elle continuera de s’en servir ainsi. Un cliquetis plus tard, elle récupère la photo qui sort de l’appareil qu’elle laisse retomber contre sa poitrine, le cliché qu’elle secoue brièvement avant de le regarder. Satisfaction, presque fière, elle est contente d’elle et des progrès qu’elle a pu faire dans ce domaine qu’elle aime tant. C’est vrai qu’elle aurait pu faire d’autres choses, c’est vrai qu’elle avait d’autres ambitions fut un temps mais c’est son jardin secret, c’est ce que personne ne sait. Elle sourit aux souvenirs des parties d’échecs qu’elle a pu faire, des concours qu’elle a pu gagner, des titres qu’elle a eu. Ca lui semble être tellement loin, c’était au lycée pourtant, c’est pas si vieux. Elle ne joue plus aujourd’hui, c’était facile à Fresno d’avoir de l’anonymat bien qu’elle eût été connu dans le pays entier, elle venait d’une petite ville de Californie, qui irait la chercher là-bas. Aujourd’hui pourtant, si elle venait à réitérer l’expérience à new-York, elle est presque certaine qu’elle n’aurait pas ce même calme qu’elle a connu pendant des années. C’est pour ça qu’elle n’en parle pas, par peur qu’on la pousse à recommencer, qu’on la pousse sur cette voie sur laquelle elle a peur de se réengager. Elle secoue la tête l’air de rien, chasse ses pensées de son esprit pour se concentrer sur ce qu’elle a devant elle. Un bar, c’est pas dans ses habitudes et pourtant, sourire aux lèvres, elle vient en pousser la porte, l’appareil bien en main pour faire comprendre gérant ce qu’elle fait ici. L’appareil photo c’est un peu le laisser passer dans ce genre de moment, personne ne dit jamais rien, ils sont toujours tous d’accord pour un petit peu de pub. Un cliché d’un côté, un groupe de trentenaire probablement, en train de rires aux éclats et ça la fait sourire de plus belle. Autre cliché, un homme qui dort sur le comptoir, la tête posé sur ses bras croisés. Ca aussi ça l’amuse bien que ça ne devrait probablement pas. Et quand elle est sur le point de recommencer son manège, elle voit un visage qu’elle ne connaît que trop bien, qui lui fait abandonner sa position première pour relâcher l’appareil et le fixer sans le moindre artifices entre eux. 《Ellen.》 “Daniel.” Qu’elle voudrait répondre mais pour l’instant, sa voix reste tout simplement bloquée dans sa gorge, incapable de prononcer la moindre syllabe quand elle ne cesse de se demander ce qu’il fait là. 《Qu'est-ce que tu fais là ?》 C’est vrai qu’elle n’a pas encore l’âge d’être dans un tel endroit mais tant que le propriétaire l’ignore, elle est tranquille. En réalité la vraie question n’est pas de savoir ce qu’elle elle fait ici mais lui, pourquoi il semble si fatigué, pourquoi il semble aller si mal. “Je n’arrivais pas à dormir alors j’ai décidé d’aller faire un tour pour prendre quelques photos, mes pas mon menés ici.” La franchise est son atout, elle n’a surtout aucune raison de lui mentir, à quoi bon de toute façon. Ce n’est pas comme si elle avait quelque chose de honteux à lui cacher. “Et toi ? Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu es tout pâle, tu es sûr d’aller bien ?” Elle fait un pas en avant, pose sa main sur l’épaule de son ami de longue date. Elle ne sait pas s’il voudra lui parler mais elle se doit d’être là, elle le lui a promis après le décès de son père.


Today,
I choose to find
my own way
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[FB] Beyond the door there's peace I'm sure - Ellen
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Flaskback & Flashforward
 :: Flashback & Flashforward
-
Sauter vers: