Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  4035343658

Partagez

Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier

GOOD MORNING AMERICA :: Once upon a time
 :: A way to New York :: Welcome to New York
Mieszko Buczkowski
Cent
J'ai posté : 148 messages et j'ai : 195 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Aaron Taylor-Johnson et pour finir je crédite : Magma. ze fabulous (ava) bat'phanie (sign)

Mieszko Buczkowski
Sam 28 Mar - 18:22

Mieszko Buczkowski

And the tears come streaming down your face When you lose something you can't replace When you love someone but it goes to waste Could it be worse Lights will guide you home And ignite your bones And I will try to fix you --------------------- ✹

Informations personnage


Nom : Buczkowski
Prénoms : Mieszko (surnommé Mi, Mike, ou Mikael conscient que les américains on du mal à prononcer son prénom)
Date et lieu de naissance : Pourquoi cette question? Son nom complet? Ah. Oui. Ça. Son nom en entier qui n’est que traduction de la Pologne, en Gdańsk, né un 10 février 1990.
Âge : 30 ans.
Nationalité : Un américain. Adopté depuis déjà de nombreuses années, après de long processus pour obtenir les papiers, les visas, et le statut américain lorsqu’il avait encore l’âge de jouer au lego.
Origines : Un polonais, sans plus ni moins.
Orientation sexuelle : Il vit dans un monde gris. Dans lequel rien n’est tout blanc ou noir. Il n’est jamais allé plus loin qu’un baiser avec un homme. La curiosité l’ayant toujours gardé avec un esprit bien ouvert.
Statut civil : Il est passé de cocu à célibataire. Suite à la découverte de la tête rousse sortant de l’antre de la femme qu’il aimait. Bien entendu, son premier réflexe fut de souligner que son fils n’avait pas d’âme, vu le personnage. Elle qui n’avait guère apprécié le commentaire avait avoué qu’il était une victime de tromperie sous l’élan de la colère.
Vie sexuelle :  Il est  du genre fidèle. Sans être le plus romantique d’entre tous (très loin de là). Il n’est pas de ceux cherchant la perle parfaite, car il est bien conscient qu’elle n’existe pas. Il ne profite pas de son célibat, car faudrait d’abord savoir l’endurer. Lui et sa machine à parole.
Statut social : Il ne vit pas dans une boîte en carton, ni dans une villa. Il vit dans la moyenne et ça lui va très bien comme ça.
Profession(s) : Un enquêteur. Sachant malgré tout s’amuser dans son métier. Il fait très bien son boulot, parmi les meilleurs, ce qui est fort regrettable car dieu seul sait à quel point son patron aimerait qu’il cesse de faire des blagues darks sur une scène de crime, alors qu’il questionne les proches des victimes.
Diplôme(s) : Dans le domaine de l'esthétisme, il a la peau lisse après tout (policier, peau lisse, hum). Plus sérieusement, il a obtenu son diplôme dans le domaine de la police. Donc Lieutenant de Police (niveau Licence, bac+3).
Année de fin d'études : 2015
Quartier de résidence : Brooklyn, Williamsburg
Type de logement : Appartement
Avec qui vis-tu ? : S'il était habité avant par sa douce, ce n'est plus le cas. Désormais seul.
Date d'arrivée à NY : Aux alentours des années 1995, lorsqu'il avait environ 5 ans.
Dans quelles villes as-tu déjà vécu ? : À Gdańsk, en Pologne, durant sa courte enfance.
As-tu de la famille à NY ? : Il avait de la famille, ses parents. Mais ils ont décidé de déménager pour un coin beaucoup plus tranquille pour vivre leurs petite vie.

Cinq défauts et cinq qualités

Son caractère n’a rien de bien plat, étant la preuve même d’un homme qui est certes, idiot, mais qui casse le stéréotype du cancre. Il est brillant, malgré tout, ayant pu tailler sa place parmi les meilleurs enquêteurs de sa troupe. Il n’est pas parfait, toutefois, ayant ses petits côtés un brin corruptible, n’abusant de son pouvoir que sur la route, lorsqu’il se retrouve derrière un volant (on le lui laisse la plupart du temps pour éviter de l'avoir en copilote stressant qui vous hurle de tourner à gauche, d'accélérer, de faire attention à ceci ou cela, etc etc. Il est pire qu'une maman nerveuse qui apprend à son fiston à conduire). Il a acquis des compétences d’observation, de logique, sachant tout aussi bien garder son sang-froid dans la mesure du possible lorsqu’il le faut. Il est chiant, aussi, à sa manière. Toujours présent pour faire l’avocat du diable comme on dit, mais il faut admettre que c’est toujours utile d’en avoir un, permettant la réflexion plus loin, en voyant d’autres possibilités, d’autres points de vue. On dirait parfois aussi une véritable pille électrique, débordant d’énergie. Vous aurez beau, son bouton off n’a pas encore été trouvé après 30 années d’existence. Il peut être énervant pour certains, à cause de cette caractéristique de sa personne, ou pas, pour les plus positifs. Il est parfois aussi une véritable machine à parole, devenant un véritable enfer lorsqu’il n’a pas assez dormi, lorsqu’il est sous l’adrénaline, ou encore… Parfois il n’a juste pas d’excuse en fait. C’est comme ça et c’est tout. On peut lui dire de se taire, c’est une option, car il ne le réalise pas toujours. Évidemment, vu le personnage, il a le rire facile, allant de paire avec son côté plus léger, avec qui il est facile à vivre. Il n’est pas le genre très chiant avec plusieurs règlements, strictes, à tout vous dire ce que vous faites et ne faites pas. Ses anciens colocataires le texte parfois d’ailleurs, avec cette nostalgie du temps où ils vivaient tous ensemble, sans avoir leurs femmes sur le dos. Ça aide le fait qu’il soit du genre ordonné. Il le faut après tout, car un bordélique aurait plus de mal à s’en sortir dans son métier. Il est aussi le genre certes, bien blagueur et grand gamin, mais il met parfois les pieds dans le monde du sarcasme, rendant la tâche plus difficile à savoir s’il est un véritable idiot, ou s’il ne joue tout simplement pas un petit jeu. Est-ce un personnage, ou pas ? On ne le sait pas vraiment, rajoutant cette petite touche un brin mystérieuse sur sa personne que l’on n’arrive pas à saisir aisément à 100%.  Il parle beaucoup, mais pas de sa personne. Ah et il manque franchement de subtilité. Il est de ceux qui, va hurler OÙ ÇA HEIN alors qu’on lui demande de se retourner gentiment et doucement pour observer l’humain bien canon. M’voyez. Pire encore, il serait bien le genre à aller voir la personne, directement pour devenir un petit cupidon. Il n’a pas beaucoup de gêne dans la vie quoi, la peur du ridicule ne le connaissant pas. Il est aussi le genre à trouver du positif dans tout, évitant comme la peste les émotions trop lourdes, en partie car il ne sait tout simplement pas comment les vivres, comment dealer avec. Malheureusement c’est un défaut aussi. En ce sens que si lui trouve parfois une occasion idéale de faire une blague sur la victime du meurtre, il est évident que les proches de celles-ci ont envie de créer une seconde scène de crime en faisant affaire avec lui.

Autres signes particuliers

Il n’a rien de vraiment particulier, physiquement, au premier regard. Sa peau ne comporte pas grand-chose de très visible, autres que quelques souvenirs de son travail par ici et par là. Pour le reste? Si on porte attention à ce qu’il porte, lorsqu’on fait partie de son entourage, on remarque aussitôt son petit côté comique : il a une collection de t-shirt particulier, comme par exemple écrit dessus :  I got a dig bick. You that read wrong. You read that wrong too. Ou encore de plus softs dans le genre : Trust me you can dance. – Vodka. Autrement on peut compter dans les signes particuliers, sa voix. Sa voix qui change, qui sait imiter diverses nationalités, personnages et qui vous casse parfois les oreilles lorsqu’il se décide à chanter. Quoi de plus utile dans son métier, lorsqu’on désire porter plainte à son sujet au supérieur.


❝ Ma vie, mes choix

❝ Derrière mon écran


Prénom : Franfreluche
Pseudo : Pumpkin Pie, je crois que c’est celui que j’avais choisi
Age : J’ai pas encore vieillis, tel un vieux fromage depuis la dernière fois, du moins je crois.  
Pays /région : Canada (j’ai pas fait de blague cette fois)
Etudes/Travail :  Non & Non, pour le moment, parce que Covid-19
Avatar choisi : Aaron Taylor-Johnson 
Type de personnage : Inventé
Staff référent (si multicompte ou changement) : Heeeeeey yaaaaa – OutKast (Eya quoi)
Comment es-tu arrivé là ? : J’me suis reproduit trois fois.
Avis sur le forum :  Yé pense qu’il é bo, Magnikqué, Yé pense qué yé l’aime bienne. J’ai ris en remplissant le code de réservation des noms m’voyez.
Les Codes à remplir :

Réserver son avatar (après validation et si personnage inventé) :

Code:
<pris>Aaron Taylor-Johnson</pris> <a href="https://www.good-morning-america.org/u3825" class="COLO">:heavy_multiplication_x:</a> Mieszko Buczkowski

Réserver votre nom et prénom OBLIGATOIREMENT
Code:
<center><div class="LESCODES">[b]PRÉNOM[/b] : Mieszko
[b]NOM[/b] : Buczkowski
</div></center>

Listing anniversaire (vous trouverez les codes couleurs dans ce sujet)
Code:
10 : <cent>Mieszko Buczkowski</cent> (1990)

Listing des métiers (le listing se trouve par ici)
Si le lieu existe déjà : new york police department (Lower Manhattan) - Commissariat, Siège de la NYPD
Code:

:heavy_check_mark: <b>[url=https://www.good-morning-america.org/u3825]Mieszko Buczkowski[/url]</b> [i]adulte[/i] - Enquêteur

Lieu d'habitation ;Brooklyn, Williamsburg
Code:
+ <code>Mieszko Buczkowski</code>


Choix n°1 : Central Park
pourquoi pensez-vous que votre personnage correspond à ce groupe ? Métro, boulot, dodo est exactement ce dans quoi il se plait. Rien de tel qu'un endroit calme pour se relaxer après une dure journée, pour calmer son mode un brin tdah. Il se plait dans son petit train train quotidien, vivant majoritairement pour son travail, sans pour autant chercher à grimper tous les échelons possibles. Une chose est certaine, c'est un bourreau de travail. Sa vie, il la vie à son travail, avec ses imprévues, ses enquêtes et tout ce que cela implique. Une fois qu'il quitte son uniforme, c'est tout son contraire qu'il recherche.

Choix n°2 : Times Square
pourquoi pensez-vous que votre personnage correspond à ce groupe ? Il a ce petit côté Times Square chez lui. De celui qui ne s'empêche pas de vivre pour les autres, conscient plus que tout qu'il n'a qu'une seule vie à vivre, d'autant plus lorsque son métier est parfois risque de danger, de mourir à un instant ou un autre. Ce qui explique son mode de pensée à ne pas se préoccuper de ce que les autres peuvent bien penser de sa personne, à ne pas toujours mettre ce cher filtre mental qu'on ne cesse de lui dire d'appliquer. Il dit ce qu'il pense, il fait les conneries qu'il entend, faisant donc à sa tête. Tant qu'il fait bien son boulot, où est le soucis après tout!



Mieszko Buczkowski
Cent
J'ai posté : 148 messages et j'ai : 195 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Aaron Taylor-Johnson et pour finir je crédite : Magma. ze fabulous (ava) bat'phanie (sign)

Mieszko Buczkowski
Sam 28 Mar - 18:24


❝ Bref, vie de merde.

Je me demande qui a eu un jour la brillante (not) idée de créer la pizza aux ananas. C’est vrai quoi, c’était le pire mélange du monde. Lui, je suis certain qu’il avait manqué d’air à la naissance. Cette expression d’ailleurs… Étais-je un stroupft… un… comment on écrit ce mot déjà ? Schtroumpf. Ouais c’est ça. Bref, étais-je ce truc tout bleu à ma naissance ? Aucune idée. J’avais jamais vraiment posé la question à mes parents, mais pourtant on arrête pas de l’insinuer. On me la demande souvent, celle-là : si j’avais manqué d’air à ma naissance. Peut-être que oui, peut-être que non, mais je doute que ce soit vraiment ça qui explique pourquoi je suis capable de retenir mon souffle longtemps lorsque j’ai la tête sous l’eau. Je n’étais pas un as en natation, mais disons que dans mon métier, on se bagarre souvent, et que parfois le type il essaie de nous noyer dans le premier truc qu’il trouve, genre une toilette. Ça vous force un peu, à devenir meilleur dans ce domaine particulier, ça devient utile. Je l’avais vite compris la première fois, mais au moins, le criminel avait été assez gentil lorsque j’lui avais hurlé d’attendre, parce qu’elle était pas propre celle-là. C’est des choses qui arrivent, un brin de gentillesse même chez les humains de la pire espèce.

Je ne sais même plus comment je suis arrivé là.

Ah oui, je parlais de ma naissance. Ah bah en même temps, on comprend vite qu’il faut me suivre, que je dérive aisément dans un autre sujet. J’vais faire de mon mieux pour la suite de mon histoire, mais j’vous garantis rien. Et ça, par contre, je peux vous dire que c’est génétique. On ne m’a pas appris à avoir un hamster avec sa roulette entre les deux oreilles. J’étais bavard, et j’étais qu’un bébé. J’ai dit mon premier mot à un mois. Bon ok c’était un mot pour MOI. J’avais ma propre langue, et j’arrêtais pas de faire des bruits. J’suis certain que les sims, le jeu là, avec la langue inventée. Bah le père d’un des enfants au parc il m’a attendu et a piqué mon langage. Ça va, je vais pas le poursuivre en justice pour ça. J’étais trop occupé dans mon monde à moi, ce petit bébé qui ferait un terrible chien de garde. Le genre de bébé qui qu’émenderais au voleur de se faire prendre dans leurs bras, voyez le genre ? Ce genre de bébé facile là. C’était pas mal l’idée pour un premier enfant. J’parlais beaucoup, mais au moins, je hurlais pas, j’pleurais pas. J’avais même pas fait de crise lorsqu’à 5 ans, on avait quitté la Pologne pour New York. On avait quitté pour… vivre le rêve américain, pour trouver une meilleure vie, avec ces opportunités de travail plus alléchantes. Par contre, faut croire que j’étais la seule chance de mes parents, eux qui avaient rêvé un peu trop en grand, d’avoir cette grande famille. J’aurais eu au moins trois frères ou sœurs, si ce n’avait pas été de ces fausses couches. Peut-être bien que ma mère vivait trop de stress, peut-être que je ne l’avais pas vraiment aidé lorsque j’avais la faculté de marcher. On me retrouvait à des endroits pas possibles, et elle savait très bien que l’enfer ne faisait que commencer.

Cet enfer de l’enfant qui grandis, qui est casse-cou, qui se fait mal, mais qui développer un système immunitaire de feu, et une endurance de feu. Il faut voir les côtés positifs après tout. Mais ça. C’était rien, malheureusement pour elle. Rien parce que y’avais ce qu’on appelait l’adolescence. Si au départ mes parents l’avaient eu relativement facile, la chance c’était terminé là. Parce que moi, j’avais un entourage que l’on qualifiait de… Négatif. Moi je ne voyais rien. Parce que moi au fond, je m’amusais. Ils ont vachement nourri mon côté casse-cou, j’en ai fait des conneries, j’en ai fait des 400 coups. J’avais pas compté, mais je devais pas être loin du chiffre. Bien entendu pour moi, ils étaient parfaits, sans défauts. C’était le cas car eux, ne se moquait pas de mon petit accent qui trahissait mes origines. Eux, ça les amusait de me voir aller avec mon moulin à parole, mon énergie débordante en pleins cours. Rester derrière un pupitre était un enfer pour moi. Je donnais un spectacle, il semblerait. On riait, ce gros renforcement positif chez ma personne. Faire des retenues ne m’importait peu, devenu une habitude pour moi bien vite. J’étais le cas typique d’élève qu’on ne voulait PAS avoir. J’étais aussi devenu l’enfant qu’on aurait préféré ne pas avoir, j’imagine. Maintenant que j’y pense, les fausses couches étaient certainement de ma faute. Mais il était trop tard pour combler le désir de maman. Elle a les ovaires périmés là. J’suis certain qu’elle produit de la poudre pour les rares fois où --- Non. Je ne vais pas aller là. Pourquoi j’ai pensé à ça. Vite changement de sujet.

Ah ouais, mon adolescence. Dans tous les cas, j’en avais fait des choses, sans jamais mettre les pieds dans l’illégalité tout de même. Ce n’était pas faute de ne pas y voir l’intérêt, mais plutôt car ça allait à l’encontre de mes valeurs. J’étais pas le type de jeune à intimider les autres, à voler des trucs. Moi qui avais vécu cette forme d’intimidation dans ma jeunesse (oh allez, j’arrive à 5 ans, j’dois apprendre l’anglais et franchement personne ne comprend ce que je dis, et croient presque que je viens d’une autre planète), je ne tenais pas vraiment à faire vivre ce même enfer aux autres. J’avais autre chose à faire, aussi. Soit dealer avec mes parents, qui me poussaient à me trouver une voie. Cette fameuse voie qui n’était qu’un gros tas de boue devant moi. J’avais pas la moindre idée de ce que je voulais faire de ma peau. J’avais des petits boulots, les classiques de la cuisine pour dépenser mon énergie (purée que j’étais efficace lorsqu’il y avait des rush (oui j’ai fait exprès d’utiliser purée)), je ne voulais pas devenir Gordon Ramsay. J’voulais bouger, pas hurler et insulter les gens à longueur de journée. J’avais fini par consulter un orienteur, le truc que personne voulait aller voir, parce qu’ils ne servaient à rien. C’était l’avis du peuple de mon école, qui sortaient de là avec des résultats quelconques, et sans plus savoir vers quoi m’en aller. Mais pour une raison obscure, lui, avec moi, il avait vite trouvé. Enfin vite. On avait eu quelques rencontres, qui n’avait jamais durée trop longtemps. Je pense plutôt qu’il avait poussé la chose plus loin que des questionnaires, et qu’il avait prit le temps de m’observer, aussi. De voir mon ennuie qui montait en flèche que je devenais plus énervant, plus con, plus idiot parce que j’étais assis à rien faire d’intéressant. Il avait vu cette énergie, et avait compris que pour me rendre heureux je devais éviter à tout prix les bureaux et que l’adrénaline devienne mon salaire premier. Résultat ? Il m’avait vendu le rêve de devenir policier. Il n’avait peut-être pas prévu qu’on tenterait parfois de me tuer, mais ça c’était une autre histoire.

Une histoire d’un filtre qui se perd. Comme quoi la vie elle était bourrée de surprise, parfois des bonnes, parfois des mauvaises. Un drame oui, mais vous savez quoi? J’avais trouvé du positif malgré tout. J’avais commencé par le début, par vous dire que j’étais con (on le sait déjà Mie gna gna gna vous me direz, non mais la j’vous jure j’étais vraiiment con). Le con de l’étudiant qui se la croit, qui se la pète un peu trop. Parce que monsieur allait un jour devenir flic. Ce flic qui n’avait pas fait attention, ce flic qui était allé trop loin, cet apprenti qui était oh combien persuadée qu’il pouvait faire sa première arrestation sans l’aide de personne. Celui qui avait pas prévu qu’il avait mis le pied dans le mauvais bar. Vous savez LE mauvais bar. J’avais appris à la dure que c’était pas pour faire beau dans les films, qu’ils faisaient en sorte que la bande au complet se lève. Et si moi j’avais mis le pied dans le mauvais bar comme je viens de dire, eux ils l’avaient mis à plusieurs reprises sur moi. J’avais perdu connaissance, mais c’était un réveil pour le moins brutal. Le mal de tête de vous jure. Bon en même temps, j’avais manqué de virer à la Michael Jackson avec les coups à mon lobe frontal. Vous allez voir où je vais en venir : Mon filtre. Oui, ce fameux filtre qui aurait été nécessaire que je garde… Et bien je l’avais perdu, en partie. Il était beaucoup moins efficace pour taire mes idioties, mais dans ma mal chance, fut la seule partie plus drastiquement affectée. Mais le réveil brutal en question fut aussi celui d’utiliser ma matière grise de manière plus intelligente. M’investir dans mon rêve, non pas pour devenir cet imbécile se croyant invincible, mais cet imbécile qui allait (oui je reste idiot quand même) devenir un des meilleurs enquêteurs.

Mais ça, c’était qu’une partie du positif. L’autre partie c’était mon séjour à l’hôpital. Enfin on va passer la facture. Mais faut dire que j’avais fait une agréable rencontre. Une stagiaire qui avait eu la chance (ou malchance) de m’avoir moi comme rat de laboratoire pour ses apprentissages. Honnêtement, je sais que c’était de la chance. Elle appréciait ma compagnie, tout comme j’appréciais la sienne, et elle riait de mes conneries, plutôt que d’en être exaspérée. Ça c’était au début. On avait pris notre temps, pour apprendre à se connaître autrement, dans un autre lieu de l’hôpital. On avait pris notre temps pour nos premiers je t’aime. Pour le reste ? Je ne sais pas ce qui nous a pris de ne pas le faire. On était peut-être allé trop vite. Ou alors on n’était vraiment pas fait pour être ensemble. Si je la faisais rire au début, ça devenait de moins en moins le cas, sans que je ne le réalise. Elle avait trouvé mieux, sans que je ne le voie. Son sourire n’était plus destiné à ma personne, et il semblerait que son appareil reproducteur non plus hein. Bien entendu, elle ne me disait rien, elle. Aucune idée du pourquoi. On ne se parle plus vraiment, un autre truc dans notre phase du trop vite. Elle aurait dû, pourtant, lorsqu’elle m’avait fait l’annonce que j’allais être père. Étais-je prêt ? Pas du tout. Mais j’avais appris avec elle à me taire lorsqu’elle était joyeuse. Surtout lors de ses crises hormonales avec le ventre plein. Un enfer, je vous dis. Ça nous avait coûté cher en vaisselle. Elle aimait me les lancer parce que mes conneries verbales, elle ne les trouvait plus drôle du tout. Et je remercie le ciel d’avoir été à l’hôpital pour avoir un peu de protection, lorsque j’avais prononcé la dernière d’entre toute. Le bébé, il était roux quoi. C’était sortit tout seul. Et elle, elle m’avait fait une crise de colère pour une petite blague de rien du tout quoi. Elle m’avait avoué sur le tas que ce bébé il n’était pas de moi. Ça aussi c’était sortit tout seul. Le reste aussi était une histoire d’aller trop vite : la fameuse séparation qui n’avait pas prit de temps. J’avais arrêté de rire, de faire mon enfant, comme elle le disait si souvent. Ça avait apporté un peu de bon, je crois bien. Parce que si mes collègues m’avaient toujours laissé comprendre leur rêve de ma tranquillité, ils m’avaient aussi fait comprendre que ce n’était pas vraiment un réel désir de leurs part. C’était bien tranquille, malgré tout, jusqu’au jour où j’avais réussi à m’en remettre, étrangement vite. Étrangement car j’avais décidé d’étouffer mes émotions plutôt que de les vivres pleinement. Je n’avais jamais vraiment su comment dealer avec tout ça, le négatif. Et puis, cette ville avait besoin de moi, pas vrai?

Ça c’était ma première peine intense, dans l’aspect plus personnel de ma vie. La seconde ? Elle se trouvait plutôt dans le domaine du travail et n’avait rien de romantique. De la colère, de la frustration de la pire espèce. J’avais appris que parfois, dans la vie, dans ce métier du moins, on est très loin de tout contrôler. Une affaire banale, qui prend de l’ampleur, et qui sans que je ne le réalise, était en train de devenir une histoire personnelle. Un petit criminel quoi. Un petit ? Oh pas tant que ça. C’était un savon, en prime. Il méritait carrément cette comparaison : Il était comme une personne qui vous attache au lit, vous allume, vous paye la baise de votre vie…. Mais au moment de délivrance se barre en vous laissant attaché. Bref, la pire frustration, pas possible. J’étais toujours si proche, de lui mettre la main dessus. Mais à chaque fois, je me faisais berner de son intelligence et il s’était volatilisé. J’en avais fait un point d’honneur de lui mettre la main dessus, devenu en quelque sorte, mon obsession d’enquêteur. Ça c’était une chose. Je n’étais jamais le genre violent, dans la vie, je vous jure. Mais je dois dire que cette fameuse fois où Justine était venue me voir tout sourire, pour m’annoncer que le criminel que je cherchais tant avait été tué j’avais vu rouge. Elle l’avait bien vu dans mon visage froid en réponse, dans ma porte claquée pour aller hurler dans la pièce d’interrogatoire. Je n’avais jamais ressenti le besoin de me défouler dans la vie. Sauf cette fois-là. Je devais apprendre à vivre et digérer la pire frustration de toute ma vie, ayant prouvée cette journée là la raison même du pourquoi je cherchais tant à éviter les émotions négatives. Je ne savais pas comment les vivres correctement, dealer avec elles. Aujourd’hui, ça allait, j’avais digéré, j’étais passé à autre chose, à d’autres criminels en me faisant la promesse de ne pas tomber dans la même histoire. Une promesse que allait être brisée un jour ou l'autre, sans mon consentement et ça, je ne le savais pas encore.

...

Bref. Tout ça pour dire que j’aime pas la pizza au ananas en fait.

Jayden Moore
wall admin
J'ai posté : 4852 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : magma (vava)

Jayden Moore
Sam 28 Mar - 18:53
Non mais ce titre jpp Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  508197952 Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  508197952

Rebienvenuuuuuue, petite mie de pain love2
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Sam 28 Mar - 19:04
Reee !

Bon courage pour ta fiche Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  3562496689
Mieszko Buczkowski
Cent
J'ai posté : 148 messages et j'ai : 195 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Aaron Taylor-Johnson et pour finir je crédite : Magma. ze fabulous (ava) bat'phanie (sign)

Mieszko Buczkowski
Dim 29 Mar - 5:53
:riri:

Merci à vous deux Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  1994072227 !


trouble knocked at the door
but hearing laughter hurried away ▬ Before you judge a man, walk a mile in his shoes. After that who cares?... He’s a mile away and you’ve got his shoes!
Quinn-Rose Walsh
beta admin
J'ai posté : 15969 messages et j'ai : 740 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz ♥ et pour finir je crédite : Avatar by cosmic light profil & signature par moi-même

Quinn-Rose Walsh
Dim 29 Mar - 12:43
Ce titre Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  508197952 Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  508197952
Donc voilà, as usual tu me pends un personnage haut en couleur, con à souhait et juste parfait hola hâte hâte de le voir en jeu et qu'on développe nos (oui oui je te colle comme une sangsue Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  740007783 ) liens / idées Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  1938683332
Courage pour finir cette fiche qui promet beaucoup Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  18529479 Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  4035343658



her ghost in the fog
♣️ ▂ she was divinity's creature that kissed in cold mirrors. a queen of snow, far beyond compare
Mia L. Kingsley
Broad
J'ai posté : 1709 messages et j'ai : 74 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Leighton Meester et pour finir je crédite : Eilyam (av) | crack in time (sign)

Mia L. Kingsley
Dim 29 Mar - 18:06
re-bienvenue chez toi :D


Sometimes I'm happy
Sometimes I'm quite mad
© crack in time
Mieszko Buczkowski
Cent
J'ai posté : 148 messages et j'ai : 195 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Aaron Taylor-Johnson et pour finir je crédite : Magma. ze fabulous (ava) bat'phanie (sign)

Mieszko Buczkowski
Dim 29 Mar - 21:00
@Quinn-Rose Walsh Jpp t'es tellement chou avec tes compliments :**: Bon allez colle, colle, I don't need blood anyway (you know that I love it :riri: )

Merci beaucoup pour vos petits mots :vic:


trouble knocked at the door
but hearing laughter hurried away ▬ Before you judge a man, walk a mile in his shoes. After that who cares?... He’s a mile away and you’ve got his shoes!
Jayden Moore
wall admin
J'ai posté : 4852 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : magma (vava)

Jayden Moore
Lun 30 Mar - 0:40
Validation
et bienvenue sur GMA
Félicitations et bienvenue chez les CENTRAL PARK ! Tu as passé la dure étape de la fiche de présentation et elle est officiellement validée ! love2

Mon Dieu, mais qu'est-ce que j'aime ce perso Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  508197952
Cette fiche a été un vrai régal à lire, merci pour ce fou rire du début à la fin Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  1938683332 J'ai vraiment hâte de voir ce que tu vas faire avec ce nouveau perso Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  1994072227
P.S. J'aime pas la pizza à l'ananas non plus Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  2766209588

En bref, ton voyage sur Good Morning America peut enfin démarrer Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  1755252224 Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  2065780774

Intégration

A présent, ton aventure sur GMA commence Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  3839478737 Pour commencer, tu peux te rendre dans Le repère d'Eya love2 .

Pour avoir des copains tout beaux tout propres, tu peux avoir ton sujet dans l'espace compte que tu aménages comme bon te semble !

On t'encourage aussi à faire des recherches de liens car c'est toujours appréciable de chercher des liens importants pour ton personnage avec des membres déjà présents sur le forum Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  18529479

Pour compléter ton intégration, nous avons mis à ta disposition des astuces qu'on espère t'aideront love

Liens importants


Hop hop ne pars pas si vite, il y a encore des choses à voir et à découvrir Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  18529479 Tout d'abord, on te donne rendez-vous dans le listing des avatars et noms / prénoms afin de vérifier que tu t'y trouves bien love2 Si ce n'est pas le cas, n'hésite pas à envoyer un MP à un membre du staff Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  18529479 Aussi, va faire un tour dans le sujet des listings pour vérifier que tu t'y trouves sinon, n'hésites pas à faire une demande love2 Pour toutes demandes relatives à ton personnage, ça sera par ici hola

Si jamais tu es perdu dans tous les parties RP du forum, n'hésite pas à regarder les lieux de new york. Il faudrait aussi suivre le sujet des news du forum pour être prévenu de toutes les petites nouveautés. Et finalement, si jamais tu dois t'absenter, on voudrait le savoir pour garder ton compte bien au chaud Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  4035343658

Divers & Bonus

Sur GMA il y a plusieurs façon de gagner de l'argent, pondre des pavés en fait partie hola tu peux aller voir le sujet dollars rps pour en savoir plus. Sinon, tu peux aussi participer au thème avatar disponible après chaque maintenance ainsi que les autres animations du forum.

Si tu adores papoter, on te suggère d'aller papoter dans les débats et discussions et te prêter à quelques jeux. N'oublie pas de faire une bonne action envers GMA en votant aux tops sites et poster dans les fiches pub de GMA

N'hésite pas à aller consulter tous ces liens, tu y trouveras sans aucun doute ton bonheur ♥
Une dernière chose : AMUSE-TOI BIEN SUR GMA Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  201132147 Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  1111009597 Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  3599277392 Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  627785219 Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  1592557089
Et bien sûr, nous restons à ta disposition si tu as la moindre question ou le moindre souci ! Donc n'hésite pas à venir nous voir en MP Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier  1755252224
Contenu sponsorisé
Ma maman manquait d'inspiration pour mon nom, alors elle s'est cogné la tête contre le clavier
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Once upon a time
 :: A way to New York :: Welcome to New York
-
Sauter vers: