Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Que la fête commence ! [Sarah] 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Que la fête commence ! [Sarah]

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Lopez
général
J'ai posté : 328 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christian Navarro et pour finir je crédite : hershelves

Jeu 4 Juil - 10:14


Que la fête commence !

Sarah & Esteban


Je suis diplômé, enfin. Les études sont derrière moi et c’est un poids immense qui tombe de mes épaules. Les dernières semaines ont clairement été éprouvantes entre mes révisions, les différents dossiers que je devais rendre, et mon travail au New York Times qui exigeait que je me donne à fond dans l’optique de rester embauché là-bas, après mon diplôme. J’ai passé un nombre incalculable de nuits blanches et je me suis rendue compte qu’habiter sous le même toit qu’un enfant de deux ans, en pleine période de révisions, n’est pas le plus simple. Le petit garçon demandait constamment de l’attention et il est bien trop mignon pour que je parvienne à l’ignorer. Mais finalement, tout s’est bien passé. J’ai eu mes résultats, qui ont été plus que bons, et la remise de diplôme s’en est suivie. Sarah avait été présente, de part son rôle d’enseignante, et la situation m’avait amusé.

Ce soir, une grande partie de la promo – qui n’était pas si grande, en effectif, avait décidé de se retrouver dans un bar pour fêter notre remise de diplôme. Et j’avais cassé les pieds à Sarah pour qu’elle m’accompagne. Si cela pouvait lui paraitre étrange de passer la soirée avec ses anciens (désormais) élèves, j’avais argumenté en lui expliquant que désormais, ils étaient ses collègues. Mais, bien évidemment, il lui faudrait probablement un temps d’adaptation. Le fait est que je n’avais plus envie, depuis des mois, de cacher notre relation. Elle est ma compagne, et nous n’avons plus aucune raison de nous montrer discrets. De toute façon, toute la promotion est déjà au courant de notre histoire, vu le raffut que ça a pu faire à l’université. Et mon groupe d’amis semblaient eux aussi insister pour que Sarah soit présente, comme étant ma compagne, plutôt que comme leur professeur.

J’étais bien décidé à profiter de cette soirée, avec Justin et tous les autres, mais aussi fêter comme il se doit ces cinq années d’études qui touchaient enfin à leurs fins. William avait récupéré Saeed pour la soirée, et d’après ce que j’avais pu comprendre, ça ne lui ferait que le plus grand bien de passer un moment avec son fils, au vu de ce qu’il se passait avec Solveig. Cette dernière avait apparemment été mise à pied dans son travail, pour une histoire dont je ne connaissais pas les détails, et elle s’était même accordée un voyage, sans lui, pour se remettre les idées en place. J’imaginais que la situation était difficile pour l’irlandais, mais nous n’étions pas encore assez proches pour que je m’inquiète pour lui plus que de raison.

Je suis diplômé. Putain. Ca me rend heureux. Le New York Times a été très satisfait de mes résultats et je vais donc pouvoir continuer à travailler là-bas. Le directeur a même commencé les démarches pour que je puisse avoir ma carte verte, puisque mes études se terminent, afin de rendre légitime ma présence sur le territoire américain. Tout semble parfaitement se dérouler, et ça aussi, ça me rassure au plus haut point. Sarah et moi allons enfin pouvoir commencer nos projets, sans crainte pour l’avenir.

- A notre diplôme !, s’écria Justin, heureux d’avoir eu son année, compromise pourtant avec le nombre incalculable de fêtes qu’il avait pu faire. Les verres et pintes de bière s’entrechoquèrent dans ce bar de Manhattan, non loin de l’Université de Columbia. Je plongeais mon regard dans celui de Sarah, heureux de sa présence, comme un gosse devant ses cadeaux de Noël.

Fiche codée par < NyxBanana >

Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Jeu 4 Juil - 11:00
Sarah se souvient de cette journée là. Lorsqu'Esteban avait enfin eu les résultats de ses examens. Elle était là-haut, dans la chambre, en train de se faire les ongles. Saeed était avec elle, en culotte courte sous cette chaleur étouffante. Les ventilos étaient tous allumés, et soudain, elle avait entendu une voix grave gueuler quelque chose en espagnol. Esteban avait grimpé à toute vitesse les marches et s'était pointé dans l'encadrement de la porte ouverte, à moitié nu sous cette chaleur. Sarah portait l'un de ses marcels, histoire de ne pas être nue, mais de ne pas être trop habillée non plus. Ses cheveux étaient attachés rapidement en chignon, pour dégager sa nuque. Saeed avait sursauté en voyant Esteban débarquer comme ça, mais très vite, le colombien avait expliqué sa joie. Il était diplômé ! Sarah avait ouvert la bouche en grand et très vite, avant lâché son vernis pour venir sauter au cou de son petit ami. Enfin. Elle n'était pas surprise, et à vrai dire, elle savait très bien depuis le début qu'il allait avoir son diplôme, non seulement elle était fière de lui, mais surtout, elle était heureuse de se dire que ça y'est, il n'était plus son étudiant. Ses jambes s'enroulèrent autour du corps de son petit ami, ses mains enveloppèrent sa nuque et ses lèvres vinrent se déposer sur sa joue, sa tempe et son épaule. Leurs peaux étaient moites sous la chaleur, mais ils s'en fichaient. « Félicitations mon amour, je suis fière de toi » lança t-elle alors à son oreille. Elle recula un peu son visage, pour croiser son regard et elle su. Elle su que oui, il pensait à la même chose. Ils y étaient enfin arrivés. Depuis le début de leur histoire, ils parlaient de ce moment où il serait enfin diplômé, où il ne serait plus étudiant et qu'elle ne serait plus sa prof, et voilà, ils y étaient enfin. Sarah replongea son visage contre lui, embrassant sa nuque. Mais la chaleur de cette journée la força à se décoller de lui avant de mourir de chaud. Saeed s'était approché et avait demandé ce qu'il y avait, dans ces mots d'enfant. Sarah s'était agenouillé devant lui, lui prenant les mains et avait essayé d'expliquer à son fils « Baban a terminé l'école mon chéri » elle jeta un coup d'oeil à son petit ami, tout sourire et lança « il a tout réussi comme il fallait » souriant encore à son beau colombien. Elle glissa alors ses lèvres à l'oreille de son fils, pour lui murmurer un secret et se mit d'accord avec Saeed pour qu'il le répète à voix haute. Le petit regarda Esteban et lança alors, dans un grand sourire, levant les bras vers lui « felicitationes » en écorchant un peu l'accent espagnol. Sarah avait ri devant cette scène. Au fil de la journée, et assez rapidement d'ailleurs, les autres étudiants avaient eu aussi reçu leurs résultats, étant pour la plupart tous diplômés, ils se mirent d'accord pour aller fêter ça ensemble. C'était une bonne idée, tous les étudiants faisaient la même chose non ? Sarah ne se serait pas attendu à ce que son petit ami lui propose de venir. Au départ, elle avait dit non catégoriquement. Parce qu'il s'agissait encore de ses étudiants, qu'il s'agissait des amis d'Esteban et qu'elle n'avait pas sa place à cette soirée là ; qu'elle ne se voyait pas boire comme un trou avec des étudiants à qui elle avait donné des cours toute l'année. Bref, elle avait toutes les raisons du monde de refuser. Mais Esteban était doué pour trouver des arguments et jouer sur la carte de la sensibilité et de la sensualité. Alors finalement, Sarah avait accepté. Mais elle n'était pas franchement à l'aise. Ces jeunes là allaient la dévisager, allaient vouloir savoir, les voir ensemble, et tout ce petit jeu malsain ne lui disait rien. Elle avait peur de paraître pour la vieille qui se tape un petit jeune. Encore et toujours... Mais Esteban y tenait, à sa présence ; alors après tout ce qu'il avait fait pour elle... elle lui devait bien ça, non ? C'était surtout ça qui la poussait à y aller, plus que tout le reste. Vu la chaleur à NY ces derniers jours, Sarah avait opté pour une robe très légère, au dessus des genoux, dans un style un peu bohème. Ses cheveux étaient attachés en chignon, son maquillage était léger. Elle avait opté pour des chaussures ouvertes et plates, une tenue en soi très confortable et simple. Une tenue qui allait changer de celle qu'elle mettait à l'université... Après que William soit passé récupérer leur fils, et qu'ils aient brièvement discuté sur le pas de la porte, Sarah s'inquiétant un peu pour lui et du départ de Solveig ; le jeune couple quitta la maison de Sarah pour partir en direction du bar dans lequel avait lieu la soirée. Sarah sentit son cœur battre la chamade. Vraiment, elle avait peur. Peur du regard de ses étudiants, peur de paraître totalement à côté de la plaque, peur de faire de la merde, de ne pas être à l'aise et que les amis du colombien ne l'apprécient pas... peur de tout. Désormais, Esteban n'était plus un étudiant, mais un homme qui entrait dans la vie active. Une part de leur couple et de leur histoire se terminaient aussi ce soir, pour débuter sur autre chose. Sarah tenait les doigts de son petit ami, marchant un pas juste derrière lui et une fois arrivés dans ce bar, ils se lâchèrent la main. Sarah avait peur, mais elle devait mettre ça de côté. Déjà, elle reconnaissait les visages, bien sûr. Et il y avait les amis « fidèles » à Esteban. Elle commença par saluer tout le monde d'un large sourire un peu timide, avant de commencer à saluer tout le monde personnellement. Bien sûr, elle leur souhaita félicitations pour leurs résultats et très vite, Sarah sentit que sa présence mettait tout le monde un peu mal à l'aise. Non pas car sa présence dérangeait, mais bien parce qu'il fallait que tout le monde s'habitue à la faire passer de la case « professeure » à celle de « petite amie ». Alors pour aider à ça, quoi de mieux que de boire une bonne bière bien fraîche ? Lorsqu'Esteban le lui demanda, elle accepta tout de suite. Il faisait chaud, elle avait peur, et elle voulait boire c'était certain. Elle se proposa pour aller chercher leurs deux verres au bar, laissant son petit ami avec ses amis. Au comptoir, Sarah se demanda ce qu'elle fichait ici, parce qu'elle avait bien ressenti la gêne de tout le monde. Peut-être qu'il vaudrait mieux qu'elle parte finalement, après seulement un verre ? Elle ne voulait pas gâcher la soirée. Les bières dans les mains, Sarah se tourna pour marcher en direction du groupe d'étudiant. Là, elle donna sa pinte à Esteban et trinqua avec lui, avant de trinquer avec les autres pour leur réussite. Elle ne se priva pas de boire une bonne grosse gorgée histoire de se détendre un peu.



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

Que la fête commence ! [Sarah] 1133702776 :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Lopez
général
J'ai posté : 328 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christian Navarro et pour finir je crédite : hershelves

Mar 9 Juil - 10:27


Que la fête commence !

Sarah & Esteban


Cette journée restera à jamais ancrée dans ma mémoire. J’ai appris les résultats sur internet, et j’ai littéralement éclaté la touche « F5 » du clavier, à force d’actualiser la page qui affichait encore les résultats de l’année dernière. A un moment, le site avait prit plus de temps à se charger et mon cœur avait loupé un battement. « Lopez ». Avoir un nom qui commence par un L, c’est chiant, parce qu’on se trouve toujours au milieu de tous les autres noms. Alors j’avais scruté chaque ligne à la recherche de mon identité. J’étais admis. Mon diplôme m’attendait sagement, et je m’étais esclaffé dans un espagnol qui signifiait littéralement « Putain de bordel de merde ! ». Alors j’ai monté les escaliers, trois par trois, pour annoncer la bonne nouvelle à Sarah et Saeed, qui se trouvaient dans la chambre. Je n’oublierais jamais la joie et la fierté que j’ai pu lire dans les yeux de la femme que j’aime. Ni la façon dont le petit garçon m’avait félicité dans la langue natale. Je l’avais pris dans mes bras pour le serrer contre moi. Une nouvelle vie allait commencer pour nous trois.

Mais avant cela, l’heure était à la fête. Et convaincre Sarah n’avait pas été une mince affaire. Finalement, elle avait tout de même accepté de m’accompagner ce soir, et ça m’avait réellement fait plaisir. Là où beaucoup d’hommes aimeraient probablement pouvoir faire la fête avec leurs amis, sans être avec la personne avec laquelle ils sont en couple, pour ma part, j’avais ce besoin qu’elle soit présente, pour ne plus avoir à nous cacher, ou bien à être discrets. Je savais que le début de la soirée ne serait pas une grande partie de plaisir pour Sarah, mais j’espérais intimement qu’elle se détendrait vite et qu’elle apprécierait mon groupe d’amis. En effet, elle n’avait jamais vraiment eu l’occasion de passer du temps avec eux, même si je lui parlais souvent d’eux, et que ces derniers entendaient souvent la belle afghane revenir dans les conversations.

Quand nous arrivâmes dans ce bar, on se félicita à nouveau. L’ambiance était à son summum et ce, même si tout le monde devait trouver un peu étrange que leur professeur soit présente. Il allait falloir un temps d’adaptation à chacun, sauf à moi, bien entendu, et à Justin aussi, qui voyait la présence de Sarah d’un très bon œil. Il était heureux pour moi et l’expression sur son visage le traduisait.

Tout le monde avait déjà son verre, à part Sarah et moi qui étions arrivés un peu en retard. La belle afghane proposa d’aller nous chercher des bières, et je l’observais aller jusqu’au comptoir pour commander. « Ca fait bizarre quand même, mais c’est cool qu’elle soit là. », lança un ami. J’esquissais un sourire fier et enjoué. « Oui, c’est super. »


Vraiment, c'est toi qui lui as fait découvrir Tchoupi ? Je comprends même pas ce qu'il est censé représenté...
Alors, comment ça se passe ta soirée ?

William savait que la soirée allait être un peu compliquée pour Sarah, et il ne pouvait que le comprendre. En tentant de se mettre à sa place, il ne savait pas s’il aurait eu le courage de se retrouver entouré de ses étudiants pour fêter le diplôme de la personne avec qui il partageait sa vie. Alors il se disait qu’en lui envoyant ce message, elle se sentirait épaulée dans cette « épreuve ». Et pendant ce temps-là, lui, se retrouvait avec Saeed complètement excité devant les épisodes de Tchoupi. Exaspéré, lui aussi aurait bien pris une pinte de bière.

Lorsque Sarah revint avec les pintes de bière, j’en prenais une en la remerciant. Et nous pûmes trinquer tous ensemble à ce diplôme que nous avions enfin obtenu. La soirée serait bonne et à la fête. Du moins, c’est ce que je pensais, n’ayant pas encore remarqué que d’autres personnes de la promo arrivaient, y comprit cet enfoiré de Trevor. C’est le visage de Justin qui commença à se décomposer.


Fiche codée par < NyxBanana >

Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Mar 9 Juil - 10:51
Ayant commandé deux bières au comptoir du bar, Sarah patientait le temps que le barman lui serve les pintes. Elle sentit alors son téléphone vibrer dans son petit sac, et elle le sortit tout de suite. En voyant le nom de son ancien amant, elle ne pu que se demander s'il se passait pas quelque chose de grave avec leur fils. Sarah déverrouilla son portable et en lisant les mots de William, elle ne pu que sourire. Elle pianota alors « ouais je sais, et il est amoureux de la sirène dans un dessin-animé qui passe le matin aussi... ça commence déjà ! » avant de l'envoyer et de continuer à écrire dans un second message « ça se passe bien toi ? On s'est juste croisé ce soir, mais si tu veux venir dîner à la maison cette semaine tu es le bienvenu... ou alors on pourrait sortir tous les trois ? » avant de l'envoyer rapidement. Oui, ça ne devait pas être évident pour William en ce moment, et Sarah ne voulait pas qu'il se sente seul, ou délaissé. Esteban ne lui en voudrait pas, et il serait peut-être content de pouvoir passer une soirée avec le père de Saeed, après tout... les deux hommes n'avaient jamais prit le temps de faire connaissance... Les pintes étaient posées devant elle, si bien que Sarah souriante, rangea son portable et sortit un billet pour payer le serveur, empoignant les deux bières dans les mains. Lorsqu'elle se retourna, Sarah manqua de se prendre quelqu'un, si bien que concentrée, elle ne leva pas les yeux de ses bières. Retournant à la table autour de laquelle se trouvait la plupart de ses étudiants, elle fini par poser les pintes en faisant une petite blague. Là, elle se sentit un peu conne, puisque personne ne semblait ni l'écouter, ni rire à sa blague. Oh non, était-elle déjà si vieille qu'elle n'avait plus d'humour ? Elle regarda Esteban, et les autres, avant de voir qu'ils avaient tous l'air embêtés et qu'ils regardaient dans la même direction, détournant ensuite le regard. Sarah suivi donc ce chemin des yeux et tomba sur... Trevor. Ok.
Tout le monde ici présent savait très bien ce qu'il s'était passé cette année, entre cet étudiant et Sarah. Ils étaient tous au courant qu'il avait agressé leur professeure de journalisme, même si cela aurait du rester privé. Ils avaient tous assisté à la bagarre entre Trevor et Esteban aussi, révélant en partie leur secret. Tous étaient donc au courant que Trevor avait été protégé par sa famille et l'université, malgré son agression on ne peut plus féroce envers Sarah. Celle-ci avait le cœur qui battait à mille à l'heure. Son corps était figé là, entre les étudiants qu'elle avait eu cette année, les yeux fixés sur cet individu qui l'avait serré dans un coin, puis qui avait voulu littéralement la violer. Il n'y était pas parvenu, grâce à l'intervention de l'infirmière certes ; mais Sarah l'avait lu dans ses yeux, c'était ce qu'il avait voulu faire. Elle était tétanisée. Parce qu'elle avait réussi à ne jamais le croiser à l'université, ou alors de loin, jusqu'à la fin de l'année scolaire, parce que William et Esteban étaient aussi présents sur le campus, parce que le temps avait guérri sa blessure mais se retrouver dans la même pièce que lui, ici, même avec Esteban tout près... ce n'était pas pareil. Les étudiants regardaient Sarah, dans l'attente d'une réaction, et le colombien aussi. Qu'allaient-ils dire, faire ? Sarah se força à sortir de sa tétanie, sourit maladroitement et fit comme si de rien n'était. Ne pas montrer que ça la touchait, ne pas réagir, il ne pouvait rien arriver dans un tel endroit non ? Et puis elle était avec tous ses étudiants, elle ne pouvait pas paniquer, elle ne pouvait pas montrer à quel point ce connard lui avait fait du mal. Elle évita de croiser le regard d'Esteban, parce qu'elle savait très bien à quoi il pensait, mais très vite, elle croisa tout de même le regard de l'homme qu'elle aimait. Et pour la première fois depuis le début de leur relation, elle lui menti. Les yeux dans les siens, elle mima sur ses lèvres un « ça va » silencieux qui se voulait rassurant. Et tout le monde ne pouvait qu'y croire. Sarah se mettait à elle-même en disant ça. Sarah ne posa plus son regard sur Trevor, et elle fit comme si de rien n'était, bien que son cœur batte toujours aussi fort et qu'elle ne pouvait plus se détacher de cette impression d'avoir un regard fixé sur elle. La sensation qu'on l'observait, sous tous les angles, sous toutes les coutures. Elle était mal à l'aise, mais il fallait qu'elle montre à Trevor qu'il n'avait pas réussi à la destabiliser, qu'il n'avait pas réussi à la toucher comme il l'aurait voulu. Elle ne voulait pas qu'il ait ce plaisir. Sarah prit sa bière, alors qu'une étudiante et amie d'Esteban engagea la conversation avec elle, sûrement pour l'aider à faire diversion à son tour, ou tout simplement parce qu'elle voulait la considérer autrement que comme une professeure ? « Oui, j'ai un fils de deux ans » sourit Sarah en répondant à la jeune femme. La jeune femme sembla intéressé par la question et voulu en savoir un petit peu plus, tandis que de l'autre côté de la table, les étudiants parlaient de leur avenir, de ce qu'ils allaient faire bientôt, en guise de premier pas dans la vie active. Et même si Sarah se donnait du mal, avoir cette sensation qu'on la fixait, devenait de plus en plus dure à camoufler.



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

Que la fête commence ! [Sarah] 1133702776 :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Lopez
général
J'ai posté : 328 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christian Navarro et pour finir je crédite : hershelves

Mer 10 Juil - 15:10


Que la fête commence !

Sarah & Esteban


William avait esquissé un sourire en lisant le premier message de Sarah. En lisant le second, il le perdit. Effectivement, tout pourrait aller mieux. Pourtant, il était persuadé de rien avoir laissé paraître. Mais l’absence de Solveig commençait à lui peser. Il avait cette désagréable impression qu’elle lui échappait, qu’il se trouvait impuissant face à sa détresse et ça, ça lui fera toujours mal. Tout finira par s’arranger, il en était intimement persuadé. Alors, son fils calé contre lui, il répondit brièvement à Sarah en pianotant sur son téléphone portable :


Tout va très bien, ne t’inquiète pas pour moi. Vas profiter de ta soirée. ;)

Après avoir trinqué, tous les regards s’étaient posés sur Trevor, qui venait d’entrer dans le bar, avec deux de ses amis, eux aussi de la promotion. J’aurais du y penser plus tôt ; bien évidemment qu’il allait se faire un plaisir de venir jusqu’ici pour faire chier le monde. Mon visage s’était bien vite crispé. Mais mon regard s’attarda bien vite sur Sarah. Par rapport à ce qui avait pu se passer en début d’année scolaire, je voulais m’assurer que tout allait bien pour elle, ou bien si elle préférait que nous partions d’ici pour éviter toute histoire. La questionnant du regard, Sarah me mentit ouvertement en mimant avec ses lèvres que tout allait bien. Cependant, je ne la connais que trop bien. Elle est tendue, et parvient difficilement à détourner son regard de Trevor. Et quand je repense à ce qu’il a osé faire, et son but ultime, la haine se lit dans mes yeux. Je sens l’attention de Justin sur moi, comme s’il souhaitait s’assurer que je ne réagisse pas de façon violente, ce que Trevor a souvent tendance à chercher. Non, je ne ferais rien, tant qu’il restait à sa place. Alors je reposais mon attention sur la discussion que Sarah avait avec l’une de mes amies. Je tentais de me focaliser dessus, mais difficilement, puisque Trevor ne tarda pas à se joindre à nous, en toute impunité.

- A la votre tout le monde !

Lui aussi avait finalement eu son diplôme. J’aurais été heureux d’apprendre qu’il ne l’avait pas, mais je préférais cela, que d’imaginer qu’il soit encore présent à Columbia l’année prochaine, sans que moi, je ne sois là pour protéger Sarah de ce pervers. Tout le monde à table se regarda, ne sachant pas vraiment comment réagir, par rapport à ce qui avait pu se passer. Finalement, pour éviter les histoires, chacun trinqua avec lui, avec l’infime espoir qu’il s’éloigne rapidement. Et quand il souhaita trinquer avec moi, un de mes sourcils se haussa. Il ne veut pas cinquante dollars avec, à tout hasard ?

- Le major de promo ne veut pas trinquer ? Mon regard se plonge dans celui de Trevor, avec un air exaspéré sur le visage. Il ne s’arrêtera donc jamais… Il n’y a bien que lui pour aller scruter les notes de chacun pour savoir où il se place. Major de promo, qu’est-ce que cela signifie ? J’ai bossé comme un acharné, certes, j’ai également eu la chance d’avoir un bon jury lors de mes oraux, mais dans le fond, on s’en fiche de tout cela. La preuve en est, je ne l’ai dit à personne, car je ne veux pas avoir le sentiment de me vanter. « En même temps, c’est pas vraiment difficile en couchant avec sa prof. », lança l’un de ses acolytes, ce qui arracha un sourire moqueur à Trevor en nous fixant, Sarah et moi. « Ca, c’est sûr. » Je n’eus même pas le temps de répondre quoi que ce soit, que Justin s’était adressé aux trois crétins pour les inviter à se tirer d’ici. Pour ma part, je me levais, sans cesser de fixer Trevor. « Je te rappelle que ton diplôme, tu l’as eu grâce à l’argent de ton père. Sans lui, tu ne finissais pas ton année à Columbia. Alors on se passera de tes commentaires. » Trevor fit l’innocent de façon très théâtrale. « Je ne vois pas de quoi tu parles. » Quel connard. Il n’en fallait pas davantage pour m’énerver, et il ne le savait que trop bien. Alors je m’étais avancé vers lui avec un air menaçant. « T’as besoin que je vienne te rafraichir la mémoire ? » Aussitôt, Justin vint s’interposer entre nous et posa sa main sur mon épaule. « Détends-toi mon vieux, il attend que ça. »


Fiche codée par < NyxBanana >

Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Mer 10 Juil - 15:32
Trevor s'était pointé à leur table, et Sarah ne se serait jamais imaginée se retrouver tout aussi près de lui. Mais désormais, il ne faisait plus partie de l'université et donc, le fait qu'il doive garder ses distances ne comptait plus. Ce n'était pas juste, ce n'était pas normal. Sarah avait peur, peur qu'encore une fois tout parte en couille à cause d'elle. Qu'Esteban se batte, que la soirée fut écourtée à cause de tout ça. Comme si c'était toujours la même rengaine, comme si finalement, ils étaient destinés à toujours subir cela. Sarah avait les yeux baissés, comme si elle avait honte. Honte d'avoir été une victime, honte de se retrouver là, comme si elle n'était pas à sa place. Alors quand Trevor tendit son verre vers le sien, pour continuer de trinquer avec tout le monde, elle n'eut pas la force de lever son verre pour trinquer avec lui ; et elle n'était pas la seule. Esteban non plus. Son visage était fermé, dur, strict, il avait envie de lui péter la gueule ça se voyait, et il ne suffisait pas de grand chose pour le comprendre. Sarah observait son petit ami, la moindre de ses réactions, mais bien vite, Trevor l'insulta carrément. Elle tourna la tête vers ce pauvre type, alors qu'Esteban s'était levé et était déjà prêt à lui faire sauter les dents de devant. Justin s'interposa et au même moment, Sarah se leva à son tour. Elle posa son verre sur la table « bon » lança t-elle d'abord « ça suffit » elle planta ses yeux dans ceux de Trevor et lui lança « toi, tu viens avec moi, tout de suite » passant entre les étudiants pour s'extirper de la table, elle ne laissa pas le temps à qui que ce soit de réagir. Ce type avait un souci avec elle et avec Esteban et elle allait le régler, et tout de suite. Trevor suivi la professeure de journalisme, non sans sarcasme et la jeune femme quitta le bar pour rejoindre le trottoir afin d'avoir une conversation avec lui. « Bon, c'est quoi ton problème ? » demanda t-elle alors de but en blanc en croisant ses bras contre sa poitrine. « Mais j'ai pas de problème moi madame... » commença à répondre Trevor, en faisant le malin. Sarah le toisa et lança « ce que tu fais ça s'appelle du harcèlement, tu ne peux pas continuer à t'en prendre à moi, ou à Esteban comme ça » « vous le défendez toujours, c'est marrant, à croire qu'il ne peut pas se défendre tout seul » « si il le peut, et il va le faire et crois-moi, tu n'as pas envie de passer ton été dans le plâtre » commença t-elle alors que le rire de Trevor se faisait entendre « mais c'est mon mec, ok ? Et si ça te pose un souci, c'est pas mon souci » réussit-elle à dire malgré la peur de se retrouver devant ce type qui avait voulu la violer. Mais là, il y avait des gens qui fumaient autour, elle n'était pas toute seule avec lui. « Tu n'es plus universitaire maintenant, ton père et son argent ne vont pas pouvoir te protéger Trevor » et ça, Sarah le savait. Enfin... elle l'espérait. Parce que William était policier, mais le père de Trevor était puissant... est-ce que même avec son argent il pourrait détourner le système ? Les fumeurs jetèrent leurs clopes et entrèrent dans le bar. Une voiture passa et très vite, Sarah se rendit compte qu'elle était seule avec lui. Trevor avait une tête d'ange, mais un regard carnassier, et en une fraction de seconde, elle perdit tout le peu de confiance en elle qu'elle possédait et commença à avoir peur. Quelque chose dans le regard de Trevor venait de se passer. « J'ai toujours eu ce que je voulais Mademoiselle Davis » commença t-il par dire « mais à partir du moment où l'étranger est arrivé... il m'a volé toutes mes places, celle du premier de la promo, celle du major, et... c'est lui que vous avez choisi » lança t-il d'une voix calme, mais d'un ton... à faire froid dans le dos. Il fit un pas, un deuxième, un troisième et Sarah reculait, l'observant avec attention. Mais le trottoir se termina et elle perdit l'équilibre. C'est Trevor qui la récupéra, tendant la main vers elle, lui attrapant le bras, la tirant alors sur le côté du bar, dans un endroit sombre. Prise au piège.
Il la plaqua contre le mur en brique de ce bar, collant sa main contre sa bouche. Son crâne venait de heurter la brique, elle grimaça, à la fois de peur et de douleur. Elle était terrorisée, comment avait-elle pu tomber dans son piège ? « Tout ce qu'il a, je le veux » lança t-il en serrant les dents. Il collant son corps à celui de la jeune maman, approchant alors ses lèvres de la joue de la jeune femme. Sarah elle, avait trop peur pour bouger, mais surtout, ses gestes ne l'aidaient pas. Elle agitait ses jambes, mais il la maintenait avec son genoux et de sa main, il la maintenait aussi contre la brique. Elle ne pouvait rien faire, et il retenait ses cris de sa main plaquer sur ses lèvres. « Je t'aurai Davis » lança t-il alors alors qu'il tourna le corps de la professeur face contre la brique. Libérant ainsi l'une de ses mains, Sarah entendit le bruit d'une bringuette qui s'ouvre et pleurant à chaudes larmes, elle suppliait silencieusement qu'il la laisse partir, qu'il s'arrête là, et elle était même prête à ne pas aller voir la police s'il arrêtait tout maintenant. Elle serait prête à le supplier pour ne pas qu'il fasse ce qu'il voulait faire, ce qu'il allait commencer à faire. Ses larmes noyaient ses yeux et elle priait pour qu'Esteban sorte, pour qu'il arrive vite, et à temps.



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

Que la fête commence ! [Sarah] 1133702776 :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Lopez
général
J'ai posté : 328 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christian Navarro et pour finir je crédite : hershelves

Mar 16 Juil - 12:52


Que la fête commence !

Sarah & Esteban


Je me tenais face à Trevor, tentant de me contenir pour ne pas lui tordre le cou. Et, comme cette envie se lisait visiblement sur mon visage, Justin vint s’interposer entre nous. Je suis un homme calme et droit, mais ce type parvint avec une si grande facilité à développer en moi la haine et la rage. Je fus particulièrement surpris lorsque j’entendis Sarah prendre la parole, et ordonner à Trevor de la suivre à l’extérieur du bar. Mon visage se tourna instantanément vers l’afghane et mes sourcils se froncèrent. « Il en est hors de question ! » Pourtant, elle ne me laissa pas le choix. Bien décidé à les suivre et à ne pas laisser Sarah seule avec un type aussi dangereux, je fis quelques pas, bien rapidement retenu par Justin. « Laisse-la faire. De toute façon, on les voit d’ici. » Je me stoppais et fulminais. A mes yeux, cette idée n’était pas la plus intelligente que l’afghane avait pu avoir. Mais je me ravisais, m’asseyais sur le tabouret que j’occupais un peu plus tôt, et pris une longue gorgée de ma bière. Mes yeux sombres ne quittaient pas une seule seconde la scène qui se passait à l’extérieur, alors que la conversation avait repris à table. Je n’y prêtais pas attention, si bien qu’un de mes amis m’interpella pour me demander mon avis sur le sujet. A propos de quoi ? Je tournais la tête vers lui, le questionnant du regard. Et quand je reposais mon attention sur l’extérieur, je ne vis plus Sarah et Trevor. Mon cœur loupa un battement, et je me levais d’un bond pour me diriger vers la sortie de l’établissement, afin d’atterrir dans la rue. Justin sur les talons, qui semblait vouloir s’assurer que je ne commette pas un meurtre. Et pourtant…

Une fois dehors, je cherchais Sarah et Trevor du regard, sans succès, ce qui fit monter mon adrénaline d’un cran. Ce fut quand j’entendis la voix de ce dernier prononcer « Je t’aurais Davis. », que je me précipitais vers ce son, sur le côté du bar. Là, la scène devant moi me fit froid dans le dos, mais déclencha une rage en moi comme jamais je n’en ai ressenti. J’avais la sensation que mes yeux tremblaient tous seuls. « Je vais te buter, putain ! » Et, comme pour lui faire comprendre que mes mots n’étaient pas vides de sens, je le tirais violemment en arrière. A ce moment précis, plus personne n’aurait pu me stopper. Je devenais incontrôlable. Et le petit sourire narquois de Trevor n’arrangea rien, mas une chose était sûre, la rage que je ressentais actuellement ne lui laisserait pas beaucoup de chances pour se défendre. Plus rien ne semblait exister à cet instant précis. Je ne voyais que Trevor et mon désir de lui ôter la vie. Alors les coups ont commencé à pleuvoir, avec une violence telle que Justin tenta de m’arrêter et comprit bien assez vite que c’était peine perdue. Alors il alla chercher de l’aide et bien évidemment, la police fut contactée. Et moi, je continuais à taper à en avoir du sang sur les mains. Même Trevor avait perdu son petit sourire de connard, comme s’il comprenait que cette fois-ci, rien ne pouvait le protéger de ma folie.

Trevor eut de la chance à deux reprises. La première, c’est qu’aucune voiture n’était passée dans cette rue, car je l’aurais poussé sous les roues de cette dernière. La seconde, la police arriva bien rapidement et alors que je venais d’envoyer sa tête valser contre le mur de briques, le laissant inconscient, je sentis plusieurs hommes me maitriser. Mais je voyais encore trouble. Je tentais de me débattre, mais si je savais que ça n’arrangeait en rien mon cas. Alors on me fit une balayette et je tombais ventre à terre. On ramena mes bras dans mon dos pour me passer des menottes. Putain, mais ça fait mal en plus ! Je me sentis décoller du sol, alors qu’on me relevait, non sans douceur. Trevor avait encore de la chance et je compris que ça allait se compliquer pour moi quand on me dirigea vers la voiture de police, alors qu’une ambulance arrivait pour prendre en charge cet enfoiré.

- Justin, reste avec Sarah. Et prévenez William.

Ce fut les seuls mots que j’eus le temps de prononcer avant de me retrouver dans la voiture de police. Mon regard croisa celui de Sarah. Elle m’en voudra pour tout ça, mais qu’aurais-je bien pu faire ? Demander gentiment à Trevor d’arrêter et lui proposer de trinquer ? Alors égoïstement, je n’espérais qu’une chose si je devais avoir des problèmes, c’était avoir tapé assez fort pour qu’il ait des séquelles.


Fiche codée par < NyxBanana >

Voir le profil de l'utilisateur
Sarah O. Davis
général
J'ai posté : 552 messages et j'ai : 209 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Anne Hathaway et pour finir je crédite : moi-même (avatar) & Gfycat (gif)

Hier à 14:59
La peur, la tétanie, l’angoisse.
Sarah, retenue prisonnière contre le mur de briques rouges, avait fermé les yeux. Les larmes coulaient sur ses joues, son corps entier avait cessé de se battre, comme si elle savait au fond d’elle ce qui se passait, ce qui l’attendait et surtout, que plus rien n’allait pouvoir la sauver. L’odeur de Trevor envahissait ses narines, la sensation de ses mains sur ses vêtements, et sur sa peau la révulsait et surtout sentir son souffle chaud contre son visage et sa nuque, la terrorisait. Mais avant que le drame n’arrive, du mouvement se fit entendre. Sarah ouvrit les yeux d’un coup, et le corps d’Esteban apparu dans son champ de vision, a l’entrée du passage. Son cœur s’accéléra, comme si son corps reprenait vie. Elle se débattu alors à nouveau et Esteban, fou de rage, se jeta littéralement sur Trevor, le poussant moi de Sarah. Ainsi libérée du joug de son agresseur, Sarah tenta de retrouver ses moyens, tandis qu’Esteban tombait à terre en entraînant Trevor. Tout était si violent, si rapide, et l’angoisse qui était apparu chez Sarah était telle qu’elle ne pu réagir tout de suite. La jeune femme tremblait, peinant à réaliser ce qu’il venait d’arriver. Devant ses yeux, Justin essayait d’extirper Esteban du corps de Trevor qu’il assommait de coups de poing sanglants. Esteban était passé dans un autre mode, à un degré de violence, de rage qui semblait incontrôlable. Sarah ne pouvait pas intervenir, mais encore sous le choc, et face à la violence de son petit ami, elle parvînt a dire en sanglotant « Esteban... arrête » mais c’était comme si le colombien n’entendait plus, il était ailleurs et de le voir ainsi, entendre ses poings fracturer la chair de Trevor, de voir ses poings s’empourprer de la sorte, ça terrorisait Sarah. C’était fichu. Trevor avait été trop loin. L’agression avait eu lieu. Esteban ne pouvait plus se contrôler et ce qui terrorisait Sarah, c’était de comprendre a cet instant là qu’il allait avoir des problèmes. Parce que ce qu’il se passait présentement était beaucoup trop grave. Personne ne semblait pouvoir arrêter Esteban et pourtant, Sarah continuait de le prier d’arrêter. La police fut contactée et après quelques longues minutes de rage, les policiers arrivèrent. Justin leur expliqua en marchant vite à leurs côtés ce qu’il s’était passé. Qu’un étudiant de Colombia avait agressé pour la seconde fois une professeur, qu’il avait été prit en flagrant délit de tentative d’agression sexuelle et que Esteban, avait simplement agit en légitime défense. Mais les flics voyaient bien le corps inerte de Trevor et la, il ne s’agissait clairement pas de la légitime défense. Tout semblait bien incohérent et c’est pour cette raison qu’ils embarquèrent le Colombien. Trevor fut transporté en urgence à l’Hopital, tandis qu’une équipe médicale s’occupait de Sarah. On lui demanda si elle allait bien et ce qu’il s’était passé. Sarah essaya de trouver ses esprits, mais encore sous le choc, ses idées n’étaient pas claires. Elle tenait un discours incohérent elle aussi. Justin récupéra son sac, et lui lança qu’il allait la suivre en voiture jusqu’au poste de police où elle allait être emmenée elle aussi. Sarah se retrouva à l’arrière d’une voiture banalisée, comme une coupable, comme une criminelle. Ses tremblements ne s’arrêtaient plus. Elle se demandait où avait été emmené Esteban et les flics lui expliquèrent qu’il avait été emmené au poste lui aussi. Sur le trajet, Sarah essayait de retrouver ses esprits et sa mémoire, afin de pouvoir expliquer au mieux ce qu’il s’était passé. Allait elle avoir besoin d’un avocat? Est ce qu’elle allait avoir des problèmes? Est ce qu’elle était arrêtée?

Une fois au poste, on l’emmena dans une salle d’interrogatoire. Un flic masculin fut chargé de prendre sa déposition. Aux questions de Sarah sur le sort d’Esteban, on ne lui repondit rien. La peur naquit alors en elle. Esteban allait avoir des problèmes et ça, ce n’était pas possible du tout. Le policier lui posa des questions sur les evenements de la soirée. Mais très vite, Sarah sentit un malaise naître en elle. Les questions étaient étranges, le flic demandait si elle avait bu, si son comportement n’avait pas joué dans la balance, si cela n’excuserait pas le comportement de Trevor... ça la rendait dingue. Surtout qu’elle était encore sous le choc de ce qu’il s’était passé. Elle essayait d’expliquer l’agression, la réaction d’Esteban, son petit ami mais là... le flic la regarda étrangement. Il lui fit répèter cela, lui demandant si elle et Esteban étaient vraiment en relation. Si c’était une habitude pour elle de coucher avec ses étudiants, si tout cela n’était pas lié finalement. Excédée, Sarah fini par lui demander si elle avait besoin d’un avocat. Le flic lui repondit que non, elle n’était pas inculpée pour coups et violences, mais que si elle voulait porter plainte et attaquer le fameux Trevor en justice, ça serait fort probable que oui. Mais que finalement, c’était le colombien qui allait surtout avoir des problèmes. Et des qu’elle essayait de savoir comment il allait, le sujet se clôturait. Alors après avoir répondu aux dernières question du policier sur les faits même de l’agression, qui avait été stoppée avant le drame, on lui annonça qu’elle pouvait repartir. Sarah quitta la pièce et trouva assez rapidement Justin. Mal à l’aise d’être avec un de ses étudiant dans un moment pareil, elle repondit a ses questions à son tour, brièvement et puis lui demanda s’il avait vu Esteban. Il repondit qu’il entendait sa voix provenant d’une pièce, mais qu’il ne l’avait pas encore vu. Sarah récupéra son sac et sortit son portable, pour appeler William. Son cœur battait à mille à l’heure. « Will? C’est moi... il faut que tu viennes tout de suite... j’ai... Trevor a recommencé et la, on est au poste et... et ça ne va pas du tout, je crois qu’Esteban est vraiment dans la merde... » elle parlait vite, son discours était encore bancale, elle tremblait encore. Son regard était perdu.



↠ YOU'RE DRIVING ME CRAZY
je recherche ma famille ici

Que la fête commence ! [Sarah] 1133702776 :
 
Contenu sponsorisé
Que la fête commence ! [Sarah]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan
-
Sauter vers: