Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère. FT Calliopé Winshop 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère. FT Calliopé Winshop

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Kray
général
J'ai posté : 91 messages et j'ai : 333 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Tom Hardy et pour finir je crédite : Tumblr

Lun 1 Juil - 13:35






On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très grande cuillère
ft. @Calliopé Winshop et Thomas Kray


(c) Nyyx | Never Utopia


« Laissez-moi deviner. Vous êtes ici pour me dire que notre cible est à la morgue et que je n’ai donc aucune raison de m’inquiéter. N’est-ce pas ? »



Devant lui, il y avait deux grands types baraqués qui se tordaient les mains comme deux gamins incapables d’avouer une faute. Il grogna légèrement alors que l’un des gorilles ouvrit la bouche



« Il y a eu des... Complications ... »



Un léger sourire étira ses lèvres, projetant l'ombre de ces dernières que produisait la lampe de son bureau sur son menton.


Il ouvrit la bouche et il se passa un temps pendant lequel on entendit seulement les respirations des deux hommes, légèrement saccadées et tremblantes. Puis un léger sifflement moqueur sortit de la bouche de l'homme avant qu'il ne murmure à son tour


« Bien sûr … Il y a toujours des complications. »



Il se leva tout doucement, contournant son bureau et s’approcha.


Thomas n’était pas réputé pour être très doux avec ses employés. Il n’était pas non plus violent sans raison. Malheureusement pour les deux gros-bras qui se tenaient devant lui, il y avait une raison. En cause : Cedric. Un dealeur au service du Réseau qui avait décidé il y avait quelques mois de se servir allégrement dans l’argent que lui rapportait ses ventes plutôt que de tout ramener à Thomas. Le mafieux était furieux, il avait toujours mis un point d’honneur à payer convenablement ses employés, ce n’était pas pour qu’ils le poignardent dans le dos à la moindre occasion. Mais, ce que Cedric ne savait pas où avait délibérément choisi d’ignorer, c’est que Thomas possédait New-York. Il avait des hommes partout, il était au courant de tout et tout finissait bien par se savoir.

Il avait donc planifié sa vengeance en envoyant des hommes à lui perquisitionner le domicile du dealeur pour y retrouver l’argent. Mais l’argent n’y était plus. A la place, des appareils électroniques hors-de-prix qu’ils avaient détruit, mais Cedric demeurait introuvable et Thomas détestait qu’on la lui fasse à l’envers.


Mais son meurtre avait été commandité il y avait de cela quatre mois et il commençait à s’impatienter. Il y serait volontiers allé lui-même, si sa soirée n’avait pas été prise par autre chose… Ou plutôt par quelqu’un d’autre.
Il soupira


« Ecoutez-moi bien, j’estime avoir été assez patient avec vous. Mais ma patience à des limites et vous marchez sur une fine pellicule de glace, et je serai dessous quand elle cédera. Je serai bien allé descendre cet enfoiré moi-même si ma soirée n’avait pas été prise. Je vous laisse deux jours supplémentaires et, si vous en êtes incapables ce sera une preuve vibrante que je peux me passer de vous et qu’il faut vous supprimer vous aussi. Au travail. »



Et les colosses s’étaient enfuis tellement vite que s’ils avaient été dans un dessin-animé, ils auraient été suivis par une trainée de flammes. Thomas demeura seul, prenant un moment pour écouter les vibrations du Raven juste au-dessous. L’établissement n’avait même pas encore ouvert mais était déjà rempli de monde, des techniciens en tout genre et des employés divers et variés.


Regardant sa montre, il sentit une étrange sensation serrer son ventre en se rendant compte qu’il était l’heure pour lui de descendre et de passer chercher Callie pour l’emmener au restaurant. Se levant, il prit tout de même quelques secondes pour se juger dans le miroir de son bureau. Le bout de verre lui renvoya l’image d’un homme puissant aux cheveux bruns courts et soigneusement peignés pour donner l’air d’un homme qui ne se peigne pas, et aux yeux gris. Il portait un costume bleu foncé, presque noir, une chemise blanche et une cravate et des chaussures noires. Il était très élégant.

Se parfumant légèrement, il attrapa ses clés de voitures, son portable et son portefeuille et descendit les marches, atterrissant dans le couloir où les escorts se préparait pour leur soirée dans leurs chambres. Puis, arrivé en plein cœur du Raven, il profita pour demander un shot de téquila rapide au barman. Il n’avait pas pour but de s’alcooliser outre mesure, simplement se détendre.


Bien entendu, on s’écartait sur son passage et on le saluer en l’appelant « Monsieur Kray » ou « Patron » et c’est cette aura de puissance qui l’accompagna jusqu’au parking privé où les employés se garaient.
Il conduisit prudemment jusqu’à l’adresse fournie par Callie et gara son 4x4 Maserati juste devant. Coupant le moteur, il prit quelques secondes pour vérifier si tout allait bien avec son reflet dans le rétroviseur et sortit enfin de la voiture, s’adossant à la portière pour envoyer un message à sa belle



« Je suis là. »




Voir le profil de l'utilisateur
Calliopé Winshop
général
J'ai posté : 1845 messages et j'ai : 327 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : magma (ava) | macherierps (gif) | exodium (gif)

Lun 1 Juil - 14:09
On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère. FT Calliopé Winshop Tumblr_inline_pesmgjulkB1uyanoc_250

- Tu es sûr que ça ne te dérange pas, hein ?
- Arrête un peu et vas donc t’amuser, ça te changera.


Voilà ce qu’on m’a répondu quand j’ai demandé une nouvelle fois à Holly de garder Brayon. Je lui dois une sacrée chandelle et j’en suis parfaitement consciente. Mais j’ai aussi besoin de ce service plus que tout. Mon envie de revoir Thomas a primé sur tout le reste et ça, je n’en suis pas très fière. Je n’aime pas l’idée de me faire passer en priorité, ne serait-ce qu’une seule fois.

Alors pourquoi as-tu accepté de dîner avec lui, hein ?

Je dois bien reconnaître que Thomas Kray a toujours la même influence sur moi. Quant à savoir si c’est une bonne ou une mauvaise nouvelle, je ne saurai encore le dire. J’espère que tout ira bien et que je ne suis pas en train de tomber dans un scénario mélo-dramatique que je ne contrôle pas. Je n’ai pas du tout besoin de ce genre de choses en ce moment. Mais alors, vraiment pas.

Tandis que je me regarde pour la énième fois dans le miroir, je me demande si cette robe fait too much ou pas. J’ai eu envie de mettre le paquet alors qu’au fond, je ne sais toujours pas si Thomas a quelqu’un dans sa vie ou non. Si c’est le cas, je vais être extrêmement déçue, je le sais pertinemment. Mais j’imagine que ce sont les aléas de la vie, et puis ce n’est pas comme si ce genre de plans débiles ne me connaissait pas depuis le temps…

Quand je reçois le SMS de Thomas, je prends une profonde inspiration. Il est l’heure de jouer cartes sur table. Avec un peu de chance, j’en sortirai grande gagnante. Sinon…j’aurai toujours mes yeux pour pleurer de honte.

Je quitte mon immeuble et tombe des nues en voyant la voiture devant laquelle Thomas m’attend. C’est une plaisanterie, n’est-ce pas ? Comment est-il possible qu’il ait en sa possession ce genre de voiture ? Que fait-il dans la vie ? Un gérant de boîte de nuit ne peut pas gagner autant, si ?

Bien décidée à ne pas laisser mon esprit tortueux prendre le dessus, je secoue lentement la tête et souris à l’homme avant de m’approcher de lui.

- Bonsoir, dis-je presque dans un murmure alors que j’arrive à sa hauteur.




For the night is dark and full of darkness.
day and night collide


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Kray
général
J'ai posté : 91 messages et j'ai : 333 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Tom Hardy et pour finir je crédite : Tumblr

Lun 1 Juil - 16:09






On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très grande cuillère
ft. @Calliopé Winshop et Thomas Kray


(c) Nyyx | Never Utopia


Thomas ouvrit grand les yeux en voyant Callie. Elle était magnifique… Non, elle était plus que ça. Il ouvrit la bouche pour lui dire à quel point elle lui plaisait mais ne trouva pas les mots. Il n’y avait pas de mots.

Il cligna des yeux, persuadé d’avoir à faire à une hallucination mais elle était bien réelle et ce n’était certainement pas avec de simples mots qu’il allait exprimer ce qu’il avait ressenti en la voyant.

Alors, il fit ce qu’il pressentait comme la chose la plus naturelle à faire, posant tendrement ses mains sur ses joues, englobant ses oreilles sans les recouvrir, il l’embrassa.


Ses lèvres contre les siennes, même pendant le peu de secondes que dura le baiser lui firent totalement perdre la raison, tellement qu’il osa mordiller très légèrement sa lèvre inférieure avant de s’écarter.


Et, comme un brutal retour à la réalité, il se rendit compte de ce qu’il venait de faire. Et, perdant tout d’un coup toute la prestance qu’il avait eue, adossé à la portière de sa Maserati, il bafouilla



« Oh ! Je… Je suis désolé je, je ne sais vraiment pas qu’est-ce-qui m’a pris… »



Piètres excuses, ça n’avait jamais été son fort de toute façon. Mais il se sentait mal, elle ne faisait pas partie des gens à qui faire du mal ne représentait rien pour lui. Au contraire, il avait envie qu’elle se sente bien, il avait envie qu’elle passe une bonne soirée, il avait même prévu de l’emmener dans le meilleur restaurant qu’il connaissait, là-bas, il savait qu’il serait reconnu –mais que de toute façon tout le monde allait être trop effrayé pour le confronter- et il pourrait juste passer pour quelqu’un de célèbre, légalement.


Il comptait un peu sur ces artifices pour la séduire et l’idée d’utiliser sa richesse en plus de sa notoriété lui avait traversé l’esprit. Après tout, une fille comme Calliopé devait avoir le monde à ses pieds et les hommes rampants ne serait-ce que pour obtenir un regard. Elle méritait mieux que lui, elle était complètement hors de sa portée. Comment un membre de la Pègre, un tueur, un impulsif, un violent pouvait gagner le cœur d’une femme aussi naturelle et aussi belle qu’elle ? Ils avaient déjà été amoureux, mais il craignait que cette flamme ne se soit éteinte, faute d’entretien après son départ.


Depuis, elle avait dû refaire sa vie, trouver un mari et accepter sa proposition de dîner pour lui faire plaisir…


Voir le profil de l'utilisateur
Calliopé Winshop
général
J'ai posté : 1845 messages et j'ai : 327 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : magma (ava) | macherierps (gif) | exodium (gif)

Lun 1 Juil - 17:15
On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère. FT Calliopé Winshop Tumblr_inline_pesmgjulkB1uyanoc_250

Quand je sens ses deux mains venir se poser contre mes joues, je me dis tout d’abord que j’hallucine et qu’il n’est pas sur le point de faire ce que je crois qu’il va faire. Et pourtant, si. Thomas vient m’embrasser et me mordille même la lèvre. Il me faut un sang-froid absolument monumental pour ne pas céder à la tentation aussi rapidement. Je ne sais d’ailleurs pas d’où je tiens cette soudaine capacité de contenance. C’est surprenant venant de moi, je dois bien l’admettre.  

Lorsque ses lèvres quittent finalement les miennes, mon premier réflexe est de venir y poser mes doigts. Cette caresse aurait dû durer une éternité. Je ne m’en serai jamais lassée. Thomas me regarde, l’air visiblement très embarrassé. Que lui dire ? Que faire sans nous mettre tous les deux dans l’embarras et l’indécision ?

- Ce…ce n’est rien, enfin je veux dire…

Rends service au Monde Calliopé et ferme-la, tu veux ?

Je ne peux m’empêcher de rougir en réalisant que ce qui vient de se passer m’a plu. Ce n’est pas correct, c’est sans doute également trop rapide. Alors pourquoi ai-je tant envie de recommencer ? Il suffit de le regarder dans les yeux pour savoir que le diable est face à moi. Mais dieu qu’il est tentant.

- Tu…as une belle voiture, dis-je en prétendant ne pas suffisamment m’y connaître pour ne pas savoir de quoi il s’agit.

Sauf qu’il sait qui tu es, crétine. Il sait que tu sais quelle voiture c’est.

Je rougis encore avant de regarder autour de nous puis de me regarder moi. Je me sens très exposée et je n’y suis pas habituée. Comme je n’ai pas pour habitude de porter cette robe, non plus. Je la trouve splendide mais je la trouve…je ne sais pas. Elle fait très femme que je ne suis pas.





For the night is dark and full of darkness.
day and night collide


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Kray
général
J'ai posté : 91 messages et j'ai : 333 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Tom Hardy et pour finir je crédite : Tumblr

Lun 1 Juil - 19:19






On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très grande cuillère
ft. @Calliopé Winshop et Thomas Kray


(c) Nyyx | Never Utopia


Quand elle commenta sa voiture, il eut un éclat de rire et se retourna pour tapoter légèrement sur son toit



« Oui ! Je l’ai depuis trois ans maintenant ! »




Il fallait bien l’avouer, cette conversation ne l’avait pas rassuré le moins du monde et n’avait fait que le conforter dans son idée d’avoir fait une immense connerie en la voyant si gênée. Alors, il se décida de mettre un terme à cet instant suspendu et se tourna pour lui ouvrir la portière



« D’ailleurs, si cela sied à madame, l’humble roturier que je suis serait le plus heureux des hommes si elle acceptait de dîner avec lui. »



Il avait envie de rajouter « après ce qu’il s’est passé » mais décidé qu’il ne valait mieux pas raviver ce genre de « souvenirs » ou remuer le couteau encore dans une plaie chaude et fumante.


Gentleman, il referma la portière derrière lui et vint s’installer sur le siège conducteur. Thomas conduisait bien, il avait bien-sûr deux types de conduites : celle rapide et nerveuse quand il était seul ou que quelque chose n’allait pas et celle douce et calme, respectant absolument toutes les règles du code de la route, quand il roulait avec sa famille ou en l’occurrence la plus belle femme du monde.


Ils roulèrent pendant une dizaine de minutes, temps pendant lequel il dut se faire violence pour résister à son envie de poser sa main sur la cuisse de Calliopé comme il avait l’habitude de le faire avec ses conquêtes avant qu’il ne gare sa voiture devant le restaurant.


Le Per Se était l’un des meilleurs restaurant du monde, le chef, Thomas Keller, proposait divers plats de cuisines américaines et françaises. Thomas était un habitué, il y avait amené Eva et Maja pour les quatre ans de cette dernière. Le menu du chef coûtait 355$.


L’entrée était somptueuse, quand ils en passèrent les portes, le maître d’hôtel vint immédiatement à leur rencontre



« Oh ! Monsieur Kray, on m’a prévenu de votre venue ! Comment se porte notre critique préférée ? »



Thomas rit doucement, la dernière fois, Maja avait plus ou moins subtilement qu’il ferait mieux d’installer un château gonflable au milieu de la salle « parce que les gens ils aiment ça » selon elle.


« Très bien, merci. J’avais réservé pour 20h30. »



En réalité, ils auraient très bien pu se pointer sans réservation, le Per Se mettait toujours un point d’honneur à trouver de la place à un membre de la famille Kray.


On les installa dans une espèce de niche, isolée du reste des salles, décorée de fleurs blanches fraichement coupée. La table était déjà mise et bien entendu, la carte de Callie ne comportait pas les prix. Le maître d’hôtel sourit et joignit ses mains



« Est-ce que des apéritifs vous feraient plaisir ? »



Thomas sourit



« Une bouteille de Dom Pérignon serait parfaite. »



« Parfait monsieur, je vous l’apporte. Le chef viendra certainement vous voir dans la soirée. Il ne perd jamais une occasion de vous saluer. »



Et il s’éloigna. Thomas reporta alors son regard et toute son attention sur sa belle et sourit



« J’espère que ça te plait, c’est mon restaurant préféré ! »





Voir le profil de l'utilisateur
Calliopé Winshop
général
J'ai posté : 1845 messages et j'ai : 327 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : magma (ava) | macherierps (gif) | exodium (gif)

Lun 1 Juil - 20:42
On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère. FT Calliopé Winshop Tumblr_inline_pesmgjulkB1uyanoc_250

Son numéro de charme ne devrait pas prendre sur moi, et pourtant. Je le laisse jouer les princes charmants et me conduire dans un restaurant qu’il dit affectionner tout particulièrement.
Quelle n’est pas ma surprise quand nous débarquons devant le Per Se qui se veut être certainement l’un des restaurants les plus côtés et chics de tout New-York. Ma gorge se serre quand je pense au prix que va me coûter cette soirée. Je n’ai pas les moyens de me permettre ce genre de dépenses avec mes maigres $500 pour tenir jusqu’à la fin du mois en courses et en vêtements pour Brayon. Déjà que je prie tout ce qu’il y a à prier pour que ni le petit ni moi ne tombions malades au risque de finir chez le médecin, ce qui me coûterait encore un rein...

Quand nous entrons, je ne me sens pas du tout à mon aise ni à ma place. Il est évident qu’une fille de Géorgie née de deux parents modestes n’a strictement rien à faire dans un établissement d’une telle splendeur. La même question revient sans cesse : comment Thomas a-t-il les moyens de gérer des choses pareilles ? Le luxe n’a pourtant pas fait partie de sa vie étant enfant, j’en sais quelque chose.

On l’appelle par son nom ici, ce qui ne veut dire qu’une seule et unique chose : il est connu comme le loup blanc. Je ne comprends rien. Je suis complètement dépassée. Et les choses ne vont pas en s’arrangeant lorsque je réalise qu’on nous installe dans un coin que l’on pourrait considérer comme VIP.

- Thomas...

Ma voix me fait défaut, ce n’est qu’un murmure. L’homme ne m’entend même pas.
Nous prenons place et Monsieur commande une bouteille de Dom Pérignon. Mon sang ne fait qu’un tour.

- Je suis ruinée, dis-je cette fois d’une voix suffisamment forte pour me faire entendre. « Une fois sortie d’ici, quand j’aurai payé ma part, j’aurai un crédit à vie sur les bras. »

Ce n’est pas comme si tu en avais déjà un, n’est-ce pas ?

- Tu fais dans la spéculation immobilière pour avoir autant à dépenser ou...?

Ma question se veut être une boutade mais vu la tête qu’il me fait après l’avoir entendu, ma gorge se serre encore plus.





For the night is dark and full of darkness.
day and night collide


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Kray
général
J'ai posté : 91 messages et j'ai : 333 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Tom Hardy et pour finir je crédite : Tumblr

Mar 2 Juil - 0:03






On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très grande cuillère
ft. @Calliopé Winshop et Thomas Kray


(c) Nyyx | Never Utopia


Il la sentait tendue et il n’aimait pas ça. Il avait tout fait pour qu’elle soit bien à ses côtés –le baiser à part- et il avait l’impression d’échouer. C’était un peu sa hantise, qu’elle le trouve trop différent, qu’elle le pense trop loin. Il savait pertinemment qu’il ne la méritait pas mais il espérait inconsciemment qu’elle ne soit pas de cet avis.



« Tout va bien ? » Demanda-t-il à mi-voix, perdant son sourire



Ce qu’elle lui répondit le rassura un peu mais ne fit pas tout à fait disparaître ses inquiétudes qu’il peina à cacher sous un nouveau sourire



« Callie, enfin, je t’invite voyons. C’est un rencard. »




Il avait parlé trop vite. Encore une fois, son impulsivité avait pris le dessus. Il se rendit compte qu’elle avait peut-être quelqu’un dans sa vie. Certainement même et qu’il avait pris de gros risques et osant l’embrasser. Il fallait peut-être qu’il se calme…



Heureusement, elle posa une question qui acheva de le gêner mais qui eut l’avantage d’orienter la conversation sur un autre sujet qu’il maîtrisait plus. Il fit tourner son verre vide entre ses doigts, le regard fuyant



« C’est… Entre autres. Disons que je… J’essaie de varier mes activités. Et tu serais surprise du prix de l’immobilier en cette période de l’année ! »




Ce n’était pas totalement faux, en été, les loyers à Manhattan explosaient, mais ça ne suffisait pas à expliquer sa richesse. Mais il avait peur. Non, il était terrifié qu’elle l’abandonne si elle apprenait qui il était vraiment, que pas plus tard qu’en début de soirée il avait discuté du meurtre d’un ancien collaborateur avec le flegme d’une soirée normale.


Il avait peur de devoir vivre une double vie, de retrouver ses armes, ses drogues, ses escorts et ses histoires sordides de meurtres et de torture juste après avoir passé une journée à être tout simplement lui-même et heureux avec Calliopé.


Et cette peur ainsi que l’incertitude de l’existence d’un bon moment pour le lui annoncer lui donna l’impression d’un étau se refermant autour de son torse et de ses poumons. Il avait l’impression de suffoquer. Alors, pour évacuer la pression, il changea de sujet. Ou plutôt, il l’invita à le faire :



« Mais ne parlons pas de moi, je doute qu’un monologue sur l’inflation du prix de l’immobilier soit appréciable pour un dîner… Parle-moi de toi ! Ca fait si longtemps… »


Voir le profil de l'utilisateur
Calliopé Winshop
général
J'ai posté : 1845 messages et j'ai : 327 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : magma (ava) | macherierps (gif) | exodium (gif)

Mar 2 Juil - 10:02
On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère. FT Calliopé Winshop Tumblr_inline_pesmgjulkB1uyanoc_250

L’entendre me dire que ce dîner de retrouvailles est bien plus que cela fait chavirer mon cœur. Ce dernier ne sait plus quelle cadence tenir avec toutes ces nouvelles informations à prendre en compte. Thomas, assis face à moi, semble si sûr de lui en disant cela. Il ne peut y avoir qu’une seule signification à cette soirée : il est seul. Soupçonne-t-il que je le suis également ou a-t-il tenté un gros coup de poker au risque de se prendre une veste de ma part ?
Cette fois-ci, le malaise est bien installé mais dieu merci Thomas répond à ma question concernant ses activités professionnelles. J’ai envie de faire une blague sur cette histoire de hausse des prix de l’immobilier mais je décide de me retenir. Hors de question de lui étaler mes  problèmes sur la table. La femme indépendante que je suis sait qu’elle trouvera une solution, comme cela a toujours été le cas. A ce titre, je n’ai besoin ni de Thomas ni de quiconque pour me sortir d’affaire.

- Tu sais, il s’en est passé des choses en quinze ans, Thomas.


Je réalise que ma réponse n’est pas des plus appréciables, je tente donc de me rattraper.

- Ce que je veux dire c’est... Je ne saurai même pas par où commencer.

Et si tu commençais par : tu te souviens de ton pote Jon Stewart ? Il s’est bien éclaté quand tu as quitté Savannah.

Je secoue lentement la tête et ferme les yeux un instant. Un très court instant. Je ne peux pas en vouloir à Thomas pour les agissements de Jon. Il n’y est pour rien, il n’avait pas le contrôle sur les autres, ce qui semble avoir bien changé.

- J’ai continué mes études à l’université, comme je le voulais. J’ai étudié les lettres. Et puis j’ai enchaîné les petits boulots jusqu’à trouver une place dans une librairie où je suis restée plusieurs années. Papa voulait que je travaille dans l’entreprise avec lui mais j’ai refusé. Je ne voulais faire ça. Le domaine agricole n’était pas mon truc. Et puis...en 2016 j’ai atterri ici, à New-York. J’ai d’abord travaillé en tant que libraire et puis le Callie’s Café a vu le jour. Ma plus belle création sans aucun doute.    



For the night is dark and full of darkness.
day and night collide


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Kray
général
J'ai posté : 91 messages et j'ai : 333 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Tom Hardy et pour finir je crédite : Tumblr

Mar 2 Juil - 20:27






On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très grande cuillère
ft. @Calliopé Winshop et Thomas Kray


(c) Nyyx | Never Utopia


Thomas buvait ses paroles, un léger sourire aux lèvres. Il aurait voulu l’écouter parler pendant des heures, malheureusement, Thomas Keller en personne arriva à leur table. Thomas se leva pour lui serrer la main.



« Monsieur Kray ! J'ai cru que Noël était arrivé en avance quand on m'a annoncé que vous aviez réservé! Ca faisait longtemps que vous n’étiez pas venu ! J’ai même réfléchi à repenser tous mes menus pour vous garder en client fidèle. »



Thomas éclata de rire



« Non enfin, ne vous donnez pas tout ce mal pour moi, j’ai été… Plongé dans les affaires récemment et je n’avais pas une minute pour moi. » Il se tourna ensuite vers Calliopé et sourit, un sourire différent, moins amical, plus… Différent. En, réalité, l’émotion qui transparaissait dans son sourire et surtout dans l’éclat de ses yeux était facilement identifiable. « Et, je vous présente Calliopé, une superbe femme qui a apparemment de gros problèmes de jugement puisqu’elle a accepté de passer une soirée avec moi. »



Thomas sourit et salua poliment la jeune femme avant de se tourner vers le mafieux



« Pour vous, mon meilleur champagne. »
Déclara-t-il en ouvrant la bouteille de Dom-Perignon et en les servant lui-même avant de repartir en cuisine.



Thomas leva son verre à hauteur de son visage et plongea ses yeux gris dans ceux de sa belle avant de murmurer



« A nos retrouvailles. »



Il posa ensuite la flûte sur ses lèvres et trempa ses dernières dans le champagne avant de fermer les yeux pour savourer, non sans un certain plaisir coupable.


Puis, il désigna le menu à Callie et sourit,




« Fais toi plaisir enfin, choisi ce que tu veux ! »




Jetant un coup d’œil à son menu, qui lui comportait les prix –même s’il n’y accordait aucune importance-, il ajouta



« Je te conseille le saumon, il est délicieux ! »




Le dîner passa vite, trop vite. Beaucoup trop vite. Il avait l’impression de ne jamais l’avoir quittée. Il avait l’impression qu’avec elle il pouvait parler de tout, tout lui dire, tout lui avouer, ne jamais se cacher. Même ses inquiétudes que l’homme qu’il était vraiment la dégoûte disparurent un instant alors qu’il était perdu dans ses yeux à s’imaginer des choses toutes plus folles les unes que les autres.


Arriva bien évidemment le moment de l’addition qui s’élevait à 710$ que Thomas paya sans même la regarder comme s’il venait de dépenser 2$ pour une vulgaire glace dans la rue. Mais il avait perdu une partie de son sourire au profit d’une expression légèrement plus timide, qu’il confirma en déclarant, à mi-voix, comme s’il avait peur de sa réponse alors qu’ils se dirigeaient vers sa voiture après avoir chaleureusement remercié le cuisinier et le Chef



« J’espère… J’espère que tu as passé une bonne soirée. »



Il priait. Il priait pour que la soirée ne soit pas vraiment terminée.


Voir le profil de l'utilisateur
Calliopé Winshop
général
J'ai posté : 1845 messages et j'ai : 327 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : magma (ava) | macherierps (gif) | exodium (gif)

Mar 2 Juil - 20:53
On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère. FT Calliopé Winshop Tumblr_inline_pesmgjulkB1uyanoc_250

Passer une soirée à parler de tout et de rien ne m’a jamais paru aussi agréable. Se remémorer les bons souvenirs, expliquer à l’autre qui l’on est devenu au détour d’une blague ou deux... Tout cela autour d’une table où les mets sont tous plus fabuleux les uns que les autres. Qu’aurai-je pu demander de plus ? De mieux ? Lorsque le dîner touche à sa fin et que nous quittons le restaurant étoilé, je ne pense qu’à une seule chose : je ne veux pas que cette soirée prenne fin.

- Cette soirée...je n’ai pas les mots pour la décrire, Tom.


Je me suis remise à l’appeler Tom au fil des verres de champagne que j’engloutissais durant notre repas. J’ai beau avoir une descente assez conséquente pour une femme, je ne tiens jamais très longtemps face aux bulles. Elles se veulent dangereuses, j’en sais quelque chose et ce soir le prouve encore. Sans même m’en rendre compte, je viens déposer ma main sur l’avant-bras de l’homme. Mes yeux viennent se focaliser sur mon geste tandis qu’un sourire en coin apparaît sur mes lèvres.

- Tu es musclé, dis-je en bafouillant presque.

Je ne suis pas ivre, attention, mais j’ai la causette un peu trop facile. Merci Dom Pérignon. Je te revaudrai ça, crois-moi !
Alors que je sais au fond de moi que je devrais dégager ma main, je n’en fais rien. Pire, je sens mes pieds s’avancer vers l’homme tandis que nous sommes maintenant juste devant sa voiture. J’oublie que nous sommes en pleine rue, où des gens peuvent nous voir. Tout à coup, comme par magie, je me fiche du regard des autres. Le Monde n’existe plus.

- Dis-moi qu’il n’y a pas de Madame Kray... murmuré-je, mes lèvres maintenant à un centimètre à peine des siennes.

Je rêve qu’il me réponde que non, il n’y a personne. Je veux tellement être la seule encore une fois. Comme avant. Comme si rien d’autre n’existait. Cette soirée m’a rappelée combien j’aimais être en sa compagnie et combien tout me semblait toujours plus facile avec lui. 



For the night is dark and full of darkness.
day and night collide


Spoiler:
 

Contenu sponsorisé
On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère. FT Calliopé Winshop
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan
-
Sauter vers: