Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Hey, I just met you and this is crazy | Jacob&Keala 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Hey, I just met you and this is crazy | Jacob&Keala

GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
Voir le profil de l'utilisateur
Keala A. Bailey
général
J'ai posté : 568 messages et j'ai : 58 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicole Anderson et pour finir je crédite : Tak (avatar), Bat'phanie (code signa), Vokora, Solosands & Little liars (icons)

Dim 14 Juil - 9:19
Saint-Louis, Missouri


Les mains moites, la gorge sèche, le palpitant qui tambourine et les sueurs froides dans le dos. Elle lisse son chemiser du plat de la main, même si elle sait qu’ils ne sont pas encore arrivés. Elle fait descendre le pare-soleil pour s’observer dans le miroir. Elle remet sa frange qui ne veut pas lui obéir. Elle aurait dû aller chez le coiffeur avant de partir, elle le savait. Et son maquillage, regardez ça ! Une horreur. On avait l’impression que sa nièce de quatre l’avait fait. Non, probablement qu’elle aurait mieux réalisé si ça avait été le cas. Et elle avait soif. Heureusement, ils avaient prévu une grande bouteille d’eau pour le trajet. Et maintenant elle avait envie d’aller aux toilettes. Elle avait aussi envie de vomir. Elle mordillait l’ongle de son pouce. Et puis elle regrettait parce qu’elle avait maintenant une marque sur le doigt. Alors elle se mit à le frotter pour tenter de tout faire disparaître. Elle jouait avec la température à l’intérieur de l’habitacle. Un coup trop chaud, un coup trop froid. Dans sa tête, elle se repassait les quelques phrases qu’elle avait apprises par cœur, mais plus rien ne lui revenait. Elle aurait dû étudier plus. Elle aurait dû trouver une association pour apprendre. Elle réajustait encore le décolleté de son chemisier. C’était trop ouvert. Ça faisait trop vulgaire. Elle lissait l’espace entre les boutons pour éviter les trous et laisser apercevoir son soutien-gorge. Le but n’était pas de draguer sa belle-famille mais bien de faire une bonne première impression.

Et ce trajet qui ne devait même pas prendre deux heures mais qui semblait durer une éternité. Elle tapait nerveusement du pied, désynchronisé par rapport à la musique qui s’élevait des enceintes. Et soudain, une main vient se déposer sur sa cuisse, la faisant sursauter comme si elle avait vu un fantôme. Elle tourna la tête vers Jacob qui lui souriait en lui disant qu’il ne fallait pas qu’elle s’inquiète, qu’elle était belle, qu’elle était parfaite et que tout irait bien. « Humhum… », qu’elle lui répondit simplement, parce qu’elle ne se sentait pas de parler plus que ça. Il s’en fichait, lui. C’était sa famille qu’ils allaient voir. Il les avait déjà vus de nombreuses fois. Elle s’était sa première fois avec la famille Peters.

Elle n’avait pas vraiment eu le temps qu’elle aurait voulu pour se préparer convenablement. La faute à un arrangement mal réalisé. Une dédicace à proximité de Saint Louis et une librairie qui avait dû annuler. Une semaine de repos bien méritée après presque deux semaines à parcourir plusieurs milliers de kilomètres à travers l’est américain. Et puis, au détour de la conversation, Jacob lui avait annoncé qu’ils pouvaient tout simplement passer leur pause chez ses parents. Elle avait paniqué dans un premier temps, elle lui avait demandé si elle était réellement la bienvenue. Et puis elle s’était posé tout un tas de questions intérieures aussi. Est-ce que c’était le bon moment pour rencontrer ses parents ? Est-ce que ça voulait dire que leur relation prenait un nouveau tournant ? Une profondeur plus particulière ? Est-ce qu’elle le voulait ? Elle avait enfin annoncé en juin à ses parents qu’elle avait rompu avec Jeremy depuis l’année passée. Parce qu’après avoir manqué de perdre Jacob en lui cachant ses problèmes financiers, elle s’était dit qu’il était peut-être temps d’arrêter d’entendre sa mère lui parler de son ex. Alors elle avait appelé Rochester, posée dans sa chambre pendant que Jacob était au salon, et elle leur avait tout avoué. Que c’était fini depuis presque sept mois. Que non, ils ne se remettraient jamais ensemble. Que non, ils ne le reverraient plus. Qu’elle allait bien et qu’elle fréquentait quelqu’un d’autre. Qu’il s’appelait Jacob et que pour l’instant, ils n’en sauraient pas plus.

Elle doutait beaucoup, ces derniers temps. Tout avait commencé à s’accélérer lors de ce fameux match de baseball, pour lequel Samuel, l’aîné Peters, leur avait offert des places lors de leur séjour à Indianapolis. Et puis il y avait eu cette « kisscam », la caméra qui passait dans le public entre deux jeux à la recherche d’amoureux pour s’embrasser alors que tout le monde les regardait. Très peu du genre de Keala et Jacob, donc, plutôt habitués à rester discrets en public – mais pas tellement lorsqu’ils n’étaient que tous les deux. Aussi l’avait-elle questionné du regard alors qu'elle les avait aperçus dans le champ du l’écran géant. Elle s’attendait à un petit bisou furtif et chaste, au coin des lèvres ou carrément sur la bouche. Juste pour contenter la galerie. C’était pourtant un vrai baiser qui l’avait attendue, avec une main dans les cheveux et presque la langue, sous les sifflets des autres supporters. Elle avait été – agréablement – surprise, l’interprète, tellement qu’elle en avait rougi et souri un peu niaisement à la caméra.

Bon, c’était sûrement depuis bien plus longtemps. Le sommeil retrouvé sur un matelas d’une chambre d’hôtel, la détente d’un bain chaud contre le torse de Jacob, les villes visitées par petits bouts en fonction de l’avancée de son travail, les repas dans les restaurants, les éclats de rire à partager des moments rien que tous les deux, la lueur des feux d’artifice du 4 juillet et les questions des amis de l’université de Chicago. Depuis qu’ils étaient partis pour cette tournée des dédicaces, quelque chose avait changé. C’était à l’intérieur qu’elle l’avait ressentie. Cette pointe qui lui chatouillait le ventre et qui lui vrillait le cœur. Pourtant, elle doutait. Elle ne se souvenait pas d’avoir connu ça avec Jeremy et… Non. Il fallait qu’elle arrête de renvoyer toute sa vie sentimentale à ce qu’elle avait vécu avec son ex. Jacob n’était pas Jeremy. Il ne le serait jamais – elle espérait. Leur relation n’avait rien à voir avec celle qu’elle avait eue auparavant. Mais elle cherchait à comprendre ce sentiment qui l’enveloppait lorsqu’elle posait son regard sur lui, lorsqu’elle sentait ses yeux azur sur son corps, lorsque sa main venait caresser sa peau et lorsqu’elle voyait son surnom apparaître sur son téléphone quand ils n’étaient pas ensemble.

« C’est quoi encore le prénom de la copine de ta sœur ? Adalind ? Adeline ? », lui demanda-t-elle après un trou lors de sa répétition des membres de la famille. Elle avait retenu tous les autres noms, mais probablement qu’elle les oublierait une fois sur place. Il y avait Hava et Tom, les parents, et puis Samuel et Elia, la fratrie. Elle savait qu’Elia était en couple, mais impossible de remettre son prénom. Il lui en avait pourtant parlé plusieurs fois. Elle essayait de se rassurer en observant le conducteur. Doucement, elle avança la main pour venir la passer dans ses cheveux un peu longs et le sourire lui revenait automatiquement.

Elle s’assura une dernière fois que Nahele et sa copine Jessica étaient à l’abri, même s’il l’avait déjà averti vendredi qu’ils étaient partis de la Nouvelle-Orléans, puis bien arrivés au Texas, chez les parents de Jessica. La tempête Barry s’annonçait violente dans le Sud, menaçant une nouvelle fois la plus grande ville de Louisiane. Dans la tête de la brunette, les stigmates de Katrina plusieurs années auparavant. Tout allait bien pour eux et elle rangeait son téléphone dans son sac à main, tandis qu’ils entraient enfin dans St-Louis. « T’es sûr qu’on va pas déranger tes parents ? C’est l’heure du déjeuner, ils vont avoir du monde… », qu’elle l’interroge. Ils seraient sûrement dans le rush. Peut-être que les attendre à la maison familiale aurait été une idée plus calme, plus posée. Et le ventre de la jeune femme qui rappelait un peu plus qu’il fallait le nourrir prochainement.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Everybody says that life takes patience
But nobody wants to wait. Everybody says we need salvation, but nobody wants to be saved. The light in the tunnel is just another runaway train. The blue skies we wait on ▬ Are gonna have to come after the rain
Hey, I just met you and this is crazy | Jacob&Keala
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
-
Sauter vers: