Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ We’re just running away in the moonlight ~ Aurore 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

We’re just running away in the moonlight ~ Aurore

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper West Side :: Eclipse
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair M. Nordstörm
mdm
J'ai posté : 1808 messages et j'ai : 140 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Aaron Tveit et pour finir je crédite : Valtersen (avatar) & Magma. (signature).

Lun 10 Juin - 18:30


We’re just running away in the moonlight

Aurore + Alistair

Une nouvelle fois, tu poses le verre vide sur le comptoir, le poussant légèrement pour faire signe au barman de le remplir. Ce n’est que ton troisième verre après tout, ou peut-être le cinquième finalement, tu n’as pas vraiment compté. Non, pourquoi compter ? Ce soir tu veux oublier, tirer un trait sur ce qu’il s’est passé ces dernières semaines, ne plus entendre les questions de ta soeur dans ta tête. Tu vas bien, tu es en contrôle total de ce qu’il se passe ce soir, tu as simplement besoin de boire au point de ne plus te souvenir de cette soirée demain matin. Alors que ton nouveau verre arrive, tu tires une plaquette de la poche de ton pantalon. Une plaquette qu’Ian t’a donné, en te disant que ça te ferait du bien. Penser à lui est justement ce que tu essayes de ne pas faire ce soir, mais tout semble en lien avec sa petite personne. Et c’est justement le problème. Si ta soeur entendait ça, elle te dirait qu’il y a des signes à voir là-dedans. Elle te dirait peut-être aussi d’aller voir une psychologue pour expliquer ces signes. Des conneries, voilà ce que c’est. Tu l’aimes Olivia, plus que tout au monde, mais elle ne comprend pas ce que se passe dans ta vie en ce moment. Personne ne peut comprendre. Personne, sauf Ian. Ian que tu n’aimes pas. Parce que ce n’est pas toi. Parce que ce n’est pas à trente-quatre ans passé que tu vas avoir des révélations comme ça. Un soupir passe tes lèvres, tu retires un cachet de la plaquette en plastique, avant de l’avaler avec ton verre que tu vides d’un trait. Là, ça va mieux. Le grand blond s’éloigne peu à peu de tes pensées, et tu peux te concentrer sur le club dans lequel tu te trouves ce soir. Grand, bondé, distrayant. Les gens sont nombreux ce soir, ce qui veut dire que tu vas pouvoir te changer les idées, parler avec le plus de personnes différentes et oublier ceux qui te posent problèmes ces temps-ci.

Avec un sourire aux lèvres, tu t’éloignes du comptoir, rejoignant la piste de danse sur laquelle tu te fais une place. Si on t’avait dit qu’à cet âge là, tu irais seul en boîte de nuit pour boire beaucoup trop et danser avec des gens beaucoup plus jeunes que toi, tu n’y aurais pas cru. Le vrai Alistair aurait trouvé ça pathétique en vérité, il serait dit que c’était le portrait d’un homme qui a râté sa vie. Pendant des années, tu as cru qu’à quasiment trente-cinq ans, tu serais marié, déjà père, installé dans une vie familiale parfaite, exerçant un métier que tu aimais. Tu étais censé être le meilleur dans tous les domaines, toujours repousser les limites dans tout ce que tu entrepenais. Mais te voilà, trop saoul pour faire attention à l’image que tu renvoies, trop perdu pour atteindre tes objectifs. Tu ne penses pas à tout cela ce soir, tu t’amuses et c’est tout. Sur la piste, tu danses comme si tu avais dix ans de moins, tu te mêles à la foule jusqu’à ce que tu te retrouves face à une jeune femme blonde. Blonde comme ta soeur avec qui tu as passé tout le week-end. Blonde comme l’homme qui a hanté tes rêves ces derniers temps. « Bonsoir. » Un sourire aux lèvres, tu commences la conversation. Dans ce genre de situations, les gens ne cherchent pas se faire de grands amis avec qui avoir des conversations philosophiques. Tu veux t’amuser, un point c’est tout, et quelque chose te dit que cette jeune femme cherche la même chose. Elle semble plus jeune comme toi, peut-être vingt-six ou vingt-sept ans. C’est jeune, mais est ce que tu es vraiment en état d’y penser ce soir ? « Tu as l’air de savoir ce que tu fais. » Tu la regardes, de haut en bas, puis de bas en haut. Pour la subtilité, il faudra repasser, ainsi que pour les manières de gentleman. Tu n’as jamais été un expert pour ce genre de choses, mais au moins tu as toujours eu un minimum de classe lorsqu’il était question de flirter avec des gens. Là, tu la regardes simplement danser, tout en bougeant en rythme également. « Comment tu t’appelles ? » Ton esprit est trop embrumé pour que tu fasses des détours. Il n’y a rien de mal à demander le nom d’une inconnue de toute façon, tu ne fais que commencer une conversation.
©LittleJuice



I'm alive, I'm so alive.
But now that I'm out of my mind with you we got that day in the sun. I wanna get lost with you, it’s the only thing I wanna do, get out of my mind with you. So come on over.
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore V. Hamilton
général
J'ai posté : 1359 messages et j'ai : 478 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Virginia Gardner et pour finir je crédite : MLLE ALICE (Avatar) bat'phanie (signature)

Ven 14 Juin - 16:57
We're just running away in the moonlight
— with Alistair M. Nordstörm.

La douleur est dans ta tête, elle est psychologique, mais ça, tu ne le sais pas Aurore. Tu penses sincèrement ressentir une gêne dans ton pied, juste au dessus de la cheville. C’est désagréable, ça t’empêche de passer une bonne soirée. Alors sans réfléchir, tu sors de ta poche un petit flacon orange, avec ton nom inscrit dessus. Ce n’est rien d’illégal, seulement les anti-douleur prescrits par ton médecin, pour soigner cette horrible déchirure du ligament. Ce sont les risques d’exercer la danse de façon intensive. Les blessures peuvent survenir à tout moment, et c’est ce qui t’est arrivé le mois dernier. Il y a quelques jours, ton médecin t’a annoncé que tu n’étais pas complètement guéri, ce qui a entraîné plusieurs mauvaises nouvelles. D’où ta présence dans ce bar, en ce lundi soir. Tu n’es plus étudiante Aurore, et tu n’as plus de boulot. Plus aucune contrainte qui t’oblige à te coucher à une heure raisonnable, pour être en forme le lendemain. De toute façon, raisonnable semble être un mot absent de ton vocabulaire ce soir. Entre les talons hauts que tu portes, déconseillés pour ce que tu as, la trop forte dose de médicaments que tu consommes, sans compter les verres d’alcool que tu multiplies… C’est que tu deviens une vraie bad girl. La conscience qui te dicte les bons choix est absente ce soir. Tu peux ouvrir sans regret le flacon, pour y récupérer un cachet. Tandis que tu ranges le contenant dans ta poche, tu places l’objet de tes désirs sur ta langue, avant de récupérer ton verre sur le comptoir, pour boire une longue gorgée. L’effet est quasi immédiat. Tu sembles ne plus rien ressentir, du moins, plus rien de douloureux. Un sourire peut revenir sur tes lèvres, pendant que tu descends du tabouret pour rejoindre la piste de danse. La soirée ne fait que commencer.

Les heures passent, et tu ne ressens plus rien, à part l’euphorie d’être ici. Tes soucis de sont envolés, ils sont restés derrière la porte du bar. S’ils pouvaient en profiter pour s’éloigner, le plus loin possible. Ils peuvent prendre un ticket et aller sur le ferry, ça te fera des vacances. La musique circule dans ton corps, fait bouger des courbes en rythme avec les sons diffusés dans les enceintes. Une petite voix te souffle que tu vas le regretter, tôt ou tard. Qu’à force, tu vas réussir à te faire une blessure sérieuse, faute de laisser du temps à la première de se rétablir. Cette petite voix, tu lui adresses un magnifiqu doigt d’honneur, avant de l’envoyer balader. Tu aimes la musique qui passe, et ça se ressent à ta façon de bouger. Au bout d’un moment, lorsque tu relèves la tête face à toi, tu vois un homme s’approcher de toi. La différence d’âge est flagrante, mais tu t’en moques complètement. Depuis quand faut-il montrer sa carte d’identité à toutes les personnes que l’on croise ? Bien. « Bonsoir. » lui réponds-tu, avec le même sourire qu’il t’adresse, sur un ton enjoué. Tu ne sais pas ce qu’il te veut, mais dans un endroit comme celui-ci, tu penses le comprendre assez facilement. Il y a quelques semaines, ça t’aurait dérangé, mais ce soir, tu n’es pas en état de réfléchir. Ta vie est pourrie. Les derniers évènements prouvent que ce n’est que le début, alors pourquoi ne pas continuer sur cette voie là, histoire de faciliter un peu le boulot du destin. « C’est pas bien compliqué, il suffit de se laisser porter par la musique, et le tour est joué. » Bon, tu ne lui dis pas qu’il faut aussi consommer une forte dose d’alcool pour lever les inhibitions, et mélanger tout ça à des médicaments pour supprimer la capacité de réfléchir. Il faut savoir préserver le mystère, dans certaine situation. Et celle-ci te semble être un bon exemple. « Aurore, mais je peux aussi répondre à Victoria. Une princesse et une reine. C’est pas merveilleux ? » Pour le coup, tes parents ont été généreux pour les allusions royales. Entre la princesse Disney, plus connue sous le nom de la Belle au Bois Dormant, et l’une des reines de la royauté britannique, tu as un certain bagage derrière toi. Tu n’aurais pas pu avoir un prénom normal, comme Emma, Louise, ou Morgane ? Non, il fallait quelque chose qui soit sujet aux moqueries. Encore une preuve de la Vie de Merde. « Et toi, tu réponds à quel doux prénom ? D’ailleurs, c’est la première fois que je te vois par ici, je m’en souviendrais si j’avais posé les yeux sur toi auparavant. » Ouuuh quoi ? C’est lui qui est venu te voir en premier. S’il ne l’avait pas fait, tu ne lui aurais pas adressé la parole. Tu ne l’aurais peut-être même pas remarqué, tellement perchée que tu es actuellement. Techniquement, ce n’est pas de ta faute si tu es aussi entreprenante. Pas de ta faute, certes, mais ce n’est pas pour autant que tu comptes t’arrêter là. Il faut savoir s’amuser dans la vie. Où est le mal à flirter avec un inconnu ? Nul part.




appearances are deceptive
La beauté n'est pas juste une question d'apparence, de vêtements ou de maquillage. La vraie beauté vient de toi-même. Plus tu montreras qui tu es vraiment, plus jolie tu seras.
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair M. Nordstörm
mdm
J'ai posté : 1808 messages et j'ai : 140 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Aaron Tveit et pour finir je crédite : Valtersen (avatar) & Magma. (signature).

Mar 9 Juil - 22:02


We’re just running away in the moonlight

Aurore + Alistair

Cette blonde te tape dans l’oeil et c’est donc vers elle que tu t’avances, traversant la foules des danseurs déchaînés. Pourquoi est ce que c’est elle que tu remarques, parmi toutes les jolies filles présentes ? Tu ne le sais pas, tu ne vas pas chercher à le comprendre. Peut-être que c’est sa chevelure qui brille sous les lumières colorées de la boîte de nuit, ou le fait qu’elle danse comme si elle était complètement seule dans le lieu. Elle ne fait attention à rien, ni personne, et c’est exactement le comportement dont tu as besoin ce soir. Ces derniers temps, tu as fait trop attention aux gens autour de toi, tu t’es trop occupé des sentiments des autres, jusqu’à en développer à nouveau toi-même. Et ça te fait peur, beaucoup trop. Cette fille, elle ne se préoccupe pas des sentiments des gens, ce soir elle veut simplement s’amuser, oublier les quelconques problèmes qu’elle peut avoir, et c’est exactement le programme que tu veux suivre. Tu entames la conversation avec un sourire charmeur, un sourire qui en dit long sur ce que tu as en tête. Tu n’es plus Alistair Nordstörm ce soir, tu n’es plus le gars gentil et bienveillant que tu as essayé de redevenir ces dernières semaines. Tu es de retour à cette fausse version de toi, cet être noir qui ne se préoccupe de rien et de personne. Sans cesser de sourire, tu complimentes la jeune femme sur sa façon de danser. Tu n’y connais rien à tout cela, mais ça ne t’empêche pas de te laisser happer par le rythme de la musique également. Pour certaines choses, tu fais attention aux jugements des autres, mais danser ne fait certainement pas partie des sujets sensibles. Tu as l’habitude de te déhancher dans ton appartement, dans ton bureau au travail, alors une piste de danse ne change rien pour toi. Encore moins ce soir. « Je vois, comme ça ? » Sans la quitter des yeux, tu danses un peu plus franchement, tout en restant proche d’elle. Tu n’es certainement pas venu pour un cours de danse, mais c’est un moyen comme un autre de commencer une conversation. Lui demander son prénom est un bon début, également. Vu l’état dans lequel tu te trouves, avec un mélange d’alcool et de substances plus ou moins légales dans le corps, tu auras sans doute oublié la réponse demain. Mais pour le moment, son explication te fait rire. « Il manque l’impératrice, et tu avais la totale ! » En vérité c’est plus compliqué que ça, lorsque l’on regarde bien les familles aristocratiques, on peut facilement se rendre compte qu’il y a bien plus de rangs que cela. Les duchesses, les marquises, les baronnes, les comtesses, et sans doute bien d’autres encore que tu ne connais pas. Mais encore une fois, ce n’est pas ce soir que tu vas te mettre à faire des recherches sur une telle chose. A son tour, Aurore te demande comment tu t’appelles, en ajoutant une phrase qui ne laisse aucune place aux sous-entendus. Elle est directe et ça te plaît. « Alistair, mais on m’appelle souvent Ali, ou Al. Et ce n’est pas la première fois que je viens ici, désolé de te décevoir. Je suis déjà venu quelques fois, on a dû se louper toi et moi… tu es souvent dans le coin ? » L’Eclipse est une boîte réputée de New York et puisque tu as passé toutes tes années d’étude ici, tu as eu plusieurs occasions d’y venir. Même si ton âge pourrait suggérer que tu ne mets plus vraiment les pieds dans des tels lieux, la demie année qui s’est écoulée est venue avec beaucoup de nouveautés. Des bars, des boîtes, des clubs de strip-tease et autres lieux malfamés. Ca ne te fait plus vraiment peur à présent, lorsque tu es dans un état semblable à celui de ce soir, plus rien ne t’atteint. « Mais puisqu’on est tous les deux ici ce soir, autant en profiter, non ? » Tu souris toujours, égal à toi-même et, pourtant, quelque chose change. Alors que tes yeux restent fixés dans les siens, ta main gauche, elle, trouve sa place sur la hanche de la jeune femme. C’est un toucher léger, tu veux d’abord voir comment elle réagit, être certain que personne ne va faire de scandale. « Tu es accompagnée ? » La réponse t’import peu, mais elle a tout de même un peu d’importance. Malgré tout, tu restes toi, l’homme qui a été brisé par une histoire de coucherie, et tu veux t’assurer que tu ne dragues pas une femme déjà prise. Tu ne serais certainement pas le seul fautif dans l’histoire, mais tu pourrais au moins amortir les dégâts. Quelque chose te dit qu’il n’y a pas de petit-ami à l’horizon cependant, si elle est avec quelqu’un, c’est peut-être une bande de copines écervelées que tu pourras semer assez tôt.
©LittleJuice


I'm alive, I'm so alive.
But now that I'm out of my mind with you we got that day in the sun. I wanna get lost with you, it’s the only thing I wanna do, get out of my mind with you. So come on over.
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore V. Hamilton
général
J'ai posté : 1359 messages et j'ai : 478 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Virginia Gardner et pour finir je crédite : MLLE ALICE (Avatar) bat'phanie (signature)

Hier à 14:17
We're just running away in the moonlight
— with Alistair M. Nordstörm.

Tu entends déjà les réflexions de tes amis proches, au sujet de ton comportement. Tu es inconsciente d’avoir mélangé les médicaments pour la douleur et une forte dose d’alcool. Il n’y a pas besoin de faire des études de médecine pour savoir que cette association a des effets secondaires néfastes. En l’occurence, tu es aussi perchée que si tu avais consommé des drogues, avec encore un peu de maîtrise de soi, tu te l’accordes. Il te reste encore une assez bonne marge avant de tomber dans le cliché de la fille qui ne tient plus sur ses talons, et qui n’arrive plus à aligner trois mots dans l’ordre. De toute façon, tu connais plus ou moins tes limites, et tu feras toujours en sorte de t’arrêter avant de les atteindre. Tu veux bien faire ta rebelle, lâcher prise pendant une période, mais tu es encore assez saine d’esprit pour ne pas te mettre dans une situation délicate, qui pourrait se terminer par ton corps retrouvé dans l’une des rivières de la ville, dans un état déplorable, au bout d’un mois. Rebelle, oui, mais toujours avec les pieds sur terre. Les soucis du quotidien sont loin de ton esprit, en ce soirée. La musique est la seule chose qui a de l’importance à tes yeux. Elle est ta muse, ta maîtresse, celle qui murmure les ordres à ton oreille, comme le sifflement d’un serpent. Ton corps bouge pour la séduire, pour t’attirer ses faveurs, jusqu’à ce qu’il arrive dans ton champs de vision. Lui, ce bel inconnu sorti de nul part, que tu n’as jamais vu, mais qui vient de te taper dans l’oeil en une seconde à peine. C’est lui qui t’aborde, d’une façon toute à fait banale. À croire que lui et toi avez le même état d’esprit ce soir : aller à l’essentiel. Il te complimente, et c’est assez pour gagner ton sourire enjôleur. Ton regard quitte le sien pour lorgner son corps sans pudeur, lors de cette démonstration de ses talents. « Comme ça, oui. » En vérité, c’est que tu n’es pas une spécialiste de la danse. Tu as eu l’honneur d’entrer dans une compagnie, d’améliorer tes talents de danseuse grâce aux meilleurs, mais ce n’est pas ton art de prédilection. Tu brilles dans la comédie, plus que dans les déhanchés. Tu es plus actrice ou comédienne que danseuse ou chanteuse. Alors, que cet homme soit un professionnel comme un amateur, tu ne pourras faire la différence. Tu peux seulement juger par ce que tu vois, et dans le cas présent, c’est un peu ça. Oui, il semble avoir saisi le principe de lâcher prise, de danser pour soi, et non pour les apparences, et les gens autour. Les présentations s’imposent ensuite, et tu lui réponds avec le même bagou que d’ordinaire. Aurore et Victoria. Tes parents ont fait fort en trouvant tes prénoms. Le premier est déjà lourd de sens, alors ils auraient pu être simple sur le deuxième, mais non. Pourquoi faire simple quand on peut compliquer les choses. Son commentaire t’arrache un rire, qui s’entends à peine, dans le brouhaha de la musique. « C’est vrai ça. Je pourrais demander à rajouter un troisième prénom, tiens. Peut-être Elisabeth, ou Béatrice. Le choix est vaste dans l’Histoire. » Il l’est beaucoup trop pour ton faible esprit. Si tu n’avais rien de discutable dans ton organisme, la réflexion serait possible, pour puiser dans tes connaissances, or là, c’est peine perdue. Le pire, c’est que tu pourrais le faire, prendre du plaisir à chercher un potentiel troisième prénom, car c’est bien connu qu’on s’intéresse plus facilement à un détail quand l’alcool coule dans les veines. Heureusement pour toi - et sûrement pour ton bel inconnu - tu te concentres ailleurs, à savoir sur son prénom. Il sait comment tu te prénommes, mais cela reste un mystère de ton côté. Non pas que ça te dérange, mais autant avoir les mêmes cartes en main. « Pas aussi souvent que je ne le voudrais. Mais c’est en phase de changer. » Avant, tu avais des obligations. Tu devais aller en cours, réviser les partiels, te concentrer sur les répétitions de la comédie musicale, assurer le show… bref, tu avais un bel emploi du temps de ministre. Désormais, ce n’est plus le cas. Tu n’as plus rien à faire, aucune contrainte. Tu peux envisager de passer toutes tes soirées ici, si cela te chante. Qui viendra t’en empêcher de toute façon ? Personne. Tu es majeure, tu contrôles ta vie, tu fais tes propres choix. Ce soir, ils s’orientent vers Alistair, qui se rapproche de toi, pour diminuer la distance entre vous. Tu ne fais rien pour la réinstaurer, tu restes bien sagement à ta place, bien que ton corps continu de bouger légèrement pour suivre le rythme de la musique. Il a raison, vous êtes ici ce soir tous les deux, il faut en profiter, ne pas compter sur la chance qui est si incertaine. Ton regard bifurque rapidement sur la main qu’il pose sur ta hanche, afin de juger la situation. La Toi d’avant aurait répondu d’un commentaire, mais cette version présente ce soir ne dira rien. Elle affichera seulement un sourire satisfait. « Non. » murmures-tu, assez pour qu’il t’entende, malgré l’ambiance autour de vous. C’est la vérité, tu es seule ce soir. Aucun petit ami, que ce soit dans le bar ou à l’extérieur. Pas de copine(s) pour passer la soirée en ta compagnie. Seulement toi et toi seule. Ou presque. Tu as failli oublier Dame Douleur qui n’est jamais loin. Elle décide de se manifester à cet instant, un courant électrique qui travers une partie de ta jambe jusqu’à la cheville. Une sensation désagréable qui te déstabilise une courte seconde, mais suffisante pour t’inciter à poser une main sur l’épaule d’Alistair pour ne pas perdre l’équilibre. « Enfin si. Je suis accompagnée de malchance et d’une blessure qui tarde à se soigner. Tu ne serais pas médecin, par le plus grand des hasards ? » Tu affiches un sourire taquin, sans t’attendre une seule seconde à ce qu’il réponde positivement à ta question.




appearances are deceptive
La beauté n'est pas juste une question d'apparence, de vêtements ou de maquillage. La vraie beauté vient de toi-même. Plus tu montreras qui tu es vraiment, plus jolie tu seras.
Contenu sponsorisé
We’re just running away in the moonlight ~ Aurore
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper West Side :: Eclipse
-
Sauter vers: