Newsletter numéro 46
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 1529876038
Scent of Scandals #37
SOS change de formule ! Allez voir le nouveau Mag !
Nouvelle Intrigue
L'intrigue d'Halloween, c'est par ici ! Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 1225816182

Partagez

Les lumières brillent pour nous. (Bryanna)

GOOD MORNING AMERICA :: Once upon a time
 :: A way to New York :: Welcome to New York
Anonymous
Invité
Mer 4 Sep - 17:54

Bryanna Sybille Mackenzie

And the tears come streaming down your ace When you lose something you can't replace When you love someone but it goes to waste Could it be worse Lights will guide you home And ignite your bones And I will try to fix you --------------------- ✹

Informations personnage


Nom : Mackenzie. Patronyme détesté, symbole d'une trahison et d'années remplies de superficialité. La jeune femme le tait pour ne pas avoir à affronter en face tout le dégoût qu'il lui inspire.
Prénoms : Bryanna. Ambitions et espoirs s’entrechoquent dans ces trois syllabes ; une destinée presque écrite avant même d’être vécue. Sybille. Souvenir doux ou amer d’un passé lointain mais pas assez; d'une tragédie familiale.
Date et lieu de naissance : Le 04 août 1994, aux alentours de 6h du matin. Le soleil commençait tout à juste à irradier les rues d’Edimbourg quand elle a donné au monde son premier cri.
Age : Son compteur affiche 24 ans, tandis qu'elle ressent l'angoissante impression d'avoir jusqu'à présent vécu sans vivre.
Nationalité : La jeune femme a grandi anglaise pendant des années mais c’est à présent en tant qu’américaine qu’elle compte tracer son petit bout de chemin.
Origines : Purement écossaises. Rares sont les siens qui se sont éloignés de leur terre natale ; terre sacrée.
Orientation sexuelle : Nette préférence pour les hommes, elle ne se prive pas pour autant de partager les draps d’autres femmes. Après tout, pourquoi s’obstiner à vouloir coller une étiquette sur quelque chose d’aussi imprévisible que l’amour ?
Statut civil : Libre comme l’air, sans attaches ou si vous préférez célibataire. Les couples, c'est superflu n'est-ce pas ?
Vie sexuelle : La jeune femme papillonne à droite à gauche. C'est tellement plus simple de simplement prendre le meilleur que chaque brève histoire a à donner. Le bon côté de la chose, c'est qu'elle est fidèle à ses partenaires d'un soir.
Statut social : Grâce à la pension de son paternel, la jeune femme est habituée à une vie confortable et à avoir beaucoup de moyens pour exaucer ses petits plaisirs. Si elle ne le crie pas sur tous les toits par pudeur et surtout pour taire l’histoire de sa famille, sa mère n’hésite parfois pas à s’en vanter pour se faire bien voir et accéder à des privilèges appréciables.
Etude(s) : Marketing Le choix le moins pire dans la sélection de sa mère. La jeune femme ne peut pas dire que ce n’est pas intéressant mais elle nourrira probablement toute sa vie le regret de ne pas avoir eu la main totale sur ses études.
Année : Sixième. C’est que quand même, elle bosse bien. Elle se démène pour réussir.
Club et associations : Club d’athlétisme. Après s’être essayé à la boxe, la jeune femme semble avoir enfin trouver une discipline qui canalise la frustration qui manque parfois de déborder de tout son être.
Quartier de résidence : Upper West Side. La jeune femme n’a pas eu son mot à dire là-dessus, comme c’est souvent le cas avec sa mère.
Type de logement : Elle habite dans un T1 spacieux et lumineux, situé au quatrième étage avec ascenseur à l’intérieur d’un immeuble moderne.
Avec qui vis-tu ? Ses plantes, ça compte ? Autrement dit, personne.  
Date d'arrivée à NY : C’est fin août 2013 que sa mère l’a catapulté dans la grande pomme, deux jours seulement avant la rentrée à l’université.
Dans quelles villes as-tu déjà vécu ? Edimbourg l’a vu naître mais la jeune femme en garde peu de souvenirs, essentiellement lié à des photos, et Londres pour qui elle éprouve des sentiments mitigés.
As-tu de la famille à NY ? : Non. La jeune femme est bel et bien arrivée seule et sans connaître personne. Sa mère est restée vivre dans leur jolie petite maison dans un quartier aisée de Londres et aux dernières nouvelles, son géniteur habite toujours Edimbourg.

Cinq défauts et cinq qualités

Capricieuse, convaincante, déterminée, douce avec ses proches, égoïste sur les bords, fière, forte, franche, indépendante, impatiente, minutieuse, organisée, persuasive, possessive, pragmatique, rancunière, réservée quant à ses sentiments, revêche, rêveuse, spontanée, têtue, tolérante.

Autres signes particuliers

La jeune femme est ce qu’on appelle une gauchère contrariée car au couvent où elle est restée trois ans, on l’a forcer à se comporter comme une droitière. Aujourd’hui cette habitude est si bien ancrée en elle qu’elle ne parvient pas à s’en débarrasser. ▬ Se sentant terriblement seule une grande partie de son enfance et de son adolescence, Bryanna s’est découverte une passion pour le dessin, restée inconnue pour sa mère. Un petit bout de secret pour se sentir exister. ▬ Elle ne sait pas nager et a une peur bleue (sans jeu de mots) de l’eau. Pour ne pas éveiller les soupçons, elle prétend avoir des allergies à beaucoup de choses. ▬ Bryanna est une étudiante sérieuse et avec de bons résultats mais si elle en est arrivée à ce niveau aujourd’hui, c’est aussi et surtout qu’elle a facilités naturelles pour tout ce qu’elle entreprend de faire. ▬ Pour contester l’autorité de sa mère, la jeune femme s’est faîte faire un tatouage derrière le coup peu de temps après avoir fêter son 18ème anniversaire. Petit et assez discret, il s’agit d’un diamant dont la signification est la protection.


❝ Ma vie, mes choix

❝ Derrière mon écran


Prénom : Janyce.
Pseudo : H_anaë.
Age : 21 ans.
Pays /région : France, en PACA.
Etudes/Travail :  Formation d'auxiliaire de puériculture.
Avatar choisi : Zoey Deutch
Type de personnage : Scénario de Peter E. Barnes.
Staff référent (si multicompte ou changement) : //
Comment es-tu arrivé là ? : Publicités et recherche assidue.
Avis sur le forum : Il est tout beau, comme ses membres. Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 1133702776 Il à l'air vivant et complet (big up pour les intrigues que je n'ai pas finis de lire mais qui ont l'air régulières et originales).
Code à remplir :
Réserver son avatar (après validation et si personnage inventé) :

Code:
<pris>Zoey Deutch</pris> <a href="http://www.good-morning-america.org/u3731" class="COLO">:heavy_multiplication_x:</a> Pseudo du personnage
Réserver son avatar (après validation et si pv ou scénario)
Code:
<pris>Zoey Deutch</pris> <a href="http://www.good-morning-america.org/u3731" class="COLO">:heavy_multiplication_x:</a> <a href="http://www.good-morning-america.org/t28128-f-amour-d-enfance-say-something">Bryanna S. Mackenzie>
Réserver votre nom et prénom OBLIGATOIREMENT
Code:
<center><div class="LESCODES">[b]PRÉNOM[/b] : Bryanna
[b]NOM[/b] : Mackenzie
</div></center>
Listing anniversaire (vous trouverez les codes couleurs dans ce sujet)
Code:
04 : <code>Bryanna S. Mackenzie</code> (1994)
Listing des étudiants
Code:
[url=http://www.good-morning-america.org/u3731][b]Bryanna S. Mackenzie[/b][/url] - [i]Marketing[/i]
Listing des clubs & associations (si votre personnage n'appartient à aucun club /associations, ne remplissez pas les champs)
Code:
[b]NOM DU/DES CLUB(S)/ASSOCIATION(S)[/b] : [i]Athlétisme[/i]
[b]POSTE SOUHAITÉ[/b] : [i]membre[/i]
[code]- Bryanna S. Mackenzie[/code]
Si votre personnage a un travail à côté de ses études, il faudrait choisir l'une de ces deux options ci-dessous, s'il ne travaille pas, ne remplissez aucun champ. (le listing des métiers se trouve par ici)
Si le lieu n'existe pas encore
Code:
<NOMLISTING1>Nom exact du lieu</NOMLISTING1> (quartier, par exemple bronx, upper east side, etc) - type de lieu par exemple bar, université, hôpital, etc
:heavy_check_mark: <b>[url=lien vers le profil]Pseudo[/url]</b> [i]adulte ou étudiant[/i] - écrire ici l'emploi/job étudiant de votre personnage
Si le lieu existe déjà
Code:

:heavy_check_mark: <b>[url=lien vers le profil]Pseudo[/url]</b> [i]adulte ou étudiant[/i] - écrire ici l'emploi/job étudiant de votre personnage
Lieu d'habitation ; Upper West Side
Code:
+ <code>Bryanna S. Mackenzie</code>


Il est maintenant temps pour vous de choisir un groupe. Nous vous donnons rendez-vous sur l'annexe des groupes  pour en apprendre plus sur les groupes disponible sur GMA.

Vous avez le choix entre deux groupes.


Choix n°1 : PSI UPSILON
Pourquoi pensez-vous que votre personnage correspond à ce groupe ? Il est primordial pour Bryanna, après une adolescence solitaire, d’appartenir à un groupe. C’est un besoin, certes, mais les psi c’est aussi quasi une évidence. Bryanna est une étudiante sérieuse dans ces études, avec des résultats qui si ils ne lui permettent pas de monter sur la plus haute marche du podium, ont le mérite d’être plus que corrects et constants. Elle est élève régulière dont on ne peut pas douter de sa présence en cours ou du délai de rendement de ses devoirs. Bien qu’elle est choisie le cursus Marketing un peu par la force des choses, Bryanna est impliquée et l’éducation qui lui a été inculpée dès son plus jeune âge tend vers la réussite. Pour autant, Bryanna n’est pas non plus le genre d’étudiante qui passe toutes ses journées le nez dans un bouquin, c’est une jeune femme qui aime être en contact avec les autres et redouble d’efforts pour entretenir les activités de groupe. En amitié, la jeune femme recherche les relations fortes et sincères. Elle se retrouve également dans la réticence des psi à prendre part aux conflits inter-confréries, pour elle c’est superficiel.

Choix n°2 : DELTA SIGMA PHI
Pourquoi pensez-vous que votre personnage correspond à ce groupe ? Bryanna a subit l’influence et de les décisions de sa mère une grande partie de sa vie – et encore un peu aujourd’hui – et c’est cette dernière qui l’a d’ailleurs envoyé à New-York pour ses études sans juger bon de lui en parler. La jeune femme lui en a d’abord voulu avant de finalement comprendre que débarquer dans une nouvelle vie, sans la présence – physique du moins – de sa mère était une véritable aubaine pour se libérer en douceur de son emprise. Si la jeune femme ne se retrouve pas tellement dans le désir de pouvoir des Delta, elle se reconnaît dans sa volonté à prendre ses propres décisions et ne plus à avoir à subir celles des autres. Parce que savoir et pouvoir faire des choix, c’est avoir main mise sur son destin, sur sa vie toute entière. Si elle ne se sent pas particulièrement leadership dans l’âme, la jeune femme ne craint absolument pas de prendre la parole haut et fort pour défendre son point de vue ou une cause quelconque. Elle peut se montrer très convaincante quand elle le souhaite, ses amis ont tendance à lui dire qu’elle sait trouver les mots justes. C’est une jeune femme qui n’a pas peur de s’engager, d’ailleurs elle ne craint pas non plus les responsabilités potentiellement acquises au fil des années au sein des Delta.

Groupe de l'été : Années 60.

Anonymous
Invité
Mer 4 Sep - 17:54


❝ Bref, vie de merde.



« Ce sera un fils et il s’appellera Bryan ! » clamait haut et fort le patriarche à qui voulait l’entendre. Leopold désirait ardemment que l’enfant à naître de sa femme soit un garçon et n’imaginait pas un seul instant le cas contraire. Il imaginait découvrir un petit homme dans les bras de son épouse, un petit homme pleins de promesses à qui il inculperait dès sa première année les valeurs familiales, à qui il n’épargnerait aucun récit chevaleresque de leurs ancêtres et à qui il imposerait dans quelques années de l’accompagner à la chasse deux dimanche par mois pour forger son caractère. Leopold se voyait élever son fiston entre traditions et modernité, comme lui même avait été élevé par son père avant cela. Mathilda quant à elle, se présentait neutre quand on l’interrogeait, répétant que le plus important était que l’enfant arrive en bonne santé. Elle nourrissait cependant l’espoir silencieux de donner vie à une charmante petite fille dont elle prendrait grand soin au fil des ans de transformer en une jeune femme respectable tenant de modèle au reste de la fratrie. Dans la famille de Madame, connaître le sexe du bébé avant la naissance n’était pas bien vu alors les futurs parents prirent leur mal en patience jusqu’au fameux jour J. Alors que ce bébé tant attendu pointait au bout de près de neuf mois le bout de son nez, le verdict tomba et l’on raconta des années plus tard à l’enfant que les cris du père se sont fait entendre dans tout le service de maternité. Leopold ne rendit visite à sa fille qu’une seule fois durant son séjour et pas une seule fois il ne la prit dans ses bras. Au moment de la déclarer, il ne chercha pas à connaître l’opinion de sa femme et bredouilla Bryanna, la féminisation de Bryan, le nom initialement prévu pour l’enfant. L’homme pensait être déjà au bout de ses peines mais c’était sans compter la dure annonce du médecin faîte aux parents, sans prendre de pincettes, que suite aux complications de l’accouchement, Mathilda ne pourrait plus porter la vie. Les espoirs de l’un comme de l’autre, réduit à néant en quelques secondes. Le début de la fin pour ce couple, et dans un sens plus large pour cette famille. De toutes les merveilleuses choses pensées par les deux parents pour leur enfant, rares sont celles qui se réalisèrent par la suite. Leopold confia sans regrets les premières années de Bryanna exclusivement aux bons soins de sa mère et cette dernière, confia la moitié du temps sa petite fille à une nourrice pour se soulager un peu des peines dont son mari commençait déjà à l’accabler.

A cinq ans, quand on expliqua à la petite Bryanna que ses parents divorçaient, c’est-à-dire qu’ils ne vivraient plus ensemble tous les trois dans leur grande et belle maison, elle ne comprenait pas tous les enjeux de ce mot difficile mais elle rétorqua sans sourciller que cela ne changerait pas beaucoup de choses à sa vie. En effet, Leopold enchaînait les retards à répétition le soir après le travail depuis belle lurette, si bien que les derniers temps il ne se donnait plus la peine de trouver des excuses. En dehors des horaires de travail, il n’était pas non plus chez lui, comme si il n’y avait rien de pire que de se retrouver coincé entre les quatre murs de sa maison, auprès de son épouse et de sa ravissante petite fille. Rien ne l’horripilait davantage que d’entendre ses proches et moins proches adressaient une tonne de compliments à sa gamine, la même qui lui avait volé sa chance d’avoir un fils. Une de ses chances, tout du moins. Car même si Leopold se voulait un homme respectable et honnête, il n’avait connu pire déception que celle d’apprendre que Mathilda ne pourrait plus avoir d’enfants et donc de fils. Lentement, dans son esprit avait fini par germer l’idée que si la porte était fermé avec son épouse, elle ne l’était pas avec d’autres femmes. Qui sait si inconsciemment, il ne désirait pas au plus profond de lui, que son infidélité parvienne un jour aux oreilles de son épouse ? Mathilda ne chercha pas à savoir si c’était volontaire ou non, il lui était suffisamment douloureux de connaître la raison de la trahison de son mari. Cela avait été difficile pour elle d’apprendre sa stérilité mais elle avait réussi remonter la pente et n’avait eu de cesse d’espérer que son mari s’y ferait également et qu’il la soutiendrait. Elle l’avait vu s’éloigner et avait prier après chaque retard pour que ce soit le dernier. Elle l’avait imaginé voir d’autres femmes mais ne s’était pas résolu à vraiment le croire, elle avait eu peur de souffrir mais finalement cela n’avait fait que retarder l’inévitable sans en atténuer la douleur. Naturellement, elle a embarqué sa fille car il était évident que Leopold n’en voudrait pas, il ne s’est d’ailleurs pas opposé à cette décision, sans doute un poids en moins sur ses épaules.

Mathilda ne voulait pas être « la femme trompée par son mari » aux yeux de tout son voisinnage et ce, jusqu’à la fin de sa vie. Alors quitte à partir, elle a fait les choses bien. A Londres, personne ne la connaissait, elle et son mariage raté avec Leopold. Repartir à zéro certes, mais repartir à zéro avec toutes les chances de son côté. Elle était rancunière envers son mari et ne répondait pas toujours à ses appels, rares fût-ils, mais elle ne crachait certainement pas sur la pension qu’il lui versait à elle et à Bryanna chaque mois. C’était toujours bon à prendre pour son confort et celui de sa fille, c’était aussi toujours de l’argent en moins dans le compte en banque de la femme qui se baladait au bras de Leopold avec une fierté mal placée et dont on lui avait répété qu’elle lui donnerait un fils. Celui tant rêvé. Amère, à la naissance de ce dernier, Mathilda a cessé toute communication avec des gens d’Edimbourg, préférant se concentrer sur l’éducation de sa fille. Bien qu’adorable, Bryanna avait de grandes difficultés à s’intégrer au groupe et à trouver sa place. Elle était renfermée et certains des adultes de l’école disait à sa mère de penser à l’envoyer voir un spécialiste, du genre un psychologue pour enfant. Le monde ne comprenait pas Bryanna et cette dernière ne comprenait pas le monde. Il semblait pour sa mère que ce soit une boucle, aussi décida t-elle que la meilleure solution était de l’envoyer dans un couvent. L’accord de Leopold fût une formalité, honnêtement il se fichait bien du lieu d’instruction de sa gamine. Demander son accord à son ex-époux coûtait à Mathilda, mais elle avait su reformuler la situation afin de préserver l’image de sa fille.

Sans homme ni enfant à la maison, Mathilda se révélait, son charisme aidant grandement à la faire embaucher presque partout où elle souhaitait, pour des boulots dont elle ne maîtrisait pas toujours tout mais pour qui elle apprenait très vite. Si elle n’a jamais cessé d’aimer sa fille, elle dû admettre que c’était plus facile sans enfants à la maison pour se reconstituer un nouveau carnet de relation et un entourage digne de ce nom, digne de la personne qu’elle avait toujours été dans sa Edimbourg natale. C’était comme si elle avait su reconstruire le meilleur de sa vie d’avant, à Londres. Quand sa fille est revenue vivre à la maison, même si cela s’est fait dans la précipitation à cause du scandale vivant l’établissement à côté du couvent, celui pour les garçons, Mathidla se sentait fin prête à aider sa fille à se reconstruire à son tour. La relation mère-fille n’a jamais été celle que Mathilda désirait, mais elle a été, avec ses hauts et ses bas. Si Bryanna ne pardonnait et ne pardonne toujours pas à sa mère de l’avoir envoyer dans un couvent, elles ont partagé plus d’un moment de complicité toutes les deux, entre ralâge intense et cris aiguës. L’école se passait un peu mieux pour Bryanna après le couvent, notamment parce qu’elle faisait tout son possible pour ne plus être envoyer loin de chez elle, dans un environnement semblable ou pire. Elle avait largement eu assez de ces trois horribles années au couvent. Elle n’avait pas beaucoup d’amis alors quand sa mère commençait à poser trop de questions, Bryanna avait tendance à s’en inventer d’autres pour laisser sous-entendre un groupe plus grand qui plaisait plus à sa mère. Elle ne travaillait pas trop ses cours, mais elle obtenait des notes correctes ou moyennes, ce qui lui valait d’avoir Mathilda sur le dos sauf quand elle était trop occupée à organiser des réunions pour ses copines du club des mères célibataires qui assurent sur tous les plans pour leurs enfants. Bryanna avait peut-être honte d’avouer à ses amies le nom du club de sa mère mais elle n’en était pas moins fière, en grandissant elle avait compris et apprit des choses sur son père, sur leur vie d’avant. Sa mère avait assurait d’une certaine manière, pas sur tous les plans comme elle aimait le dire dans son club mais sur certaines choses oui.

Faut croire que s’impliquer totalement dans l’éducation de son deuxième enfant – le seul dont il s’est véritablement occupé – a fait naître chez Leopold quelques regrets car pour les dix huit de sa fille il a écrit une longue lettre ou était entre autre écrit qu’il voulait apprendre à la connaître, que si elle souhaitait venir lui rentre visite, la porte lui était ouverte. Le genre de gros blabla qui a agacé la jeune femme plus qu’autre chose. Elle n’a évidemment pas donné suite à la lettre de son soit-disant père comme elle l’appelle et reproche assez régulièrement à sa mère de lui avoir filer son numéro de portable car Leopold a des périodes ou il laisse des tonnes de messages sur le répondeur, soit car il raccroche pas assez vite, soit parce qu’il lui raconte tellement de choses que plusieurs messages sont nécessaires pour tout enregistrer. Bryanna le qualifiait de montre quand elle était petite, elle le qualifie aujourd’hui d’ennuyant mais cela ne veut en aucun cas dire que son père est remonté dans son estime, elle a juste adapté le langage à son âge et à la réalité. A une période, Mathilda insistait pour que sa fille réponde à son père, ce à quoi Bryanna rétorquait préférer ne pas répondre à son père au lieu de faire semblant de jouer à la fille heureuse d’avoir son papa au téléphone pour ensuite lui poser des lapins lors des vacances scolaires. Il lui arrivait aussi de regretter de ne pas le faire mais elle revenait à la raison rapidement. Bryanna n’était pas son père, quand il rentrait tard chaque soir à la maison au plus grand désarroi de sa mère. Elle ne voulait pas reproduire les même bassesses et être comme lui.

• • • •

Bryanna a aménagé à New York en 2013, sous l’impulsion de sa mère – et un peu, qui sait, de son père – convaincue qu’un éloignement de tous ses repères serait une excellente motivation au cours de ses études supérieures. Puis comme sa fille ne se décidait pas sur quelle voie à suivre, Mathilda a finit par prendre les devants. Cette énième décision de sa mère n’enchantait pas la jeune femme au début, lassée de suivre ses commandements sans avoir son mot à dire, jusqu’à qu’elle comprenne la chance que ce nouveau départ bis représentait. Bryanna a alors brillamment réussi à tirer un trait sur les anciennes difficultés et douleurs passées, sur les ratés et les échecs. Elle s’est complètement lâchée et le moins que l’on puisse dire, c’est que la vie de new-yorkaise lui va comme un gant. Ici, on  ne connaît pas ses erreurs, on ne connaît pas ses faiblesses et les épisodes honteux de sa vie. On sait juste ce qu’elle accepte de raconter, vérité, vérité remaniée ou petits mensonges de presque rien du tout.

Thomas Kray
Outs
J'ai posté : 443 messages et j'ai : 113 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Tom Hardy et pour finir je crédite : Moi

Thomas Kray
Mer 4 Sep - 18:00
Heeey et bienvenue !

Bonne rédaction !
Si tu veux un lien avec la mafia nord américaine hésite pas à passer en mp Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 286332005



Et tu continueras à porter mon monde sur tes épaules

Tu as toujours eu envie de faire partie de la Mafia Nord-Americaine? Clique ici!
Ellie Kray
mdm
J'ai posté : 266 messages et j'ai : 465 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bridget Satterlee et pour finir je crédite : rainbowsmile

Ellie Kray
Mer 4 Sep - 18:19
C'est vide tout ça Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 3880569926 Mais je suis déjà fan du prénom et de l'avatar, elle est toute choupie love2

Bienvenue par ici et courage pour ta fiche!


i don't even know
why I smile
but I do it anyway
Anonymous
Invité
Mer 4 Sep - 18:32
@Thomas Kray. J'arrive à peine et voilà qu'on tente déjà de m'enrôler dans la mafia. Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 3880569926 xD J'admets que je n'ai pas encore regarder tous les pré-liens mais promis, j'irais faire un petit tour Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 4171634867

@Ellie Kray Laisse moi le temps d'écrire xD Je tente de la remplir davantage au plus vite pour assouvir ta curiosité, ça te va ? Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 627785219

Merci pour vos deux messages d'accueil en tout cas, ça me fait au coeur. Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) Herz
Charlen A. Dale
broad admin
J'ai posté : 3633 messages et j'ai : 270 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Halsey ♥ et pour finir je crédite : Tennessee (ava) ; Lilousilver (signa) ; Lolo (profil) ♥

Charlen A. Dale
Mer 4 Sep - 19:09
Bienvenue sur GMA love

Bon courage pour ta fiche love2 Et si tu as la moindre question, n'hésites pas, il y aura toujours un membre du staff pour te venir en aide Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 4035343658 love2 Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 2065780774


 
living in a lonely world
Ellie Kray
mdm
J'ai posté : 266 messages et j'ai : 465 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bridget Satterlee et pour finir je crédite : rainbowsmile

Ellie Kray
Mer 4 Sep - 19:25
C'est un bon deal Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 18529479


i don't even know
why I smile
but I do it anyway
Shane Riegan
Broad
J'ai posté : 191 messages et j'ai : 169 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Andrew Garfield et pour finir je crédite : NaXya

Shane Riegan
Mer 4 Sep - 19:44
Bienvenuuuuue ! J’aime bien ta demoiselle :3


What the world is out there isn’t what you see on TV. It’s much worse. And it changes you. Either into one of them or a lot less than the person you were
En ligne
Angel O. Blake
Outs
J'ai posté : 492 messages et j'ai : 225 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jeffrey Dean Morgan et pour finir je crédite : Haru (C'est moiiiiii ♥) & Tenor (Gif's)

Angel O. Blake
Mer 4 Sep - 19:48
Bienvenue à toi sur GMA jeune fille ~ Courage pour la suite de ta fichette !
See ya Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 1755252224



« Lonely Day... »

Such a lonely day, Shouldn't exist, It's a day that I'll never miss, Such a lonely day, And it's mine, The most loneliest day of my life... And if you go, I wanna go with you. And if you die, I wanna die with you. Lonely day - System Of A Down

(c) Myuu.BANG!

   
Jayden Moore
wall admin
J'ai posté : 4546 messages et j'ai : 199 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : lux aeterna (vava)

Jayden Moore
Mer 4 Sep - 20:25
Bienvenue par ici love2

Bon courage pour ta fichette Les lumières brillent pour nous. (Bryanna) 286332005
Contenu sponsorisé
Les lumières brillent pour nous. (Bryanna)
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Once upon a time
 :: A way to New York :: Welcome to New York
-
Sauter vers: