Scent of Scandals #38
SOS reviens à la charge ! Allez voir le nouveau Mag !
Newsletter numéro 48
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Nouvelle Intrigue
Venez fêter la saint-valentin par ici ! héhé
Sondage SOS
Nous attendons toujours vos avis dans ce sondage :
sondage SOS One night stand [Quinn-Rose] 201132147
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ One night stand [Quinn-Rose] 1529876038
Le CrocoDeal du moment : -28%
Smartphone HUAWEI P30 lite Noir 128 Go
Voir le deal
265 €

Partagez

One night stand [Quinn-Rose]

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Queens :: Flushing
Mercy L. Fitzbaum
Outs
J'ai posté : 86 messages et j'ai : 18 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Gaia Girace et pour finir je crédite : me, myself and I

Mercy L. Fitzbaum
Ven 10 Jan - 12:28
One night stand

Ft. Quinn-Rose Walsh.



Plus Mercy prend de l’âge, et plus il lui est difficile de saisir l’esprit d’une fête. Ou peut-être n’a-t-elle jamais réussi. Assise sur un des divans de l’appartement du Queens qu’elle partage depuis plusieurs mois avec Quinn-Rose, elle regarde et écoute ce qui prend vie à ses côtés. Ils sont une quinzaine dans cet appartement, ce qui relève presque de l’exploit. L’expression pousser les murs revient à la mémoire de Mercy alors qu’elle se ressert un verre. Elle a momentanément abandonné les conversations, elle se contente d’observer, dans un coin de la pièce deux étudiants discutent âprement de cours qu’ils suivent en commun, à sa gauche trois autres se sont lancés dans une diatribe sur l’élection présidentielle des USA. La plupart des invités sont des connaissances de Quinn-Rose ou des amis d’amis, Mercy n’a invité personne sinon un collègue du Dunkin’Donuts, un grand Noir trentenaire répondant au nom de Kyle. Elle sourit en constatant la dérive des conversations, au départ chacun était un minimum policé et à l’écoute, à présent tous partent dans des directions diverses.

Il y a quelque chose dans ce spectacle qui tient de l’éternité. Quelques années plus tôt, Mercy avait coutume de se rendre à ce type de soirées avec celui qui était alors son mari. Elle se remémore sans peine les discussions d’alors, semblables à celles de ce réveillon, les mêmes verres étaient entrechoqués et remplis, le même joint avait tendance à circuler. Elle a toujours eu une affection étrange pour ces soirées étudiantes, bien qu’elle n’ait jamais mis les pieds elle-même dans une Université. Le mot continue de l’emplir de respect et d’une once de crainte, elle ne s’est jamais départie de la certitude qu’elle n’y trouverait jamais sa place.

Depuis le début de la soirée son collègue Kyle a tendance à s’asseoir près d’elle, à lui adresser la parole, pourtant plus les heures passent et moins Mercy le voit. Malgré elle, ses regards accrochent de plus en plus souvent la silhouette de sa colocataire, avec une insistance qui lui rappelle l’état dans lequel elle se trouvait, du temps de Layla. L’année qui meurt a été source de rencontres à la fois fortuites et étranges, Mercy continue d’éprouver une reconnaissance sans bornes à l’étudiante blonde pour lui avoir proposé une colocation, pour avoir été un point d’ancrage. Elle respire mieux dans cet appartement que dans celui de Brooklyn, chez sa sœur cadette qui paraissait sur le point de lui reprocher le pain qu’elle mangeait.

Les heures ont filé depuis l’entrée des premiers invités, minuit approche et quelqu’un dans la pièce crie : « Bientôt le compte à rebours, les amis ! » Mercy se lève à cette déclaration, la pièce enfumée commence à lui donner le vertige. Elle se rend sur le balcon, y inspire l’air froid à pleins poumons. Une pluie fine tombe sans discontinuer, une espèce de poussière d’eau qui rend les formes fantomatiques. La ville est sous ses pieds, illuminée et monstrueuse, comme toujours. Bras croisés sur la rambarde, Mercy sent ses cheveux noirs lui passer sur le visage à cause du vent froid, elle se demande où se trouvent au même moment son ex-époux, leur fille, les gens qu’elle a connus et perdus de vue. L’image de Ian Foster-Miller lui traverse les pensées, elle a été plus affectée qu’elle n’aurait osé l’admettre de sa disparition. Elle porte d’ailleurs les vêtements qu’il lui avait payés pour la soirée de remerciement du maire, un chemisier blanc fleuri de coquelicots et un pantalon noir, tous deux hors de prix. Elle ignore si elle les a mis pour leur beauté ou pour être attirante à l’œil de sa colocataire.

La musique à l’intérieur de l’appartement a changé, le compte à rebours a visiblement débuté. Mercy a l’impression d’entendre la ville entière décompter les secondes la séparant de la nouvelle année, une clameur qui lui semble immense et grisante. Elle sent chaque seconde comme un écho, un signe d’adieu à une période plus dure, à la fois seule et immergée dans le monde new-yorkais sur un balcon du Queens.
Quinn-Rose Walsh
beta admin
J'ai posté : 15623 messages et j'ai : 282 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz ♥ et pour finir je crédite : Avatar by maryumi profil & signature par moi-même

Quinn-Rose Walsh
Jeu 23 Jan - 14:55
One night stand
Mercy & Quinn-Rose


Le rire qui s’échappe de ta gorge n’est pas mensonger. Il est sincère et sonore. Mis à part le fait que ton camarade beta est un vrai comique, tu te sens franchement bien ce soir. L’idée d’organiser une fête pour célébrer la nouvelle année t’est venue tardivement. Trois jours plus tôt, tu ne savais pas trop quoi faire. Tu ne savais pas ce que tu devais faire à cause de cette panique soudaine qui t’avait coupé le souffle. La cause est simple en réalité. Ca fait un moment que tu as quitté l’Irlande. Pendant les premiers mois, t’étais certaine de pouvoir vivre sereinement, sans avoir à affronter les sbires envoyés par ton père. Mais plus le temps passe et plus tu te rends compte de vivre dans une sorte de chimère. La peur qu’il te retrouve est à son comble surtout après tous ces mois sans ses nouvelles. Non, ton père n’est pas du genre à te laisser tranquille juste pour te laisser tranquille. Tu es certaine qu’il te suit. Certaine qu’il attend le moment propice pour agir et te ramener de force à la maison. Tu as peut-être été égoïste en donnant cette fête rien que pour ne pas être seule à l’appartement. Tu te dis que si tu es bien entourée, il n’osera pas te faire du mal. Et cette idée te rassure quelques peu. Alors, tu t’es donnée du mal pour tout organiser convenablement et si tu crois les rires et les discussions élaborées, tu peux dire que tu as bien relevé le défi.

Un verre à la main, tu fais le tour du petit salon. Tu veux surtout t’assurer que tout le monde passe un agréable moment entre la nourriture posée dans un coin et les bouteilles d’alcool que tu n’es pas arrivée à compter. Tu connais tout le monde dans la pièce excepté ce grand noir plutôt agréable à regarder. Il a été invité par Mercy, ta colocataire. Une colocataire que tu cherches des yeux sans la trouver. D’ailleurs, tu lui diras quoi ? Tu l’interrogeras sur sa relation avec le prénomé Kyle ? Probablement. Par curiosité mais pas que. Il y a une autre émotion cachée dans les abysses de ton être et qui te procure une certaine boule au ventre. Quand quelqu’un clame devoir commencer le compte à rebours, toi, tu te presses de chercher la brune que tu aperçois enfin. Tu entreprends d’aller vers elle mais tes amis t’obligent à compter avec eux. Tu fais mine de les suivres, tu fais semblant de faire comme si c’était important de gueuler bonne année. Mais dès qu’ils ont le dos tourné, tu te faufiles loin d’eux. Munie de deux coupes de champagne, tu débarques sur le balcon. Alors, il y a un truc intéressant à l’extérieur ? Demandes-tu alors que tu tends l’un des deux verres à la jeune femme. La brise hivernale te lèche le visage et ça te fait du bien. Mine de rien, tu étouffait à l’intérieur. Tu rapproches la coupe à celle de la jeune femme pour trinquer avec elle. Tu as l’impression de ne l’avoir pas trop vu ce soir. Bonne année ! T’exclames-tu tout en te penchant en avant pour laisser un baiser sur sa joue. Une réaction normale vu les circonstances non ? J’ai pas l’impression que tu t’amuses, ai-je tort ? Tu en doutes. Elle aurait peut-être préféré passer le réveillon ailleurs. Avec sa soeur ou sa fille ou … T’aurais préféré rester seule avec ce Kyle ? Ou cet Ian que je ne vois nulle part d’ailleurs. Tu ne le fais pas exprès, mais il y a comme une once de jalousie dans le son de ta voix que tu essaies de camoufler avec ce petit sourire passablement gêné.

AVENGEDINCHAINS




her ghost in the fog
♣️ ▂ she was divinity's creature that kissed in cold mirrors. a queen of snow, far beyond compare
Mercy L. Fitzbaum
Outs
J'ai posté : 86 messages et j'ai : 18 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Gaia Girace et pour finir je crédite : me, myself and I

Mercy L. Fitzbaum
Jeu 13 Fév - 22:07
Bien qu’elle n’ait pas bu énormément d’alcool, Mercy se sent grisée. Elle voit une bonne partie du Queens depuis leur balcon, la métropole qui l’effraie toujours malgré les années passées en son sein, et pour une fois il lui semble en faire bel et bien partie. Elle sourit en entendant les invités dans l’appartement qui crient les chiffres à l’envers puis hurlent la bonne année : ainsi préfère-t-elle passer les fêtes, en spectatrice. En dépit de la liesse collective, une question froide lui vient à l’esprit, combien d’années aura-t-elle encore l’occasion de fêter dans sa vie. Mercy se passe la main dans les cheveux et secoue légèrement la tête, pour chasser cette idée impromptue. Elle se voit interpeller par Quinn-Rose au même moment.

« Bonne année » répond-elle en se laissant embrasser sur la joue, avec plus de plaisir que d’habitude peut-être. L’envie brusque et inattendue de poser ses lèvres sur celles de Quinn-Rose lui traverse le corps comme un éclair, pour disparaître aussi vite, le sens des convenances chassant le naturel qui lui avait échappé. En quête d’une contenance, Mercy vide rapidement sa coupe de champagne, en regrettant qu’il ne s’agisse pas d’un réconfortant plus fort. « Tu me connais » finit-elle par dire à sa colocataire en réponse à sa question sur sa joie à être présente. « Je suis rarement actrice des événements » (quelle drôle de manière de formuler les choses, a-t-elle le temps de songer) « mais j’aime beaucoup cette soirée. Je me sens vivante. »

Quant à savoir si elle préférerait rester seule avec Kyle ou Ian, Mercy rit sincèrement à cette idée. « Kyle est un collègue pour qui j’ai de la sympathie, mais sans plus. D’accord, il est plutôt beau gosse. Mais c’est l’éternelle histoire : il ne m’intéresse pas. » L’image de Ian lui vient en tête, plus touchante. « Et Ian, eh bien, il a disparu. Quelque chose d’incompréhensible, je t’en avais parlé je crois … Il a quitté New York, la galerie et le reste pour retourner près de son ex-compagnon. » Mercy regarde dans le vide un instant, le verre inutile en main. Elle n’a pas l’habitude de parler autant, en haussant la voix car la musique qui s’échappe de leur appartement et de tous les appartements du quartier est proprement assourdissante. Le vent froid soulève ses cheveux sombres et ceux, dorés, de Quinn-Rose. Un frisson parcourt le dos de Mercy, et presque inconsciemment elle s’est rapprochée de la jeune blonde pour se réchauffer, épaule contre épaule.

« Pourquoi cela t’intéresse-t-il ? »
demande-t-elle ensuite, avec un sourire malicieux. « J’aurais presque entendu du reproche dans ta voix. » Après un temps de réflexion, Mercy hésite, en se souvenant de l’air préoccupé de Quinn-Rose pendant les jours précédents. Il lui semblait, sans certitude néanmoins, que sa colocataire craignait quelque chose, elle avait des similitudes avec un animal traqué qui doute de la solidité de son abri. Aussi Mercy ne peut-elle s’empêcher d’ajouter : « Tu avais l’air tracassé ces derniers temps. Tout se passe bien ? » Elle est surprise de la façon dont la réponse lui importe, soudainement.
Quinn-Rose Walsh
beta admin
J'ai posté : 15623 messages et j'ai : 282 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz ♥ et pour finir je crédite : Avatar by maryumi profil & signature par moi-même

Quinn-Rose Walsh
Sam 22 Fév - 14:27
One night stand
Mercy & Quinn-Rose


Tu t’inquiète pour la jeune femme. Tu veux qu’elle passe une bonne soirée et surtout qu’elle ne regrette pas sa présence entre ces murs. D’ailleurs, ce n’est pas dans tes habitudes de te faire des souci pour quelqu’un. Qu’on s’amuse, qu’on s’emmerde, tu n’en as rien à cirer. Mais là, c’est différent et tu ignores justement pour quelle raison c’est différent. Pour quelle raison l’état d’âme de Mercy t’intéresse à ce point. Quand elle répond à ta première question, clamant le fait de détester être l’actrice et par conséquent sous les feux de projecteurs, tu esquisses un petit sourire. C’est vrai, tu connais la nature observatrice de la brune. Elle est loin d’être le genre de personne désirant briller de part ses discours interminables ou son omniprésence dans une salle. Elle est plus discrète. Elle est plus éloignée des rapports humains et c’est un fait que tu adores chez elle, en réalité. Elle arrive à canaliser ta propre envie de monopoliser les discussions. Avec elle, tu as appris à être plus calme, moins agitée et probablement plus jalouse aussi. Un défaut qui se manifeste soudainement, sans te consulter.

Elle se sent vivante. Voilà un nouveau sourire qui s’immisce dans la commissure de tes lèvres. Tant mieux, j’en suis ravie. Et ce n’est pas une exagération ou des paroles débitées dans un but de courtoisie mensongère. Tu es réellement ravie qu’elle se sente bien, qu’elle se sente vivante dans votre appartement. C’est contagieux, toi aussi tu te sens animée par la gaieté quand bien même, une émotion différente s’incruste dans ton esprit ; la curiosité. Ce n’est pas une curiosité passagère. La réponse concernant ce Kyle et cet Ian t’importe réellement. Et c’est grisant de t’en rendre compte. Captant sa réponse, tu fronces fugacement les sourcils, passablement gênée par sa question. Non, juste de la curiosité. Et c’est le premier mensonge de la soirée. Au fond, tu es heureuse que cet Ian soit partit et qu’il y a rien entre elle et ce grand baraqué afro-américain. Ian ne t’a pas donné des nouvelles depuis ? Vu le ton amer de sa voix, une réponse positive t’étonnerait. Toutes ces idées s’évaporent quand son épaule touche la tienne. C’est vrai qu’il fait un peu froid, une sensation que tu écrases en renforçant le contact non sans glisser un bras autour de ses épaules. Alors que tu te perds dans les lumières lancinantes de la ville, son interrogation te pousse à baisser ton regard vers elle. Elle a bel et bien remarqué ton inquiétude. Tu entrouvres les lèvres, tu murmures des mots. Non t’inquiète pas il y a r... Tu te tais parce que pour la première fois de ta vie tu n’as aucune envie de cacher la vérité à quelqu’un. D’habitude, t’aurais tranquillisé la personne sans jamais t’ouvrir mais là … là tu n’en as aucune envie, aucun besoin. Tu pousses alors un long soupir. J’ai peur que ma famille me retrouve, surtout mon père. Avoues-tu, d’une voix basse. Malgré la musique stridente, tu es certaine qu’elle puisse t’entendre. J’ai une famille … dysfonctionnelle qui baigne dans des affaires assez louches. Mon père voulait faire de moi son héritière mais ça m’intéresse pas. C’est pour ça que j’ai quitté l’Irlande et j’ai débarqué ici. La simple idée qu’elle puisse être envoyée par tes géniteurs ne t’effleure même pas l’esprit. Tu as une confiance aveugle en la jeune femme. Rassure-moi, tu vas pas me quitter maintenant hein ? “Me quitter”, les mots ne sont peut-être pas si bien choisis, tu reformules. Enfin je veux dire, quitter l’appartement et notre colocation.

AVENGEDINCHAINS




her ghost in the fog
♣️ ▂ she was divinity's creature that kissed in cold mirrors. a queen of snow, far beyond compare
Contenu sponsorisé
One night stand [Quinn-Rose]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Queens :: Flushing
-
Sauter vers: