Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous why did it have to be you? (Axel) 4035343658
-20%
Le deal à ne pas rater :
Microsoft Manette Xbox One sans Fil + Câble pour PC et Xbox
47.99 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez

why did it have to be you? (Axel)

GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
Asa Zimmerman
broad admin
J'ai posté : 590 messages et j'ai : 183 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Eya d'amour

Asa Zimmerman
Dim 3 Mar 2019 - 10:37

why did it have to be you?

@Axel M. Palmer

780 King Street, Chappaqua, Etat de New York. Voilà ou tu te trouves depuis la veille déjà, et ce, pour affaire professionnel. Tu aurais bien sûr pu rentrer chez toi, à New York pour la nuit si tu l’avais souhaité Asa, il n’y a qu’une heure de route plus ou moins pour ce trajet, mais tu dois avouer que cette situation te plait assez. Il faut avouer que te faire payer pour faire de faux tatouage sur une bande de mannequin tous aussi beaux les un que les autres, que ce soit au masculin comme au féminin, tu ne vois vraiment pas pourquoi tu aurais refusé, d’autant plus que tu es vraiment plus que bien payé et tu n’es pas du genre à cracher sur de l’argent supplémentaire Asa, même si tu gagnes très bien ta vie, sans oublier le fait que, mine de rien, cela fera une magnifique pub pour le Marked Men. Le propriétaire qui tatoo pour YSL, cela ne peut être que bénéfique. Bref, tout ça pour dire que si tu es ici à ce jour, ce n’est que pour de très bonne raison et tu ne regrettes pas le moins du monde. La cadre des shooting est au top, la maison est vraiment très sympa et vous êtes une dizaine de personne à peine à vivre ces trois jours pleinement tous ensemble. L’ambiance est réellement bonne enfant tout en restant très pro et toi tu adore ça. Lorsque les gens font leur boulot bien et jusqu’au bout sans jamais perdre le sourire et la joie de vivre. Tu prends un certain plaisir à observer le photographe mettre en place les mannequin, la façon qu’il a de leur faire raconter une histoire sans qu’ils n’aient à bouger. Tu es vraiment admiratif du travail effectué, tu dois bien l’avouer, et tu aimes vraiment t'asseoir dans un coin reculé de la pièce pour voir et comprendre comment tes tatouages peuvent mettre en valoir cette marque de luxe. Les heures défilent et tu ne te lasses pas du spectacles, c’est sans doute pour ça que tu ne t’attendais pas à cette visite du grand patron. Axel… Il te faut moins d’une seconde pour le reconnaître, et tu dois bien avouer que sur l’effet de la surprise, tu ne sais pas vraiment comment réagir. Professionnel, tu le salut en lui tendant la main, mettant de côté le fait que ce contact ta ramène à cette soirée au bar ou tout avait si bien commencé pour finalement partir en fumé. C’est alors la première fois que tu ressens le besoin de t’isoler depuis que tu es ici, la première fois que tu n’as plus envie de rester dans cette pièce alors qu’on a plus vraiment besoin de toi. Depuis le début, tu laisses entendre que tu restes au cas où les dessins auraient besoin de retouches, mais tu connais ton travail, tu connais très bien la qualité du matériel que tu utilises, et tu sais que rien ne bougeras à moins que l’un des mannequins s’amusent à passer volontairement un chiffon humide sur ton travail. Mais tu ne bouges pourtant pas, tu laisses la séance se terminer, laissant les pro faire leur boulot, en simple observateur désormais, laissant sans même t’en rendre compte ton regard venir se poser sur le PDG à plusieurs reprise. C’est un des gars qui prenait la pose quelques secondes plus tôt qui te sors de ta rêverie, il te demande si tu les rejoins un peu plus tard pour la soirée, tu fais un signe de tête que oui, tu ne manqueras pas ça et lorsqu’il sort de ton champs de vision, tu remarques que tout le monde a plié bagage, tout le monde sauf Axel. Sans trop savoir ce que tu vas dire ou faire, tu t’approche alors de lui, ta main grattant ta nuque, gêné par la situation, gêné par cette façon que vous avez eut de vous quitter la dernière fois. Ca fait plaisir de te revoir… Tu n’as rien trouvé de mieux pour attirer son attention alors qu’une question te brule les lèvres. Dis moi… C’est grâce à toi que je suis là aujourd’hui ? Après tout, il savait très bien ce que tu faisais comme boulot, il avait ton prénom, c’était très facile de se renseigner sur toi suite à votre rendez vous non réellement prévu, même si vous la tournure des événement, tu doutes un peu qu’il ait cherché à en savoir plus sur toi. Sourire sur les lèvres, tu espères en tous qu’il acceptera de te parler un peu malgré tout ça justement.
Axel M. Palmer
cent admin
J'ai posté : 2427 messages et j'ai : 766 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicolas Simoes et pour finir je crédite : (c) signature & (c) avatar by moi-même

Axel M. Palmer
Sam 9 Mar 2019 - 13:37

Why Did It Have To Be You?
why did it have to be you? (Axel) Tumblr_ocy7moMB3I1s1juqco1_250
Tout se passe bien. Selon les mots de ta nouvelle assistante, le nouveau shooting sur lequel tu mises beaucoup, se déroule parfaitement bien. Tu la crois … non, pas vraiment. Disons que tu as besoin de voir le résultat de tes propres yeux. La jeune femme d’une trentaine d’année est nouvelle dans l’entreprise après que tu ai viré la précédente. Celle qui avait laissé Sebastian Dawson entrer dans ton bureau sans te consulter. Tu es quelqu’un de profondément gentil, de tendre et de doux mais quand il s’agit de ton travail, ces qualités s’éclipsent totalement. Tu es professionnel, peut-être un peu trop. Alors logiquement, tu attends la même chose de la part de tes employés. La nouvelle a un excellent CV, de très bonnes références et elle n’est pas étrangère au monde de la mode. Ses conseils sont avisés et surtout, son travail est irréprochable. Après tout, c’est elle qui a choisi le cadre du shooting après avoir consulté le créateur de l’idée. C’est elle aussi qui a contacté un excellent tatoueur pour le besoin de la séance. Monsieur Zimmerman. Tu n’en as jamais entendu parler après tout, tu n’es pas un grand fan des tatouages du moins, tu ne suis pas de très près les nouveautés. Et puis naturellement, quand tu penses aux tatouages, tu penses à Asa et ça te fait serrer les mâchoires. A dire vrai tu ne lui en veux pas. Le jeune homme t’a laissé une bonne impression et cela ne change pas malgré les circonstances. Tu t’en veux à toi-même. Cette naïveté nouvelle t’avait irrité plus que de raison. Tu t’es tout de même laissé berner par le premier venu et ça te ressemble pas. D’ailleurs depuis cette situation précise, tu as changé de bar. Maintenant tu restes chez toi après le travail pour t’occuper de Chuck Norris et apprécier la compagnie de ta meilleure amie. Ce soir, tu changes tes plans. Tu n’es pas rassuré ce qui explique ta présence dans ta voiture depuis plus d’une heure. Après avoir garé ta prestigieuse bagnole, tu te diriges vers le lieu du shooting. Tu n’as prévenu personne de ta petite visite. L’effet de la surprise, tu aimes bien cela. Et la surprise est générale. Tout le monde parlait, rigolait mais dès que ta silhouette fait son entrée, le silence ressurgit ; ta réputation te précède comme étant un tyran diabolique. Tu t’en fous. Tu ne viens pas là pour jouer les amis. Tu es le patron et cela se ressent. Ton assistante ainsi que le photographe arrivent à ta rencontre, te présentant les nouvelles têtes que tu ne connais. Excepté une seule. Tu ne rêves pas il s’agit bien d’Asa. C’est à ton tour d’être surpris, d’être aussi sur le cul. De tous les tatoueurs de New York, fallait que ça soit le blond. Finalement, peut-être qu’elle n’est pas aussi bien, cette nouvelle assistante. Malgré l’effet de choc, tu suis le mouvement et tu tends la main vers Asa. Faire comme si tu ne le connaissais pas te parait une excellente idée. Il ne manquait plus que tu montres ton trouble à tes subordonnés. Tu as une image à ne pas casser. Le travail reprend cette fois dans un calme olympique et tu n’es pas aveugle, la majorité ont peur de mal faire les choses et s’appliquent doublement. Bien, c’est ce que tu veux ; un résultat irréprochable.

Les bras croisés sur ton torse, tu regardes attentivement les photos montrées par le photographe. Elles défilent sur les écrans de l’ordinateur et tout comme lui, tu en es fier. Tu en arrives jusqu’à oublier sa présence mais c’est trop beau pour durer. A peine le photographe s’éclipse à l’extérieur ayant reçu un appel téléphonique important, la voix du tatoueur te rappelle à l’ordre. Sans le regarder, tu hoches la tête sans grande conviction.   Moi de même. Dit comme ça, on aurait plutôt pensé le contraire. En réalité, tu ne sais pas comment réagir. Tu n’as pas prévu de le revoir et le fait de l’avoir devant toi en chair et en os, te perturbe. Beaucoup trop. Heureusement qu’il pose cette question. Tu es soulagé qu’il ne fasse aucune référence à votre soirée plaisante mais étrange aussi. Tu te permets à cet instant de quitter l’écran des yeux pour le regarder.   C’est mon assistante. Je ne gère pas ce genre de détails. Tu ne comprends pas le sens de ses mots en fait. Fait-il allusion au fait d’avoir voulu le revoir ? Ou bien veut-il être rassuré sur ses capacités ? Tu préfères ainsi dire ce que tu penses.   Elle a sélectionné le meilleur, selon elle. Et quand je vois les photos, j’ose croire qu’elle n’avait pas tort. Tu as fait un très bon travail, je t’en remercie. Tu es mal à l’aise. Tu te montres si professionnel, si distant et si renfermé aussi. La situation te déplait, tes propres réactions te déplaisent. Tu ne sais pas comment faire pour rectifier le tir parce que tu le sais ; si tu ne fais rien, il partira et au fond, tu n’as aucune envie de le voir partir.   Hum. Je pourrai me joindre à toi pour la petite fête ? Bien sûr tu n’es pas obligé d’accepter, loin de là, tu peux même décliner ce que je comprendrai très bien, c’est ton droit … après tout. Et voilà, ça recommence. Tu t’embrouilles. Tu deviens extrêmement bavard. Si tu ne joues pas les distants, tu deviens maladroit alors tu préfères te taire, te penchant vers l’écran pour feindre de regarder les photos. C’est plus sécurisant.



You don't own me
▂ I've seen a rich man beg, i've seen a good man sin, i've seen a tough man cry. I've seen a loser win and a sad man grin. I heard an honest man lie.

Merci !:
 

Asa Zimmerman
broad admin
J'ai posté : 590 messages et j'ai : 183 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Eya d'amour

Asa Zimmerman
Dim 5 Mai 2019 - 23:50

why did it have to be you?

@Axel M. Palmer

Tu ne t’attendais pas à ça Asa, tu ne t’attendais vraiment pas à voir Axel aujourd’hui mais pourtant il est là et tu ne sais pas trop comment réagir, tout ce que tu sais c’est que tu ne peux pas le savoir ici et faire comme si ce n’était pas le cas, alors tu prends ton courage à deux main et tu te rapproches de lui pour lui adresser la parole. Tu es maladroit, et ce n’est pas vraiment habituelle pour toi mais tu dois avouer que même si tu savais qu’il était dans le monde de la mode, tu ne t’attendais pas du tout à ce qu’il soit le PDG de la marque pour laquelle tu venais d’être embauché. Tu dois d’ailleurs savoir si c’est voulu de sa part, si c’est lui qui a fait en sorte que tu sois là pour pouvoir te revoir mais tu ne dois pas poser la question de façon trop directe, il faut que tu parviennes à détourner un peu le truc pour qu’il ne lise pas en toi et qu’il ne se foute pas de ta gueule d’avoir imaginé une tel chose si ce n’est pas le cas. Alors tu fais ce que tu peux, tu es pourtant très doué pour ce qui est de la manipulation, mais en cet instant tu sens que tu n’as rien de ton comportement habituelle bien au contraire. Tu es mal à l’aise et tu n’aimes pas vraiment ça, mais au moins le contacte est fait, la question est posé et tu n’as plus qu’à voir si oui ou non tu es là de son propre fait. Tu comprend rapidement que non ce n’est pas le cas, et qu’en plus de ça, il n’a pas l’air d’être super heureux que tu sois le tatoueur choisi. Axel se montre très froid, très distant, et tu n’aimes pas ça du tout même si tu comprends pourquoi il le fait. Après votre soirée, tu as laissé entendre que tu étais entrain de jouer avec lui, et même si ce n’était pas le cas du tout, même si pour une fois tu étais tout ce qui a de plus vrai, tu as douté de toi même à cause des paroles de ce connard de mec qui s’est mêlé de votre conversation sans vous demander votre avis. Quoi qu’il en soit il te remercie pour le boulot effectué, et tu fais un signe de tête pour faire comprendre qu’il n’a pas besoin de te remercier. J’ai été embauché pour ça… Il est froid ce qui t’entraine à en faire de même et même si tu detestes la situation tu es comme ça Asa, tu es bien incapable de faire des courbettes à quelqu’un qui se comporte de cette façon avec toi. Après tout, lorsqu’il s’agit du boulot tu es quelqu’un de très pointilleux, tu tiens à ton salon, tu tiens à l’image du MArked Men alors lorsqu’on a besoin de toi, lorsqu’on t’offre l’occasion de te faire de la pub, tu fais en sorte que ça en vaille le coup, que ton boulot soit irréprochable tout simplement. Tu t’apprêtes alors à le saluer, et partir de ton côté, n’ayant aucune envie de lui imposer plus longtemps ta présence puisqu’il ne veut visiblement pas de toi ici, mais tu t’en as pas le temps qu’il reprend la parole, de façon plus sympathique cette fois ci, ce qui t'entraîne à hausser un sourcil de surprise. Mais lorsque tu entends qu’il poursuit, te sortant plusieurs phrase pour dire exactement la même chose c’est un sourire très amusé qui s’affiche sur ton visage. Parles en Français si l’anglais te semble trop compliqué… Tu fais référence à votre soirée bien sûr, lorsque tu lui avais dis de te parler en une autre langue si ça lui semblait plus facile de dire ce qu’il avait à dire, mais tu cherches surtout à faire naître un sourire sur ses lèvres. Pour ce qui est de la soirée, moi je ne vois aucun inconvénient à ça, mais tu es conscient que ça veut dire passer la soirée avec tous tes employés du moment ? Non parce que vu comment tout le monde a fermé sa bouche au moment même où tu t’es montré dans la pièce, l’ambiance risque d’être… mortel, si tu fais le même effet à chaque fois… Tu laisses entendre un petit rire pour faire comprendre que tu l’embête plus qu’autre chose en réalité. D’ailleurs, je t’aurai jamais imaginé aussi… Méchant… Non parce que pour que tout ait peur de nous de la sorte il doit falloir avoir un caractère de merde non ? Me trouverais-je finalement face à un petit diable ? Moi qui pensais être le méchant de l’histoire, je suis déçu ! Tu joues des mots Asa, et tu ne sais pas vraiment si tu es entrain de le mettre à l’aise ou au contraire, le rendre encore plus nerveux qu’il ne l’est, mais tu cherches surtout à montrer ici qu’on a tous un côté de personnalité qui diffère selon les personnes qu’on rencontre et si ton coté gros connard est réel, cela ne veut pas dire qu’il était présent face à lui ce soir là.
Axel M. Palmer
cent admin
J'ai posté : 2427 messages et j'ai : 766 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicolas Simoes et pour finir je crédite : (c) signature & (c) avatar by moi-même

Axel M. Palmer
Lun 20 Mai 2019 - 23:34


Why Did It Have To Be You?
why did it have to be you? (Axel) Tumblr_ocy7moMB3I1s1juqco1_250
Parfois, tes propres agissements te dépassent. Tout à l’heure en voiture, quand tu as pensé à lui, tu n’as pas ressenti de la rancune ou du dégoût. Tu as éprouvé juste de la tristesse parce que tu t’es montré naïf pour la première fois de ta vie. Et pour la première fois de ta vie, tu as ressenti l’envie de connaître quelqu’un. L’envie d’aller un peu loin aussi afin de voir où cela pourrait t’emmener. Afin de voir si ton asexualité n’est pas liée à un quelconque traumatisme. Tu as pensé qu’Asa pourrait justement t’aider à voir plus clair dans cette histoire. La gifle a été immense et douloureuse mais à aucun moment tu ne l’as haït. Vous avez juste, deux versions différentes et il ne s’est pas montré honnête avec toi. Cependant, malgré cette réalité, ta froideur en sa présence est palpable. T’es même tenté de l’ignorer alors que tu ne sais pas trop la raison pour laquelle tu agis de cette manière disportionnée. Tu es partagé entre engager petit à petit la conversation ou faire comme s’il n’existait pas. La deuxième option te déplait. Certes il n’a pas été correct avec toi mais ce n’est pas la fin du monde n’est-ce pas ? Ce n’est pas comme s’il t’avait promis monts et merveilles pour au final, te laisser tomber. Il t’a communiqué dès le départ sa manie d’allumer tout ce qui bouge avant de disparaître. Tu as voulu croire ton instinct et tu t’es planté. Faute partagée, tout simplement. Tu choisis alors de laisser tomber ton masque d’antipathie afin de lui faire une proposition. Parce que tu l’as vu. Son humeur s’est calquée à la tienne, devenant distant à son tour. Mais il a suffit que tu t’embrouilles et que tu affiches cette maladresse qui te caractérise tant pour qu’il se détende à son tour. Un premier sourire se dessine doucement sur tes lèvres quand il fait référence à la fois où tu as parlé en français en sa présence. Au moins, il n’a pas tout oublié, c’est déjà ça. J’ai surtout besoin d’un manuel qui m’explique comment ne pas m’embrouiller avec les gens. Retour au calme. L’ambiance électrique qui avait régné entre vous, n’existe plus et ça te met à l’aise Axel, exactement comme son rire. C’est vrai, tu aimes beaucoup l’entendre rire. La sonorité qu’il pousse, tu la trouves fortement agréable à ton ouïe. Les mots qu’il dit d’ailleurs ne te choquent pas. Tu sais ce que tes employés pensent de toi. Tu sais que tu les terrorises avec ta simple présence. Et franchement ? Tu préfères ça oui. Ils savent qu’au boulot, je suis intransigeant et très maniaque. Mais cette soirée célèbre la fin de plusieurs mois de travail. Ils savent que dans ce genre d’événements, je me montre moins … pitoyable ? A ton tour de rire non sans glisser ton poing devant tes lèvres, par réflexe, une habitude tenace. Tu t’appuies contre le bureau sur lequel repose les ordinateurs alors que tes sourcils se haussent. Méchant ? Peut-être que tu l’es oui. Mais c’est la façon de sa phrase qui te titille et tu es bien tenté de le suivre dans ses sous-entendus. Qui te dit que tu n’es pas le méchant de l’histoire ? Et zut. Ca sonnait mieux dans ta tête. Là, c’est clair que tu fasses allusion à votre soirée et tout ce qui s’est passé. Tu as été maladroit sur le coup Axel et le regard que tu lui envoies présente les excuses que tes lèvres refusent de débiter. Je ne suis pas méchant je suis juste trop professionnel ? En même temps, imagine si je sympathise avec tout le monde et les laisse faire tout ce qu’ils veulent. Le travail trainera et ils sauront pas quand arrêter de faire de connerie, tu vois. En tout cas, cette technique a bien marché jusqu’à présent. Tu te mets debout et le regardes. Tu espères qu’il a oublié ta petite bourde alors que tu lui fais un geste de la tête pour désigner la porte. Je te laisse te reposer un peu et te rafraichir avant la petite soirée. Dis-tu en sortant ton paquet de cigarettes. Tu quittes la pièce pour rejoindre l’extérieur. La verdure, une grande piscine, les lumières tamisées. Tu aimes beaucoup le cadre et pour la première fois, tu félicites ton assistante pour le travail fourni. Tu le vois, elle est touchée par tes compliments et tu sais, elle continuera sur sa lancée. Tu es à ta deuxième cigarette et ton deuxième verre de vin quand tu vois Asa sortir à son tour. Cela ne passe pas inaperçu, ces quelques regards vers lui. Il plait, ce n’est pas surprenant pour toi et tu ne te fais pas prier pour le lui dire. J’espère que ta chambre ne sera pas proche de la mienne car ce soir, j’ai bien besoin de dormir. Tu regardes vers les filles qui continuent de l’observer avant de détourner leurs regards face au tien. Tes allusions sont claires et même si tu as parlé sur un ton humoristique … elle te plait pas, cette alternative.



You don't own me
▂ I've seen a rich man beg, i've seen a good man sin, i've seen a tough man cry. I've seen a loser win and a sad man grin. I heard an honest man lie.

Merci !:
 

Asa Zimmerman
broad admin
J'ai posté : 590 messages et j'ai : 183 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Eya d'amour

Asa Zimmerman
Lun 24 Juin 2019 - 23:52

why did it have to be you?

@Axel M. Palmer

Il n’aime visiblement pas s’embrouiller de la sorte, pourtant toi, ça te plait beaucoup et c’est ce que tu essaie de faire comprendre en lui offrant ce beau sourire et cette façon de lui rappeler un petit bout agréable de votre soirée. Votre première rencontre ne s’est pas vraiment finie d’une bonne façon mais cela ne veut pas dire que la soirée en elle même n’a pas été agréable pour autant, en tous cas, toi, tu en gardes de très bon souvenir, et c’est bien pour ça que tu fais ce pas vers lui, et que tu essaies de garder cette atmosphère détendu que vous êtes parvenu à ramener grace à la maladresse du PDG qui fait pourtant flipper tout le monde dans son boulot. C’est sans doute ce qui t’amuses d’ailleurs, le fait que tu ai pu voir un côté de lui que personne ne connait ici et qui fait qu’à tes yeux il perd toute crédibilité dans le rôle du méchant. C’est ce que tu lui fais savoir d’ailleurs, sourire aux lèvres, l’amusement plus que visible dans ta voix. Mais dans le fond, tu sais très bien que c’est pareil en ce qui te concerne. Ton boulot, c’est tout pour toi, et tu n’es jamais aussi sérieux que lorsque tu le pratique ou lorsqu’il est question du MarkedMen. Alors oui tu sais qu’il est facile d’avoir deux personnalité totalement différente lors qu’on change la mise en situation, mais c’est ta façon à toi de lui montrer que tu n’as rien oublié de ce que tu as appris de lui, que ce soit parce qu’il t’a raconté ce qu’il avait besoin de partager avec toi, ou par le fait que tu avais le regard braqué sur lui et personne d’autre ce jour là, comme en cet instant d’ailleurs. Tes billes bleus continue d’observer chacune de ses réactions, une habitudes tenaces parce que c’est en apprenant à traduire les gestes d’une personne qu’on apprend à les manipuler. Mais Axel, tu ne l’as pas manipulé, et si tu en as douté après l’intervention de cet inconnu, tu sais aujourd’hui que tu n’as pas triché avec cet homme et c’est sans doute pour ça que tu es si serein à ce jour face à lui. Mais alors que tu joues des mots, que tu fais en sorte de rendre ce qui vous ai arrivé plus marrant que ça ne l’est réellement, Axel te ramène bien vite à la réalité. Tu vois dans son regard qu’il ne voulait pas dire ça et tu te contente de sourire pour le rassurer, même si tu dois avouer que tu ne sais pas comment le prendre pour le moment. Il reprend la parole, et tu l’écoutes sans un mot pour le moment, surtout que tu vois très bien ce qu’il vaut dire, c’est sans doute pour ça que tu finis par ouvrir la bouche à ton tour. T’en fais pas, je sais ce que c’est, je voulais juste que tu comprennes que celui qu’ils voient n’est pas celui que je vois moi…. Un sourire, sans doute un peu gêné et pour la première fois de ta vie, tu commences à t’éloigner un peu du jeune homme, prêt à lui dire que tu vas lui laisser le temps de finir ce qu’il a faire, mais il te devance en te parlant d’aller te rafraîchir. Tu dois avouer qu’une bonne douche ne te ferait pas de mal en effet. Ca marche… A tout à l’heure… Tu n’aimes pas ce que tu ressens, et surtout tu aimerais comprendre pourquoi ce que pense Axel de toi t’importe autant. Tu es celui qui se fout de tout le monde, celui qui joue avec les sentiments et envies des gens, alors pourquoi avec lui ça serait différent. Ca t’agace, tu dois bien l’avouer et tu sais que cette douche que tu t'apprête à prendre t’aidera à passer à autre chose. Tu enfiles une tenues relative décontracté, un jean un débardeur noir et ta veste en cuir par dessus et tu te décides enfin à refaire ton apparition dans la pièce principal où tout le monde se réunit tous les soirs. Tu ne vas pas mentir, tu les vois ces regards sur toi, et tu ne nieras pas que tu aimes ça, mais comme toujours, cela ne t’intéresse pas plus que ça en réalité. Bien décidé à faire abstraction de ce que tu as ressenti plus tôt, tu n’hésites pas à retourner prêt d’Axel et tu ne peux que rire à sa remarque. On dirait que j’ai retenu plus de choses sur toi que tu n’en as retenu sur moi… Tu lui offres un regard en coin, sourire amusé sur les lèvres pour le rassurer alors que tu fais allusion au fait que tu lui as déjà parler de ta manie de ne jamais aller au bout des choses, et tu te diriges vers le bar mis à disposition pour fêter la fin du shooting  afin de choisir une boisson. Un cocktail à la main, tu observes un peu ce qui se passe dans cette pièce et tu apprécie le sourire visible sur chaque visage présent avant de te mettre à éclater de rire en voyant l’un des mannequins venir à moitié à poil au milieu de tout le monde, paniqué parce qu’il n’arrive pas à retirer le tatouage que tu as dessiné sur son dos. Il a apparemment peur que ce soit finalement un vrai et tu ne peux faire autrement que de faire grandir sa panique. Je plaide coupable, sur toi, c’est du vrai, je me suis dis que tu serais bien plus attirant comme ça ! - Non mais tu déconnes ! Je vais faire comment pour mes prochains contrats moi ?! Tu hausses les épaules et le laisse partir en furie avant de te marrer une nouvelle fois. Une des mannequins commence à le suivre et tu l’arrêtes en cours de route pour lui rappeler d’utiliser le produit que tu leur a donné pour, justement, effacer tes dessins temporaires, elle te remercie d’un smack, et tu secoue la tête, réellement amusé par la situation, alors que tu ne peux t’empêcher de relever le regard sur lui comme pour voir ce qu’il ressent de te voir si proche d’autre en cet instant.
Axel M. Palmer
cent admin
J'ai posté : 2427 messages et j'ai : 766 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicolas Simoes et pour finir je crédite : (c) signature & (c) avatar by moi-même

Axel M. Palmer
Ven 12 Juil 2019 - 19:12

Why Did It Have To Be You?
why did it have to be you? (Axel) Tumblr_ocy7moMB3I1s1juqco1_250
T’en fais pas, je sais ce que c’est, je voulais juste que tu comprennes que celui qu’ils voient n’est pas celui que je vois moi…. Un sourire énigmatique se dessine petit à petit sur tes lèvres. Ces mots te font à la fois plaisir mais t’intriguent aussi. Tous ceux qui travaillent pour toi ne mettent pas longtemps avant de comprendre quel genre de boss tu peux être. Intransigeant, chieur parfois sadique à force de leurs interdire de rentrer chez eux tant que le boulot n’est pas terminé. C’est une image fixe et qui jamais n’a changé. Là, Asa renverse la balance. Il a conversé avec toi pendant une seule et unique soirée et pourtant, il a vu en toi une bonté dont certains peinent à noter. Peut-être qu’il a vu autre chose que tu n’arrives pas encore à saisir. Quoi qu’il en soit, ses paroles continuent de résonner dans ta tête telle une douce mélodie. Comme quoi, il n’a pas oublié tout ce que vous vous êtes dis ce soir là. Et c’est sur cette idée là que tu le laisses quitter la salle pour aller se rafraîchir et se changer. Quant à toi, tu vas d’abord prendre un verre de vin. Ces mots, mine de rien ne t’avaient pas laissé de marbre. Tu ressens même une certaine euphorie inexpliquée. Probablement le fait de l’avoir revu alors que tu n’a pas envisagé cette possibilité, y est pour quelque chose aussi. La conversation engagée avec ton assistante, arrive à te remettre dans le cadre professionnel. Ils ont fait un bon boulot. T’avais des anticipations, bien sûr. Tu pensais que le travail ne serait pas entièrement satisfaisant mais tu t’es trompé et tu aimes cela. Tu aimes quand l’équipe te surprend. Alors naturellement, tu es de bonne humeur, aidé par le vin qui colle dans ton sang. La musique commence à résonner dans l’air. Tu te sens paisible Axel. Tu ressens une certaine paix et tu aimes beaucoup cet état d’esprit. Pour une fois, tu n’envisages pas le pire. Pour une fois, tu acceptes ce petit bonheur sans penser aux conséquences. Non, tu en profites comme il se doit surtout quand Asa revient à tes côtés. Même sa petite pique ne change rien à ton humeur. Bien au contraire, tu lui souris sincèrement. Ma mémoire est intacte, je te promets. Mais je me dis que peut-être des choses ont changé après tout on évolue chaque jour non ? C’est vrai, peut-être qu’il est arrivé à vaincre sa mauvaise manie d’allumer sans jamais aller plus loin. Tu ne peux pas le savoir et tu comptes d’ailleurs sur cette soirée pour en savoir plus sur lui. Tu t’apprêtes à lui proposer un verre quand une furie débarque en gueulant sur le tatouage qui veut pas s’effacer. Si certains de l’équipe s’affolent, toi, tu ne te fais pas de soucis. Asa, tu le connais pas si bien et pourtant, tu as la nette conviction qu’il soit excellent dans son domaine. De loin, tu observes l’échange et surtout le smack en guise de remerciement. Même si un sourire persiste à habiter tes lèvres, il n’est pas si naturel ou détendu. Tu ne sais pas pourquoi ni comment une telle chose peut se produire mais oui, tu as ressenti une légère de pointe de jalousie. Inconsciemment, t’aurais aimé être à la place du mannequin et goûter à ses charnues. T’aurais aussi peut-être aimé qu’il la repousse. Tu penses à plusieurs choses à la fois et ça te pousse à finir ton verre d’une traite. Tu quittes ton emplacement pour récupérer un nouveau verre. Ceci entre tes doigts, tu t’approches d’Asa, lui et son sourire narquois. Qu’est ce que je disais hein ? Tu fais référence aux “choses qui peuvent changer”. Et étrangement, tu n’as pas envie de t’arrêter là. Du coup tu fais ce que tu veux mais on évite que ça devienne un baisodrome. Certes tu souris, certes, tu parles sur un ton loin d’être sérieux mais en même temps, tes mots sont assez durs dans un sens. Et pour une fois, tu n’essaies même pas de t’excuser. Au contraire, tu te sens un peu en colère contre toi-même en premier lieu. Ce n’était qu’un simple smack et il y a rien entre vous deux alors tu n’as pas à agir de cette façon si … possessive et jalouse ? Oui c’est ça, tu es jaloux. Alors, tu trempes tes lèvres dans ton verre et tu le regardes ; tu vas encore dire une connerie. Si tu veux mon avis, que je sois à tes côtés ne te rendra pas service alors, n’hésite pas à me dire si tu veux que je te laisse tranquille. Cette fois, le ton est certes poli mais un brin sec. Encore une fois tes propres agissements te dépassent. Totalement.



You don't own me
▂ I've seen a rich man beg, i've seen a good man sin, i've seen a tough man cry. I've seen a loser win and a sad man grin. I heard an honest man lie.

Merci !:
 

Asa Zimmerman
broad admin
J'ai posté : 590 messages et j'ai : 183 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Eya d'amour

Asa Zimmerman
Dim 3 Nov 2019 - 21:47

why did it have to be you?

@Axel M. Palmer

Tu dois avouer que le smack t’as toi même surpris, c’est sans doute pour ça que tu n’as pas eut le temps de la repousser cette nana, mais en même temps, il y avait ce petit côté chieur en toi qui voulait connaître la réaction d’Axel en voyant ça, alors peut-être qu’inconsciemment c’est toi qui a poussé la mannequin à agir ainsi. Tu ne sais pas trop, tout ce que tu sais c’est que tu peux voir cette lueur dans le regard de cet homme qui s’est assombri. Tu ne sais pas si c’est de la jalousie ou pas, tu ne peux pas le savoir pour le moment mais tu sais que cet événement à modifier quelque chose dans son état d’esprit et tu as étrangement hâte de savoir ce que c’est. Ce qu’il t’a dit un peu plus tôt est vrai, tu le sais. Les choses peuvent changer, la preuve en est avec Eliel, il est bien le seul à ne pas t’avoir vu te défiler et ce depuis bien longtemps, mais s’il y a une chose dont tu es sûr, c’est que ce n’est pas n’importe qui peut avoir ce pouvoir avec toi, et encore moins ce genre de nana totalement superficielle. Tu ne fais pas une généralité des mannequins, mais mine de rien tu as pus observer tout ce petit monde présent depuis quelques jours et tu sais très bien qu’ils ne voient tous que par le physique. Tu sais que tu n’as pas à te plaindre de ce côté là, tu es beau, tu le sais très bien Asa, c’est même ce qui t’aide à te jouer des gens. Mais ce n’est pas ce qui doit primer, ce n’est pas ce que les gens doivent voir en toi pour obtenir ton intérêt. C’est pour ça qu’Eliel a eut raison de toi, parce qu’il n’a pas vu que ça en toi, parce que vous aviez bien plus de ressemblance qu’il n’y paraissait. Et Axel, tu sais très bien qu’il pourrait avoir ce pouvoir là sur toi. Votre rencontre, aussi étrange qu’elle ait pu être est justement ce qui t’a fait comprendre tous ça. Comme tout le monde, le PDG a vu ta beauté au premier abord, c’est normal, c’est humain, après tout, tu as fais la même chose en posant ton regard sur lui. Mais vous avez tous les deux cherché plus loin que ça, vous avez réellement souhaité à en savoir plus l’un sur l’autre, et vous auriez sans doute réussi avant que ce type s’interpose dans votre pseudo rencard. Tu sais très bien que les choses auraient été différentes s’il n’y avait pas eut cet événement, mais en même temps, c’est aussi ce qui t’as poussé à réfléchir, c’est ce qui t’a amené à voir qu’à aucun moment tu n’as essayé de te foutre de la gueule de lui. Avec Eliel, tu l’as fuit une premiere fois avant de te laisser aller, tu as jouer avec lui avant de comprendre que tu pouvait vouloir plus de lui. Axel, c’était autre chose, peut-être que tu aurais agit de la même façon au bout d’un moment, tu n’en sais rien, mais il y a un truc au fond de toi qui te laisse penser qu’il avait pourtant réussi à attirer toute ton attention avant même que tu ne t’en rende compte. Axel est intelligent, tu as bien compris que chez lui tout passe par l’intellectuel avant tout, il ne se laisse pas guider par les émotions, et c’est certainement ce qui t’a intrigué, c’est aussi ce qui te pousse à le tester aujourd’hui. Tu ne sais pas pourquoi tu cherche à le faire sortir de sa zone de confort, tu ne sais pas ce que tu cherches à obtenir, ni même si cela va être bénéfique pour toi, pour vous, au final, mais tu agis sans réellement réfléchir pour le moment, tu te laisses juste porter par l’instant. Tu n’avais pas prévu de te retrouver face à lui, il avait beau avoir marqué ton esprit tu ne pensais vraiment pas que tu aurais l’occasion d’avoir une seconde chance avec lui. Pourtant vous êtes là tous les deux, et si tes agissements laissent penser à un jeux, ce n’en est pas un, bien au contraire. Tu veux juste être sûr que tu ne te heurtera pas un mur si tu viens à laisser tomber tes défenses pour lui. Tu l’a déçu une première fois, tu le sais Asa, alors tu te dois de réparer ça. Il s’approche de toi, et tu peux sentir cette tension en lui même s’il fait l’effort de ne pas trop le montrer. Ses mots le trahissent, ou plutôt, sa façon de les prononcer. Mais tu ne perds pas ton sourire Asa, tu laisses même entendre un rire alors qu’Axel parle de baisodrome. Ca serait un sacré changement quand même… Mais sa réponse, tu ne t’y attendais pas, non pas du tout. Tu en hausses même les sourcils en reportant ton regard sur lui. Tu ne comprends vraiment pas alors ? Ou bien tu refuses de comprendre, j’avoue que je ne sais pas trop… Tu portes ta boisson à tes lèvres pour en boire une gorgée, mais tu ne l’apprécies pas vraiment en réalité. Tu te redresses un peu et fais un pas en avant pour faire savoir que tu as dans l’intention de t’éloigner, mais avant tu as besoin de mettre au clair quelque chose. Si pour toi, je suis vraiment ce gars qui couche avec tout ce qui bouge, et qui transforme une de ces soirée en baisodrome, alors je préfère en rester là… Tu détournes le regard et fais un pas de plus, mais tu ne peux te résigner à partir sans une dernière parole. Le pire dans tout ça, c’est que je suis resté uniquement pour toi… Un nouveau rire amer s’échappe de tes lèvres parce que c’est vrai, tu avais dans l’intention de rentrer à New York une fois le shooting terminé, c’est sa présence qui t’a fait changer d’avis, n’ayant accepté l'invitation que par politesse. Un souffle lourd de sens s’échappe de tes lèvres et cette fois tu prends vraiment la direction des étages, bien décidé à rejoindre ta chambre et qui sait, peut-être même rentrer chez toi.
Axel M. Palmer
cent admin
J'ai posté : 2427 messages et j'ai : 766 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicolas Simoes et pour finir je crédite : (c) signature & (c) avatar by moi-même

Axel M. Palmer
Mer 6 Nov 2019 - 16:26

Why Did It Have To Be You?
why did it have to be you? (Axel) Tumblr_ocy7moMB3I1s1juqco1_250
Depuis ta rencontre avec Asa, tu as ressenti pleins d’émotions inédites et étranges. Tu as d’abord apprécié le simple fait de converser avec lui. Il avait ce “petit quelque chose” qui fait que tu peux lui parler avec aisance sans avoir peur d’une quelconque mal interprétation de sa part. Tu es quelqu’un de très intellectuel ce qui fait que tu as besoin qu’on simule ce côté chez toi. Asa y est arrivé. Avec intérêt, il t’avait écouté parlé de la psychologie infantile. Il avait décelé ta passion pour ce domaine et à aucun moment, il s’était moqué de toi. Non, il t’avait juste berné du moins, c’est que tu avais compris suite à l’intervention d’un inconnu. A ce moment précis, tu t’es senti con. Extrêmement naïf et niais. D’habitude, on te berne pas Axel. Tu es similaire à un requin acerbe dans ton milieu professionnel. Tu attaques dès que tu ressens le danger et ton attaque est toujours calculée histoire de ne pas ressentir les représailles plus tard. Avec le tatoueur c’était différent. Tu as baissé ta garde. Tu es entré dans son jeu et à ce moment là, tu as compris à quel point tu manques d’expérience. Et ce n’est pas faux, tu n’as presque aucune expérience amoureuse. Ton handicap lié à ton asexualité ne t’avait jamais laissé la possibilité de t’ouvrir aux autres ou même tenter une petite aventure. Mais quand cet homme avait commencé à te parler et surtout à mettre la main sur ce qui clochait chez toi, tu as vu en cela, une opportunité de renverser la balance. Une opportunité de sortir des sentiers battus. Une possibilité à lui faire confiance aussi. Tu t’es trompé et tu en gardes encore un goût amer dans la bouche. Pourtant, tu es arrivé à oublier cet épisode fâcheux pendant un instant. Parce qu’au fond, tu apprécies l’homme qu’il est. Tu apprécies sa personnalité atypique et honnête. Tu as juste compris votre incompatibilité ; toi, tu cherches un réel refuge. Tu cherches une personne capable de t’aider à soigner tes maux abstraits alors que de son côté, il ne cherchait qu’une nouvelle proie et rien de plus. Ta constatation t’a permis de te rapprocher de lui afin de parler comme deux êtres civilisés. Tu n’avais pas en tête l’idée de continuer ce que vous avez entamé. Non, pas du tout. Tu voulais juste passer un peu de temps en sa compagnie. Mais il semblerait que tu as oublié un détail ; Asa est beau. Il attire l’attention et il sait en jouer. C’est probablement pour cette raison que tu as détesté ressentir de la jalousie parce que tu sais que tu n’en as pas le droit. Tu refuses catégoriquement de te laisser berner une nouvelle fois et c’est ce qui explique tes mots secs et lourds de sens. Cependant, quand tu entends son rire, tu ressens de la gêne et surtout de la honte. Non seulement tu n’as aucun droit sur lui mais en plus, tu sais qu’il ne met pas n’importe qui dans son lit. C’est juste que … tu as les idées en vrac. Tu as même l’impression d’avoir la tête qui tourne et ses mots ne t’aident pas non plus. Tu ne comprends pas quoi ? Tu le regardes interrogatif et perplexe. Quoi ? Je comprends pas quoi ? Il met le doute dans ton esprit et tu le détestes pour ça. Tu le détestes davantage quand il te laisse en plan après ces quelques paroles lourdes de sens. Tes yeux restent grands ouverts et tu n’arrives pas à bouger. Tu voudrais vraiment le rattraper, t’excuser probablement mais tu ne le fais pas parce que tu n’es pas convaincu. C’est vrai, il s’est moqué de toi la première fois, qui te dit qu’il n’essaie pas de retenter l’expérience une deuxième fois. Non, tu préfères le laisser partir. Tu essaies aussi d'interpréter ses mots. Il est resté pour toi pour quelle raison ? Par pitié ? Par intérêt ? Tu soupires longuement. Voilà que tu te prends la tête tout seul et tu n’aimes pas ça car tu es conscient de ne pas avoir de réponse du moins, il est le seul à pouvoir te les donner. C’est décidé. Tu vas vers le bar pour attraper une bouteille de vin ainsi que deux verres. Sans un mot à quiconque, tu entres dans la grande maison et tu montes les escaliers qui te ramènent vers sa chambre. Sans hésitation, aucune, tu frappes contre la porte. Quand il t’ouvre, tu essaies de le devancer. Je viens en paix. J’ai pas un drapeau blanc mais … j’ai ça. Tu secoues à peine la bouteille alors que tu tentes un petit sourire suivi par un soupir discret. Écoutes. J’ai dépassé les bornes et je m’en excuse. Mais tu veux bien me suivre s’il te plait ? J’ai un truc à te montrer. Tu es tenté à lui tendre la main sauf que tu t’en empêches. Faut pas pousser le vice plus loin. Assuré qu’il te suive, tu déballes les escaliers, toujours la bouteille et les verres sous les coudes. Tu dépasses l’issue de secours marchant ensuite vers l’endroit que tu voulais lui montrer. Rien d’exceptionnel en soi, juste la vue de la ville en haut des montagnes. Tu arrives seulement à déceler les grands buildings et surtout les lumières qui ne s’éteignent jamais. C’est beau hein ? Tu gardes le silence pendant un instant avant de te mettre à rire. Et pendant ce temps j’ai envoyé quelqu’un pour crever les pneus de ta voiture comme ça t’es coincé ici. Difficile à dire si tu mens ou si tu es sérieux. Il y a juste ce sourire amusé sur tes lèvres qui se transforme petit à petit en une expression désolée. Non vraiment je suis désolé. Un petit verre pour faire la paix ? Tu espères sincèrement qu’il acceptera tes apologies ainsi que le verre. D’ailleurs après avoir rempli deux coupes, tu poses la bouteille par terre et tu regardes le blond. Mais j’ai pas compris ta dernière phrase. Pourquoi t’es resté pour moi ? Enfin sache que je t’en veux pas pour … tu sais, ce qui s’est passé dans ce bar. Tu hausses les épaules. Tu as déjà fait la paix avec cet incident. Après avoir bu une petite gorgée de vin rouge, tu souris en fixant les lumières au loin. Je sais que je suis complexe mais toi t’es pas mieux. Et c’est définitivement pas faux.



You don't own me
▂ I've seen a rich man beg, i've seen a good man sin, i've seen a tough man cry. I've seen a loser win and a sad man grin. I heard an honest man lie.

Merci !:
 

Asa Zimmerman
broad admin
J'ai posté : 590 messages et j'ai : 183 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Eya d'amour

Asa Zimmerman
Dim 1 Mar 2020 - 18:57

why did it have to be you?

@Axel M. Palmer

Quand on frappe à la porte de ta chambre, tu es déjà entrain de faire tes valises Asa, tu rassembles toutes tes affaires dans le but de partir d’ici dès ce soit, le plus tôt possible ça serait même encore mieux. C’est donc dans un état d’esprit assez fermé que tu ouvres brusquement cette porte, laissant entendre un “Quoi ?!” assez sec, et quelque peu agressif. C’est Axel, il est la face à toi, et te parle de faire la paix avec une bouteille. Dans le fond tu trouves ça mignon, et tu as très envie de sourire à ce geste de sa part, mais en même temps, il t’a vraiment mit sur les nerfs et pour le moment tu n’arrives pas à redescendre. Tu l’écoutes pourtant, tu portes une attention toute particulière à ses mots qui finissent par te faire hausser un sourcil. Il veut te montrer quelque chose ? Tu cherches ce qui peut bien mériter que tu le suives désormais parce que les lieux tu les connais, surement même mieux que lui vu que tu es là depuis plusieurs jours désormais mais tu dois avouer que ta curiosité finit par avoir raison de toi, et puis surtout… Axel te plait, tu ne sais pas pourquoi, tu ne sais pas comment il peut avoir ce truc sur toi, mais c’est un fait, il te plait, et tu aimes réellement passer du temps avec lui, parler avec lui, du moins, lorsqu’il ne fait pas de remarque déplacé sur un sujet que tu lui a pourtant confié. Mais tu sais très bien qu’il n’a pas forcément cru ton baratin, du moins, plus après que l’autre connard du bar se soit mêlé de votre conversation. Tu peux le comprendre, tu aurais sans doute la même réaction que lui si les rôles étaient inversé, mais cela n’empêche pas que tu n’es pas du genre à t’ouvrir à qui que ce soit, du coup, cela te vexe plus peut-être un peu trop facilement qu’il mette tes paroles en doutes avec autant de facilité. Tu souffles un coup Asa, mais tu le suit, fermant la porte de ta chambre derrière toi, tu descend les escaliers, lui emboitant le pas sans faire attention au chemin emprunté. Il s’arrête et tu en fais autant, ne relevant le regard de tes chaussures que lorsque tu entends le son de sa voix. Tu observes les lieux, et c’est vrai, la vue est magnifique, mais tu ne prononces aucun mot tout de même. Tu lui en veux, et ce n’est pas aussi facile que ça de se faire pardonner auprès de toi, mais pourtant, il y parvient… Il sort une phrase de plus, une connerie au sujet des pneus de ta voiture, et un rire, certes discret, mais présent tout de même s’échappe de tes lèvres. Et merde ! Toi qui voulait ne rien montrer de l’effet qu’il pouvait avoir sur toi, c’est loupé ! Il est bien loin le manipulateur que tu sais être en la présence du jeune homme, et ça te perturbe autant que ça te fait du bien. Il s’excuse une nouvelle fois, et tu te contentes d’un signe de tête en réponse à ses mots comme pour faire savoir que tu acceptes même si tu n’en as pas envie alors qu’il te propose un verre. Je ne suis pas un grand fan de vin, mais surement parce que je n’ai jamais su les choisir… Tu dois sans doute être meilleur que moi à ce jeu là avec ton côté frenchie ! Tu attrapes alors le verre qu’il te tend, et souris à la suite de son discours. Il ne comprend pas tes allusions, tes réflexions, et ça t’amuse parce que tu retrouves ce mecs naïf mais tellement attendrissant que tu as rencontré dans ce bar, ce mec qui a attiré toute ton attention en quelques mots. En règle général, quand quelqu’un te fait savoir qu’il fait un choix pour toi, quelque soit le choix, c’est parce que tu es la personne qui le pousse à faire ce choix…Donc quand je dis que je suis resté pour toi… C’est qu’au lieu de partir après le shooting, ta présence a fait que j’ai décidé de rester, pour passer du temps avec toi... Tu ne sais pas si tu es bien plus clair, mais il faut dire que ce n’est pas le genre d’expression que tu t’attendais à devoir expliquer tu dois bien l’avouer. Mais tu finis par exploser de rire lorsque tu entends sa réaction. J’ai rien de complexe, encore moins avec toi… Je te dis les choses comme elles le sont, c’est toi qui réfléchit trop pour chercher des explications entre les lignes. Contente toi des mots que tu entends plutôt que ceux que tu n’entends pas, et ça ira mieux… Eteints ton mega cerveau quelques instants ! Tu ris de nouveau en portant ton regard sur lui espérant qu’il comprenne ce que tu lui dis. Tu as déjà bien compris que le jeune homme est du genre intellectuel, alors que toi tu es bien plus instinctif, et tu sais aussi que l’intrusion de ce type dans le bar l’a entrainé à se poser beaucoup de question sur toi, alors après avoir bu une petit gorgé de vin qui te fait grimacer, tu reprend la parole. Je dois avouer qu’il est meilleur que ce que j’ai l’habitude de boire, mais je confirme que je ne suis pas un fan de ce genre de boisson. Un nouveau petit rire s’échappe, mais tu reprend rapidement pour ne pas laisser le temps à Axel de dire quoi que ce soit sur le sujet. Dans ce bar l’autre jour, je ne t’ai pas menti, je n’ai pas joué avec toi non plus même si je sais que tu le penses. Quand ce mecs s’est melé de la discussion, il m’a fait douter parce que oui, c’est vrai je suis ce genre de gars, j’aime manipuler, j’aime jouer et j’aime avoir le pouvoir sur un personne. Une fois ce pouvoir obtenu, je disparait sans demander mon reste. Et l’espace d’un instant, lorsque je l’ai entendu décrire celui que j’ai toujours été, j’ai eut peur d’avoir instinctivement été comme ça avec toi aussi, et j’ai fuis… J’ai fuis parce que c’est ce que je fais toujours, mais j’ai fuis parce que j’étais sûr d’avoir été tout ce qui a de plus sincère avec toi, parce que c’était important que je comprenne qui je suis réellement. Cette soirée, elle était faite pour ça, je devais rejoindre le pote de mon meilleur ami, un pote gay qui devait m’aider à voir si j’étais attiré par un seul homme ou par tous les hommes suivant le feeling. Ce gars en question, j’ai cru que c’était toi, et je me suis confié à toi, comme je devais le faire avec lui. Tu te frottes le crane de ta main libre comme pour essayer de masquer le fait que tu n’aimes pas du tout faire ce genre d’exercice, te confier, dire la verité, expliquer les choses qui te concerne, mais c’est important pour toi de le faire, surtout lorsque ça concerne Axel. Quand tu es parti, le mec était là, et tu vois, j’ai été incapable de parler avec lui, de m’interesser à lui comme je l’ai fais avec toi, je n’avais aucun envie de partager ça avec lui, alors oui, avec lui j’ai joué, oui, avec lui j’ai manipulé pour disparaître ensuite, mais pas avec toi, et je pensais vraiment que tu avais senti cette facilité à discuter entre nous. Tu souffles un bon coup et tu bois une nouvelle gorgé. Alors quand aujourd’hui tu laisses entendre que tu vois en moi un comportement que je n’ai jamais été et que je ne serai certainement jamais, j’ai vrillé, et je suis désolé pour ça… Parce que tu n’avais pas à réagir ainsi non plus, mais au moins, les choses sont clairs, du moins tu l’espères.
Axel M. Palmer
cent admin
J'ai posté : 2427 messages et j'ai : 766 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicolas Simoes et pour finir je crédite : (c) signature & (c) avatar by moi-même

Axel M. Palmer
Sam 14 Mar 2020 - 16:47

Why Did It Have To Be You?
why did it have to be you? (Axel) Tumblr_ocy7moMB3I1s1juqco1_250
Heureusement que tu tenais fermement la bouteille de vin contre toi car le ton agressif et presque menaçant du jeune homme t’a bien fait sursauter. Là, à cet instant, tu découvres une facette nouvelle que tu ne connais pas chez lui. Il t’a habitué à ses sourires, à ses expressions avenantes et taquines. Là, c’est un homme mauvais à la limite de la violence. Heureusement que cet état ne perdure pas, il se fait remplacer par une lassitude que tu aperçois sans peine sur son visage. Cela aurait pu te décourager mais tu n’es pas comme ça. Tu es la détermination incarnée et rares sont les fois où tu as reculé face aux obstacles. Si tu le fais, ce n’est pas pour fuir mais plutôt pour mieux rebondir. Alors tu restes là Axel et tu l’invites à te rejoindre. Tu te tournes parfois derrière toi pour t’assurer de sa présence et quand vous arrivez à l’endroit convoité, tu te sens apaisé. Il t’a suivi et ce geste anodin vaut toutes les paroles du monde. Bon certes, il reste fermé comme une huître. Vu sa forte personnalité, tu ne t’attendais pas moins de lui. Maintenant c’est à toi de jouer ; pour commencer tu choisis de tout miser sur ton humour pourri et visiblement cela fonctionne. Il rit doucement. Une sonorité qui te réchauffe le coeur et fait baisser la tension dans tout ton corps. Encouragé, tu continues avec des excuses alors que tu lui offres un verre qu’il accepte avec politesse. Il t’explique son désintérêt pour le vin auquel, tu hausses les épaules. Essaie, ça peut te faire changer d’avis sur ce breuvage de frenchie. Tout comme Asa, tu es extrêmement taquin et tu en fais la démonstration avec ce petit clin d’oeil amusé. Tu bois une gorgée de ton verre non sans tourner la tête vers le blond qui t’explique les choses cette fois, avec une clarté considérable. En effet, il peut pas se montrer plus clair et plus direct aussi. Tu apprécies d’ailleurs cette façon de faire que tu préfères largement aux sous-entendus que tu comprends que rarement. Mmm … d’accord. Que peux-tu dire d’autre puisque tu t’es trompé sur toute la ligne. Tu t’es laissé engloutir par les propos de l’homme au bar en oubliant l’essentiel ; tu es bien avec Asa. Peu importe s’il a essayé de te manipuler comme tous les autres, tu te sens à l’aise avec lui et le fait de t’ouvrir à lui en est définitivement la preuve. C’est à ton tour maintenant de rire doucement à ses propos. Malgré sa saveur plus raffinée, il n’apprécie pas le vin et tu n’y peux rien malheureusement. Tu ne peux rien y faire, les les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Ca me fera toute une bouteille à boire alors. Es-tu entrain de le culpabiliser à ta manière et d’une façon subtile mais amusante ? Oui, un peu. Faut dire que ça t’amuse jusqu’à ce qu’il se met à parler. Tu n’as pas le temps d’ajouter autre chose, Asa s’ouvre à toi comme tu ne l’as jamais soupçonné. Il t’explique les choses et affirme ce que tu pensais tout bas ; il t’avait pas menti dans ce bar. S’il a fui c’est justement à cause de cette soudaine réalité qui l’avait frappé en plein fouet. Toi, tu ne dis rien Axel, tu te contentes de le regarder, abasourdi par autant de mots sortant de sa bouche parce qu’il ne t’avait jamais habitué à ce genre de pavé. Tu apprécies le geste, comprenant son besoin que tu assimiles son caractère. C’est la fin qui te fait hausser un sourcil étonné. C’est vrai ? Parce que je suis allé à ce bar dans le même but. Rencontrer quelqu’un sous les conseils de mon amie d’enfance. En voilà un point commun surtout que tout comme toi, il n’avait plus envie de converser avec ladite personne. Asa tu l’avais trouvé tellement intéressant que tu avais refusé de donner de ton temps à quelqu’un d’autre. Ce qui m’a le plus blessé c’est le fait de m’ouvrir à un total étranger et de comprendre ensuite qu’il s’est payé ma tête. Tu grimaces doucement. Enfin, j’avais pas l’impression que tu le faisais avant que cet homme en parle. Et puis quand j’ai vu tes expressions et quand t’es parti, je me suis dit que voilà, je me suis trompé. Tu vois … donc ça me rassure vraiment Asa parce que je trouve que tu es formidable et j’avais envie de te conserver dans ma vie. Tu le regardes intensément. Visiblement c’est le moment des confidences. J’ai du mal avec les sous-entendus. La plupart du temps je les comprends pas. Ce qui fait que tout à l’heure j’avais perçu mal tes mots, je pensais que tu te foutais encore une fois de ma gueule. Je suis navré, j’aurai dû juste me fier à mon instinct qui me disait de te faire confiance. Même si, concrètement, ce n’est pas quelque chose que tu fais facilement. Tu as besoin de preuve et de temps. Toujours en le regardant, tu serres le verre entre tes doigts suite à ce que tu t’apprêtes à demander. Faut dire que tu entres dans un terrain méconnaissable et l’inconnu fait toujours peur. Et donc ce gars, tu l’as plus revu ? Et … hm. Cette soirée t’avait donné ce que t’étais venu chercher ? À savoir si les hommes l’intéressent ou pas du tout. Toi de ton côté ça t’a aidé, oui, clairement. Parce que moi, ça m’a aidé. J’ai … comment dire … j’ai, enfin, ça m’a donné envie de te toucher et de savoir ce qui cloche chez moi. On va dire ça comme ça. Même si tu es extrêmement sincère dans tes propos, cette situation n’est pas aisé pour toi. Tu n’as pas pour habitude de parler de ce genre de choses avec quiconque et surtout pas un homme.



You don't own me
▂ I've seen a rich man beg, i've seen a good man sin, i've seen a tough man cry. I've seen a loser win and a sad man grin. I heard an honest man lie.

Merci !:
 

Contenu sponsorisé
why did it have to be you? (Axel)
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
-
Sauter vers: