Newsletter numéro 46
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ La soirée de remerciement (Topic commun) - Page 3 1529876038
Scent of Scandals #37
SOS change de formule ! Allez voir le nouveau Mag !
Nouvelle Intrigue
L'intrigue d'Halloween, c'est par ici ! La soirée de remerciement (Topic commun) - Page 3 1225816182

Partagez

La soirée de remerciement (Topic commun)

GOOD MORNING AMERICA :: Backstage
 :: Archives :: La soirée de remerciement
Azraël Benseghir
Wall
J'ai posté : 48 messages et j'ai : 18 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Çağatay Ulusoy et pour finir je crédite : @turkishsource

Azraël Benseghir
Mar 8 Oct - 22:03
"Tu sais bien que j'ai du mal avec les ordres..."

Du coin de l'oeil, il avait remarqué Jayden, et autant dire qu'il ne s'attendait pas à le voir ici. De toute façon la conversation en était déjà à sa fin, puisque de toute façon les choses qui devaient être dites, ne seraient certainement pas dites ce soir. Il était donc le bras tendu prêt à inviter son ami se joindre à eux, qu'il fut interrompu par des hommes masqués qui visiblement ne faisaient pas partie de l'équipe d'animation. Son bras était retombé le long de son corps totalement incrédule face à ce qui était entrain de se passer sous ses yeux.

"C'est quoi ce bordel..?"

On croit toujours que ce sont des choses qui n'arrivent qu'aux autres, et pourtant ce soir, c'est bien à lui que ça arrivait. Il prit de longues secondes à remettre ses idées en place, mais lorsque son regard croisa celui d'un des hommes masqués, il comprit assez vite qu'il ne s'agissait pas d'une mauvaise blague ; alors, il se mit presque instinctivement à genoux.
Alors que le petit groupe d'hommes se baladaient parmi les convives désormais à genoux, ce qui semblait être le chef déballait son discours radical. Les moindres personnes qui sortaient du rang, se faisaient gratifier de coups ou de menaces. Le cauchemar ne faisait que commencer.

Ce soir, il allait surement mourir, alors qu'il y a quelques minutes encore, on lui aurait dit que des terroristes étaient en route, il vous aurait rit au nez. Ses pensées se dirigèrent aussitôt vers sa famille, ses parents, sa soeur... Il avait envie de leur dire qu'il les aimait ; de leur dire qu'il les aimait et qu'il allait mourir. Presque comme tout le monde peut être. Bien qu'il mourait d'envie d'envoyer ce message, il avait beaucoup trop peur de jouer avec le feu.
Certains tentaient de jouer aux superhéros.. et bien, ils auraient du s'abstenir. On ne blague pas avec ces mecs là, ils sont venus armés jusqu'à l'os et pleins d'intentions : il est inutile de tenter quelque chose, tout ce qu'on y gagnerait serait une balle entre les yeux.
Un instant, il pensa à ses talents diplomatiques, peut-être pouvait-il tenter la négociation ? Mais rapidement, il chassa cette idée de sa tête en se rappelant la phrase qu'il a du entendre des centaines de fois "On ne négocie pas avec les terroristes". Si cette phrase était aussi souvent répétée c'est surement qu'il y avait une raison.

Une femme à sa droite n'arrivait pas à s'empêcher de pleurer, des chaudes larmes comme il n'en avait jamais vu auparavant. C'est drôle parce que quelques minutes auparavant, il lui avait remarqué une prestance et une élégance, qu'on ne lui devinerait absolument pas en la voyant ainsi. Azraël, lui, n'arrivait pas à verser de larmes. En fait de l'extérieur, il avait surement l'air stoïque, parce qu'intérieurement, il était tout simplement en état de choc.
Puis il jeta un coup d'oeil vers Samuel. D'un coup, toutes les querelles, magouilles et autres entre les deux hommes lui paraissaient si futiles. Peu importait leur aversion l'un pour l'autre, puisque là tout de suite, ils étaient logés à la même enseigne.
Un coup de feu le coupa une fois encore de ses pensées. Azraël, totalement, impuissant voyait cette inconnue avec la cuisse en sang. La seule chose qu'il réussit à murmurer, fut :

"On va mourir."

@Samuel Shaffer
Reece A. Hopkins
Delta
J'ai posté : 2209 messages et j'ai : 282 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bella sexiest Khair Hadid et pour finir je crédite : DANDELION (avatar) ; Magma. (signature) ; Lan (profil)

Reece A. Hopkins
Jeu 10 Oct - 15:53
IN

Soirée de remerciement : Event

Ian
The truth is, we all face hardships of some kind, and you never know the struggles a person is going through. Behind every smile, there's a story of a personal struggle.

Tu as l’impression d’avoir des crampes au niveau des joues à force d’étirer les lèvres dans des sourires variés. Parfois c’est sincère mais la plupart du temps, tu fais preuve d’une hypocrisie bien dissimulée. C’est que, tu détestes ce genre de soirée. Les soirées mondaines où les faux-semblants sont omni-présents parmi les invités. Franchement t’aurais aimé rester chez toi, à regarder une série ou à siroter une bière. C’est toujours mieux que cette flûte de champagne hors de prix que tu détestes tant. Mais Ian avait insisté en usant de différents arguments et surtout de son regard de chien battu. Tu ne peux rien lui refuser, ton ami d’enfance. Un ami que tout le monde considère comme ton fiancé suite à votre mise en scène. Et l’héritier des Foster-Miller n’a pas fait les choses à moitié. A part le fait qu’il t’a offerte cette robe signée Dior aux motif attrayants, il a aussi glissé une bague en diamant qui bouffe la moitié de ton doigt. Tu n’aimes pas le côté bling bling de ta tenue mais tu n’as pas trop le choix. Votre future union doit toucher le maximum de personnes pour que la mère de ton ami le laisse tranquille. Alors tu joues ton rôles à la perfection. Tu salues des personnalités influentes, tu poses aussi pour des photos en glissant ta main gauche sur ta hanche pour mettre en évidence ladite bague. Ian te présente une amie à lui, une certaine Mercy que tu trouves fort attrayante dans son pantalon. Tient, toi aussi tu aurais aimé porter un pantalon au lieu de cette robe qui couvre à peine le haut de tes cuisses. " Enchantée Mercy. Reece Hopkins. " Tu tends la main vers la jeune femme non sans lui sourire doucement. C’est chance que tu ne sois pas étrangère à ce genre d’événement. Après tout, quand t’étais plus jeune ton grand-père s’amusait à te trainer là où il allait, te présentant comme l’héritière des Hopkins. D’ailleurs, c’est pour cette raison qu’Ian a porté son choix sur toi ; lier deux empires ensemble lui a semblé une excellente idée. " La poupée en question peut très bien te foutre le pied dans le cul jeune homme. " Murmures-tu à son oreille sans arrêter de sourire comme un automate. Tu commences à fatiguer. Tu t’apprêtes à aller te reposer dans un coin loin des regards indiscrets quand un bruit strident pousse tout ton corps à se plier, les genoux collés au sol. " Putain qu’est ce qui ... " Tu n’as pas le temps de finir ta phrase. Un coup d’oeil à la salle te permet de comprendre rapidement la situation ; vous êtes attaqués par une bande de terroristes cagoulés et armés jusqu’aux dents. Inutile de dire à quel point t’en as marre de vivre ce genre de situation. Tu as déjà été victime de hold up dans une banque, une fusillade dans un café, une prise d’otage dans une station métro et maintenant tu revis la même scène. Si on peut lire la peur sur le visage de certaines personnes mais sur le tien il y a une profonde lassitude. A ce rythme tu arrêteras de sortir de chez toi. Les mains sur la tête comme l’avait ordonné l’un des ravisseurs, tu jettes un coup d’oeil vers Ian. " Fais pas de connerie. " Le préviens-tu afin d'éviter un débordement de sa part.

Made by Neon Demon



@Ian Foster-Miller



Every rose has its thorn
▂ Be the venom inside us, speak mightily of, he who scorned us. Lead me to the path of revenge and I’ll lead you to the path of sorrow

Samuel Shaffer
Wall
J'ai posté : 696 messages et j'ai : 96 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Paul Fontanier et pour finir je crédite : God

Samuel Shaffer
Ven 11 Oct - 14:54
Samuel fut étonné de constater qu’Az’ semblait connaître Jayden. Après tout, dans cette ville, selon le milieu que l’on fréquentait, on connaissait tous, plus ou moins les mêmes personnes. Il se demandait ce que ces deux pouvaient bien faire ensemble et dans quelles magouilles ils trempaient. Sauf si, connaissant Az’, il s’agissait d’une histoire de cul. Il remarqua aussi, un peu plus loin, Aurore. Elle était ravissante dans une petite robe noire. Rien à voir avec la jeune femme derrière son comptoir à vendre des donuts ou en tenue de sport, auréolée de sueur. Il aurait bien aimé aller la saluer lorsqu’il fut coupeédans son élan. Des individus masqués et armés firent irruption dans la salle bondée. Sur le moment, les gens restèrent comme pétrifiés, se demandant si cela était une plaisanterie de mauvais goût mais lorsque les coups se mirent à pleuvoir et le sang à couler, Samuel compris qu’il ne s’agissait pas d’un jeu. Il se retrouva au sol. Muet et complètement atone. Lorsqu’il comprit qu’Aurore venait d’être blessée, il ne peut ni se relever, ni bouger, ni parler. Il était là, tel une statue. Espérant se réveiller à tout instant de ce cauchemar.
Il se revoyait quelques années plus tôt dans cette voiture, le visage en sang et sa passagère en piteux état. Il savait que déjà à l’époque il n’avait pas fait preuve de courage, ne pensant qu’à lui, ses études, sa carrière. Et il se connaissait assez pour savoir que ce soir, il referait la même chose. Qu’il tenterait de sauver sa peau avant tout. Chaque personne qui tentait une action, se voyait sévèrement remis à sa place à coup de crosse de fusil ou de revolver. Ce qui sembla calmer les autres pendant un moment.
En ce qui le concernait, il n’avait nullement envie de jouer les héros. Il n’en était pas un et n’en serait jamais un. Cette constatation ne l’avait pas empêché de vivre jusqu’à maintenant. Une balle dans la tête, oui.
Az’ semblait tout aussi tétanisé et cela arracha un micro sourire en coin à Samuel. Ce n’était pas le moment mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Sûrement une réaction nerveuse. Certains pleuraient. Lui, il souriait. À la futilité de la vie. À « pas de chance ». Peut-être à sa fin prochaine. Il n’en était pas encore au point de voir sa vie défiler devant ses yeux mais, cela viendrait forcément, à un moment ou à un autre.
Lorsque la voix d’Az’ le tira de ses pensées, Samuel le trouva enfin humain. Depuis les années qu’ils se connaissaient, il l’avait toujours trouvé imbuvable mais, là, ce soir, il voyait l’homme derrière le connard. Cela ne l’émut pas au point d’avoir pitié de lui. Il se pencha légèrement et murmura à son tour « Je dois t’avouer que mourir à tes côtés ne me fait pas vraiment plaisir » il aurait pu rajouter, ni mourir ce soir à vingt-sept ans. Il se trouvait un peu trop jeune pour rejoindre le Créateur. Maintenant allongé au sol, les mains sur la tête, il avait tourné son visage vers Az’.
Il avait peur mais la situation lui semblait tellement surréaliste qu’il n’arrivait plus à penser clairement et il se prit à espérer que ces personnes cagoulées allaient obtenir ce qu’elles désiraient du maire et qu’ils s’en iraient rapidement. Ils avaient la bénédiction de Samuel pour embarquer le maire avec eux tant qu’ils dégageaient rapidement. Il repensa à Aurore et se demanda si son état grave ne nécessitait pas des soins médicaux urgents. Il aurait aimé ramper jusqu'à elle afin de l'aider mais il savait que c'était la meilleure façon de se prendre une balle dans la tête.


@Azraël Benseghir
Hayden J. Barrow
Times
J'ai posté : 478 messages et j'ai : 0 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Billy Huxley et pour finir je crédite : Morphine (avatar) : Morphine (gifs signature) ; XynPapple (codage signature)

Hayden J. Barrow
Ven 11 Oct - 20:29
IN

Une soirée guindée, trop sérieuse pour qu’elle puisse être en mesure d’être appréciée par Hayden. Il n’a pas envie d’être là et il a fallu qu’Aurore trouve de nombreux arguments pour le convaincre d’enfiler un costume et de venir jusqu’ici. Ce qu’elle lui a dit pour faire pencher la balance en sa faveur ? Elle a insisté sur la courte durée de l’événement et sur la gratuité de la nourriture. De la bouffe gratos, c’est un critère d’exception pour qu’Hayden accepte de se pointer quelque part. C’est donc paré de son plus beau costume que le tatoué a franchi les portes de l’imposant bâtiment, caractérisé par son style classique avec ses moulures travaillées et ses sculptures épurées. Autour de son cou, une cravate noire et sobre, nouée par les doigts plus exprimentés d’Aurore, serre son col blanc. Ça lui fait presque bizarre d’être aussi bien habillé, parce que ce n’est clairement pas dans ses habitudes, mais il se trouve pas mal, comme ça, finalement. Les seuls éléments qui trahissent quelque peu sa fausse allure de bad boy, ce sont ses tatouages, sur ses mains et dans son cou, qui grignotent son épiderme sur plusieurs centimètres carrés. Le bras d’Aurore enroulé autour du sien, Hayden arpente calmement la grande salle, volant l’un ou l’autre amuse-gueule sur les plateaux qui passent à coté de lui. Sans vraiment y prêter attention, il écoute le discours du maire, parce que c’est bien par lui que cette soirée a été organisée. Le moment est barbant, lourd au possible, mais Hayden fait avec. Finalement, ça lui rappelle l’école et ces longs moments d’ennui qu’il passait sur les bancs, à espérer que cette journée passerait plus vite que la précédente. Tout à coup, alors qu’il enfourne un autre zakouski dans sa bouche, les portes s’ouvrent soudainement derrière eux, dans un fracas tonitruant. Hayden a à peine le temps de se retourner pour comprendre ce qu’il se passe qu’une voix terrifiante et grave somme à la foule de se mettre à genoux sur le sol. Le tatoué et sa cavalière d’un soir ne réfléchissent pas davantage : ils s’exécutent. De toute façon, dans ce genre de situations, il n’y a pas matière à tergiverser : ils ne sont pas en position de force. Le coeur battant la chamade, les mains moites et les membres tremblants, Hayden se sent bien impuissant. Il n’a pas l’habitude d’être de l’autre coté du canon. Effrayé, il lance des regards emplis d’angoisse à Aurore, qui ne peut rien faire de plus pour le rassurer. Ils sont tous les deux dans le même bateau et ils ne peuvent absolument rien faire pour s’en sortir, à part prier. La jeune femme est alors prise d’un élan de courage, et se lance dans une négociation improvisée avec l’un des aissallants. Hayden secoue la tete dans sa direction, fronce les sourcils et lui fait les gros yeux, mais c’est trop tard. L’un des types se retourne, braque son arme sur la blonde et lui tire une balle dans la jambe. Aussitôt, il braque son flingue vers Hayden et le menace de lui exploser la cervelle s’il bouge, mais le tatoué n’en a rien à faire. Pourtant, il sait que ce genre d’individu ne peut pas etre raisonné et n’a aucune limite : ils seraient même prêts à se suicider pour obtenir gain de cause. Mais Hayden refuse de voir son amie se vider de son sang sans bouger le petit doigt. Aussitôt, il s’agite, se jette sur la jeune femme et son premier réflexe est d’aller compresser la plaie à l’aide de ses deux mains pressées sur la blessure. Bordel, Aurore, ça va ? qu’il demande d’une voix déchirée par l’inquiétude, alors qu’un autre homme lui hurle de ne plus la toucher. Il s’en fout, il ne compte pas courber l’échine face à ce pauvre type qui n’a rien trouvé de mieux à faire de sa soirée que d’aller buter des innocents. Il arrache sa cravate de son cou et l’enroule autour de sa cuisse pour former une espèce de garrot de fortune. Cela va-t-il suffire pour l’empecher de succomber à cette importante perte de sang ? Il l’ignore. Hey, Blondie, tu tiens le coup, ok ? C’est qu’une égratignure de toute façon, il en faut plus pour venir à bout de toi, pas vrai ? soupire-t-il avec un sourire qu’il essaye de rendre rassurant, mais qui semble surtout atrocement crispé, alors que le sang continue de couler sur ses deux mains devenues rouge écarlate.

@Aurore V. Hamilton


Bang bang You shot me down bang bang
Isabella E. Lockwood
mdm
J'ai posté : 297 messages et j'ai : 306 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Katherine McNamara et pour finir je crédite : ©rusty nail pour mon avatar.

Isabella E. Lockwood
Dim 13 Oct - 18:49
Tu ne sais pas vraiment quelle folie il t’a pris de croire que tu pouvais aller te confronter à l’un de terroristes. Chercherais-tu ta mort prématurée en intentant une action pareille ? Enfin tu t’en sors plutôt bien finalement. L’homme n’a pas vraiment apprécié ton geste mais à part te porter un peu plus d’attention dorénavant, il n’a rien tenté avec toi. La seule chose que tu as reçu, c’est un regard sévère de la part de Shane. Et tu le comprends ce regard… ce qui tu as fait était débile et contre-productif. Mais apparemment tu n’es pas la seule à vouloir tenter quelque chose. Peu de temps après, Shane disparait à quatre pattes sous la table derrière vous. Tu lances un regard fébrile vers l’homme armé le plus proche de vous, celui qui te surveille depuis que tu as voulu faire la maligne. Tu espères qu’il ne va pas s’apercevoir tout de suite de la disparition de Shane, le laissant ainsi faire ce qu’il cherche à faire. Mais c’est peine perdu… au moment où il tourne la tête dans ta direction, même si tu as entre temps détourné le regard, il s’aperçoit immédiatement de l’absence de ton ami. Il s’approche donc arme à la main de toi, et comprends vite où est parti Shane. Il soulève la nappe, attrape le mannequin par le col, lui signale de ne plus recommencer cela et lui passe l’envie de recommencer en lui assénant un coup de crosse dans la tempe. Shane retombe au sol, sonné. Tu t’empêches de crier en mettant tes deux mains sur ta bouche. C’est de ta faute tout ça. Si tu n’avais pas eu la mauvaise idée de vouloir jouer les héros, tu n’aurais pas attiré l’attention sur vous et il ne se serait donc peut-être pas aperçu que quelqu’un manquait. En reportant ton attention sur Shane, tu commences à apercevoir du sang couler de la plaie qu’à créer le coup de l’homme masqué. Instinctivement tu ne peux t’empêcher de faire disparaître les quelques centimètres qui te séparent de Shane et de porter tes mains près de sa blessure pour l’examiner. Tu n’y connais rien, mais le voir blesser te fait peur. « Tu saignes Shane ! », dis-tu paniquée. Tu cherches sur toi quelque chose à mettre sur la plaie, mais bien sûr, vu ta tenue tu n’as rien. Ne pouvant rien faire, tu te contentes d’attraper une de ses mains, en la serrant un peu trop fort, et de poser ta tête sur son épaule, à deux doigts de fondre en larmes. « J’ai peur Shane… », ajoutes-tu d’une voix tremblante. A cet instant tu sens une main se poser un peu violemment sur ton épaule et un homme t’intimait de t’éloigner de ton ami si tu ne veux pas avoir des ennuis. Mais tu ne veux pas quitter Shane, seule sa présence t’empêche de craquer littéralement. Alors tu sers encore un peu plus sa main. Le terroriste resserre quant à lui sa prise sur ton épaule, mais est stoppé dans son élan quand un coup de feu retentit dans la salle. Tu relèves la tête et vois une jeune femme s’écroulait par terre. Elle aurait apparemment tenté de s’enfuir, en vain. Tu espères que sa blessure n’est pas trop grave. Cette soirée sera définitivement gravée dans ta mémoire, mais en sera d’autant plus traumatisante s’il y a des morts. Tout ceci ne fait qu’augmenter ta peur et des larmes commencent à couler le long de tes joues alors que tu reposes ta tête sur l’épaule de Shane, oubliant presque que l’homme en noir t’a demandé de reculer. Lui n’a cependant pas oublié l’ordre qu’il t’a donné et lorsqu’il repose son attention sur toi, il te tire violemment en arrière, te faisant chuter et te cogner fortement la tête sur le sol. Tu étouffes un cri de douleur, mettant très rapidement une de tes mains à l’endroit où ton crâne a heurté le sol. L’homme pointe dorénavant son arme en ta direction. Tu vois ta dernière heure arrivée. Tu es tétanisée. Même tes larmes refusent de continuer à couler tellement que tu es saisie par la peur. Que va-t-il t’arriver ? As-tu commis l’erreur de trop ?

@Shane Riegan
Aurore V. Hamilton
voteur
J'ai posté : 1601 messages et j'ai : 180 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Virginia Gardner et pour finir je crédite : Merenwen (Avatar) bat'phanie (signature)

Aurore V. Hamilton
Lun 14 Oct - 10:51
Aucun de vous deux ne voulaient venir à cette soirée. Les événements de ce genre sont ennuyeux à mourir, seulement destinés à une certaine catégorie de personnes. Et pourtant, tu l’as poussé à venir, comme si cette bonne action allait améliorer le karma de l’un comme de l’autre. Qu’est-ce que ça t’a apporté ? Le droit de t’effondrer sur le sol rude et glacial de la salle, avec une balle dans la cuisse. La douleur n’est pas comparable à tout ce que tu as pu vivre par le passé. Tu connais la douleur, car ta vie ne ressemble pas à celle de la princesse Aurore dans la famille des Disney. Si des fées se sont penchées au dessus de ton berceau à la naissance, elles t’ont offert de la souffrance, de la peine, et la mort, au lieu de la gentillesse, de la beauté et la chance. En vingt-trois ans, tu as été confronté plus d’une fois à la douleur, soit à cause d’un cœur brisé, soit par la mort d’un proche, ou même lors d’un accident de voiture. Or ce que tu ressens aujourd’hui et mille fois pire. C’est seulement le bon sens qui t’empêche de hurler, et l'instinct de survie. Si tu ouvres la bouche, une nouvelle balle viendra se loger dans ton cœur, et même si cette dernière a des chances d’abréger tes souffrances, tu n’es pas arrivée au point de vouloir mettre un terme à ta vie. Pas comme ça. Pas aujourd’hui. Les ongles de tes mains lacèrent tes paumes de main, tellement tu sers les poings pour contrôler la douleur. Tu ne parviens même pas à répondre à Hayden quand il te demande si ça va, tout en compressant le point d’entrée de la balle dans ta cuisse. Il te faut encore un peu de temps, quelques secondes pour gérer tout ce qu’il se passe. Les émotions, ce que tu ressens, les bruits autour de toi, les paroles aboyées. Tu perds complètement pied et tu détestes cette situation. Tu sens quelque chose se resserrer autour de ta cuisse, une sensation désagréable qui manque de t’arracher un cri, que tu retiens uniquement en mordant ta lèvres inférieure. Tu commences à t’habituer, même si c’est comique de dire qu’on s’habitue à la douleur, si bien que les sons arrivent à tes oreilles, notamment la voix de ton ami. Huhum. J’ai encore… plusieurs idées pour te rendre dingue… ça serait bête de pas pouvoir les mettre à exécution. Tu essayes d’être optimiste, car malgré la situation critique dans laquelle vous êtes, tu vois que Hayden fait des efforts, alors le mieux à faire c’est de l’imiter. Tu as entendu quelque part que le mental est très important dans les situations de crise, et c’en est clairement une, donc c’est pas le moment de flancher. Tu ignores si tu es la première victime dans cette pièce, mais ton instinct te dit que tu ne seras pas la dernière. Tu as voulu raisonner l’un d’eux, et c’était pas une bonne idée. Ils ne sont pas là pour discuter, mais pour faire des dégâts. Je t’avais dit que… mon destin était de mourir par une balle… c’est une malédiction. Ta mère est morte ainsi. Ton père également. C’est logique que tu suives la trace de tes parents, même si c’est involontaire. Jusque là, tu le disais sur le ton de la plaisanterie, mais après ce qu’il vient de se passer, tu commences à croire au karma, et le tien n’est pas bon. J’ai super envie de dormir tout d’un coup... dis-tu en clignant plusieurs fois des yeux. La lumière au dessus de toi est aveuglante, et tu ressens une vague de fatigue, comme si tu n’avais pas dormir depuis plusieurs jours, et que ton corps réclamait du repos immédiat.  

@Hayden J. Barrow  love2



appearances are deceptive
La beauté n'est pas juste une question d'apparence, de vêtements ou de maquillage. La vraie beauté vient de toi-même. Plus tu montreras qui tu es vraiment, plus jolie tu seras.
Shane Riegan
Broad
J'ai posté : 173 messages et j'ai : 118 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Andrew Garfield et pour finir je crédite : NaXya

Shane Riegan
Lun 14 Oct - 11:55
La soirée est un cauchemar. Les gens sont paniqués, il a pris un coup de crosse. Il saignes mais c’est le dernier de ses soucis. Il a mal à la tête, les sons semblent avoir du mal à lui parvenir et il voit des taches de lumières. De toute évidence, le coup lui a remuer la cervelle plus que prévu. Sans doute un léger trauma cranier. Agenouillé mais reposé sur ses jambes, Shane tente de rester conscient et lucide, mais de toute évidence, son cerveau semble s’éteindre. Il sent Isabella se glisser près de lui et force son cerveau à se réveiller quand Isa lui parle. Vu sa réaction, sa blessure n’est pas jolie à voir. Il sent le sang couler sur sa joue mais n’en tiens pas compte. La rouquine attrape sa main et pose sa tête sur son épaule. Mécaniquement, Shane lève sa main libre et la passe sur la joue de la demoiselle tout en déposant un bisou sur le sommet de sa tête.

- Je suis là t’inquiète.

Un des hommes masqués s’approche et cherche à éloigner Isabella de lui. La rousse s’accroche et le mannequin jette un regard noir à l’homme tandis qu’un coup de feu retentit de l’autre coté de la salle. Boosté par l’adrénaline, Shane semble retrouver de sa lucidité. Une jeune femme vient de prendre une balle dans la cuisse. Il l’avait vaguement entendu parler.  Son ami se jette sur elle et se fait menacer par l’homme armé. Il ne faiblit pas. Près de la porte, une jeune femme brune tente de s’échapper et se retrouve assommée. La situation commence à dégénérer, les coups de feu partent, et les chances de  survie s’amenuisent.

Quand Isabella lui ait arraché, Shane se retourne vers l’homme qui l’a balancé au sol et se redresse, clairement pour la défendre. Son amie s’est fait mal et le brun sent en lui la même force que quand son père s’en prenait à sa mère. Mais il est dorénavant question de prendre une balle, pas juste des coups de ceintures.
Alors il se redresse presque debout, prêt à s’interposer. Il parle d’une voix calme au gars qui pointe Isabella.

- Ça va, elle va rester tranquille. Elle va plus bouger.

L’arme passe sur lui tandis qu’il se rapproche, toujours proche du sol pour se rasseoir si on lui ordonne. L’homme lui crie de ne plus bouger, sinon il tire. Le brun s’arrête, il s’est rapproché de sa compagne du soir et s’immobilise, main sur la nuque. S’ils bougent, ils meurent. Le calcul est simple. Et pourtant, Shane, plus lucide et sous adrénaline de la situation, se sent de désarmé cet homme. Il réfléchit, analyse au mieux bien que sa douleur à la tempe le rappelle à la sagesse. Son regard grave tout dans sa mémoire, chaque mouvement, chaque élément de l’arme. La peur recommence à prendre de la place tandis qu’il reste immobile. A ne pas agir, il laisse retomber l’adrenaline et la douleur reprend le dessus. Le cauchemar continue et de toute évidence, ce n’est pas prêt de s’arrêter...

@Isabella E. Lockwood


What the world is out there isn’t what you see on TV. It’s much worse. And it changes you. Either into one of them or a lot less than the person you were
Ian Foster-Miller
Wall
J'ai posté : 794 messages et j'ai : 10 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christopher Mason et pour finir je crédite : Moi-même

Ian Foster-Miller
Lun 14 Oct - 13:51
Dans toutes les soirées de ce genre, Ian est comme un poisson dans l’eau. Il ne s’ennuie que très peu. Il sourit aux photographes, tenant Reece par la taille comme un amoureux transi tandis qu’elle-même donne de sa personne en souriant sans arrêt. Lorsque l’on leur demande de s’embrasser pour les photos, Ian répond en riant « Pas avant le mariage ». Il n’est pas question pour lui d’embrasser Reece sur la bouche, même pour faire semblant. Il la considère comme sa sœur depuis tellement d’années, qu’il aurait l’impression de commettre un inceste. Aussi, pour contenter les photographes, il s’approche de son visage, et fait comme s’il allait l’embrasser avant de se reculer en souriant.
Lorsqu’il juge la quantité d’images prises suffisantes pour satisfaire la curiosité, il dépose un baiser sur la joue de Reece en guise de remerciement. Tic est à ses côtés, tandis que Tac vagabonde dans la salle, comme un promeneur égaré. Mercy est un peu plus loin. Ian lui adresse un sourire et se dit que la prochaine fois, il ira lui-même dans les boutiques avec elle afin de lui faire acheter une robe. Pas forcément comme celle que Reece porte parce qu’il faut être Reece pour oser une telle robe. Ian doit avouer qu’elle est juste magnifique dans ce micro but de tissu dont le prix est sûrement inversement proportionnel.
Il a aussi observé du coin de l'œil, Az’ qui parle avec un autre homme. Il se demande ce qu’ils peuvent bien se dire. Le politicien est toujours aussi élégant et Ian ne peut s’empêcher parfois de le détester d’être aussi désirable. Suite à sa rupture avec Alistair, Ian a renoué avec Az’. C’est  une longue histoire mouvementée entre eux et ce qu’ils vivent lui fait froncer légèrement les sourcils. Il en est là de ses pensées, lorsque des individus font irruption dans la salle. Armés et cagoulés. Tic vient se mettre immédiatement à côté de Ian, essayant de l’extraire du guêpier, sans succès. Ian ne veut pas quitter cet endroit sans Reece, Mercy et Az’. Il se retrouve agenouillé à côté de Reece. Tac est quelque part, perdu dans la foule tandis que Mercy est hors de sa vue. Az’ est un peu plus loin. Les choses dégénèrent rapidement. Coups de crosse, balle tirée. Ian ne bouge pas. Il n’a aucune envie de jouer les héros. Très peu pour lui. Il regarde Tic afin de lui signifier de ne surtout pas bouger. Il se dit que s’il sort vivant de ce bordel, il va encore se disputer avec Az’ sur les armes qui peuvent circuler librement dans le pays. Un soupir franchit ses lèvres. Il se dit que ce sera, soit dispute avec son mec actuel, soit finir sur la table d’autopsie de son ex. Une fin de soirée merdique, quoi qu’il en soit.
Il se redresse légèrement et tressaille lorsque Mercy se retrouve au sol suite à un coup violent porté sur sa tempe. Il regrette soudain d’avoir demandé aux deux jeunes femmes de l’accompagner. Il sait que Mercy a une petite fille et il n’aimerait pas que celle-ci se retrouve orpheline par sa faute.
Il est trop tard pour les regrets. Quels qu’ils soient. Il espère juste que les personnes auxquelles  il tient ne tenteront rien de stupide.
Il se penche légèrement vers Reece et murmure «  Ne t’inquiète pas, je ne bouge pas. » puis, d'une voix encore plus basse il rajoute "Je ne suis plus avec Alistair" histoire que s’il se fait tuer, elle n'aille pas lui présenter ses condoléances. Malgré tout, Ian n’a aucune envie de recevoir une balle. Les armes, il les vend. Il n’a pas l’habitude qu’on les retourne contre lui et même s’il trouve la situation très désagréable, il ne lui vient pas à l’esprit d’interdire la vente libre des armes à feu.

@Reece A. Hopkins  @Mercy L. Fitzbaum @Azraël Benseghir
Reece A. Hopkins
Delta
J'ai posté : 2209 messages et j'ai : 282 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bella sexiest Khair Hadid et pour finir je crédite : DANDELION (avatar) ; Magma. (signature) ; Lan (profil)

Reece A. Hopkins
Ven 8 Nov - 14:47
Soirée de remerciement : Event

Ian
The truth is, we all face hardships of some kind, and you never know the struggles a person is going through. Behind every smile, there's a story of a personal struggle.

Alors que tu poses tes mains sur la tête, une seule réflexion effleure ton esprit ; tu n’aurais jamais dû quitter ta maison ce soir. Dès le départ t’avais un mauvais pressentiment. T’avais mis cela sur le compte de la nature de la soirée. Une rencontre avec les médias. Des heures entières à devoir faire bonne impression, à devoir jouer le rôle de la parfaite fiancée. A aucun moment tu n’as pensé vivre un nouveau cauchemar de ce genre. Et sérieusement, tu en as marre. Franchement ? t’aurais préféré continuer à jouer la comédie qu’être enfermée dans une pièce avec des malfaiteurs et leurs armes braqués sur tous les invités. Si au départ des voix et des cris avaient retenti, à présent il y a un silence macabre. Visiblement, tout le monde a compris la situation ; s’ils veulent s’en sortir vivants, ils doivent impérativement garder leurs calmes et ne pas contrarier ces terroristes. Tu grognes Reece après avoir demandé à Ian de ne pas faire une connerie. Tu connais ton ami. Tu sais qu’il peut se montrer égoïste quand il le veut. Mais tu n’as jamais vécu ce genre de drame à ces côtés et tu refuses qu’il ait l’âme d’un héros. Parfois, il faut prendre soin de soi-même avant de penser aux autres. Visiblement Mercy a eu la même idée sauf qu’elle a été repérée. Tu grimaces quand la jeune femme reçoit un coup sur la tête. Tu ressens une certaine haine grandir en toi mais tu es fatiguée Reece. Fatiguée de devoir jouer les wonderwoman comme tu l’avais fait dans le passé. Non, ce soir, tu as envie de ne penser qu’à ta survie alors doucement mais sûrement, tu te mets sous votre table. Tu fais un geste vers Ian pour qu’il s’approche lui aussi. " Approche, il faut pas qu’ils te remarquent. " Après tout, la salle regorge de célébrités et de personnalités influentes et politiques. Ton ami en fait partie et tu ne voudrais pas qu’il note sa présence. Dans la foulée, tu lances en murmurant. " Je sais que c’est pas le moment mais … ça te donne pas envie de changer de voie, ça ? " Après tout, sa famille vende des armes. Il a sous les yeux, le résultat désastreux de leur business. Certes, ils s'enrichissent, ils font fortune mais le bilan est catastrophique et vous en avez la preuve sous les yeux. Discrètement, tu essaies de sortir ton téléphone dans le but d’avertir ta meilleure amie des événements. Tu pestes quand le texto refuse de s’envoyer. Ils ont dû utiliser un broyeur pour enlever la couverture réseau. Ils sont malins et ils ont sûrement réfléchi à leurs plans minutieusement. Tu comprends ainsi qu’il ne s’agit pas d’une bande amatrice. Au contraire, ils savent ce qu’ils font, ils sont des professionnels. Et ça ne te rassure pas. Pas du tout. Ca fait accélérer ton rythme cardiaque alors que tu envisages le pire. La meilleure chose à faire à cet instant est de ne pas bouger, ne pas respirer, ne pas parler … mais difficile à réaliser tout cela quand ton ami te lance une bombe. Les mots dépassent ta pensée et ta voix se hausse contre ta volonté. " Quoi ? " Tu poses une main sur tes lèvres, priant pour qu’ils ne te repèrent pas. Tu attends quelques secondes avant de pouvoir respirer. Visiblement, ils ne t’ont pas entendu ce qui te laisse la possibilité de te rapprocher d’Ian. " C’est quoi cette histoire ? Tu te rends compte que si je suis ici c’est justement pour votre couple ? Putain Ian on est dans la merde ! " Et tu lui en veux. Tu aurais préféré qu’il te balance cette nouvelle avant ce soir. Avant qu’il ne t’embarque dans ces emmerdes.

Made by Neon Demon


@Ian Foster-Miller



Every rose has its thorn
▂ Be the venom inside us, speak mightily of, he who scorned us. Lead me to the path of revenge and I’ll lead you to the path of sorrow

Contenu sponsorisé
La soirée de remerciement (Topic commun)
Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Backstage
 :: Archives :: La soirée de remerciement
-
Sauter vers: