Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous Sometimes, all we need is a shoulder to lean on ~ Luna 4035343658
Le Deal du moment : -33%
Remise de 1000 € sur le ...
Voir le deal
1999 €

Partagez

Sometimes, all we need is a shoulder to lean on ~ Luna

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Queens :: Jamaica
Eliel V. Wade
zeta admin
J'ai posté : 4364 messages et j'ai : 820 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Toni Mahfud ♥ et pour finir je crédite : avatar by amor fati, signature & profil par mes soins ♥

Eliel V. Wade
Lun 23 Mar - 16:35
Sometimes, all we need is a shoulder to lean on
Luna & Eliel


Ca s’est mal passé. Non, rectification ; ça s’est très très mal passé. En voulant célébrer comme il se doit l’anniversaire de Nikolaus, tu as fait une erreur de calcul ou plutôt plusieurs erreurs. Tout d’abord, tu es entré par effraction chez lui. Tu t’es déshabillé prenant place sur son lit. Tu lui as pas demandé son avis, tu as violé son intimité ainsi que son jardin secret. Tu l’as vu dans son déguisement de panda roux et c’était le début d’une longue descente en enfer. Tu as voulu lui montrer tes intentions loin d’être alimentées par des envies de promotions ou de chantage. Tu as voulu lui faire comprendre ton désir d’être avec lui, le désir de bâtir quelque chose en sa compagnie même si le prix à payer est de retourner au placard. Mais en conclusion, tu as eu le râteau de ta vie accompagné d’un “tu me fais peur”. Il a peur de toi et ça, c’est la pire chose qu’on puisse te dire. Tes démons ont refait surface alors que tu t’es amélioré. T’étais arrivé à classer l’histoire de Samael derrière toi avant de te rendre compte que s’il était parti, c’était à cause de toi et rien que toi. Maintenant, tu fais exactement la même chose avec ton patron et ça te pousse à te remettre dans ta bulle de solitude et de lamentations. En plus, avec cette histoire de confinement, tu n’as pas le droit de sortir boire un verre ou deux voire dix. Tu n’as pas le droit d’aller à l’université et te purifier grâce aux cours. Tu n’as pas trop le choix que de te morfondre sur ton sort sans arriver à voir le mot de la fin. Mais alors que tu es paresseusement installé sur le canapé, tu te redresses soudainement. Tu viens de penser à elle, Luna. Cette jeune femme qui était arrivée à gagner ta confiance au point de te réfugier chez elle et son époux quand t’avait besoin de fuir Ulysse. C’est décidé, tu vas la voir. Alors sans plus tarder, tu te douches rapidement et tu mets le premier jean, t-shirt que tu trouves dans ton armoire. Une capuche sur la tête et un masque sur ton nez et ta bouche, tu marches vers le loft de la jeune femme. Quand tu tapes deux fois contre la porte, tu te mordilles la lèvre. Merde, tu as oublié l’étape la plus importante ; la prévenir de ton arrivée. Tu as vraiment du mal avec les codes de la société. Ton impulsivité te fait faire des choses insensées, limite audacieuses et malpolies. La première chose que tu fais quand la porte s’ouvre sur la jeune femme, tu recules de quelques pas. « Je suis enfermé chez moi depuis plusieurs jours j’ai pas chopé le virus. » Dis-tu, sûr de cette information. « Et je suis désolé de débarquer comme ça sans permission. Mais j’ai … » Besoin de parler ? Besoin de ne pas être seul ? Besoin de toi tout simplement ? Probablement un mélange de tout ça. De toute façon, parfois, tu n’as pas besoin de mots pour exprimer ce que tu ressens. Ta posture mal assurée, tes bras croisés et tes épaules baissées peuvent parfaitement parler pour toi. Certes, tu as besoin d’elle mais tu es matur. Tu peux disparaître si elle te dit n’avoir pas le temps après tout, c’est son droit et tu le comprendras comme un adulte que parfois, tu peines à l’être. Là, tu es similaire à un gamin mal dans sa peau et capable de s’affliger des peines physiques juste pour ne plus ressentir celles qui accapare son âme.

AVENGEDINCHAINS





┗ Leave no trace ┛
ஃ There's always something you won't dare to say. Your good intentions are boring, take me away If it keeps you sane, then it's okay. If I played it safe, would it save me? ஃ

The drunk team o/:
 

Luna Pucci-Kovacs
beta admin
J'ai posté : 1272 messages et j'ai : 133 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Scarlett Simoneit et pour finir je crédite : Eya d'amour

Luna Pucci-Kovacs
Ven 27 Mar - 14:31
Cela fait quelques jours que tu es fermée à l’appartement Luna, quelques jours que ce monde part en vrille et que tu ne sais plus vraiment quoi penser. Certains parlent de conspiration, d’autre de malchance, mais dans le fond, toi tu t’en fou royalement. Peu importe d’où vient ce virus, toi tout ce que tu vois, c’est qu’il fout une belle merde dans vos vies. Non seulement Colombia a fermé ses portes, mais aussi ton boulot puisqu’il ne s’agit pas d’un magasin de première nécessité, mais en plus de ça, toute ton organisation pour retourner en Italie a été totalement chamboulé, ainsi que l’annonce que tu voulais faire à Ivar sur le sujet. Coincé à New York, tu fais ce que tu peux pour prendre soin de toi, et éviter de chopper ce foutu virus. Ton book de création va finir par manquer de page si tu continues de passer le temps en dessinant alors que pourtant le vrai confinement décrété par le gouvernement vient tout juste de commencer. Quoi qu’il en soit, lorsque tu entends quelqu’un toquer à la porte, tout le monde peut imaginer ta surprise alors que chacun est sensé rester chez soi pour éviter la propagation de ce truc. Les sourcils froncés, tu te dis que peut-être Ivar t’a fait livré un truc à manger sachant que tu ne le ferai pas toi même, trop perdu dans tes occupations, même si franchement cela t’étonnerait un peu, non pas qu’il n’en soit pas capable, il t’a déjà prouvé à plusieurs reprises qu’il est capable de beaucoup de chose lorsqu’il le décide, lorsqu’il en a envie tout simplement, mais tu sais aussi que lui n’est pas en pseudo vacances, non son boulot à lui n’a pas de pause, et donc tu sais qu’il a bien plus important à penser. Pas vraiment très sereine de ce qui t’attends, tu vas donc ouvrir la porte avec beaucoup de précaution, entrouvrant seulement l’espace nécessaire pour voir qui se cache de l’autre côté. C’est alors une double surprise lorsque tu reconnais Eliel, et tu fronces d’autant plus les sourcils lorsqu’il cherche à se défendre de sa présence ici sans même que tu n’ai le temps d’ouvrir la bouche. Il te donne presque envie de rire alors que tu est prêt à lui demander de se taire et d’entrer de suite, mais sa façon de se tenir, sa façon de détourner les yeux de toi, tu n’aimes pas ça Luna. Eliel est certes très compliqué, et on ne peux pas dire que tu le connaissent réellement, mais vous avez tissé un lien fort entre vous malgré ça, et ceux, depuis votre rencontre. Vous vous ressemblez plus qu’il n’y parait, bien sûr il a ses défaut, ses secrets et tu as les tiens, mais cela n’empêche en rien ce qui vous unis, et c’est bien pour ça que tu n’as aucune hésitation lorsque tu le vois se renfermer seconde après seconde. Tu ouvres la portes en grand en lui faisant signe d’entrer. Il n’a pas besoin de finir sa phrase, tu n’as pas besoin de la finir non plus, vous vous êtes compris et c’est tout ce qui compte. Aller, dépêches toi de rentrer avant que quelqu’un n’appelle la police ! Lui s’en fout peut-être, mais toi, tu n’aimerai pas du tout qu’on l’embarque pour la seule et unique raison d’avoir eut besoin de te voir. Je te fais pas visiter, tu connais la maison ! Par contre je peux te proposer quelques chose à boire si tu veux ? Tu essaie de le mettre à l’aise, pour le moment c’est le principal, la discussion aura bien le temps de venir ensuite, et puis, mine de rien, tu aurais bien besoin de lui parler de ce qui se passe dans ta tête toi aussi !

Sometimes, all we need is a shoulder to lean on ~ Luna 8PwKO8f
Eliel V. Wade
zeta admin
J'ai posté : 4364 messages et j'ai : 820 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Toni Mahfud ♥ et pour finir je crédite : avatar by amor fati, signature & profil par mes soins ♥

Eliel V. Wade
Mar 31 Mar - 17:53
Sometimes, all we need is a shoulder to lean on
Luna & Eliel


Encore une fois, ton impulsivité a pris le dessus sur toi. Tu n’as pas beaucoup réfléchi aux conséquences de ton geste. Tu n’as pas du tout réfléchi aux mesures sanitaires que l’état de New York a pris quelques jours plus tôt. Pas d’école, pas d’université et de balades dans le parc non plus. Les gens ont le droit de sortir seulement pour acheter des trucs à manger sinon, ils doivent rester chez eux. Toi, même si tu n’as rien mangé, tu n’as pas quitté ton appartement miteux pour faire tes courses mais seulement pour voir Luna. C’est pour cela que lorsqu’elle parle de police, tu la regardes, les sourcils froncés et une expression interrogative sur le visage. De quoi parle-t-elle ? C’est que, tu as perdu le fil des actualités pendant un instant. Pendant un instant, tu as oublié les mesures, tu as oublié la propagation rapide du virus, tu as oublié l’interdiction de sortir pour se balader. Tu te reconnectes à la réalité quand ta bouche forme un “oh” et tu te presses d’entrer à l’intérieur comme souligné par la jeune femme. Tu gardes tes mains dans tes poches, tu penseras à les laver une fois que t’ai répondu à la jeune femme d’un secouement de la tête. Seulement, ta gorge sèche te lance ; depuis quand tu n’as pas mangé ni bu quoi que ce soit ? Difficile à répondre à cette question. Tu te reprends alors. « Un verre d’eau s’il te plait. Je vais me laver les mains. » Dis-tu tout en t’engageant dans l’allée qui te mène à la salle de bain. Tu as créché dans ce loft pendant trois jours alors oui, tu connais bien l’emplacement de chaque pièce, tu sais même où se trouvent les serviettes. Une fois tes mains lavées, tu les sèches rapidement et tu reviens au salon, sourire malaisé sur ton faciès. « Je suis désolé je suis venu sans te prévenir en plus on s’est pas vus depuis un moment et j’ai pas demandé de tes nouvelles. Je fais un très mauvais ami. » Ca c’est vrai mais est-ce choquant quand on te connait un peu ? Pas vraiment. Tu n’es définitivement pas le genre de personne qui compose délibérément un numéro pour papoter du bon temps. Chez toi, tu préfères largement te défouler sur ton piano ou faire du sport. Une activité que tu as découvert récemment et qui, étrangement, te fait beaucoup de bien. Le verre d’eau entre tes doigts, tu en bois une grande gorgée après avoir retiré le bandeau qui te cachait la moitié du visage. Ca fait du bien, de sentir ce liquide transparent parcourir ta gorge sèche où se trouve une boule d’angoisse. Cette boule est là depuis un moment déjà, depuis cette satanée soirée. « Ca va toi ? Ton mari est là ? » Tu ne l’as pas aperçu ni dans la salle d’eau ni dans le salon. Peut-être est-il dans la chambre à cacher ou dans sa pièce aménagée pour faire du sport. Tu n’en sais rien, mais ce dont tu es certain, c’est de ne pas vouloir les déranger. Alors tu demandes, une fois de plus. « Luna vraiment, je veux pas te déranger avec mes soucis. Je peux … gérer. » Mensonge. Tu n’arrives plus à gérer justement. Tu as besoin d’en parler, d’évacuer ton mal être omniprésent depuis des jours entiers. Tu soupires alors en prenant place sur le canapé, une main sur ton crâne. En réalité, tu ne sais pas par où commencer. Parler de ce virus de merde qui vous oblige tous à rester cloîtrés chez vous ou bien la vraie raison de ta présence ici ? Dilemme.

AVENGEDINCHAINS




┗ Leave no trace ┛
ஃ There's always something you won't dare to say. Your good intentions are boring, take me away If it keeps you sane, then it's okay. If I played it safe, would it save me? ஃ

The drunk team o/:
 

Luna Pucci-Kovacs
beta admin
J'ai posté : 1272 messages et j'ai : 133 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Scarlett Simoneit et pour finir je crédite : Eya d'amour

Luna Pucci-Kovacs
Dim 19 Avr - 21:06
Tu n’hésites absolument pas à le faire entrer Luna, pas une seul seconde même, il pourrait être infecté sans le savoir, il pourrait te refiler ce virus à la con sans que tu le saches, sans même le vouloir, mais bien que tu prennes toutes les précautions depuis des jours, en cet instant, ça n’a aucune importance. Tu vois qu’il ne va pas bien, et c’est tout ce qui te préoccupe en cet instant. Tu ne veux tout de même pas prendre le risque que la police débarque parce qu’il aurait souhaité venir te voir, ça ne serait vraiment pas le moment, et visiblement, cela ne ferait que rajouter des soucis au jeune homme, tout ce que tu veux éviter justement. Quoi qu’il en soit, il semble comprendre ce que tu lui dis assez rapidement parce qu’il ne met pas longtemps à pénétrer dans la pièce alors que tu lui propose de quoi se rafraîchir un peu. Le brun commence par refuser ton offre et cela ne te gêne pas vraiment, tu t’apprêtes même à lui demander s’il est sûr de lui, prête à lui faire la liste de ce que tu as à lui offrir, mais il ne t’en laisse pas le temps qu’il te demande finalement un verre d’eau. Un petit rire s’échappe de tes lèvres alors que tu te dirige en cuisine pour lui préparer ça alors qu’il s’échappe un instant pour se laver les mains, chose que tu apprécies d’ailleurs. Tu déposes le verre qu’il t’a demandé sur la table basse du salon avant de t'asseoir sur le canapé, attendant qu’il revienne. Le son de sa voix t’oblige à te retourner pour poser ton regard sur lui alors qu’il recommence à s’excuser ce qui te fait sourire de nouveau. Arrête de t’excuser Eliel, tu n’as rien à te reprocher, regarde, je n’ai pas pris de nouvelle non plus, alors on est juste 2 mauvais amis qui du coup deviennent des amis qui se comprennent ! Et le principal c’est qu’on soit là quand c’est nécessaire et important ! Tu lui montres le canapé en tapant dessus doucement histoire de lui faire comprendre qu’il peut prendre place et que c’est même conseillé d’ailleurs. Je vais bien oui, je te remercie, ma vie prend une tournure pas vraiment prévu mais avec ce qui se passe en ce moment, je crois que c’est pour tout le monde pareil ! Tu souris timidement mais tu sais que si tu dois parler de cette idée de partir, de changer de vie et de pays, c’est sans doute bien avec Eliel qu’il faut que tu parles, que tu peux en parler. Mais ce n’est pas le principal pour le moment, tu veux d’abord savoir ce qui lui arrive, alors tu y reviendras plus tard. Il avait un travail à terminer, je ne sais pas à quel heure il va rentrer Tu hausses les épaules pour montrer que cela ne te dérange pas, après tout vous n'êtes pas un vrai couple Ivar et toi, mais ça, il faudrait peut-être que tu lui en parles à Eliel pour qu’il comprenne. Le jeune homme attire alors une nouvelle fois ton attention en s’excuser une nouvelle fois et c’est un grognement qui s’échappe de tes lèvres lorsqu’il le fait. Je viens de te dire d’arrêter de t’excuser ! Tu ne déranges personnes, au contraire je suis très contente de te voir ! Alors vas y je t’écoute ! Dis moi ce qui se passe ? Tu t’installes bien sur le canapé, les pieds croisés sous tes fesses, ton verre dans la main, tourné face à ton ami pour être sûr de bien comprendre et entendre ce qu’il a à te confier. Aller je t’écoute ! Tu n’es pas venue là sans raison, alors… Et bien alors tu attends avec un peu d’impatience la suite de l’histoire. Et puis mine de rien, depuis que ta vie est bien plus calme, tu te rend compte que c’est bien plus facile pour toi de te concentrer sur les gens que tu apprécies, et Eliel en fait parti, sans aucun doute.
Eliel V. Wade
zeta admin
J'ai posté : 4364 messages et j'ai : 820 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Toni Mahfud ♥ et pour finir je crédite : avatar by amor fati, signature & profil par mes soins ♥

Eliel V. Wade
Mer 29 Avr - 0:41
Sometimes, all we need is a shoulder to lean on
Luna & Eliel


Luna te demande d’arrêter de t’excuser mais c’est quelque chose de plus fort que toi. Tu as la nette impression de la déranger quand bien même, les preuves ne sont pas là. Elle ne semble pas embêtée par ta venue bien au contraire, elle t’avait accueilli avec le sourire et elle se met même à tapoter sur le canapé, t’invitant à prendre place à ses côtés. Concrètement, si ta venue la dérange et si elle avait peur de chopper le virus, elle t’aurait demandé de poser tes fesses sur le sofa. Ce geste, aussi anodin et spontané était-il, t’encourage et surtout t’aide à la croire sur parole. Tu esquisses alors un léger sourire et tu exécutes son ordre muet. Après avoir bu une deuxième gorgée du verre d’eau, tu hoches de la tête, totalement d’accord sur le principe qu’elle énonce ; vous pouvez vous appeler tous les jours. Vous pouvez passer le plus clair de votre temps ensemble. Vous pouvez collectionner les soirées l’un à côté de l’autre. Mais si au moment crucial vous ne répondez pas présent, votre amitié n’aura aucun sens. Chose qui, heureusement, ne vous concerne pas parce que tu sais pouvoir compter sur elle tout comme elle peut t’appeler à l’aide à tout moment, même à 5h du matin. Tu viendras à son secours sans aucune hésitation. Maintenant que t’y penses, ce genre d’amitié n’existe plus vraiment. Les gens sont tellement focalisés sur leurs petites vies pépères au point de se prendre pour le nombril du monde. Vous deux, vous n’êtes pas comme ça et tu te déclares chanceux de tomber sur une jeune homme partageant tes principes. D’ailleurs, tout ce qu’elle te dit attire ton attention. Tu es sûr que quelque chose se cache derrière sa petite sentence. « Hum ? Quelle tournure ? Tu parles du mariage ? » Tu en doutes puisqu’elle est mariée depuis plus d’un an à présent. Ou peut-être regrette t-elle son union ? Pourtant, elle semble proche de son époux. Tu n’as pas deviné beaucoup d’amour entre eux mais tu mets cela sur le compte de leurs caractères. Peut-être ne sont-ils pas si démonstratifs en public. C’est ce que tu t’es dit. Et puis quand elle fait preuve de détachement en parlant des affaires de son mari, tu inclines la tête sur le côté. Subitement tu trouves tout cela louche. Tu poseras LA question plus tard, pour le moment tu soupires et tu commences ton conte. Tu lui parles de la surprise que t’avais voulu faire à Nikolaus. Tu lui parles de ton geste pas très délicat, celui de te déshabiller et de l’attendre sur son lit. Tu lui racontes le malaise qu’il avait ressenti quand tu l’avais vu dans un costume de Panda roux et surtout la façon avec laquelle il avait mis un terme à tes avances en disant les mots qui fâchent ; il a peur de toi. Tu mets une pause avant de reprendre. « Le fait qu’il se dévoile la face quant à son orientation sexuelle m’a bien gonflé donc j’avais allumé la télé sur un porno gay et voilà, il était devenu tout rouge. » Tout en parlant, tu te rappelles de chaque détail, chaque expression, chaque mot aussi. « Et puis je sais pas comment on est arrivés à conclure un pacte. Je l’aide à savoir s’il est vraiment attiré par les mecs et de son côté il … euh, m’aide à me voir autrement. » Là, tu te tournes vers la jeune femme. « Luna est-ce que tu crois que je me rabaisse constamment ? Tu trouves que j’ai pas d’estime pour moi-même ? » Parce que toi, tu pensais avoir raison en te considérant comme quelqu’un sans aucune valeur, aucune importance. Et puis, tu t’es rappelé ton caractère auparavant. Tu t’es rappelé à quel point tu marchais la tête haute dans la rue. Maintenant tu te caches derrière une capuche alors oui, tu te poses la question. « Et ne pense pas que je change de sujet mais … tu as des soucis avec ton époux ? Tu peux m'en parler tu sais. » Oui parce que cette interrogation te hante depuis quelques minutes.

AVENGEDINCHAINS





┗ Leave no trace ┛
ஃ There's always something you won't dare to say. Your good intentions are boring, take me away If it keeps you sane, then it's okay. If I played it safe, would it save me? ஃ

The drunk team o/:
 

Luna Pucci-Kovacs
beta admin
J'ai posté : 1272 messages et j'ai : 133 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Scarlett Simoneit et pour finir je crédite : Eya d'amour

Luna Pucci-Kovacs
Sam 16 Mai - 10:04
Heureuse de voir qu’Eliel accepte enfin de se détendre, tu n’hésites pas à lui dire ce que toi tu vois en leur amitié, certes vous n’êtes pas de ceux qui prennent des nouvelles toutes les cinq minutes, bien au contraire, mais par contre vous êtes vraiment là en cas de besoin, pour les histoires importantes, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, vous savez vous montrer présent. La preuve, lors de ton mariage, alors que vous ne vous connaissiez pas encore tant que ça avec le jeune homme, il avait accepté d’être là pour toi, tout comme tu n’avais pas hésité à demander de l’aide à Ivar pour accueillir Eliel lors qu’il avait eut besoin de se cacher quelques temps. Vous pouvez compter l’un sur l’autre, et pour toi, rien ne compte plus que ça. Il semble être d’accord avec toi, et cela te fait sourire alors qu’il s’installe à tes côtés. Tu peux alors lui faire savoir comment tu te sens en ce moment, ou du moins de façon vague, et sa réaction te laisse comprendre que tu aurais mieux fais de te taire pour le moment, cependant tu n’hésites pas à survoler sa question, préférant y revenir plus tard. Non la tournure de tout ça, ne plus pouvoir aller en cours, ne plus pouvoir bosser, devoir rester à la maison… C’est pas dans mes habitudes, c’est étrange… Et puis, je vais finir par être à cours de carnet de croquis à force ! Tu laisses entendre un rire face à cette réalité, et tu reviens sur le sujet principal, tu veux savoir pourquoi ton ami est ici aujourd’hui. Tu sais très bien qu’il ne serait pas venu sans prévenir sans une bonne raison, alors tu insiste Luna, tu veux qu’il te parle. Lorsqu’il se décide à le faire, tu écoutes les moindres détails de son récit, tu ne veux rien louper pour être sûr de bien comprendre ce qu’il t’explique. Tu laisses entendre des petits son pour lui faire comprendre que tu est toujours entrain de le suivre afin qu’il aille au bout de tout ça, alors que des petites exclamations de surprises ou des petits rire d’étonnement se font entendre lorsqu’il dit l’avoir attendu totalement nu dans son lu. Tu essaie d’imaginer la scène et cela te fait sourire. Tu comprends quoi qu’il en soit le souci réel lorsqu’il fait savoir que ce qui l’a le plus gonflé c’est lorsque Nikolaus a nié être gay, et la douleur que ce rejet à eut sur lui. Tu t’apprêtes d’ailleurs à lui parler de ta propre expérience, que même si toi, tu as toujours su que homme ou femme, chacun avait sa chance avec toi, bien que les femmes sont toujours parvenu à t’avoir plus facilement que la gente masculine, bien que si tu viens à expliquer tout ça, ton mariage avec Ivar semblera certainement louche mais peu importe, tu sais très bien que tu vas expliquer tout ça au jeune homme aussi. Quoi qu’il en soit, tu n’as pas le temps de dire quoi que ce soit, qu’il poursuit, il t’explique qu’avec cet homme qui le tourmente, ils ont tout de même réussi à avoir une discussion, à mettre les choses aux clairs et à trouver une solution. Solution que tu écoutes une nouvelles fois avec attention et que tu apprécies plutôt pas mal ! Tu espères juste que ce gars, gay ou pas, ne sera pas trop dur avec Eliel, parce que oui, il a besoin qu’on l’aide à le voir autrement, à le voir tel qu’il est vraiment, mais il a besoin que ce soit fait en douceur, parce que tu es presque sûr que s’il venait à souffrir à cause d’une personne à laquelle il se serait attachée plus qu’il n’y paraît, cette vision négative qu’il a de lui même deviendra irréversible. C’est sans doute pour ça que tu ne peux faire autrement que sourire lorsqu’il te pose enfin cette question. Tu es arrivé ici, persuadé de ne pas être à ta place, ne cessant de t’excuser malgrè mes paroles te faisant comprendre que je suis heureuse de te voir, alors, disons que tu n’es pas celui qui à la meilleur vision de la personne que tu es en effet… Tu continues de sourire en lui parlant, tu cherches à ne pas perdre son regard parce que tu veux qu’il voit que tu penses réellement ce que tu es entrain de lui dire. Mais tu sais, je crois que très peu de monde arrive à se voir tel qu’ils le sont vraiment. C’est une histoire de confiance en soi, et ça se travail. Donc si ce… Nikolaus, c’est ça ? S’il veut bien t’aider à te voir tel que tu es réellement, alors c’est plutôt une bonne chose. Mais attention à toi Eliel, ce gars a visiblement du mal à se voir lui même comme il est aussi, donc ne prends pas tout ce qu’il dit comme argent comptant… C’est toujours plus facile d’aider les autres à évoluer plutôt que d’ouvrir les yeux sur soi même, tu le sais que trop bien Luna, mais tu ne connais pas ce gars, tu ne sais pas ce qu’il peut vouloir mettre dans la tête de ton ami, et ça a tendance à te faire peur tout de même. S’il te dit que tu es un connard ou quoi que ce soit de négatif du genre, ça tu n’as pas le droit d’y croire. Tu es un être exceptionnel Eliel, tu es un artiste avec tes faiblesses, tes failles, mais tu as surtout un grand coeur, et de grande qualité que tous pourraient apprécier si tu laissais les gens t’approcher. Promets moi de garder ça en tête tu veux bien ? Promets moi que lorsque tu auras l’impression d’être personne, d’être inutile, tu te souviendras que tu es au moins mon ami, et que moi, j’ai besoin de toi, ok ? Tu ne te penses pas plus importante que qui que ce soit Luna, loin de là même, même tu espères qu’en se souvenant qu’il y a quelqu’un quelque part qui tient vraiment à lui, ça pourra l’aider à s’ouvrir un peu, à accepter l’aide que ce gars veut lui offrir. Mais alors que tu pensais que le sujet tournait autour de lui, il te surprend à revenir sur ta relation avec Ivar, et vu le discours que tu viens de lui faire, tu sais très bien qu’il est hors de question que tu cherches une échappatoire. Non, aucun problème ne t’en fais pas. Mais il faut quand même que je t’explique quelque chose si tu veux bien… Tu prends le temps de remettre les choses en ordre dans ta tête, histoire de lui raconter tout ça correctement, et tu reprends la parole, espérant ne pas trop l’embrouiller. En réalité, Ivar et moi, nous ne sommes pas en couple, on est marié, c’est vrai, mais nous l’avons fait pour que chacun de nous obtienne une échappatoire dans nos vies respectives. Ivar est hongrois, et son visa allait expirer, l’obligeant à quitter sa vie d’ici. Quant à moi, disons qu’un mec avait la main mise sur moi, et que je ne savais pas comment me débarrasser de lui… En nous mariant, je permettais à Ivar de rester sur le sol américain, et maintenant que ça fait plus d’un an, d’obtenir sa carte verte permanente, en contrepartie, il s’occupait de foutre la trouille à ce gars pour qu’il me foute la paix… Tu hausses les épaules comme pour dire que ça n’a rien de si important que ça, mais tu es tout de même heureuse de lui en parler, même si tu masques pas de choses sur la vérité qui se cache derrière tout ça.
Eliel V. Wade
zeta admin
J'ai posté : 4364 messages et j'ai : 820 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Toni Mahfud ♥ et pour finir je crédite : avatar by amor fati, signature & profil par mes soins ♥

Eliel V. Wade
Mer 27 Mai - 16:14
Sometimes, all we need is a shoulder to lean on
Luna & Eliel


Quand Luna t’explique que la tournure actuelle de la situation ne lui plait pas, tu ne peux qu’approuver ses dires en hochant de la tête dans un geste positif. Tu es bien placé pour la comprendre. Tout comme ton amie, tu es enfermé entre quatre murs avec l’incapacité de te rendre dans tes endroits préférés. Adieu ton bar favori, adieu la salle de musique où tu t’exerce dans l’ombre. Adieu tes petites escapades nocturnes qui nourrissent ce besoin d’inspecter ton obsession. Tout ton quotidien a bel et bien changé même si, tu vois un petit côté positif à tout cela. Tu arrives à mieux te connecter avec ton instrument de musique. Tu arrives à composer des mélodies sans que rien ne t’interrompe. Tu arrives à les achever, les stockant sur ton ordinateur avec la promesse de les mettre un jour sur youtube ou spotify. Pour le moment, tu n’es pas assez confiant et tu as peur de la méchanceté gratuite, loin de mesurer ton talent comme il se doit. Quand ton amie évoque les carnet de croquis, tes lèvres forment un “oh” puisque tu viens de te rappeler de quelque chose. Alors tu attrapes ton sac à dos et tu fais sortir un cahier tout neuf, le posant sur la table. « Lorsque la pandémie avait commencé, j’ai fait des munitions alors j’ai pensé à toi ! » Toi aussi tu dessines ce qui fait que tu connais ce sentiment frustrant de vouloir exercer sans avoir de matériel sous la main. Ceci fait, tu gardes le sac à tes côtés et tu prends une grande respiration afin de commencer ton long récit. Tu dis tout à Luna. Absolument tout. Tu n’essaies pas de te victimiser en faisant semblant d’oublier quelques détails. Non, tu n’es pas comme ça et puis tu veux avoir son avis sincère sur la question. Après avoir parlé de ce fameux pacte, tu te penches pour récupérer le verre d’eau et d’en boire quelques gorgées ; avoir parlé aussi longtemps t’as littéralement donné soif. Il faut aussi avouer que tu es effrayé de connaître l’avis de ton amie même si, quand t’avais parlé de toi nu sur le lit de Nikolaus, elle a bien rigolé. A ses premiers mots, tu tournes la tête vers elle, les sourcils légèrement froncés. Tu comprends pas au départ ou disons plutôt que tu ne voulais pas comprendre. Elle aussi, décide d’évoquer ce sujet sensible. Quand bien même tu ne bouges pas de ton emplacement, tu cesses de la regarder, ressentant ton visage devenir rouge. Tu as du mal à imaginer qu’en fait, elle parle de toi. Toi, un être exceptionnel. Tu réagis comme un gamin mal dans sa peau, comme quelqu’un qui a envie d’écouter ces mots et surtout d’y croire sans pour autant y arriver car quelque chose le bloque. Et tu commences sérieusement à croire qu’en effet, quelque chose t’empêche de te voir comme tu es réellement. Sans l’avoir cherché, une boule s’invite dans ta gorge et tes prunelles deviennent rouges. Tu n’as pas envie de craquer mais les mots de Luna te touchent plus que de raison. Tout à coup, tu te glisses dans ses bras. Parfois, les paroles sont insignifiantes face aux gestes. Et le geste que tu arbores, ta façon de te serrer contre elle vaut mieux que tous les discours du monde. « Merci Luna. » Tu ne la remercies pas seulement pour ses mots. Tu la remercies pour son honnêteté, pour sa présence dans ta vie tout simplement. Tu la remercies aussi de t’avoir poussé à quitter ton cocon et à t’ouvrir à elle. Tu te pensais une cause perdue d’avance et là, elle te prouve le contraire. « Je te promets de me rappeler que je t’ai toi. » Dis-tu en te redressant, captant sa main dans les tiennes. « J’aurai aimé te connaître quand il m’avait quitté mais bon, tu es là maintenant. » Il, le porteur de tes complexes, celui qui t’avait littéralement anéanti quand il t’avait quitté. Non, tu n’as pas envie d’y penser pour le moment. Tu veux d’abord en savoir plus sur ce qui cloche actuellement dans la vie de la brune. Heureusement qu’elle décide de t’en parler. Au départ, tu fronces les sourcils, mine de rien tu as peur de ce qu’elle voudrait te dire. Ne lâchant pas sa main, tu suis son récit avec un peu d’étonnement. Oui, on peut dire que t’avais ressenti cet absence d’amour entre elle et son mari. T’étais juste loin d’imaginer qu’elle courait un grave danger au point d’accepter un tel pacte. « Et cet homme t’a foutu la paix ? » Pour toi, c’est ce qui compte dans cette histoire. « J’espère que rares sont ceux qui connaissent la vérité sur votre mariage. J’ai pas envie que t’ais des soucis Luna. » Tu soupires en la regardant attentivement. « Et maintenant comment ça va se passer entre vous ? Vous en avez parlé ? » Vont-ils garder leur mariage puisque son époux a sa carte ? Vont-ils se séparer sous peine d’éveiller les soupçons des services d'immigration ? Ca te prend la tête et par dessus tout, tu as peur pour ta jeune amie. « Je suis là d’accord ? Si t’as besoin de quoi que ce soit, tu peux compter sur moi, ne l’oublie pas s’il te plait. » Parce que oui, tu n’as aucune envie de la perdre elle aussi.

AVENGEDINCHAINS




┗ Leave no trace ┛
ஃ There's always something you won't dare to say. Your good intentions are boring, take me away If it keeps you sane, then it's okay. If I played it safe, would it save me? ஃ

The drunk team o/:
 

Luna Pucci-Kovacs
beta admin
J'ai posté : 1272 messages et j'ai : 133 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Scarlett Simoneit et pour finir je crédite : Eya d'amour

Luna Pucci-Kovacs
Sam 6 Juin - 9:55
Tu ne t’attendais pas à cette réaction Luna, tu ne t’attendais pas du tout à ce qu’Eliel vient se blottir contre ton petit corps mais tu ne mets pas longtemps à l’enrouler de tes bras pour le serrer doucement jusqu’à ce qu’il décide de s’éloigner un peu. Tu comprends par ce gestes et le rouge dans ses yeux que tu as touché une corde sensible, tu ne voulais pas le faire pleurer, mais lorsqu’il te remercie, tu comprends aussi que ces presques larmes sont en fait une bonne chose. Tu n’as fais que dire ce que tu penses de lui, ce que tu ressens en sa présence. Tu ne le connais sans doute pas très bien, il a sans aucun doute des côtés de lui plus sombre que tu ne pourrais le penser, tout comme tu as pas mal de chose que tu gardes pour toi, c’est l’être humain qui se trouve être ainsi, et c’est aussi pour ça que tu ne cherches pas à tout savoir de lui, tu veux savoir ce qu’il veut partager avec toi, et en soit, tu penses que c’est aussi pour ça qu’il accepte de se confier avec toi. Il t’a laissé entrer dans sa vie, et tu en as fait de même, vous vous dévoilez l’un à l’autre, petit à petit, consolidant votre amitié jour après jour. Il te fait connaître un autre fait de sa vie d’ailleurs, à demi mot en tous cas, et tu comprends qu’un mec l’a beaucoup fait souffrir auparavant. Tu t’en doutais un peu au vu de cette façon qu’il a de s’auto dénigrer, mais le fait qu’il te le confirme entraîne bizarrement un petit sourire sur tes lèvres. Je suis là, aujourd’hui, c’est le principal !, tu resserres un peu la pression de ta main dans la sienne pour appuyer tes mots avant qu’il ne se décide de te parler de toi. Est-ce que tout va bien avec Ivar ? Oui bien sûr que oui, c’est même une affaire qui roule comme on dit, mais tu sais qu’après tout ce que tu viens de lui tu te dois de lui dire la vérité et c’est ce que tu fais Luna, tu lui expliques la situation, ton faux mariage, enfin non, tu es vraiment mariée, mais par réellement en couple. Tu ne donnes pas exactement tous les détails mais tu en donnes assez pour qu’il comprenne la situation et les questions qu’il te pose en sont la preuve. Oui, Ivar est très… Persuasif… Tu laisses entendre un petit rire amusé en pensant à ça alors qu’Eliel montre de nouveau cet inquiétude envers toi. Ne t’en fais pas, on a été très prudent, et on sait se montrer très proche l’un de l’autre quand nécessaire. d’autant plus depuis que vous avez couché ensemble d’ailleurs même si tu gardes ceci pour toi. Et puis, Eliel évoque un fait qui te trotte pas mal dans la tête ces derniers temps ce qui te fait grimacer doucement. On n’en a pas parlé, on a plus besoin de rester ensemble, on peut rester marié, comme divorcer, tout est en règle aujourd’hui, donc peu importe. Je pense que ni lui n’a moi n’a envie de se faire chier avec les papiers du divorce, mais je ne peux pas rester ici, chez lui. Je me suis renseignée pour finir mes études en Italie, après tout, niveau mode, ils ont tout ce qu’il faut là-bas, et ça me permettrais de découvrir mes racines… Mais avec le virus qui traine, je ne peux de toutes façon rien faire, alors je n’en ai pas parlé à Ivar encore… Ni à personne en fait. Tu offres un sourire, sans doute un peu perdu, à ton ami et il te fait savoir qu’il sera là pour toi, quoi qu’il arrive. C’est marrant ce lien qui vous unit tous les deux alors que vous vous connaissez si peu… Si peu et autant à la fois, la preuve avec ce carnet de dessin que le jeune homme à eut la délicatesse de t’apporter, entraînant un magnifique sourire sur tes lèvres un peu plus tôt. Tu l’as remercié comme ci c’était le plus beau cadeau du monde et en soi, à tes yeux, c’est le cas. Tu n’es pas très compliqué à contenté Luna, et Eliel a su taper dans le mile. Alors oui, lui et toi vous êtes liés, peu importe la façon, peu importe la raison, c’est ainsi, et tu adores ça. Je sais… Et je suis la pour toi aussi ! Même si tu venais à vraiment partir, tu sais que tu seras là pour lui quoi qu’il arrive. Bon alors ! Tu dois revoir Nikolaus quand ? Tu lui offres un sourires de chieuse parce que tu veux en savoir plus, tu veux surtout changer de sujet et essayer de perdre un peu de ce sérieux qui s’est incrusté dans votre discussion, un peu de légèreté, tout simplement alors que tu te lèves pour aller fouiller dans le frigo et en sortir un jus de fruit pour toi. Tu veux boire autre choses ?
Eliel V. Wade
zeta admin
J'ai posté : 4364 messages et j'ai : 820 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Toni Mahfud ♥ et pour finir je crédite : avatar by amor fati, signature & profil par mes soins ♥

Eliel V. Wade
Dim 5 Juil - 10:50
Sometimes, all we need is a shoulder to lean on
Luna & Eliel


Je suis là, aujourd’hui, c’est le principal. Elle a raison Luna et c’est pour cette raison que tes lèvres s’étirent dans un petit sourire affirmatif. Tu n’as pas besoin de te rappeler cet épisode fâcheux de ton existence. La période où, pendant une fraction de seconde t’avait tout perdu. Absolument tout. T’étais heureux, comblé, tu pensais vivre une histoire vraie avec une personne honnête qui t’aimait réellement. Le retour à la réalité était dur, vraiment dur au point de sombrer dans la dépression sans même t’en rendre compte. T’avais petit à petit perdu ta joie de vivre, ta fougue et surtout ton estime pour toi-même. Tu t’es dit que si Samael t’avait quitté de cette façon, du jour au lendemain, sans aucune explication, c’est parce que t’étais insignifiant, parce que tu n’avais pas d’importance. Tu t’es répété ces mots encore et encore jusqu’à ce que tu as fini par le croire. Ca t’a ensuite poursuivi dans tes relations voire même dans ton quotidien. Avant, tu ne te cachais pas sous une capuche. Avant, tu n’avais pas du mal à engager une discussion. Avant, tu n’avais pas de doute quant à ton talent de pianiste et musicien. Il a suffit que Niko et Luna en parlent pour que tu commences à te remettre en question, à penser à cette possibilité de fausser ta propre réflexion. Et ce n’est pas désagréable, ça te fait remémorer la personne que t’étais avant la rupture. Une personne que tu voudrais bien apprendre à le devenir grâce au pacte signé avec Niko. Soudainement, ce contrat verbal te semble attractif et c’est Luna qui t’a poussé à le voir. D’ailleurs, quand elle se met à parler de sa relation avec Ivar, tu oublies tes soucis pour te concentrer sur son récit. Trop d’informations, trop de surprises mais malgré cela, tu ne fais pas preuve de jugement. Elle avait ses raisons et heureusement qu’Ivar a été un homme de parole. « Tant mieux, au moins tu es tranquille maintenant. » Le fait de la savoir en sécurité avec Ivar donne une nouvelle dimension à leur mariage. Au moins elle est protégée, au moins elle ne court aucun danger et c’est ce qui compte le plus pour toi. Tu veux bien évidemment savoir ce qu’elle compte faire et la réponse te rend à la fois fier d’elle mais aussi attristé. Le fait de mentionner la possibilité de partir en Italie te chagrine malgré tes efforts de montrer le contraire. L’être humain est égoïste par nature et toi Eliel, tu ne fais pas l’exception. Tu voudrais la garder avec toi, ça oui ! Mais en même temps, son bonheur t’intéresse plus que tout alors si elle pourra évoluer loin de New York, tu ne pourras qu’approuver ses choix et l’encourager. « Tu as bien pensé à cela ? A bien peser le pour et le contre de ce départ ? » Tu ne lâches pas sa main au contraire, tu la serres davantage. « Quoi qu’il en soit, tu as raison de penser à toi, à ton bonheur. Il est temps que tu sois un peu égoïste. » Dis-tu non sans ressentir une pointe de déception bien évidemment. « Et même si tu pars, on reste en contact hein ! Heureusement qu’on a la technologie pour communiquer ensemble. » Tu dis cela plus pour toi que pour elle. Comme si tu essayais de te tranquilliser ; ce n’est pas la distance qui mettra fin à votre amitié. C’est ce que tu veux penser. Quand elle évoque le sujet de Niko, tu soupires en la regardant. Tu ne dis rien jusqu’à ce qu’elle se redresse pour apporter de quoi boire. Tu demandes juste de l’eau avant de te décider à parler.« Hum ce soir. J’irai chez lui ce soir pour une durée indéterminée. » Avoues-tu en la suivant dans la cuisine. « C’est qu’il y a une fuite de gaz dans mon immeuble, on nous a demandé de vider les lieux le plus tôt possible. Je voulais pas t’emmerder avec ça alors j’ai demandé à Niko et il a accepté. Je me suis dit aussi que ça peut … nous aider avec ce pacte tu vois ? » Là, tu cherches surtout à savoir si tu as bien fait ou si tu as forcé les choses. Tu consultes l’heure sur ton portable avant de soupirer. « D’ailleurs je dois partir si je veux pas avoir de souci avec les autorités. » Dis-tu non sans grimacer.

AVENGEDINCHAINS




┗ Leave no trace ┛
ஃ There's always something you won't dare to say. Your good intentions are boring, take me away If it keeps you sane, then it's okay. If I played it safe, would it save me? ஃ

The drunk team o/:
 

Contenu sponsorisé
Sometimes, all we need is a shoulder to lean on ~ Luna
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Queens :: Jamaica
-
Sauter vers: