Newsletter numéro 46
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  1529876038
Scent of Scandals #37
SOS change de formule ! Allez voir le nouveau Mag !
Nouvelle Intrigue
L'intrigue d'Halloween, c'est par ici ! We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  1225816182

Partagez

We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily

GOOD MORNING AMERICA :: Once upon a time
 :: A way to New York :: Welcome to New York
Emily Richards
Wall
J'ai posté : 70 messages et j'ai : 153 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et pour finir je crédite : Lilousilver

Emily Richards
Jeu 21 Nov - 20:10

Emily Richards

J'ai déjà pas mal joué ailleurs, à jouer à pire mais je m'en bats. On s'en donnera à cœur joie, au pire on sera morts de sueur. On sera le plus beau des dégâts avec nos restes de colle au cœur  ----------------------- ✹

Informations personnage


Nom : Richards
Prénoms : Emily
Date et lieu de naissance : 24 mai 1992 à Paris
Age : 27 ans
Nationalité : Franco-américaine
Origines : Française et Américaine
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Statut civil : Célibataire
Vie sexuelle :  Fidèle qui a préféré prendre le temps de vivre plus que d'aimer. Elle l'avait promis.
Statut social : Très aisé
Profession(s) : Éditrice
Diplôme(s) : Licence en Littérature Anglaise et Américaine puis Master Edition.
Année de fin d'études : 2015
Quartier de résidence : Midwood à Brooklyn
Type de logement : Appartement T4
Avec qui vis-tu ? : Seule
Date d'arrivée à NY : 2004
Dans quelles villes as-tu déjà vécu ? : A Paris et New York
As-tu de la famille à NY ? : Un père attentionné et un grand frère protecteur

Cinq défauts et cinq qualités

Chaleureuse - Joueuse - Attentionnée - Obstinée - Rigoureuse - Jalouse - Brave - Imprudente - Calme - Maladroite

Autres signes particuliers

Un jour de soleil étincellant à Paris, elle court dans le parc Montsouris aux côtés de ses parents. Soudainement, un chien errant semble lui adresser un certain intérêt, à tel point qu'il la mordit sans demander son reste. Sous la panique, elle a été emmené à l'hôpital, depuis, elle a une cicatrice sur la fesse gauche, qui correspond aux crocs de cet animal enragé. Aujourd'hui, elle continue d'aimer les chiens, même si sa fesse s'en souvient encore.


❝ Ma vie, mes choix

❝ Derrière mon écran


Prénom : Elise
Pseudo : Ash'/Ashi
Age : 21 ans
Pays /région : France
Etudes/Travail :  Mastère Ressources Humaines
Avatar choisi : Melissa Benoist 
Type de personnage : Inventé
Staff référent (si multicompte ou changement) : Non
Comment es-tu arrivé là ? : Par le biais de Jayden !
Avis sur le forum :  Ce design est magnifique ! Et l'idée des secrets et des rumeurs, je trouve ça génial !  We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  201132147   
Les Codes à remplir :
Réserver son avatar (après validation et si personnage inventé) :

Code:
<pris>Melissa Benoist</pris> <a href="http://www.good-morning-america.org/u3769" class="COLO">:heavy_multiplication_x:</a> Emily Richards

Réserver votre nom et prénom OBLIGATOIREMENT
Code:
<center><div class="LESCODES">[b]PRÉNOM[/b] : Emily
[b]NOM[/b] : Richards
</div></center>
Listing anniversaire (vous trouverez les codes couleurs dans ce sujet)
Code:
Jour : 24 mai <code>Emily Richards</code> (1992)
Listing des métiers (le listing se trouve par ici)
Si le lieu n'existe pas encore
Code:
<NOMLISTING1>New York Library Association</NOMLISTING1> 5th Avenue - Maison d'Edition
:heavy_check_mark: <b>[url=http://www.good-morning-america.org/u3769]Emily Richards[/url]</b> [i]adulte[/i] - Éditrice

Lieu d'habitation ; il faudrait préciser (en regardant ce sujet )
Code:
+ Midwood Brooklyn <code>Emily Richards</code>


Il est maintenant temps pour vous de choisir un groupe. Nous vous donnons rendez-vous sur l'annexe des groupes  pour en apprendre plus sur les groupes disponible sur GMA.

Vous avez le choix entre deux groupes.


Choix n°1 : Wall Street
Pourquoi pensez-vous que votre personnage correspond à ce groupe ? A la recherche d'une place, autre que celle qu'on lui a donné, elle a toujours voulu se faire un nom dans le domaine de l'écriture. Cet univers, dont elle est amoureuse, n'est pas dès plus simple, elle y a croisé des requins. Pourtant, elle n'a jamais eu peur de foncer pour réussir. Elle a l'âme d'une battante, elle ne crains pas la lumière. Elle est même aussi éblouissante que celle-ci quand elle sourit. Elle veut vivre, vivre pour accomplir ses rêves. Vivre parce qu'elle a la chance de le pouvoir. Vivre et grandir dans ce métier qui la passionne. Elle n'oublie pas la promesse à sa mère et ce besoin d'être un peu plus performante chaque jour. Et si, elle a dû sortir les griffes parfois, son talent ne fait pas pâle figure à côté des grands noms de l'édition. Elle veut se faire sa place et elle va tout donner pour ça.

Choix n°2 : Broadway
Pourquoi pensez-vous que votre personnage correspond à ce groupe ? Être dans la lumière, voilà ce qu'elle ne craint pas. Pouvoir faire la couverture d'un magazine féminin pour son parcours d'excellence, elle ne peut pas le refuser, elle en serait même vraiment fière. Passionnée des mots et des phrases, elle a passé des week-end entier à dévorer les plus grandes œuvres des plus écrivains. Aujourd'hui, elle a son mot à dire sur les auteurs et sur ce qu'ils écrivent et honnêtement, elle est fière, fière d'avancer petit à petit pour se faire un nom dans le domaine qu'elle chérit tant.



Emily Richards
Wall
J'ai posté : 70 messages et j'ai : 153 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et pour finir je crédite : Lilousilver

Emily Richards
Jeu 21 Nov - 20:10


❝ Bref, vie de merde.

Un soir de printemps, il faisait bon vivre à Paris. Les températures s'adoucissaient pour faire place à l'été flamboyant. Dans la maternité Catholique de Saint Félicité, une petite princesse vit le jour. Dans la peine et la douleur de sa mère, suite à un accouchement compliqué, le bébé respirait. Il vivait et c'était une magnifique fille en pleine forme. Quand j'entendais ma mère en parler, elle disait toujours qu'elle m'avait pris dans ses bras et que par un regard elle savait que je devais m'appeler Emily. Lorsque je pouvais ouvrir les yeux, j'avais l'œil vivace.

Ma mère, professeur d'Histoire, trouvait que ce prénom me correspondait parfaitement quand on en connaissait sa signification : ruse et Rivale. Elle le savait, je serais une femme digne des plus grandes plus tard. Tout du moins, elle espérait pour moi que le meilleur. Je grandissais dans une famille aimante et tendre avec un grand frère qui malgré le fait qu'il me malmenait, m'aimait plus que n'importe qui dans cette vie. d'une mère française et d'un père américain, je vivais avec un mélange culturel surprenant mais particulièrement enrichissant. Je restais en France pendant 12 ans.

12 années dont parfois, les souvenirs restaient flous. Il m'arrivait même d'en faire des cauchemars. Peut-être qu'au fond, je ne voulais pas me rappeler de cette époque. Cependant, j'excellais à l'école. Élève exemplaire et modèle, les professeurs ne reprochaient que ma sur-discipline même pour mon jeune âge. À cause de mon hyperactivité, je pratiquais beaucoup de sports. Le seul moyen que mes pauvres parents avaient trouvé pour canaliser le flash d’électricité que je représentais. Bilingue, je n'eus aucune difficulté dans les cours d'anglais. C'était d'ailleurs régulier que je reprenne l'anglais rouillée de certains professeurs prétendant connaître mieux cette langue que mon père, qui avait vécu là-bas toute sa vie, presque. Pourtant, je ne me vantais jamais de ma situation. Mes parents se trouvaient dans une situation aisée.

Mon père était un homme important dans sa société : directeur des Ressources Humaines. Il avait demandé sa mutation lorsqu'il rencontra ma mère. Finalement, je vivais dans un monde doux et agréable. Mais parfois, l'innocence d'un enfant pouvait s'effacer en un claquement de doigt, avec une image, un souvenir, un bruit, une scène... Alors, le jour même de mes 12 ans, nous quittions Paris. Presque pressée de trouver une vie meilleure. Mais pouvais-je vraiment me plaindre ? Je n'avais jamais rien subi de douloureux dans ma vie ou presque. J'avais de nombreux amis, des excellentes notes et j'étais apprécié de toute ma famille. Néanmoins, on espérait trouver à New York, un nouveau moyen d'évoluer. Ainsi, j'entrais dans une école rapidement à notre arrivée. La solitude me servait d'amie fidèle.

Moi, la petite fille souriante restait dans un coin de la récréation, chaque fois. Je n'étais pas à ma place, je ne voulais pas être à ma place. Ce mal-être m'obligeait à me demander qui j'étais vraiment, ce que je voulais faire de mes 10 doigts. Un bouquin puis de nombreux autres, mon goût à la lecture m'avait sauvé de mon ennui, de mon isolement. Et par la beauté de la prose, des mots, des sentiments que j'éprouvais à chaque phrase, je trouvais une beauté dans chaque instant de mon existence. Et cela, malgré les pires moments. Ma mère était malade. Une maladie grave qui, malgré l'effort des médecins, la dévorait jour après jour. Une main tendue suffisait pour changer le monde, le teinter d'une couleur moins effrayante. Et alors, la petite fille dont la vision s'était teinté du rouge des enfers, revoyait toutes les couleurs. Les plus belles. Elle oubliait ses vieux démons et s'évadait pour une vie plus douce.

J'étais libre. Libre de mes mouvements, libre de choisir ma vie, mon futur, mes amis. Je recommençais une vie et cette fois-ci, je serais le rayon de soleil de mes proches. Je m'armais de mon sourire et je poursuivais la vie avec courage. Je ne voulais pas baisser les bras, ni la tête. Je prenais tous les dommages de front et je ne craignais plus les blessures. Et à chaque fois, je pensais tomber, mon sourire me rappelait pourquoi je me battais. Je voulais être aussi brave que l'était ma mère qui, chaque jour, alors qu'elle souffrait un peu plus, nous observait avec mon frère de son regard chargé d'amour et de douceur, de ce sourire illuminant un cœur, même sombre et continuait à lutter contre sa maladie. Je voulais vivre. Vivre pour la chance qu'elle m'avait donnée. Vivre pour qu'elle soit fière. Et alors que son état était critique, je lui avais promis que je deviendrais la femme qu'elle voulait que je sois, que je serais respectée et respectable.


Je voulais tout apprendre, tout connaître, tout comprendre. Ma soif de savoir ne s'étanchait jamais. Mon monde entier tournait autour de ma mère, et même si parfois, la vie m'obligeait à me rappeler qu'elle ne faisait pas de cadeaux, devant elle, je ne perdais jamais ce sourire qu'elle aimait tant. Devant personne d'ailleurs. Et si l'envie de pleurer me venait, je partais courir loin de mes peines et une fois seule, je hurlais. Parce que la vie était injuste. Elle me prenait les choses les plus importantes de ma vie. Elle m'enlevait ma mère à petit feu et j'étais impuissante face à sa douleur. Mon frère, lui, ressentait la même chose que moi. Il me soutenait. Il essayait de tenir son rôle de grand frère, il voulait me protéger de cette souffrance. Je ne la craignais pas. Cette peine me servait d'arme. Elle me rendait plus forte. Je refusais d'abandonner ma vie. Mon adolescence n'était pas aussi simple que l'on imaginait. J'étais un peu celle dont on oubliait le nom, mais qu'on trouvait sympa.

J'étais ni populaire ni rejetée. Mes amis les plus proches étaient seulement au courant de l'état tristement instable de ma mère. J'avais des meilleurs amis incroyables. Et malgré tout, je persistais à vouloir être heureuse. Je profitais des petits moments de joie. Des fous rires avec mon frère en voyant à des jeux vidéo débiles : Crash Bandicoot. Je serais et resterais le rayon de soleil de cette famille. Je voulais effacer toute la peine du visage de mon frère lorsqu'il observait Maman se levait avec difficulté. Je voulais arracher un sourire à mon père qui s'acharnait au travail pour compenser les frais médicaux, excessivement hauts. Parce que l'écriture de grands auteurs m'avait sauvé, je voulais aller en littérature. J'étudiais tous leurs secrets, chaque mot, chaque phrase, chaque auteur.

J'obtenais mon premier diplôme avec une mention d'excellente. De même pour mon diplôme universitaire de Littérature Anglaise et Américaine. Tout en poursuivant vers ma voie, je m'obstinais à être un peu plus douée chaque jour. Et finalement, j'avais fini par réussir, obtenir ce master d'Édition et j'avais décroché le métier de mes rêves. Je ne comptais plus les sacrifices que j'avais dû faire, les hommes qui étaient passés par là, sans jamais s'arrêter. Les déceptions amoureuses enchaînées et que j'avais finis par abandonner. Mes amis, eux, ne me délaissaient jamais. Je ne comptais plus les soirées avec eux, finir à poil dans une piscine alors que je filmais, vicieuse que j'étais. Les fous rires, les soirées stupides mais géniales, mes sorties avec mon frère et mon père. Ma mère, alitait ne pouvait plus bouger. Elle se révoltait si on osait se priver de quoi que ce soit à cause de son état.

Alors, je vivais au maximum ma vie, je profitais et je souriais, je souriais parce que j'avais la chance d'avoir réussir tout ce que j'avais entrepris sauf mes relations amoureuses. Mais finalement, ce n'était pas si important que ça ? Ma mère me disait tout le temps que je ne connaissais pas le grand amour, mais qu'un jour, j'aimerai quelqu'un aussi fort qu'elle aimait mon père. J'y croyais, mais je n'espérais pas. Ma vie était parfaite ainsi ou presque avec son lot de souffrance, de rire, de joie et d'obstacle. En fait, j'étais une fille imparfaite et toute comme ma vie, je ne voulais pas être parfaite. J'aimais les petits détails qui la rendaient si particulière. Elle était particulière, tout comme je l'étais. Ma vie me ressemblait. Je ne la subissais pas. Et comme le disait le poète et écrivain Ralph Waldo Emerson « Rire souvent et beaucoup ; gagner le respect des gens intelligents et l'affection des enfants ; savoir qu'un être a respiré plus aisément parce que vous avez vécu. C'est cela réussir sa vie ».  

Jayden Moore
wall admin
J'ai posté : 4533 messages et j'ai : 151 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : lux aeterna (vava)

Jayden Moore
Jeu 21 Nov - 20:15
Owiiii te voilààà toiiii ! We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  3599277392

Bienvenue ici, mon chat love2

J'ai hâte de tout savoir sur cette belle demoiselle hola We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  3824070459

Tu sais où me trouver si tu as des questions ! We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  286332005 We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  515861418
Emily Richards
Wall
J'ai posté : 70 messages et j'ai : 153 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et pour finir je crédite : Lilousilver

Emily Richards
Jeu 21 Nov - 20:51
@Jayden Moore Merci à toi ! eya3 We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  1977194279

Ah bon ? Je ne m'en serai pas douté ! hola Je fais essayer de faire ça vite, promis ! We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  201132147

Evidemment, je viendrais te harceler, si jamais ! We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  3875634582
Xander Trevino
Outs
J'ai posté : 218 messages et j'ai : 549 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Elliot Fletcher et pour finir je crédite : myself

Xander Trevino
Ven 22 Nov - 8:00
Bienvenue Emily ! love

Je te souhaite bon courage pour finir ta fiche We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  627785219


Emily Richards
Wall
J'ai posté : 70 messages et j'ai : 153 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et pour finir je crédite : Lilousilver

Emily Richards
Ven 22 Nov - 9:58
Merci à toi pour l'accueil ! We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  627785219
Mia L. Kingsley
Broad
J'ai posté : 1604 messages et j'ai : 31 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Leighton Meester et pour finir je crédite : Eilyam (av) | crack in time (sign)

Mia L. Kingsley
Ven 22 Nov - 10:06
bienvenue sur le forum :)


Sometimes I'm happy
Sometimes I'm quite mad
© crack in time
Thomas Kray
Outs
J'ai posté : 441 messages et j'ai : 112 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Tom Hardy et pour finir je crédite : Moi

Thomas Kray
Ven 22 Nov - 10:13
Bienvenue et bonne rédaction !
Si tu veux un lien avec la mafia nord américaine hésite paaaas



Et tu continueras à porter mon monde sur tes épaules

Tu as toujours eu envie de faire partie de la Mafia Nord-Americaine? Clique ici!
En ligne
Ellie Kray
mdm
J'ai posté : 261 messages et j'ai : 414 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bridget Satterlee et pour finir je crédite : rainbowsmile

Ellie Kray
Ven 22 Nov - 10:49
C'est du service éclair ça We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  18529479 Courage pour ce qu'il te reste à faire (s'il t'en reste à faire We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  508197952 ) et bienvenue par ici love2

Citation :
Aujourd'hui, elle continue d'aimer les chiens, même si sa fesse s'en souvient encore.

Je laisse ça là, comme ça We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  Icon_arrow


i don't even know
why I smile
but I do it anyway
Jayden Moore
wall admin
J'ai posté : 4533 messages et j'ai : 151 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : lux aeterna (vava)

Jayden Moore
Ven 22 Nov - 11:20
@Ellie Kray C'est ce qui m'a marqué direct aussi We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  508197952 We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily  508197952
Contenu sponsorisé
We're way too fly to partake in all this hate ☼ Emily
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Once upon a time
 :: A way to New York :: Welcome to New York
-
Sauter vers: