Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ So say Geronimo! (Saoirse & Bastien) 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

So say Geronimo! (Saoirse & Bastien)

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn :: Coney Island
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Bastien Skelton
général
J'ai posté : 276 messages et j'ai : 56 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Andrea Denver et pour finir je crédite : joemaw

Ven 14 Juin - 4:38

So say Geronimo!
 Saoirse O'Malley & Bastien Skelton 

________________________
Hey, when face to face with all our fears
Learned our lessons through the tears
Made memories we knew would never fade
________________________

Une dernière poussée et la lourde boîte accepte de franchir le cadre de la valise, prenant toute la longueur et accaparant même une part de la banquette arrière que j'ai dû rabaisser d'un côté. J'aurais pas cru que ce serait si grand, mais après, je peux pas tellement m'étonner.

- Vous remercierez Christine de ma part! Me lance le propriétaire de la boutique en apportant deux paquets supplémentaires.
- Sans problème; je lui ferez le message, répondis-je poliment.

Tu parles qu'il veut la remercier! Depuis qu'elle a découvert cette boutique, ma mère doit y acheter une babiole toutes les semaines! La déco de la villa vient en grande partie de cet endroit. Je reconnais, ça a du style, surtout avec les interprétations de ma mère, mais ça veut aussi dire de la trouver en ville régulièrement et de la voir m'emprunter la jeep quand la dite babiole est de grande taille, comme aujourd'hui. Et comme j'ai plus ou moins envie de la voir s'infiltrer chez moi ces temps-ci avec tout ce qui se passe… Je fais le gentil garçon et me transforme en coursier.

Une dernière salutation après avoir tout sécurisé dans le véhicule et j'y grimpe pour m'installer derrière le volant. Longeant le bord de l'eau à petite vitesse, suivant les autres véhicules nonchalants, laissant les piétons naviguer à leur gré, mon regard, caché par les lunettes fumées, passe sur les différentes devantures. Mine de rien, j'aime bien Coney Island. Même si c'est très touristique et très souvent bien bondé. En particulier durant la saison estivale. Le mélange rétro et les nouveaux éléments s'entrechoquent sans que ce ne soit particulièrement dérangeant. Et puis…

Un instant distrait par un éclat bleuté, ça ne prends pas plus pour que je trouve l'entrée du prochain stationnement publique. Le chant de la mer, y'a ça aussi à Coney Island. Au milieu des sonorités des différents éléments de fête foraine, on entend encore les vagues. Au milieu des corps qui passent ou se prélassent, on voit encore l'écume qui vient se glisser sur la plage.

Récupérant mon sac de sport sur le banc passager, je vérifie d'avoir un short - parce que c'est toujours moyen de peser 18 kilos de plus parce que notre jeans s'est imbibé à la première plongée - et une serviette - histoire de ne pas ramener la plage à la maison. Encore. Comme souvent.

Rapidement changé, mes mouvements habituels pour retirer l'une de mes planches du support sur le toit de la jeep trahisse doucement un certain énervement. La fébrilité de m'immerger comme si ça faisait 10 ans que je ne l'avais pas fait. Comme si je ne surfais pas régulièrement, même en hiver. C'est un sentiment qui ne m'a jamais quitté depuis les débuts. Et c'est ce qui me fait accélérer inconsciemment mes pas pour atteindre l'onde dès que mes pieds touchent le sable. Les premiers mouvement de pagaie sont énergiques et, alors que je pourrais passer dessus, je me fais pourtant un malin plaisir à passer sous le premier petit rouleau que je croise, en ressortant détrempé, mais le sourire aux lèvres. Putain ce que ça fait du bien!

Plusieurs aller-retour plus tard, j'accepte de prendre une pause, le derrière sur le sable, ma planche fichée à mes côtés. Ça n'a pas pris bien longtemps à être posé pour que mon attention se porte sur un groupe d'apprentis. Apparement, un certain cours où les élèves sont rendus assez loin peut-être pour tester à l'eau. Simplement, ça me tire un sourire en coin. Plusieurs ne remettrons plus les pieds sur une planche après ces exercices, mais peut-être que l'intérêt restera éveillé chez d'autres.

Me redressant à nouveau, je récupère mon surfboard, décidant de profiter encore un peu avant de rentrer sagement. ...puisque si je ne me mets pas de limite, je peux bien y passer la journée et la nuit.

- Ça va mieux dans l'eau pour surfer, glissais-je au passage à l'oreille d'une fille resté en retrait sans oser se mouiller.

Un sourire en coin, la tête amusé, je me permets de charrier gentiment cette inconnue. T'en fais pas ma grande, y'a pas de requin dans le secteur et les vagues te boufferont pas.
________________________
code by joemaw 687 mots


@Saoirse O'Malley



WITH EVERY BROKEN BONES
- i swear i lived -
© FRIMELDA
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Saoirse O'Malley
général
J'ai posté : 290 messages et j'ai : 320 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jennifer Lawrence. et pour finir je crédite : (c) Google (avatar) / (c) Obsidienne (sign)

Dim 16 Juin - 1:51

So say Geronimo !
13 juin 2019. T’avais passé une journée plutôt mouvementée au boulot. T’avais passé la matinée à prendre et servir les commandes des clients pressés car ils avaient tous soit une réunion, soit un rendez-vous. Tu ne te voyais clairement pas vivre ni même travailler du côté de Manhattan, t’étais bien trop habituée au calme et à la tranquillité du petit village danois où t’avais grandi. Du coup, Coney Island était l’endroit parfait pour élever votre bébé, même si le café où tu voulais être embauchée se trouvait aussi dans ce quartier d’affaires. Mais soit, t’aimais être occupée la journée et voir de nouvelles têtes au quotidien. Au moins tu ne voyais pas toujours les mêmes personnes tous les jours, bien qu’il y avait quelques habitués du café. Clairement, les gens pressés, t’avais pu en côtoyer dans le café de tes parents mais c’était beaucoup plus familial qu’à Manhattan. Mais tu te disais que t’allais finir par quitter cette grande chaine de café où tout se faisait limite à la chaine. T’espérais trouver une ambiance plus cosy et familiale au Callie’s Café. D’après ta mère qui connaissait la patronne, c’était le cas et jamais ta mère ne t’avait manqué alors tu lui faisais confiance. Et puis vous ne pouviez pas vous permettre de n’avoir qu’un seul salaire avec Romain, surtout qu’un bébé commençait à pousser le bout de son nez et que d’ici neuf mois, vous aurez des frais supplémentaires. Par chance, t’avais réussi à répondre aux différents sms de ton fiancé qui s’était légèrement inquiété de ne pas avoir eu de réponses. Mais il avait très vite compris que t’avais dû être très occupée, ce qui était clairement le cas. La fin de journée approchait et t’avais qu’une envie, c’était d’aller te promener le long de la plage de Coney Island. De plus, ton fiancé t’avait proposé d’aller à la fête foraine proche de votre studio et t’avais en tête d’apprendre le surf en une semaine. Tu savais que l’anniversaire de Romain était le 19 juin, il te l’avait dit peu de temps après votre rencontre il y a 4 mois. Tu savais aussi qu’il était doué au surf tandis que toi, ce n’était pas encore ça. Du coup, pendant le trajet de métro qui te ramenait sur Coney Island, tu réfléchissais à la meilleure solution pour toi d’apprendre le surf en une semaine. T’étais vite arrivée sur la plage, la station de métro n’étant pas très loin quand tu vis un groupe de personnes avec des surfs. Ils devaient être en plein cours, tu les observais. Tu vins alors te rapprocher du moniteur pour lui demander s’il prenait encore des grands débutants. Il ne semblait pas très emballé, t’abandonnas l’idée de prendre un cours avec lui mais tu vis qu’ils louaient des surfs à l’heure. T’optas pour cette solution, t’avais mis ton haut de maillot ce matin en dessous de ton débardeur. Il avait fait beau toute la journée pour une fois alors tu voulais en profiter au maximum. Une fois ton surf loué, tu tentas de te glisser discrètement parmi le groupe, sauf que t’avais clairement pas le niveau. Tu te sentais un peu abrutie pour le coup, t’étais là avec ton surf et t’avais aucune idée de ce que tu devais faire. Pourtant tu ne comptais pas lâcher car tu savais que ca ferait plaisir à Romain de pouvoir faire du surf avec toi. Surtout qu’il fallait que tu profites de ton corps avant que ton ventre ne s’arrondisse. Tu fus sorti de tes pensées par un inconnu qui vint te glisser à l’oreille que ce serait mieux dans l’eau pour surfer, tu vins alors lui répondre. « Vous m’avez fait peur. Oui c’est vrai que ce serait mieux, sauf que j’ignore comment en faire », lui dis-tu, un peu gênée par la situation avant de reprendre. « Vous pourriez peut être m’apprendre ? J’ai envie de savoir en faire pour l’anniversaire de mon fiancé, j’ai une semaine pour apprendre les bases, vous pensez que c’est jouable ? », lui demandes-tu, sachant qu’il pouvait très bien te laisser te débrouiller seule ou te faire comprendre qu’une semaine était peut être un pari risqué. Tu te rendis compte que tu t’étais pas présentée alors tu repris. « Et je suis tellement malpolie que j’ai oublié de me présenter, je m’appelle Sara et vous ? », lui demandes-tu par politesse car s’il acceptait de t’aider, t’allais être amener à le revoir. Mais les challenges, t’aimais t’en donner, surtout que t’avais horreur quand la routine s’installait dans ta vie. T’espérais que l’inconnu allait pouvoir t’aider car tu voulais vraiment faire cette surprise à ton homme.  
AVENGEDINCHAINS ft @Bastien Skelton


(c) obsidienne.
ღ Déjà deux mois que tu grandis en moi, mon petit bébé ღ :
 

En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Bastien Skelton
général
J'ai posté : 276 messages et j'ai : 56 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Andrea Denver et pour finir je crédite : joemaw

Mar 18 Juin - 12:38

So say Geronimo!
 Saoirse O'Malley & Bastien Skelton 

________________________
Hey, when face to face with all our fears
Learned our lessons through the tears
Made memories we knew would never fade
________________________

Un mouvement sec et, sans vraiment y réfléchir, ma main se place dans la trajectoire que pourrait prendre sa planche si elle tournait un peu plus, sans pour autant que ce soit le cas présentement. Je n'ai juste pas particulièrement envie de me prendre une claque de board parce que je l'ai fait sursauter ou qu'elle n'est pas encore assez habitué d'en tenir un pour réaliser que c'est plus long que soi et qu'il faut prendre en considération quand on bouge. Beginner mistake. Après qu'on se soit mis dans une situation bien malaisante, normalement on fait gaffe ensuite.

Penchant vaguement la tête sur le côté, je ne peux m'empêcher un léger sourire en coin, vaguement moqueur, à ses premières paroles. Ma grande les cours, ça sert à ça, justement. Sans articuler un mot, je retrouve facilement une tête plus sérieuse et l'écoute plutôt m'expliquer qu'elle a envie d'apprendre pour l'anniversaire de son fiancé, peut-être pour aller en faire avec lui, de ce que je comprends. Du moins, c'est ce qui me paraît plus ou moins logique. Si c'est un mordu qui en fait depuis des années, je doute qu'elle arrive à son niveau, mais bon, le type la trouvera peut-être mignonne de vouloir le faire. Je trouverais peut-être mignon que quelqu'un le fasse pour moi, mais après, j'aime bien la tranquillité que ça m'apporte aussi. Par contre, son délai…

- Tu as peur de l'eau? Tu sais nager? La questionnais-je.

C'est bien de vouloir apprendre les bases, mais justement on va retourner aux bases. Si elle est terrifiée à l'idée de se retrouver sur la grande bleue par elle-même, on oublie. La crise de panique au milieu des vagues, c'est jamais une bonne avenue. Et même avec des mois en délai, ça serait compliqué. Pas impossible. Mais très compliqué et ça demanderait énormement de travail de soi. C'est un peu la même si elle ne sait pas nager : faudra apprendre ça avant et ça peut demander beaucoup de temps.

- Outre ça, si tu n'es pas du genre à te démoraliser facilement, tu peux apprendre en un week-end, lui signifiais-je tranquillement. Faut simplement être motivé et accepté que ça fonctionne pas nécessairement la première fois. ...Et comprendre que y'a rien de mal à ça, fis-je avec un léger sourire pour me faire encourageant.

Mon but n'est pas de la traumatiser, mais je me dis que ça sert à rien de lui dorer la pilule si c'est pour qu'elle soit démontée à la première vague qu'elle se prend de travers et qui la fait tomber. De l'eau de mer, elle risque d'en boire une tasse ou deux dans ses débuts, faut juste qu'elle en soit consciente.

- Bastien Skelton, me présentais-je à mon tour après avoir chassé les excuses d'un vague signe de main, loin d'être offusqué de ne pas connaître son nom. Si tu n'es pas démoralisée, je peux bien essayer de t'aider un peu, acquiesçais-je.

Je l'avoue, son idée est mignonne. Est-ce que ça marchera? J'en sais rien. Mais si ça lui donne la piqûre pour qu'elle continue à en faire, c'est pas perdu, alors puisque j'ai quelques heures devant moi, je peux bien essayer.
________________________
code by joemaw 523 mots



WITH EVERY BROKEN BONES
- i swear i lived -
© FRIMELDA
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Saoirse O'Malley
général
J'ai posté : 290 messages et j'ai : 320 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jennifer Lawrence. et pour finir je crédite : (c) Google (avatar) / (c) Obsidienne (sign)

Mer 26 Juin - 22:31

So say Geronimo !
13 juin 2019. Tu ne sais pas vraiment pourquoi t’as envie de faire du surf. Enfin si, tu veux apprendre pour pouvoir en faire avec ton fiancé. Tu veux lui faire la surprise pour ses 28 ans. Tu te dis que c’est un pari risqué mais t’aimes les challenges. Tu sais que ce sport est important pour ton homme et tu veux lui faire plaisir comme il sait si bien le faire. Alors tu t’étais dit qu’après ta longue journée de travail au café, t’irais te promener simplement sur la plage. C’était sans compter sur un cours de surf, juste devant toi. Tu décidas de demander au prof s’il prenait encore des nouveaux mais ce n’était pas le cas. Alors t’as donc décidée de louer un surf et d’apprendre à travers eux, à ton rythme. Enfin pour l’heure, tu réalisais surtout peu à peu dans quoi tu venais de t’embarquer. Ce pari que tu t’étais lancé allait te prendre des semaines voire des mois. Sauf que t’avais une semaine pour apprendre le surf et tu partais totalement de zéro. De plus, t’allais devoir commencé à mentir à ton homme pour garder ta surprise intacte. Chose impensable pour toi, jamais tu n’avais menti à Romain mais tu savais que t’allais réussir. La planche de surf se trouvait juste devant toi, t’avais pris soin ce matin d’enfiler ton maillot de bain en dessous de tes habits juste au cas où. Surtout que ton homme t’avait parlé d’aller à la fête foraine dans la soirée. Mais là t’étais incapable de savoir quels mouvements tu devais faire pour commencer ton apprentissage du surf. Soudain, tu vins entendre la voix d’un homme derrière toi, tu te retournas, il t’avait fait peur. T’avais cru que c’était ton homme mais tu repris rapidement tes esprits car ton fiancé terminait souvent tard à la salle et là il ne devait être que 17 heures à tout casser. L’homme qui était venu à ta rescousse te demanda si tu savais nager et si tu avais peur de l’eau alors tu lui répondis. « Non je n’ai pas peur de l’eau et oui je sais nager. Pourquoi ces questions ? », lui dis-tu, alors que tu te rends compte rapidement que t’aurais pas du lui poser ta dernière question alors tu repris. « Excusez-moi, le surf est nouveau pour moi mais oui je suis motivée car j’aimerais bien pouvoir en faire avec lui », lui confies-tu, un peu plus rassurée que lorsqu’il était arrivé par surprise. Il voulait seulement t’aider et toi t’as manqué de le rembarrer. Tu voulais plus que tout savoir surfer que t’allais accepter toute l’aide qu’on te proposait. Et surtout t’allais écouter très attentivement ce que cet inconnu allait t’expliquer pour que tu réussisses le pari que tu t’étais lancé. Ca pouvait paraitre fou de vouloir apprendre quelque chose dont tu ne connaissais rien, le tout en seulement quelques jours. Mais t’étais prête et motivée, plus que motivée parce que tu savais que ca allait lui plaire. T’en avais l’intime conviction et puis tu voulais partager une autre de ses passions. Certes, t’aurais pu lui demander de t’apprendre mais non, toi Sara, t’es pleine de surprises aussi. Pour toi, cela te semblait beaucoup mieux d’apprendre les bases avec quelqu’un pour ensuite montrer ce que t’avais appris à ton homme alors tu vins répondre à ton prof du jour. « Je suis motivée, plus que jamais. J’ai hâte de voir la tête de mon fiancé quand il me verra sur la planche de surf mercredi prochain », lui dis-tu, d’un ton déterminé. C’était ce que tu étais, déterminée, tu savais que tu pouvais réussir et t’allais réussir ce pari fou que tu t’étais lancée. Après tout, chez les O’Malley, on ne recule devant rien et c’était aussi pour ça que ton homme t’aimait. L’inconnu face à toi vint se présenter à son tour, Bastien qu’il s’appelait. Il semblait vouloir t’aider à apprendre alors tu vins lui répondre. « Enchantée Bastien. Et je veux apprendre au moins les bases, ce serait déjà pas mal, non ? », lui demandes-tu, optimiste sur tes chances de réussite. T’aimais l’eau alors tu ne voyais pas pourquoi t’allais lâcher l’affaire au bout de quelques minutes. T’étais pas comme ça, Sara, t’avais toujours été une battante. Tu décidais de reprendre en venant lui demander comment il comptait s’y prendre. « Et sinon on commence par quoi ? », lui demandes-tu, ramassant ta planche de surf, commençant à rentrer de nouveau dans l’eau et attendant la réponse de ton professeur de surf. T’étais prête pour l’entrainement et tu comptais bien lui faire savoir, surtout que dans quelques heures, tu devais retrouver ton homme à la fête foraine. Et cela allait de soi, qu’il ne devait pas se douter de ce que tu lui préparais comme surprise. Il la découvrira bien assez tôt, mercredi prochain.  
AVENGEDINCHAINS ft @Bastien Skelton


(c) obsidienne.
ღ Déjà deux mois que tu grandis en moi, mon petit bébé ღ :
 

En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Bastien Skelton
général
J'ai posté : 276 messages et j'ai : 56 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Andrea Denver et pour finir je crédite : joemaw

Jeu 27 Juin - 1:48

So say Geronimo!
 Saoirse O'Malley & Bastien Skelton 

________________________
Hey, when face to face with all our fears
Learned our lessons through the tears
Made memories we knew would never fade
________________________

Semblant s'étonner de mes questions, elle m'en retourne une à la suite après avoir répondu ce qui, pour le cas présent, se trouve être les bonnes réponses - du moment qu'il s'agit de la vérité, évidemment. La simplicité avec laquelle elle a formulé le tout me met cependant en confiance : on ne devrait pas avoir de problème.

- Si tu avais répondu l'inverse, je t'aurais conseillé de revoir ton échéancier, expliquais-je simplement avec un sourire indulgent.

Je n'ai pas envie de la démoraliser en longs discours sur le travail de soi pour combattre ses craintes ou phobies, ça, y'a déjà trop de personnes sur cette planète pour le faire. De l'autre côté, je crois bien que j'encouragerai toujours ceux qui choisissent de vaincre leur peurs de l'eau. C'est un élément qui m'apporte confort depuis que je suis bambin, alors, bien que je ne connaisse pas l'effet provoqué par la crainte de cet élément, j'apprécie ceux qui veulent rencontrer son charme. Et le surf est une belle façon pour ça, selon moi.

Son moral semblant au beau fixe, son énergie me convainc de lui donner une chance et de prendre quelques heures sur mon horaire pour l'aider. Après, y'aura son fiancé pour l'aider si j'ai bien compris. Peut-être qu'un vrai cours entre les deux aiderait aussi. Hochant la tête doucement, j'acquiesce à sa question. Les bases en premier, c'est très bien. C'est au plus logique aussi. Déjà là, elle est bien placée dans mon estime : elle ne s'attend pas à magiquement pouvoir dompter un rouleau dès sa première entrée en mer.

Un rire silencieux secoue cependant mes épaules et un sourire amusé prendre une plus large place sur mes lèvres lorsque je la vois s'avancer dans l'eau. Pas comme ça, la jolie.

- Les bases, c'est sur la plage, la renseignais-je en plantant mon surf dans le sable, établissant sans un mot supplémentaire que je n'allais pas faire un pas de plus.

De toute façon, mon board ne nous sera d'aucune utilité pour le moment. M'agenouillant sur le sable, je retire les roches à portée, les balançant plus loin pour ne rien abimer et dégageant ensuite un espace pour planquer les ailerons de sa planche. Relevant la tête vers ...mon élève du jour, dira-t-on. Je tends les mains afin qu'elle me passe le surfboard qu'elle tient précieusement.

- Prête-le-moi un instant, indiquais-je pour le poser de façon stable sur le sable. Pour savoir comment te lever sur une planche, dans l'eau, c'est plus simple d'apprendre sur la terre ferme, là où tu ne seras pas constamment ballottée par une vague, expliquais-je.

Je pourrais toujours exercer un certain contrôle pour la stabiliser, mais l'océan aura toujours le dernier mot. Penchant légèrement la tête sur le côté, je pose mon regard un instant sur Sara, me questionnant sur la marche à suivre. Laissant son instinct la guider, je me décale pour ne pas la gêner.

- Pose-toi à côté de la planche, vers le tier arrière, fis-je, attendant que son inconscient ou son conscient m'indique le côté où elle sera le plus à l'aise afin de continuer.
________________________
code by joemaw 509 mots



WITH EVERY BROKEN BONES
- i swear i lived -
© FRIMELDA
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Saoirse O'Malley
général
J'ai posté : 290 messages et j'ai : 320 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jennifer Lawrence. et pour finir je crédite : (c) Google (avatar) / (c) Obsidienne (sign)

Sam 6 Juil - 21:04

So say Geronimo !
13 juin 2019. Te lancer des challenges, c’était ton crédo. T’avais jamais aimé la routine et t’avais senti qu’en restant au Danemark, vous alliez mourir à cause de cette dernière. Toi t’aimais apprendre de nouvelles choses, découvrir des endroits que t’ignorais l’existence. Tu savais que ton homme adorait le surf, toi t’aimais l’eau mais t’avais jamais eu l’occasion d’en faire. Après tout, au Danemark, c’était pas si courant que cela de voir des surfeurs sur la plage. En général, les plages danoises étaient plutôt désertes, du moins près du village où t’avais grandi. C’était plutôt un coin paisible où la population en général préférait venir s’y balader, plutôt que d’y faire du surf. Et puis ton frère n’était pas franchement porté sur le sport nautique, il préférait passer ses journées à trainer avec ses amis peu fréquentables. Malgré tout, t’avais repéré la plage, tout près de votre studio. Tu t’étais dit ce matin en partant à ton travail, que t’irais t’y balader en rentrant. Et puis au fil de la journée, vous aviez convenu avec ton petit ami, de vous retrouver près de la fête foraine, en fin de journée. Or, il n’était que 16 heures et tu te disais que t’avais deux bonnes heures devant toi. Après de longues minutes de métro, t’étais enfin arrivée sur la plage. Tu commençais à regarder un groupe de surfeurs en herbe, t’aurais voulu participer au cours mais t’étais arrivée trop tard. Tu vis que l’endroit qui faisait les cours, louait aussi des surfs. Tu décidais d’en louer un pour une heure, tu te dis que t’allais réussir à entrer dans l’eau et monter dessus. Sauf qu’une fois devant l’océan, tu ne savais pas trop comment t’y prendre. Et c’est là qu’un jeune homme arriva à ta rescousse, il te demandait si t’avais peur de l’eau. T’avais pas peur de l’eau, au contraire t’aimais être dedans. Mais perdue quand il s’agit de faire du surf, tu l’étais totalement. Il semblait rassurée que tu n’aies pas peur alors tu lui souris. Tu lui montrais que t’étais motivée pour apprendre, tu voulais vraiment faire la surprise à Romain pour son anniversaire. T’avais une semaine pour apprendre à bien tenir sur la planche, du moins apprendre les bases. Tu savais ce que tu voulais, apprendre les bases et peut être que Bastien, comme il venait de te dire, allait pouvoir t’aider. Et en effet, il était prêt à t’aider à apprendre les bases. Toi qui n’y connaissais rien, tu t’étais dit que les bases, t’allais les apprendre dans l’eau directement. Sauf qu’en réalité, cela se faisait sur le sable. T’avais aucun problème avec cela, tu l’ignorais, voilà tout. Tu le vis planter son surf dans le sable et venir te demander le tien, tu lui tendis et il commença à te montrer comment tenir sur une planche. Dans le fond, il n’avait pas tort, c’était plus logique et simple d’apprendre ça sur le sable alors tu vins lui répondre. « C’est vrai que ça parait plus logique », lui dis-tu, lui souriant et l’écoutant te guider pour te placer sur la planche. Il fallait que tu te positionnes à côté et vers le tier arrière. Ce devait être du langage de surfeur car tu ne comprenais pas ce qu’il voulait dire alors tu repris. « Alors je me mets à côté de la planche, d’accord. Mais au tier, c’est-à-dire ? », lui demandes-tu, un peu perdue. T’étais vraiment une grande débutante mais tu tentais de te placer comme tu le pensais alors tu repris. « Je suis bien placée là ? », lui demandas-tu, pas très sure de toi mais bon t’étais là pour apprendre de tes erreurs après tout. T’espérais qu’il n’allait pas t’en tenir trop rigueur, tu tenais à réussir ce challenge d’apprendre en une semaine. Après tout, même si ta grossesse était le plus beau que tu pouvais offrir à ton homme pour ses 28 ans, tu voulais qu’il ait un anniversaire dont il allait se souvenir longtemps. C’est pourquoi t’avais prévu de l’emmener faire du camping près de l’océan, mais surtout près d’une location de surf car t’avais en tête d’en faire avant la tombée de la nuit.
AVENGEDINCHAINS ft @Bastien Skelton


(c) obsidienne.
ღ Déjà deux mois que tu grandis en moi, mon petit bébé ღ :
 

En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Bastien Skelton
général
J'ai posté : 276 messages et j'ai : 56 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Andrea Denver et pour finir je crédite : joemaw

Ven 12 Juil - 1:29

So say Geronimo!
 Saoirse O'Malley & Bastien Skelton 

________________________
Hey, when face to face with all our fears
Learned our lessons through the tears
Made memories we knew would never fade
________________________

Un léger rire m'échappe alors qu'elle approuve le fait de commencer sur la plage. De toute façon, elle se serait rapidement rendu compte que c'était préférable, même si elle m'avait tenu tête pour ça. De manière générale, même le plus têtu des nouveaux finit par se ranger à ce point après s'être pris 3 ou 4 tasses d'eau de mer par la bouche ou le nez. C'est immanquable. Parce que, même quand t'en fait depuis des années, une vague qui s'invite dans ton nez, c'est pas le plus charmant! Non, j'y échappe pas, ça m'arrive encore. Et pourquoi je sais que le plus borné finit par apprendre quand même sur la plage? ...je suis très têtu. Et j'ai parfois un orgueil mal placé. Je vous laisse faire l'équation.

- Pile au bon endroit, acquiesçais-je avec un léger sourire après son hésitation. C'est aussi l'endroit où tu te placeras dans l'eau pour grimper sur ta planche, expliquais-je. Alors, tu glisses une main de chaque côté et…

Faisant une pause dans mes paroles, je me redresse réalisant que la démonstration sera plus probablement plus claire que de simples paroles.

- Minutes…

Arrachant mon board du sable, je le place dans la même position que le sien, pas trop loin, mais assez pour qu'on ne passe pas notre temps à se gêner. M'installant à mon tour sur le côté, j'agrippe la planche tel que je voulais qu'elle le fasse.

- Comme ça, indiquais-je.

Une fois fait, j'enchaine : comment grimper sur la planche de surf. Alliant la parole aux gestes, attendant toujours qu'elle aie exécuter l'opération elle-même pour passer à la suivante. Continuant les explications, la faisant redresser son buste dans le but de lui apprendre comment se lever plus tard, je développe une patience que je n'ai pas nécessairement pour tout. Mais le surf, ça a toujours été comme ça : ça me calme, ça me fait sourire plus facilement, ça canalise mon énergie. L'eau de manière générale en fait. Mon entourage ne s'en étonne plus; s'ils me voient foncer vers la plage, ils m'attendent bien souvent sur la grève ou font autre chose en disant que je sortirai bien de l'eau à un moment ou à un autre. Venir me chercher au milieu des vagues n'est pas nécessairement la meilleure idée et ils le savent. Me barrer la route n'est pas tellement envisageable non plus, s'il faut être franc.

- Assure-toi que tes orteils soient bien au bout, conseillais-je. Sinon, par la suite, pour te lever, t'auras plus de mal : tu risques d'être débalancée entre l'avant et l'arrière du board, en perdre le contrôle et c'est comme ça qu'on se retrouve à l'eau sans même avoir pris une vague.

C'est pas pour lui faire peur, juste la mettre en garde. C'est le genre de truc qui vient tout seul après quelques fois de toute façon. Ça paraît rapidement plus naturel et on se positionne sans même y penser.

Lui montrant ensuite comment se mettre debout, je lui fais refaire l'exercice alors que je m'assoie simplement de travers sur ma planche pour voir et corriger ses mouvements, si besoin.

- Ça fait un longtemps que tu es avec ton copain? La questionnais-je, naturellement, la faisant discuter tout en lui faisant refaire les gestes encore une fois. Un peu plus pliés, les genoux, avisais-je. Tu sais si ça fait longtemps qu'il surf? Demandais-je négligemment.

Attendant que son attention soit concentrée sur la réponse, ne portant plus trop  d'intérêt à mes actions, j'appuie d'un petit coup sec sur sa planche de surf avec mon pied pour la faire osciller légèrement, cherchant à la déstabiliser sans pour autant la jeter au sol.
________________________
code by joemaw 600 mots



WITH EVERY BROKEN BONES
- i swear i lived -
© FRIMELDA
Contenu sponsorisé
So say Geronimo! (Saoirse & Bastien)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn :: Coney Island
-
Sauter vers: