Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous why did it have to be you? (Axel) - Page 2 4035343658
Le deal à ne pas rater :
Code promo Cdiscount : 25€ de réduction dès 249€ d’achat
Voir le deal

Partagez

why did it have to be you? (Axel)

GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
Asa Zimmerman
broad admin
J'ai posté : 590 messages et j'ai : 183 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Eya d'amour

Asa Zimmerman
Sam 25 Avr - 23:19

why did it have to be you?

@Axel M. Palmer

Tu essaie Asa, tu essaies de boire ce verre de vin mais il n’y a pas de doute, ce n’est pas ta boisson favorite et tu n’hésites pas à le faire savoir à Axel. Sa réaction te fait rire d’ailleurs, tournant le regard vers lui, tu observes ses mimiques, ses réactions, et tu aimes ce que tu vois. Tu retrouves le gars que tu as rencontré le soir de votre rencontre, tu retrouves ce côté naturel et innocent qui émane de lui et qui a attiré toute ton attention sur lui. Tu ne te fais pas de fausse idée Asa, tu sais très bien que cette homme n’est certainement pas aussi innocent qu’il n’y paraît, mais tu aimes ce qui se dégage de lui, tout simplement. J’ai dis que je n’étais pas un grand fan, pas que j’allais te laisser boire tout seul… Après tout cela fait une différence, tu n’as aucunement dit que tu trouvais ça mauvais, tu préfères d’autre boisson, sans aucun doute, mais cela ne t’empêchera pas d’avaler le liquide présent dans ton verre et encore moins de boire d’autre verre si la situation amène à le faire. Mais avant que vous finissiez avec un peu trop d’alcool dans le sang pour gérer la situation tous les deux, tu tiens à mettre les choses au clair, tu veux que le jeune homme comprenne qui tu es, mais surtout qui tu as été avec lui. Tu expliques absolument tout de la situation dans laquelle tu étais ce soir là, et il faut le dire, tu n’es pas habitué à parler autant, tu n’as jamais pris la peine d’expliquer les choses à qui que ce soit, à part Ivar, mais lui et toi c’est différent, vous êtes comme des frères, vous êtes là l’un pour l’autre quoi qu’il arrive. Mais Axel, tu ne le connais en rien dans le fond, et pourtant, avec lui tu serais capable de déballer toute ta vie, et tu ne sais pas pourquoi. Quoi qu’il en soit tu essaie de ne rien oublier, même lorsqu’il te dit que lui aussi était venu dans le bar sous les conseils d’une amie, en fin de compte, vous n’avez peut-être pas fait la rencontre prévue pour vous à la base, mais plus tu passes de temps avec lui, plus tu lui parles, et surtout plus tu écoutes ses mots, plus tu te dis que vous avez sans doute fait la rencontre qu’il vous fallait. Tu ne t’attendais pas à ce qu’il se confie aussi, ce n’était pas ce que tu recherchais en lui donnant toutes ces informations, mais il le fait, et tu ne t’en plains pas, bien au contraire. Tu écoutes chacun de ses mots, et lorsqu’il vient à te complimenter, à faire savoir qu’il te trouve formidable, tu ne trouves rien de mieux que sourire parce que tu apprécie ce que tu entends même si tu ne sais pas comment y répondre. Tu aurais bien laissé entendre une ânerie comme quoi tu es le meilleur et que c’est normal qu’il veuille de toi dans sa vie, mais tu as peur de casser cette ambiance de confidence, et Axel a l’air plutôt bien partie pour ça alors tu te retiens. Tu as bien fais Asa, il continue de t’expliquer un peu sa façon d’être et ça te fait sourire un peu plus encore. Ca j’avais remarqué pour les sous-entendu ! je te l’ai dis, faut que tu arrives à éteindre ton super cerveau de temps en temps, sans ça tu n’arriveras jamais à comprendre ! Tu ris de nouveau, mais ce n’est pas de la moquerie, loin de là même, tu dis juste ce qui te semble tout ce qui a des plus logiques en cet instant. Je ne sais pas si me faire confiance est une bonne idée, du moins tout dépend de la situation, mais en cet instant… Tu fais en sorte de plonger ton regard dans le sien pour qu’il puisse y lire ou pas la sincérité dont tu fais preuve. je t’assure que je n’ai rien de plus sincère… Et ça t’effraie toi même d’ailleurs même si tu ne le montres pas. Tu avales une nouvelle gorgée de ton verre, et étrangement, tu commences presque à apprécier l’alcool qui se balade dans ton corps en fin de compte, peut-être qu’en fin de compte, tu n’aimes pas le vin parce que tu n’as jamais cherché à prendre le temps d’en goûter plus d’une gorgée après tout. Tu t’apprêtes d’ailleurs à faire part de ta découverte à Axel, souhaitant lui faire savoir que finalement, il serait possible qu’il te convertisse de ce côté là, mais il te coupe l’herbe sous le pied, te posant une question que tu n’attendais pas. Décidément, cet homme a cette fâcheuse manie de te surprendre Asa, et toi qui aimes tellement tout contrôler, tu n’es pas habitué à ça. Tu fais tout de même un signe de tête négatif pour lui faire comprendre que non tu n’as pas revu le pote d’Ivar même si tu ne sais pas vraiment s’il te regarde ou pas. Il poursuit, et tu es partagé entre plusieurs sentiment Asa. La fierté de savoir que tu as réussi à lui donner cette envie là, à savoir que ta présence lui a permit de vouloir chercher encore plus ce qui pourrait clocher chez lui, mais en même temps tu n’as aucune envie de le laisser poursuivre cette phrase. Il n’y a rien qui cloche chez toi, tu es juste quelqu’un d'intellectuel, tu as besoin qu’on active ton cerveau pour que le reste de ton corps se mette en alerte… Tu poses ton verre sur le sol en faisant attention à ce qu’il tienne bien en place tout en parlant, et tu fais de même avec son verre à lui sans lui demander son avis. Tu espères que ton geste va l'entraîner à tourner le visage vers le tient qui se trouve de plus en plus près. En ce qui me concerne, vu le comportement que j’ai eut avec ce mec, je sais désormais que ce n’est tout simplement pas le physique qui m’attire, mais la personne en elle même… Et la personne là en face de toi, tu as très envie de l’embrasser, mais tu ne veux pas le brusquer, tu ne veux pas qu’il prenne peur, c’est pour ça que tu restes très proche de lui sans rien tenter pour autant. Et maintenant, tu as toujours envie de me toucher ? Parce que si toi oui, tu aimerais quand même éviter de te prendre un mega rateau en insistant un peu trop, bien que tu es presque sûr que tu pourrais avoir le droit à un baiser de lui avant la fin de la soirée. Tu ne cherches rien d’autre Asa, il t’a expliqué son problème, et ton but n’est vraiment pas d’aller plus vite que la musique, tu suivra son rythme s’il te le permet, et tu disparaitras une bonne fois pour toute si c’est ce qu’il désire. La balle est dans son camp, tout simplement.
Axel M. Palmer
cent admin
J'ai posté : 2427 messages et j'ai : 766 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicolas Simoes et pour finir je crédite : (c) signature & (c) avatar by moi-même

Axel M. Palmer
Sam 16 Mai - 17:55

Why Did It Have To Be You?
why did it have to be you? (Axel) - Page 2 Tumblr_ocy7moMB3I1s1juqco1_250
J’ai dis que je n’étais pas un grand fan, pas que j’allais te laisser boire tout seul… Il y a rien d’exeptionnel dans cette phrase. Même pas une promesse extrêmement importante ou un quelconque compliment. Juste qu’il voudrait boire avec toi et c’est ce qui la rend attractive. C’est ce qui fait que ton organe vital fait un bond dans sa cage. Malgré le fait qu’il n’apprécie pas beaucoup le vin, il ne veut pas te laisser finir la bouteille tout seul comme s’il privilégie ta santé avant ses propres goûts. Même si ton explication reste approximative et très personnelle, tu préfères t’y accrocher parce qu’elle fait naître en toi un sentiment de bien être extrême. Dire que quelques heures plus tôt, tu lui faisais la gueule et tu le traitais de menteur hypocrite. Là, avec ses mots et surtout ses expressions tu as fini par croire en sa sincérité. D’ailleurs, c’est fou comme il est arrivé à basculer la balance en sa faveur. Toi Axel, tu ne donnes pas de deuxième chance, surtout dans ton boulot. Si on te déçoit dès le premier essai, ce n’est même plus la peine de rententer, on peut mettre un trait sur ta confiance en les capacités de la personne. Mais là ce n’est pas la même chose. Déjà qu’Asa a fait un travail remarquable et en plus votre relation est certes indescriptible mais n’est pas seulement liée à vos professions. Alors oui, tu trouves qu’il mérite une chance pour s’expliquer et c’est ce que tu le laisses faire. Il s’ouvre à toi et plus tard, tu fais la même chose. Ce n’est pas un donnant donnant, non loin de là. Tu ne deviens pas bavard ou indiscret seulement pour lui rendre la politesse ou parce que tu t’y sens obligé. Tu le fais parce que tu en as envie. Parce que tu veux mettre des mots sur ce que tu as ressenti dans ce bar et ce que tu ressens aujourd’hui encore. Sourire aux lèvres, tu hausses les épaules quand il parle de ton cerveau et ton incapacité à le mettre en veilleuse. En plus il dit avoir remarqué et compris ce trait chez toi. Encore une surprise ; tout ce que tu dis à Asa, il le mémorise et ne l’oublie pas. Oui mais si je l'éteins je comprendrai plus rien du tout ! Tu fais preuve d’un peu d’humour même si concrètement tu n’as pas tort. Cependant, tu comprends bien à quoi il fait référence. Je sais que je réfléchis trop probablement parce que c’est une manie que j’ai appris à faire depuis mon plus jeune âge. Je dois parfois donner un peu de répit à mon cerveau et avoir recourt à mes sentiments. Dis-tu, sourire aux lèvres, armé d’une volonté de fer. Tu ne dis pas ça pour lui faire plaisir ou pour te donner bonne conscience. Tu le dis parce que tu en as envie et parce qu’au fond, tu sais qu’il n’a pas tort. Tu as beaucoup d’humour c’est certain mais parfois tu te montres un brin trop sérieux. Une condition que tu as essayé d’ailleurs d’expliquer en survolant le sujet de ton enfance. Il rit et ça te pousse à le regarder attentivement surtout lorsqu’il évoque ta confiance en lui. Tu ignores si tu as raison de le faire mais à cet instant, tu choisis cette option. Peu importe les risques que tu cours, tu décides de lui faire confiance surtout que dans son regard, tu ne vois qu’un voile ; celui de la sincérité. Je sais. Tu le sais puisque tu as décidé d’appliquer ta promesse dite il y a quelques secondes à peine ; tu vas éteindre ton cerveau et prendre en considération ce que tu vois et ce que tu ressens, rien de plus.

Tu goûtes une nouvelle fois à ton verre et après avoir poussé un léger soupir, tu te remets à parler. Tu lui poses des questions et t’y réponds sans qu’il te l’ait demandé. C’est juste que, tu te sens si bien à l’instant présent au point de t’ouvrir encore et encore. Quelque chose cloche chez toi. Oui, tu en es conscient puisque les tests physiques n’avaient décelé aucune impuissance. Alors c’est obligé que ton problème soit psychologique. Seulement Asa ne te laisse pas poursuivre, il te coupe la parole. Si d’habitude tu détestes cette manie, là, tu ne peux que lui sourire. Il te défend contre ta propre personne et franchement tu trouves cela … mignon. Oui, c’est le terme. Oui, tu dois avoir raison. Maintenant que t’y penses, c’est une façon de voir les choses aussi. Une façon que tu n’as jamais considéré auparavant. Peut-être qu’on doit te stimuler intellectuellement parlant pour que ton corps s’éveille et agisse. Tu dois t’y pencher sérieusement. Tu n’as pas le temps d’y réfléchir davantage, ton verre s’éloigne puisqu’Asa le dérobe de tes mains pour le poser par terre. Son geste pousse ta tête à se tourner vers lui, les sourcils passablement froncés plus par incompréhension qu’autre chose. Il parle et tu l’écoutes. Il te dit que lui aussi a appris des choses sur lui-même à savoir qu’en réalité, c’est la personne qui l’attire plus que le physique. Mais c’est sa question qui te fait perdre tes moyens. Il fallait qu’il soit près de toi, voire même très près au point de sentir son parfum pour que tu le comprennes. As-tu toujours envie de le toucher ? Il suffit de voir comment tes mains forment un poing comme si elles se retiennent de se rapprocher, il suffit de voir ton regard descendre jusqu’à ses lèvres, il suffit de voir ta pomme d’Adam bouger comme si t’avais du mal à avaler ta propre salive. Les symptômes de l’envie sont bel et bien là. A ton avis ? Cependant, quand tu ancres ton regard dans le sien , tu arrives à lire comme une sorte d’encouragement. Il te laisse le choix de t’éloigner comme te rapprocher. Il te laisse le choix de le toucher comme partir comme de rien n’était. Il te laisse le choix de faire ce que tu veux faire, tout simplement. Et tu fais ce que tu veux faire Axel ; d’abord ta main se lève doucement et se pose sur sa poitrine, sur l’emplacement de son coeur. Le sentir battre sous ta paume a un goût indescriptible, comme s’il était en harmonie avec le tien. Tu fais un pas suivi d’un autre. La proximité entre vous est tellement évidente que tu ressens à présent son souffle sur ton visage. Franchement, tu ignores ce que tu fais et c’est ce qui fait la beauté de la chose. Parce que pour une fois, tu réfléchis pas, tu suis juste les envies de ton corps ainsi que ton instinct. Et là ton instinct te pousse à avancer ton visage vers le sien au point de poser tes charnues sur les tiennes. Tu ne fais aucun effort pour forcer leur barrages, Asa ne te rend pas la tâche si difficile au contraire. Tu retrouves facilement sa langue et bientôt, ton autre main s’invite derrière sa nuque comme s’il était encore possible pour toi de le coller davantage à toi. Et tu ne t’arrêtes pas là. Ta main qui était posée sur sa poitrine se fraye un passage sous son t-shirt. Là, à cet instant précis, tu as envie de toucher sa peau, de deviner sa texture et de palper ses muscles. Encore une fois, tu ne te fais pas prier et ne pèses aucun pour aucun contre. Tu agis tout simplement, ne perdant aucune miette de votre échange buccal. En réalité, tu ne recules un peu la tête que lorsque celle-ci se met à tourner et que tes poumons te demandent de l’air. Néanmoins, tu ne t’éloignes pas trop puisque tu glisses ton front contre son épaule, ta main toujours sur sa nuque. Qu’est ce que tu me fais faire Asa. Parce que pour une fois, tu ressens de l’envie. Une envie qui se matérialise dans chaque parcelle de ton corps jusqu’à un endroit bien précis, sous la ceinture.



You don't own me
▂ I've seen a rich man beg, i've seen a good man sin, i've seen a tough man cry. I've seen a loser win and a sad man grin. I heard an honest man lie.

Merci !:
 

Asa Zimmerman
broad admin
J'ai posté : 590 messages et j'ai : 183 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Eya d'amour

Asa Zimmerman
Lun 18 Mai - 10:24

why did it have to be you?

@Axel M. Palmer

Oui mais si je l’éteins je ne comprendrais plus rien du tout ! Tu ne peux que rire en cet instant Asa, un rire réellement amusé de la situation parce que tu vois qu’il s’en amuse lui aussi et ça te plait. Tu n’as pas mis longtemps à comprendre qu’Axel est quelqu’un poussé par l’envie d’apprendre et comprendre les choses, ce qui l'entraîne à utiliser son cerveau bien plus que nécessaire et complique alors son système émotionnel, mais tu découvres en cet instant ce brin d’humour qui s’ajoute à sa personnalité et vraiment, ça te plait. Mais il n’a pas tord dans le fond, si on éteint entièrement son cerveau, il y a de grande chance qu’on ne comprenne plus rien, c’est la logique pur, mais c’est aussi très reposant de lâcher prise, et c’est ce qu’il promet d’essayer de faire. Tu apprécies beaucoup cet effort, et bien que tu ne le connaisses pas réellement, tu es presque sûr qu’il s'attellera vraiment à la tâche, parce que s’il y a une chose dont tu es sûr à son sujet, c’est que ce mec ressens un réel besoin d’aller au bout des choses, et en l'occurrence, il est réellement motivé à comprendre son propre fonctionnement. C’est pour ça que tu lui expliques ta vision des choses Asa, tu mets des mots sur ta façon de le voir et tu espères que ça l’aidera à se voir autrement. Il voit en lui une personne “défaillante” toi tu vois une singularité intéressante et, en ce qui te concerne, attrayante. Tu veux comprendre aussi, tu veux savoir si oui ou non il est possible de lui donner envie de plus, si toi, tu peux parvenir à lui faire lâcher prise. Alors tu pousses encore plus le jeu Asa, tu te rapproche de lui, tu lui parles, tu l’interroge, mais surtout, tu le laisses tout ce qui a de plus libre de ses propres décisions. Tu ne seras pas vexé de ses réactions, qu’elles soient positives ou négatives, tout ce qu’il ressentira en cet instant l’aidera à y voir plus clair. Et puis, tu n’es pas franchement un pro de la drague entre deux hommes, tout ça est très nouveau pour toi aussi, mais pourtant, face à lui, tu ne crains rien Asa, tu as peur de te prendre un vent, ça c’est sûr, mais tu as l’impression que le fait d’être des novice en la matière, tous les deux, t’aide à te sentir plus à l’aise, à être le “meneur” en quelque sorte. C’est toi qui gère la situation, même si Axel a une voix de sortie devant lui, même si tu ne l’obligeras à rien, c’est quand même toi qui mène la danse, et ça aussi, ça te rassure. Avec Eliel, c’était différent, c’était physique, c’était un pur instant et instinc animal, viscéral. En cet instant, c’est plus que ça, c’est plus… Intellectuel, plus Axel quoi… Cette pensée pourrait te faire rire, mais en réalité, cette pensée te fait le regarder encore plus intensément encore alors que tu vois chaque mimique qui apparaît sur son visage, trahissant sans nul doute ce qu’il veut de toi. Tu répond d’ailleurs pas à sa question, tout ça te semble évidemment, et ne mérite pas que tu uses de mot , ton sourire en coin est sans doute la meilleur des réponse que tu puisses lui offrir. La preuve en est lorsque tu vois sa main se déplacer pour se poser sur ta poitrine. Tu ne bouges pas d’un millimètre Asa, tu veux qu’il sente le fait que oui, ton coeur s’emballe doucement en cet instant, que oui, tu es sûr de vouloir rester là, face à lui, quoi qu’il fasse, toi, tu es sûr de vouloir la suite. Il se rapproche encore plus et bien que tu meurs d’envie de le faire se coller à toi, bien que tu ne désires qu’une seule chose en cet instant, que votre peau nu se rencontre, tu ne fais encore aucun geste, tu prends sur toi pour qu’il se sente réellement libre de faire son choix, de ressentir réellement ce qu’il désire. C’est d’ailleurs toute ta frustration qui s’échappe de tes lèvres en un soupir de soulagement lorsque tu sens enfin les siennes venir à leur rencontre. Tu ne tardes pas à lui ouvrir le passage, et même si tu fais en sorte qu’il se sente maître de la situation, tu ne peux que répondre avec beaucoup d’envie à ce baiser. Il s’accroche à ta nuque, et tu retiens encore tes mains pour le moment, mais pas pour longtemps. Sa main passe sous tes vêtements pour atteindre tes abdos qui se contracte face à cette sensation presque brûlante de sa peau contre la tienne. Tu ne peux te contenir plus longtemps Asa, tes mains s’activent sans que tu ne puisses rien y faire, l’une d’elle imitant la sienne pour aller se poser dans sa nuque, et se resserrer sans doute un peu trop face à cette envie grandissante de toujours plus. L’autre, elle, vient se poser dans son dos, serrant ton étreinte pour que plus rien ne puisse glisser entre vous, pas même la brise de la soirée. Tu vas être à court d’air, mais pourtant tu n’as aucune envie de mettre un terme à ce baiser, tes doigts qui se resserre encore un peu sur sa nuque en sont d’ailleurs la preuve lorsque tu sens qu’il éloigne son visage. Peut-être as-tu peur qu’il ne décide de s’arrêter là, biensûr tu respecterais son choix, mais l'érection naissante et de plus en plus douloureuse coincée dans ton jean laisse clairement comprendre qu’Axel est bien loin de te laisser indifférent. Il décale son visage pour s’appuyer sur ton épaule tout en te parlant, et cette phrase te fait sourire de fierté, ta main toujours sur sa nuque l’oblige à pencher un peu plus la tête pour que tes lèvres atteignent sa mâchoire que tu embrasses, remontant doucement jusqu'à son oreille pour y parler tout bas. Tu ne fais que ce que tu as envie de faire… Je n’y suis pour rien… Enfin si, tu y es certainement pour quelque chose si vous vous retrouvez dans cette situation, mais ce que tu veux dire c’est qu’il a simplement réussi à éteindre son cerveau le temps d’un instant, et tu n’as pas l’intention de lui laisser le temps de le rallumer. Alors tu lui fais redresser la tête pour pouvoir retourner sur ses lèvres, pour pouvoir laisser ta langue jouer avec la sienne avec envie, alors que tu le fais reculer doucement jusqu’à ce qu’il se retrouve coincé entre un arbre et ton propre corps. Au ralenti, tu amènes tes mains sur le premier bouton de sa chemise que tu détaches, pour rejoindre le second tout aussi lentement. Et maintenant Axel… Qu’est ce que tu veux faire ? Tu veux qu’il agisse de lui même, parce que si toi tu sais désormais que tu as besoin d’une connexion réelle avec une personne pour passer le pas, tu veux qu’il découvre par lui même ce dont il a besoin pour vouloir plus encore. Mais en même temps, tu ne peux te résoudre à le laisser tranquille alors à peine tes mots furent prononcé que tu étais déjà les lèvres sur son menton, puis dans son cou, de sorte à lui laisser la bouche libre pour qu’il puisse répondre, mais bien décidé à laisser ta langue goûter le reste de son corps, suivant avec toute la lenteur que tu puisses avoir en stock le chemin que tes doigts ouvrent en le déshabillant, boutons après boutons...
Contenu sponsorisé
why did it have to be you? (Axel)
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
-
Sauter vers: