Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous Let’s dance around a coffee ◊ Dante 4035343658

Partagez

Let’s dance around a coffee ◊ Dante

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Broadway :: Grover Dale's School of Dance
Charlen A. Dale
broad admin
J'ai posté : 4038 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Halsey et pour finir je crédite : loudsilence. (ava) ; Lilousilver (signa)

Charlen A. Dale
Lun 24 Fév - 19:27

Let’s dance around a coffee
Dante & Charlen
Let’s dance around a coffee ◊ Dante Tumblr_inline_ntyneq6i7w1qlt39u_250
Assise sur le parquet de danse, tu es concentrée dans tes notes, dans les devoirs de tes élèves. La danse, c’est pas seulement savoir compter jusqu’à huit, savoir marquer le pas, le rythme. La danse, c’est pas seulement savoir mettre un pied devant l’autre, c’est aussi avoir de la technique, en plus de la pratique. Voilà ce que t’es en train de noter en cet instant. Juste des bouts de papiers où ils essayent de te montrer qu’ils savent des choses, qu’ils savent pas juste danser. Tu t’en passerais bien toi, t’es loin d’être ce genre de prof qui met des notes à la volée. T’as jamais fait d’études pour ça, pour rien d’ailleurs. T’es juste une prof de danse, une passionnée aussi qui aimerait qu’on la laisse mener les choses comme elle le désire. Tu pourrais en un sens, tu es directrice après tout alors pourquoi ne pas essayer. Mais non, non tu fais pas comme tu veux, tu essayes d’être en harmonie avec les profs qui enseignent dans cette école également, simplement parce que tu ne veux pas qu’on t’accuse de n’en avoir rien à faire, de ne pas faire comme il faut et surtout, de ne pas être légitime pour être directrice. C’est peut-être ce dernier point qui voudrait le plus t’agacer, tu l’as trop souvent entendu, ou tu sais ce qu’ils pensent pour la plupart en tout cas. Un soupir sur une des copies et tu passes à la suivante, c’est comme ça tout le temps. Tu n’imaginais pas que ça serait ça ton travail de professeur, encore moins de directrice et s’il y a une facette que tu apprécies, pour le reste, on repassera. Mais par chance, c’est une bonne journée, une bonne soirée. Un coup d’oeil à l’heure et tu sais qu’il va falloir que tu ranges, que ça va être l’heure de partir, faire autre chose. Et tu n’as pas totalement tort. Au moment où tu te lèves du sol, les copies à la main pour aller les poser sur ton bureau, tu entends du bruit dans le couloir. Ca te fait sourire, toujours ponctuel, à croire qu’il fuit son cours de danse pour te retrouver alors que tu sais très bien qu’il aime ça, qu’il aime trop ça peut-être. « Toujours aussi ponctuel Dante, je vais finir par me poser des questions. » Questions sur quoi, tu ne sais même pas mais ça n’a pas de grande importance dans le fond, tu lui montres juste que tu es contente de le voir, contente qu’il ne manque pas votre rendez-vous hebdomadaire pour aller tu ne sais où à la place. « On va comme d’habitude ? » Il est certes clair que ça n’est pas la bonne heure pour prendre un café, tu risques bien de ne pas dormir de la nuit mais au moins, tu pourras peut-être en profiter pour terminer de corriger si tu ne dors pas, ça serait un mal pour un bien.


 
living in a lonely world
Dante Romano
Times
J'ai posté : 335 messages et j'ai : 128 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Will Higginson et pour finir je crédite : Magma. (ava) bat'phanie (sign)

Dante Romano
Lun 16 Mar - 18:24
 

Charlen A. Dale & Dante Romano


Coffee is a hug in a mug

Une autre journée dans la vie de notre cher Dante, une activité qui impliquait de la danse, qu’il pratiquait depuis déjà quelques courtes années. On pouvait lui donner l’étiquette de l’artiste comme explication, chose qui n’était pas totalement fausse, lui qui aimait tant toucher à tous les médiums possibles dans ce domaine. Mais certainement quelques-uns allaient rouler des yeux en comprenant cette autre intention derrière son intérêt. Lequel ? Si on connaissait sa personnalité qui appréciait le jeu du charme, finalement ce n’était peut-être pas si surprenant que cela d’avoir vu la danse comme un moyen de rajouter des cartes à son jeu. Et de fais, il avait eu de magnifiques preuves de son efficacité. Il ne s’était pas tapé l’école au grand complet quand même, fin stratège dans son art. Son art de prendre son temps pour sortir de son cours, nourrissant à grande pelleté ce stéréotype d’élève et d’enseignante. Après ils étaient des adultes, il avait bien le droit n’est-ce pas ? Sans jamais aller trop loin, s'amusant plus qu'autre chose.

Il sortait d’ailleurs de son fameux cours prolongé, le sourire aux lèvres qui laissait aisément deviner que l’après c’était très bien passé. Quoi de mieux pour son estime que lorsqu’on cédait à son charme, après tout. Du moins pour lui, ça le rendait toujours bien heureux. Céder, pour n'avoir qu'une petite danse bien charmante en prime. Appréciant ses petits moments avec elle où il apprenait un peu plus personnellement à la connaître, le charme n'étant que ce petit jeu en plus. Il n’avait pas oublié sa petite sortie de prévue avec la directrice, autre élément qui avait le don de lui accrocher un sourire aux lèvres. Il lui arrivait plus souvent qu’on ne l’imaginait, de croiser des âmes avec qui il avait envie de se lier autrement. Cette demoiselle qu’il arrivait, ne serait-ce qu’un tout petit peu, à y déceler un lourd passé. Il voyait parfois les humains comme des toiles, comme des œuvres, certaines lui parlant plus que d’autres. Charlen faisait partie des œuvres qu’il appréciait découvrir, nourrissant un petit lien tranquillement mais surement avec elle. Il préférait bâtir des bases d’amitiés, avec ces petites rencontres sympathiques autour d’un café. Évidemment qu’il arrivait toujours à l’heure, la ponctualité étant parmi ses valeurs, qui faisait simplement parti du lot du respect. « Bien sûr que si, je n’arriverais jamais en retard pour toi tu le sais bien. » Un charme léger, chose qu’il ne pouvait décidément pas retirer de sa personnalité. « Quelles genre de questions ? Je pourrais bien y répondre. » Bien entendu, il n’avait pu s’empêcher de rigoler, il était comme ça, s’amusant d’un rien. « Pourquoi changer une formule gagnante, comme on dit. Il est sympathique et tranquille, ce petit café. » Comme quoi il savait apprécier la tranquillité aussi, de temps à autres. Son regard qui se pose sur les documents, sa curiosité piqué un brin.  « Y’a des examens écrits aussi ? Je suis bien content de prendre des cours pour les petits paysans. » C’était une blague, loin d’insinuer quoi que ce soit. « Je pourrais t’aider, si tu veux. Je suis certain que certaines personnes ont dû faire preuve de grande originalité. » Comment rendre de la correction plus amusante. Même si ce n’était pas une proposition bien sérieuse, sachant bien que dans ce domaine, le jeu n’était pas quelque chose que l’on pouvait se permettre. Ceci étant dit, ils ne s’attardèrent pas dans le bureau plus longtemps, pouvant se permettre de profiter du beau temps pour se rendre à pied à ce petit café qui se trouvait bien près de l’école de danse. Un vrai gentilhomme, qui comme toujours lui offrait l’ouverture de la porte, la chaise tirée, et la première à commander.
(c) crackle bones

     


Edit:
Spoiler:
 


everything you can imagine is real
One eye sees, the other feels ▬ If being an egomaniac means I believe in what I do and in my art or music, then in that respect you can call me that... I believe in what I do, and I'll say it.
Charlen A. Dale
broad admin
J'ai posté : 4038 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Halsey et pour finir je crédite : loudsilence. (ava) ; Lilousilver (signa)

Charlen A. Dale
Sam 28 Mar - 10:07

Let’s dance around a coffee
Dante & Charlen
Let’s dance around a coffee ◊ Dante Tumblr_inline_ntyneq6i7w1qlt39u_250
A l’heure, parfaitement, comme toujours. Encore une fois, tu ne trouves rien à redire à sa ponctualité, et c’est tant mieux. Tu n’aimes pas attendre Charlen, surtout quand tu as eu une journée assez compliqué, il le sait bien pour le lui avoir répété mainte et mainte fois. Aujourd’hui ne fait pas exception, tu détestes avoir à corriger des bouts de papier sans intérêt. La danse ça se vit, ça ne s’écrit pas, c’est là ton point de vue en tout cas. « Des questions comme, comment ça se fait que tu sois toujours à l’heure alors que le cours est normalement à peine terminé ? » Tu prends un air faussement choqué à l’idée qu’il puisse simplement sécher les dernières minutes de son cours de danse pour être à l’heure à votre rendez-vous. Dans le fond, tu t’en fiches, tu n’es pas sa professeur après tout. « Ouais y’a aussi des écrits mais si tu veux mon avis, c’est une belle connerie. » Tu te relèves quand tu dis ça, rangeant tes affaires du mieux possible, passant ton sac autour de ton épaule, prête à partir pour aller le boire ce café tant désiré. « Oh crois-moi, de l’originalité, ça n’en manque pas. » Tout en sortant de la salle où tu te trouvais jusque là, tu sors par la même occasion une feuille au hasard, parcourant les quelques lignes à la va vite jusqu’à trouver une potentielle perle rare. « Ah ben tiens, rien que là, celle là elle me dit qu’elle fait du balais et non du ballet. Encore une qui a trop regardé Harry Potter ou qui pense que parce que je suis une grande fan, elle va pouvoir m’amadouer facilement. » Tu ne sais pas quelle option est la mieux en fin de compte, tu ne sais pas ce que tu préfères en réalité. Rien sans doutes. Tu sais juste que c’est typiquement le genre de truc qui t’agace et ne te donne aucunement envie de perdre ton temps à corriger des copies qui n’en valent pas la peine. Tout ce qui devrait compter, c’est qu’ils sachent danser, c’est un peu pour ça qu’ils sont là après tout. Mais ton opinion est biaisé par le fait que toi même, tu n’as jamais vraiment aimé l’école, tu as toujours préféré tes chaussons au crayon. « C’est moi qui paye ce soir. » Tu annonces alors que tu prends place sur une chaise, la même qu’à chaque fois. l’avantage de ce café, c’est qu’il se situe vraiment juste à côté de l’école, il n’y a pas de longue marche à faire pour le rejoindre et c’est tant mieux. Quand vous venez ici, tu as bien souvent besoin de te changer les idées. « Alors ce cours, comment c’était ? » Parce qu’il était là pour danser lui aussi, pas le même genre de danse que tu enseignes mais tout de même, ça t’intéresse de savoir ce qu’ils ont pu faire, savoir si tu as des bons professeurs dans cette école ou non.


 
living in a lonely world
Dante Romano
Times
J'ai posté : 335 messages et j'ai : 128 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Will Higginson et pour finir je crédite : Magma. (ava) bat'phanie (sign)

Dante Romano
Mer 1 Avr - 16:15
 

Charlen A. Dale & Dante Romano


Coffee is a hug in a mug

Il n’envie pas son travail, à cette chère Charlen. Malgré qu’il fasse partie du monde des arts, un peu plus acceptable dans sa vision des choses, l’idée même de travailler derrière un bureau à temps pleins était pour lui synonyme de chaines. Ses chaines qu’il évitait à tout prix, la raison même pour laquelle aussi, son boulot à temps partiel était l’idéal pour lui. Car il lui permet d’éviter aussi, les chaines de la solitude, à prendre ce bain de foule, à servir du poison à des humains présents pour diverses raisons. Peut-être était-ce dû à son côté trop libertin qu’il avait en horreur les fameux bureaux, incapable de faire grandir cette partie de lui qui refusait d’accepter que dans chaque travail, existait une partie moins agréable, avec lequel nous devions forcément, endurer. Il était bel et bien au courant que la correction n’était pas trop son truc, sans jamais chercher à comprendre davantage pourquoi elle continuait malgré tout. Il comprenait qu’elle était capable de vivre avec ces points moins agréables du métier, qui pouvait devenir des points positifs tout compte fait. Un peu d’amusement à voir les réponses de certains, aux plus créatifs qui refusaient de laisser une case vide malgré le manque de réponse. Il faisait partit de ses gens-là et fort heureusement il n’avait pas besoin de faire de tels examens, compte tenu qu’il n’était qu’un étudiant du côté loisir de la chose, ne cherchant pas à faire de la danse son métier de vie. La preuve se dessinant doucement dans sa tête, et lui son imagination, à cette question. « Parce que je te connais bien, Charlen et que je suis celui prêt à venir te sauver des griffes bien aiguisées de la correction. » Le voilà qui lui faisait une petit révérence, comme un chevalier le ferait. « Je ne suis pas ce qui se fait de mieux en termes de chevalier. Car je n’ai pas de cheval, de base. J’ai plutôt un gros chat. Mais je ferais l’affaire pour aujourd’hui n’est-ce pas? » Les fameux chevalier, associés à ces films de romances qui lui donnait toujours cette envie de mentalement vomir. « Un peu plus sérieusement -mais juste un tout petit peu hein-, disons simplement que je m’arrange avec mon enseignante pour m’éclipser, plus tôt quand j’ai un petit rendez-vous avec toi. » Les autres fois? Il restait cet excellent élève présent jusqu’au tout dernier pas de danse, voir même un peu plus. « Ça lui prenait bien un élève un peu plus rebelle que les autres. Ce n’est pas bien amusant sinon. » Comme si les cours étaient hyper strictes oui. Petit comique.

« Il faut bien que tu trouves quelques points positifs dans cette lourde correction pas vrai ? » Finalement cette partie, pouvait se montrer intéressante pour lui, tout aussi bien. Ne serait-ce que pour se payer du bon temps et se marrer pas bien méchamment. D’ailleurs cet amusement n’avait pas tardé alors qu’ils se dirigeait vers le petit café en question. Son rire ne se fit pas attendre bien longtemps, et son humour non plus. « Elle t’a peut-être prise pour Madame Bibine. Après faudrait lui suggérer des lunettes car tu n’As rien à voir avec elle. Beaucoup plus jeune et jolie. » C’était du Dante tout craché, à donner des petits compliments bien charmant gratuitement. Sans jamais tomber dans la lourdeur et la vulgarité, ce n’était pas vraiment sa tasse de thé. « Ou peut-être sommes-nous des moldus et que cet univers existe vraiment. Elle vient peut-être de se trahir. Il faudrait ouvrir l’enquête qu’en dis-tu? » Fausse question, bien entendu, qu’une couche de plus à ce petit amusement. Si ce type de réponse pouvait en désespérer la majorité, Dante ne faisait pas partit de ce groupe. Certainement car il n’avait pas la tâche de le faire, ce qui devait aider. Il ferait un mauvais enseignant de toute, à donner des points pour l’originalité des réponses plutôt que leurs contenus. Il n’y avait pas le moindre doute là-dessus.

Une petite surprise agréable l’attendait lorsque son fessier avait rejoint la chaise de ce petit café. Ce soir il avait droit à de la gratuité. Enfin ce n’était pas une énorme surprise, la beauté de leur amitié leur permettant de se payer de temps en à autre, leur petite fin de soirée ici. Une habitude qu’il appréciait partager avec la demoiselle. Et bien entendu qu’il ne s’était pas fait prier pour la remercier, sans changer ses habitudes d’un café bien simple. Le style trop fancy n’était pas quelque chose de bien attirant pour sa personne. « Oh mon cours? Avoue tu me payes un café pour avoir un maximum d’information sur Stacey. » Un sourire en coin, une fausse petit accusation maline, bien entendu. « Tu sais, tu n’as pas besoin de me payer quoi que ce soit pour avoir ce type d’information. Après si tu as besoin d’un agent double, pour les cours de ballet ça va devenir un brin plus compliqué. Je n’ai pas d’orgueil, loin de là, mais les collants c’est pas très confortable. Le tutu je peux faire avec sans soucis.   » Il n’en manquait jamais une celui-là, ce grand gamin. « C’était bien, plus sérieusement. Elle est douée niveau patience Stacey. J’veux dire, elle m’a moi comme élève. J’fais partit des tests ultimes. » Allez il n’était pas si pire que ça, vraiment. « J’ai appris des nouveaux trucs, je pourrais te montrer si tu veux. Mais après je vais avoir besoin de toi pour le faire. » Il apprenait de la danse en duo, après tout, malgré qu’il existait toujours la possibilité de le faire en l’air, à la Neville Londubat, pour rester dans le thème de Harry Potter. « Ou alors tu pourrais quitter tes corrections la prochaine fois, et venir me rejoindre pourquoi pas?   » Une directrice dans le domaine de la danse, qui étrangement, ne l’avait pas encore vu danser depuis le temps qu’il la connaissait, toujours aussi curieux de voir son talent.

(c) crackle bones

     


everything you can imagine is real
One eye sees, the other feels ▬ If being an egomaniac means I believe in what I do and in my art or music, then in that respect you can call me that... I believe in what I do, and I'll say it.
Charlen A. Dale
broad admin
J'ai posté : 4038 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Halsey et pour finir je crédite : loudsilence. (ava) ; Lilousilver (signa)

Charlen A. Dale
Lun 20 Avr - 12:22

Let’s dance around a coffee
Dante & Charlen
Let’s dance around a coffee ◊ Dante Tumblr_inline_ntyneq6i7w1qlt39u_250
« Evidemment que tu feras l’affaire, tu fais toujours l’affaire. » Tu dis simplement sur le ton de la rigolade parce que c’est vrai. Quand tu es avec Dante, tu oublies un peu tout le reste, ça te change les idées, ça te fait du bien aussi alors oui, tu lui es reconnaissant d’accepter de te supporter après chacun de ses cours de danse quand tu supposes qu’il aurait probablement mieux à faire. Ce qui compte dans le fond, c’est qu’il soit là, avec toi après tout. Pile à l’heure comme toujours, l’heure à laquelle finit son cours d’ailleurs et tu ne peux pas t’empêcher de le lui faire remarquer. A croire qu’il fuit quelque chose pour te rejoindre, tu ne saurais pas vraiment dire. « Je vois, je vois… Elle est bien gentille ta prof je trouve, il se pourrait que je lui en touche deux mots. » Tu lui adresses un clin d’oeil, plaisantant. Ca ne te gêne pas qu’il quitte son cours plus tôt, surtout si c’est pour te rejoindre. Parce que tu n’en peux plus de tes copies à corriger, toi qui préfère noter des pas de danse plutôt que des mots. Tu es loin d’être une femme de lettre, ce n’est pas pour rien que tu as voulu devenir danseuse après tout. Copie prise au hasard, lecture rapide et tu lui prouves bien vite le pourquoi du comment de ton agacement. Tu préfères en plaisanter en faisant référence à ce sorcier qui te passionne plus que tout. A croire qu’elle a voulu te soudoyer, c’est vrai. T’apprécies le compliment qu’il te fait, à savoir que tu es jeune et jolie et lui sourit en guise de remerciement. « Je ne sais pas s’il faut ouvrir une enquête mais en tout cas, il va falloir qu’elle se mette à réfléchir où jamais elle n’aura son année. » Alors qu’elle est une bonne danseuse, tu le sais pour l’avoir déjà encouragé dans ce qu’elle fait, à aller plus loin. Prenant place au café où vous avez l’habitude de vous rendre, tu lui annonces sans hésiter que ce soir, c’est toi qui paye. Tu lui dois bien ça après tout, pour une fois, pour le remercier de toujours te rejoindre alors qu’il n’y est pas obligé. Et alors que tu voudrais te changer les idées, tu remets le sujet de son cours sur le tapis, histoire de savoir si c’était bien quand même. « Mince je suis démasquée. J’ai tellement besoin d’informations que je suis obligée de te payer un café pour ça... » Tu fais la fille désolée, celle qui est à moitié innocente. En fait, tu t’en fiches de Stacey, si tu veux des informations, t’as juste à te rendre à l’un de ses cours pour observer. « Fais attention, je pourrais te prendre au mot et t’engager comme agent double. J’adorerais te voir porter un tutu il faut dire, ça doit être tellement… charmant ? » Tu hésites un peu sur les mots à employer, tu n’es même pas certaine qu’il y ait de bon terme tellement tu n’imagines pas à réellement visualiser la scène de Dante, portant un tutu et essayant de faire du ballet. « Je vois, je vois… tu dois bien mettre sa patience à rude épreuve je suppose. » C’est aussi ça être professeur, il faut accepter tous les caractères, de chacun des élèves et tu es presque certaine que Dante est encore loin de la vérité en disant être un test ultime. Tu vois le niveau au dessus avec lui. « Ca va aller, ça va aller, je ne fais pas de danse latine, tu le sais bien. » Tu sais très bien pourquoi il te propose de te montrer ou encore de le rejoindre un jour à l’un des cours qu’il prend. Il sait que tu ne danses plus depuis longtemps maintenant et que tu n’es pas prête à changer ça. « Tu connais déjà ma réponse à cette proposition alors pourquoi continuer d’essayer encore et encore ? » Car ce n’est pas la première fois et tu supposes très bien que ça ne sera pas la dernière. Après tout, il n’a pas grand chose à perdre à essayer de te faire danser de nouveau.


 
living in a lonely world
Dante Romano
Times
J'ai posté : 335 messages et j'ai : 128 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Will Higginson et pour finir je crédite : Magma. (ava) bat'phanie (sign)

Dante Romano
Sam 9 Mai - 21:11
 

Charlen A. Dale & Dante Romano


Coffee is a hug in a mug

Il n’y avait pas plus beau compliment à ses oreilles, son sourire le trahissant plus qu’un peu d’ailleurs. Oui ça flattait son ego, mais aussi car il considérait Charlen comme une amie et était bien heureux d’entendre que ces moments partagés étaient agréables pour tous les deux. C’était logique, bien entendu, compte tenu du nombre de fois où ils se voyaient, à partager un café et un bon moment, mais l’entendre était différent. « Je suis bien heureux de l’entendre. Ma tête va s’enfler juste un tout petit peu mais pas trop promis. » Un rire qui lui échappe, on sait bien qu’il n’est pas très sérieux. Ça lui arrive certes, de temps à autres, ne vous en faites pas. « Elle est effectivement charmante. Je lui en touche deux mots aussi de temps à autres tu sais. » Lui et son fameux jeux quotidien de charme, à s’amuser de cette manière sans réel but précis. « De toute, comment dire non ? Je lui spécifie que j’ai rendez-vous avez la directrice après tout. Sans spécifier le but précis toutefois. » Ça gâcherais tout le plaisir de la chose, quoi qu’après tout ce temps elle devait bien se douter que les raisons n’avaient rien de bien sérieuses.

« Après tout ce temps je t’ai enfin démasqué! » Un homme de théâtre stimulant la joie d’un enquêteur trouvant l’indice ultime… Avant de changer drastiquement pour une réalisation qui le mettait dans tous ses états. « Je croyais qu’on était amis… Tout ça pour avoir des informations ? Mon cœur, brisé ainsi. » Ça va, le spectacle n’allait pas durer des lustres non plus. Son petit rire coupant court à la représentation éclaire. « Tu sais, te suffit de me dire : je te mets au défi et… Je vais le considérer fortement. Après ça dépend, ce que je gagne en échange.   » Il ne faisait tout de même pas tout gratuitement. « Je suis ouvert aux négociations. Si je peux remplacer les collants par une paire de jogging pourquoi pas. Imagine un peu la scène comme ça serait marrant. La pauvre enseignante et la jeunesse qui ne va rien comprendre à me voir débarquer là. » Un nouveau rire, son imagination dérivant, démontrant en plus si parfaitement à quel point Dante n’avait pas peur du ridicule et ressentait si rarement l’effet de la honte, la petitesse de se faire observer. Il n’était pas très self-conscious et avait pu à travers sa vie, se construire une solide estime de lui-même et un je m’en foutisme exemplaire. Charlen pourrait bien être surprise d’assister à cette scène qui pourrait réellement arriver. Il faut croire que Dante était cet être un peu spécial, imprévisible et plein de surprises. C’était un artiste, après tout. Possédant des caractéristiques allant de paire avec le métier. « Oui effectivement. Après je mets un peu de vie, ça rend les choses un peu plus chaotiques mais amusantes. Un mal contre un bien comme on dit. Ne t’en fait pas, elle parvient toujours à donner son cours sans le moindre souci. Je veux réellement apprendre, après tout. »

Et le voilà de retour, à la charge, armé de sa curiosité ainsi que de son vouloir de la voir un jour danser, cette chère Charlen. Un peu plus sérieux cette fois, un peu moins gamin dans sa manière d’être et ses paroles. « Oui… Je sais bien. Après, je ne suis peut-être pas le partenaire idéal mais, je peux toujours t’apprendre les petites bases… Ou alors tu me montres les tiennes. C’est un échange équitable. » Elle savait très bien qu’il ne lâcherait pas le morceau de sitôt, voir peut-être même jamais. « Je continue parce que je sais très bien que si tu es directrice, alias le poste le plus haut placé dans une école, c’est bien parce que tu connais la matière. La danse, c’est ton domaine. C’est une simple logique tu vois ? Je vois mal un directeur des finances à ta place et je te vois mal directrice à la tête d’une agence de construction, par exemple. » Les belles comparaisons évidentes, pour bien démontrer qu’il savait bien qu’elle était à sa place, ici. « D’autant plus, si tu es là c’est que tu dois faire partit des meilleures. Ou peut-être est-ce que je me trompe? » Il tentait de la flatter, en même temps peut-être bien d’aller la chercher par l’orgueil qui sait, mais il tentait, encore et toujours, désireux de voir son talent. « Qu’est-ce qui t’en empêche à ce point, dit moi ? »

(c) crackle bones

     


everything you can imagine is real
One eye sees, the other feels ▬ If being an egomaniac means I believe in what I do and in my art or music, then in that respect you can call me that... I believe in what I do, and I'll say it.
Charlen A. Dale
broad admin
J'ai posté : 4038 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Halsey et pour finir je crédite : loudsilence. (ava) ; Lilousilver (signa)

Charlen A. Dale
Mer 13 Mai - 10:45

Let’s dance around a coffee
Dante & Charlen
Let’s dance around a coffee ◊ Dante Tumblr_inline_ntyneq6i7w1qlt39u_250
Grand sourire aux lèvres, tu es plutôt contente de savoir que de voir l’impact que tu as sur l’école. Savoir que le simple fait de savoir que Dante te rejoigne suffit à le laisser partir plus tôt, ça te fait sourire, ça te plait c’est vrai. Tu relèves à peine ce qu’il peut te dire, concernant le fait qu’il puisse faire un compliment de temps à autres à sa professeur. Tu as l’habitude avec lui à vrai dire, tu te contentes donc de lever les yeux au ciel pour faire passer ton message. Dante et toi, vous êtes différents et pourtant semblable. A une époque, tu n’aurais eu aucun mal à faire comme lui, à être comme lui mais toutefois, tu avais besoin de l’alcool pour revendiquer un tel comportement. Lui, charmeur qu’il est, ça semble être totalement naturel et c’est sur ce point là que vous différez tous les deux. Tu plaisantes quant au fait que tu lui payes un café juste pour obtenir des informations. C’est totalement faux, tu n’as pas besoin de ça pour lui offrir un café si tu le désires. « Je découvre donc que tu as un coeur ! J’en suis toute chamboulée. » Tu poses ta main sur le tien, de coeur, histoire de faire de la situation quelque chose de plus dramatique ça ne l’est déjà. « Je prend bonne note pour le défi, ça pourrait être intéressant. Pour ce qui est de gagner quelque chose, il faudra que j’y réfléchisse. » Tu sais très bien ce qu’il pourrait te demander. Danser, il ne se gênerait probablement pas pour le faire, surtout depuis le temps qu’il essaye de te convaincre de t’y remettre. « Essaye de ne pas la faire démissionner pour cause de dépression nerveuse. » Tu restes amusée en lui disant ça parce qu’il n’y a pas de grands risques que ça arrive. Mais comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir après tout. Le sujet de la danse est toujours délicat pour toi, tu n’aimes pas à en parler parce que tu souhaites que ça reste le passé, ça doit rester ainsi. « Tu essayes de me manipuler là Dante, je ne suis pas née de la dernière pluie. » Tu constates simplement que ça ressemble à de la manipulation. Habile, c’est certain mais comme tu lui fais comprendre, tu n’es pas non plus stupide, tu ne te laisseras pas faire de la sorte. « Mais ce n’est pas parce que je suis directrice et professeur que je suis obligée de danser. C’est là tout l’avantage d’avoir le poste le plus haut placé comme tu le dis, je fais ce que je veux ! » Et tu es fière de le dire avec un large sourire sur les lèvres pour prouver que tu as raison et que tu en es convaincue. Tu ne cherches pas à défaire chacun de ses arguments, juste à lui montrer que tu sais très bien ce que tu fais, que tu as de bonne raisons de le faire aussi. Tu soupires et viens prendre une gorgée de ta boisson, ne le perdant pas une seconde du regard. « Quand j’ai eu mon accident, que je n’ai pas eu le choix de me faire opérer, les médecins ont tous été formels à me dire que je ne pourrais plus jamais danser. Et je les ai cru, c’est devenu normal pour moi en fait de vivre de cette manière, encore plus après la vie que j’ai eu depuis ça. » Tu ne regrettes aucun de tes choix, c’est une certitude. Mais personne n’a jamais compris, personne n’a jamais essayé de se mettre à ta place pour comprendre le pourquoi du comment des dits choix que tu as fait. « Je sais que je n’ai pas toujours pris les bonnes décisions mais ce que je fais, je le fais pour moi avant tout. J’ai eu confiance en ces médecins, c’était peut-être une erreur mais je me suis fait une raison. » Tu sais que tu n’as sans doutes pas à te justifier, auprès de personne et pourtant, ça te semble normal pour faire comprendre que tu sais ce que tu veux.


 
living in a lonely world
Dante Romano
Times
J'ai posté : 335 messages et j'ai : 128 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Will Higginson et pour finir je crédite : Magma. (ava) bat'phanie (sign)

Dante Romano
Sam 23 Mai - 18:58
 

Charlen A. Dale & Dante Romano


Coffee is a hug in a mug

Il l’aimait bien, sa Charlen. Cette amie avec qui il pouvait se permettre d’abuser de sarcasme au point de donner une petite touche théâtrale. Son air si grandement outrée une main sur son fameux cœur, comme s’il était blessé par la pique. Avant de retrouver son air bien normal, accompagné d’un rire. « Il m’arrive d’en avoir un. T’es chanceuse, t’es tombée sur le bon jour! » Comme si c’était vrai. Deux petits rigolos que nous avions là. « Tu as tout ton temps pour y réfléchir. C’est pas comme si j’étais pressé de me retrouver avec un tutu et des ballerines tu vois. » Ce n’était qu’en partie vraie. Ce n’était pas comme s’il en avait réellement quelque chose à faire pour l’honneur de son orgueil de mâle. Par contre, il avait cette curiosité de savoir ce que l’imagination de la demoiselle pourrait bien lui donner en échange s’il réussissait ce fameux défi. Bien entendu qu’il avait une petite idée du prix ultime : la voir danser. Mais il savait très bien qu’il devrait faire quelque chose de bien plus gros pour l’obtenir. Il préférait aussi, tenter de la convaincre et de la comprendre. La fierté d’avoir réussi à le faire par lui-même n’en serait que plus grande, plutôt que de l’avoir acheté, en un sens, à travers une démonstration de lui dans un tutu. De toute, c’était aussi plus un blague qu’autre chose, à voir. « Je promets de faire de mon mieux. Après qu’est-ce qui te dit que ce sera forcément une dépression nerveuse? » Le voilà qui lui faisait les beaux yeux, toujours bien blagueur celui-là. Un ange au premier regard mais qui cachait définitivement un petit monstre derrière, de temps à autres. « Mais plus sérieusement, tu es mon amie, donc je promets de ne pas faire démissionner qui que ce soit. Même si l’idée de voir dans les journaux le gros titre : Vague de démission a Grover Dale’s School of Dance. La cause? Nul autre que le peintre Dante Romano. Page 2, serait quelque peu cocasse. » Pour lui, par pour elle la pauvre. « Tu peux te permettre de me le dire dans tous les cas, si un jour une enseignante se plains de moi. » Il était capable de calmer ses ardeurs sans soucis, flexible selon la personnalités des autres.

Dante avait peut-être bien un tout petit regret d’avoir ramené son insistance sur le sujet sensible de Charlen. Peut-être n’avait-il pas prévu une telle réponse, malgré qu’il puisse comprendre qu’il venait d’agresser la demoiselle en un sens. Des traits un brin blessé et irrité, un peu plus sérieux cette fois. « Je ne suis pas un manipulateur. C’est dommage que tu en viennes en une conclusion pareille. J’essaie juste de comprendre en tant qu’artiste. Ça me ferait mal de devenir un enseignant d’art sans pouvoir pratiquer mon médium de prédilection. Et puis c’est vrai quoi, ce que j’ai dit. Une simple constatation sans plus ni moins. » C’était peut-être pour cette raison que lui, insistait autant d’ailleurs. Lui qui avait tout de l’âme d’un artiste, qui serait certainement en dépression si on lui arrachait son droit de pratiquer son art. Son pire cauchemar serait certainement de perdre l’usage de ses mains, et encore… Il s’obstinerait. « Si tu le dis. J’imagine que ton âme d’artiste a changé avec le temps? » Ce n’était pas une attaque, simplement lui qui tentait d’en venir à une conclusion. Peut-être n’était-elle plus une artiste, peut-être avait-elle perdu pour toujours la flamme, peut-être se trouvait-elle ailleurs. Il avait au moins retrouvé un petit sourire avant de s’occuper de son café, la laissant s’exprimer. Son regard, un signe de tête qui laissait démontrer qu’il arrivait à mieux comprendre. « Je comprends… Après, je sais que j’ai un caractère obstiné et que je serais certainement incapable de vivre sans ma peinture, médecin ou pas. Mais je sais que c’est pas pareil, parce que c’est pas le même domaine mais… Je suis capable de me projeter, dans la danse par exemple, et que même si je serais en chaise roulante, je trouverais le moyen de. Mais après, on est pas tous pareil, nos cheminements sont tous différent et tu es certainement plus sage que moi. » Était-il en train de lâcher prise? Peut-être bien que oui, malgré son désir d’un jour la voir danser. Il devait bien arriver à comprendre que sa résolution remontait depuis un moment déjà et qu’elle était ancré en son esprit. « On ne peut jamais toujours prendre les bonnes décisions de toute manière. On fait des choix que nous croyons bon pour nous, selon nos capacités ou notre état d’esprit. Ça ne sert à rien de regretter de toute manière, autre que de se torturer inutilement. On peut regretter mais il faut plutôt changer la torture en apprentissage. C’est aussi fait des choix drastiques dans ma vie. Je me choque parfois à me demander comment ma vie serait si je ne les avais pas faits. Si je n’ai pas fermé trop de porte. Mais après je me souviens pourquoi j’ai fait ce choix. » Il n’y avait jamais réellement de bon choix. Que l’on prenne l’option A ou B, il y aurait toujours des conséquences, des joies comme des peines, des portes ouvertes et fermées.

(c) crackle bones

     


everything you can imagine is real
One eye sees, the other feels ▬ If being an egomaniac means I believe in what I do and in my art or music, then in that respect you can call me that... I believe in what I do, and I'll say it.
Charlen A. Dale
broad admin
J'ai posté : 4038 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Halsey et pour finir je crédite : loudsilence. (ava) ; Lilousilver (signa)

Charlen A. Dale
Mar 2 Juin - 20:32

Let’s dance around a coffee
Dante & Charlen
Let’s dance around a coffee ◊ Dante Tumblr_inline_ntyneq6i7w1qlt39u_250
Tu ne sais pas quand exactement les choses ont commencé à changer avec Dante mais tu sais qu’aujourd’hui, tu peux le considérer comme un ami, sans le moindre doutes. Ca fait du bien d’avoir des personnes comme lui dans ta vie, des personnes sur qui tu peux compter sans te poser plus de questions, sachant très bien que c’est une bonne chose. Tu n’as peut-être pas toujours été la personne la plus fréquentable mais les gens changent et toi, tu as changé. L’école en est la principale raison de ce changement et tu ne regrettes pas. Un sourire naît sur tes lèvres en parlant d’un quelconque défi, d’un tutu et de chaussons. C’est vrai que tu aimerais bien voir Dante dans une telle tenue, histoire d’immortaliser le moment et de pouvoir le faire chanter pour l’éternité. Tu finiras bien par trouver quelque chose, tu t’en fais la promesse, juste pour pouvoir t’amuser un peu. Pour l’heure, tout ce que tu demandes, c’est qu’il essaye de pas faire démissionner sa professeur de danse. C’est pas une grande demande, tu ne devrais même pas avoir à la faire mais tu te doutes bien que s’il fait un peu trop des siennes, ça peut aller loin cette histoire et tu t’en voudrais de ne pas être intervenue parce qu’il est ton ami. « Oui alors vois-tu, moi je n’ai pas vraiment envie de voir un tel titre dans le New-York Times ou dans Scent of Scandals. J’ai évité jusque là les gros titre, j’aimerais bien passer une autre année de la même manière. » La presse à scandale, ce n’est pas ton délire, loin de là. Tu sais pertinemment l’effet que peuvent avoir ces différents articles sur la vie des gens, tu le sais pour l’avoir vécu par le passé alors c’est certain que l’envie de réitérer est loin d’être présente et tu espères qu’il pourra comprendre ça, qu’il saisira que tu ne plaisantes pas sur ce sujet. T’es pas méchante dans tes propos, juste peut-être un peu trop sèche, tu ne saurais pas vraiment dire alors comme pour te faire pardonner, tu affiches un sourire, juste pour qu’il sache que tu n’as rien contre lui, que le problème, c’est peut-être toi en fin de compte. Et ça l’est très probablement d’ailleurs. Il suffit de connaître ton histoire, ton passif dans la danse, tout comme ton actif en fait pour savoir qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Une danseuse qui ne danse pas, c’est loin d’être courant et Dante le sait. Ce que tu n’acceptes pas, c’est qu’il puisse vouloir te faire changer d’avis. Tu doutes de ses propos, qu’il ne cherche pas à te manipuler pour te faire accepter que tout ce que tu fais, tu puisses le faire à tort. Beaucoup trop de chance pensent ça, ne comprennent simplement pas tes décisions. Mais tu dois bien lui accorder le bénéfice du doute, tu n’es pas dans sa tête après tout. « Je ne vois plus les choses de la même manière, c’est vrai. » Avant, tu ne vivais que pour la danse, tu respirais danse, c’était comme ancré dans ton ADN, l’impression que vivre sans te serait insurmontable. Et pourtant, tu es là, plus d’une dizaine d’année plus tard, bien vivante, sans la danse dans son entièreté et ça te satisfait comme situation. Ce que tu as compris avec Dante, c’est qu’il est assez têtu, qu’il continuera d’essayer et en le faisant, il ne pense pas à mal, au contraire même. Tu comprends ses arguments, sa manière de voir les choses et si tu n’étais pas au coeur de la situation, peut-être même que tu aurais pu penser la même chose que lui, impossible à réellement savoir. Ce que tu sais en revanche c’est que tu as pris une décision il y a des années maintenant et revenir en arrière t’es impossible, tu ne peux pas, tu ne veux pas, fin du chapitre, histoire suivante. « Je ne regrette pas. Toutes mes décisions m’ont aidé à grandir. Je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui si je n’avais pas fait certains choix de vie. » C’est une certitude que tu as ça. Si tu n’avais pas fait toutes ces erreurs, tu n’aurais pas pu rebondir, tu n’aurais pas eu besoin de te reprendre en main et tu ne serais peut-être pas directrice d’une école de danse, on ne t’aurait peut-être rien proposé de tel parce que tu n’en aurais pas eu besoin. « Je ne crois pas vraiment au destin, ou à toutes ces conneries de croyants comme quoi tout arrive pour une raison. Pourtant, dans ma situation, je me dis que c’est peut-être vrai en fait, que si j’avais pas pris certains chemins, je ne serais pas professeur, je ne serais pas directrice et je croupirais probablement au fond d’un caniveau avec une seringue dans le bras. » L’image est peut-être un peu trop forte, pourtant, elle représente parfaitement la situation de ta vie.


 
living in a lonely world
Contenu sponsorisé
Let’s dance around a coffee ◊ Dante
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Broadway :: Grover Dale's School of Dance
-
Sauter vers: