Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous Sorry, we’re having roommate problems ◊ Luna & Ivar 4035343658
-20%
Le deal à ne pas rater :
Microsoft Manette Xbox One sans Fil + Câble pour PC et Xbox
47.99 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez

Sorry, we’re having roommate problems ◊ Luna & Ivar

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Queens :: Jamaica
Lyudmila I. Jerdeva
times admin
J'ai posté : 4240 messages et j'ai : 649 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Alysha Nett et pour finir je crédite : Avatar par MORPHINE. ; signature par Lilousilver

Lyudmila I. Jerdeva
Lun 30 Mar - 1:25

Sorry, we’re having roommate problems
Luna & Ivar & Lyudmila
Sorry, we’re having roommate problems ◊ Luna & Ivar Tumblr_inline_o7fmqyGoVq1tae3h3_250
Elle était là, accoudée à la fenêtre grande ouverte, à prendre l’air, fumant sa cigarette comme si le monde tournait rond avec sa tasse de café brûlant à la main. On pourrait presque croire que tout est normal, que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes mais tout ceci n’est qu’une façade. Rien ne va, rien n’ira plus jamais elle a bien l’impression. Et pourtant, Lyudmila, elle est loin d’être une personne fataliste. Mais parfois, il faut aussi savoir se rendre à l’évidence, le sort s’acharne, et elle ne peut pas y faire grand chose. Ca a commencé avec cette fusillade en septembre et maintenant, il y a cette pseudo interdiction de voir du monde, interdiction qu’elle aurait bien volontier suivit en un sens. Parce que là, elle est loin d’être seule, elle est loin d’avoir la solitude qu’elle aimerait pour se morfondre sur sa vie. Elle n’est même plus chez elle, c’est dire. Elle a laissé Far Rockaway derrière elle pour Jamaica. C’est pas la mer à boire après tout, c’est plus la situation qui rend les choses un peu plus compliqué. Un appartement, trois personnes. Jusque là, les comptes peuvent être bon, ça se fait pour beaucoup et ça pourrait aller, si elle n’était pas avec Ivar et Luna. Première fois qu’elle côtoie la jeune femme, les circonstances ne sont peut être pas optimales non plus pour qu’elles deviennent les meilleures amies du monde. Non en fait, même dans d’autres circonstances, elle a bien conscience Lyudmila que jamais les choses ne pourraient être simples entre elle deux. Un soupir traverse ses lèvres à la blonde alors qu’elle porte finalement sa tasse à ses lèvres. Elle est peut-être la première levée, elle ne sait pas vraiment en fait. Depuis qu’elle est ici, elle vit un peu sa vie un solitaire du mieux qu’elle peut, elle évite ceux qui l’ont accueilli autant que possible, ne voulant pas de regard de pitié ou elle ne sait trop quoi. En fin de compte, elle ne sait même pas exactement ce qui l’a poussé à accepter l’offre d’Ivar de déménager. Peut-être qu’elle espérait là quelque chose de nouveau entre eux tout en sachant qu’il y aurait Luna. Luna. Rien que d’avoir ce prénom en tête, elle ne sait pas quoi en penser. Elle n’a pas fait de grands efforts la blonde, peut-être qu’elle devrait en fin de compte. Essayer ne veut pas dire réussir, c’est juste pour voir et peut-être que ça pourrait bien se passer. Mais avec des si, on referait le monde comme il est dit. Elle note ça dans un coin de sa tête et écrase sa cigarette avant de la laisser tomber par la fenêtre. Mauvaise idée, mais c’est pas bien grave. Elle a pas vraiment le temps d’y penser à vrai dire car à l’intérieur de l’appartement, elle entend un grand bruit. Et c’est là que les choses dégénèrent. Elle a peine le temps de se retourner qu’elle voit son chat passer en courant, suivit par les chiens d’Ivar. « Et merde, fais chier ! » Elle ne peut pas faire grand chose, si ce n’est refermer la fenêtre pour être tranquille, certaine que son chat ne s’échappera pas d’ailleurs que de la pièce où il était censé être.



You only leave once
 
Ivar H. Kovacs
times admin
J'ai posté : 5639 messages et j'ai : 783 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : StephenHOTJames et pour finir je crédite : Avatar by unreleased & profil, signature by moi, gif tumblr,♥

Ivar H. Kovacs
Mer 29 Avr - 0:48

sorry, we’re having roommate problems
Luna & Lyudmila & Ivar

Tu as l’impression que ta tête pèse une tonne. Dès que tu ouvres les yeux, tu grimaces de part ce bruit sourd que tu entends dans le salon. Tu grognes et tu pestes quelques mots inintelligibles dans ta langue natale. Tu n’as pas besoin de voir de tes yeux les dégâts pour savoir qu’il y en a. Et tu n’es pas obligée de te lever pour savoir ce qui se passe ; tes chiens ont pris comme cible le chat de Lyudmila. Non, tu ne lui as pas demandé de t’en occuper en ces temps obscurs. Tu as plutôt fait une entrave à tes habitudes, tu l’as carrément invité chez toi. La cause est simple. Il y a un virus qui circule dans le monde entier et bien évidemment, il a touché les états unis ainsi que l’état de New York. Le maire avait mit des semaines avant de prendre une décision drastique ; tous les habitants doivent rester chez eux. Après cette annonce, tu as directement pensé à la blonde. Elle est seule dans son appartement et par dessus tout, elle ne se sent pas bien depuis la fusillade de septembre. Directement, tu en as parlé avec Luna, lui demandant son avis. Ce que tu apprécies d’ailleurs chez ta femme, c’est sa capacité à faire la part des choses. En temps normal, elle n’aurait pas accepté de peur de voir les conséquences mais vu les circonstances, elle a accepté. Tu ignores si elle avait dit oui pour te faire plaisir ou si elle est convaincue par l’idée. Et en réalité, tu ne cherches pas trop loin parce que les deux jeunes femmes ont une place importante dans ta vie et tu veux veiller sur elles en ces temps-ci. Sauf que … tu as oublié le chat ce qui rend vos journées et surtout vos matinées assez mouvementées. Tu te lèves alors avant de jeter un coup d’oeil à tes côtés. Luna dort encore et bien évidemment elle est dans ton lit. Tu n’as pas pu faire autrement puisque ton loft ne comporte que deux grandes chambres et c’est hors de question de te séparer de ta petite salle de sport sinon tu finiras par devenir schizophrène à la fin du confinement.

Muni d’un simple boxer, tu débarques dans le salon et directement, ta voix s’élève. « Atila, Argos, ici, tout de suite. » Tu ne hurles pas mais tu ne parles pas doucement non plus. D’ailleurs, tu as mal à la gorge vu que tu as forcé sur ta voix qui semble plus rocailleuse que jamais. Tu fais un geste vers tes pieds et comme attendu, les deux boxers se ramènent, peineux d’avoir été séparé de leur jouet. Tu soupires en posant un regard désolé à Lyudmila. « Désolé. Ils n’ont pas l’habitude d’voir un autre animal ici. » Et puis ils sont un peu capricieux tes chiens même si tu arrives à les ménager. Tu fais demi-tour pour aller faire ta toilette et revenir ensuite dans la cuisine ouverte sur le salon. Café. Tu as besoin d’une grosse quantité de café. Heureusement que Lyudmila en a préparé. « Merci pour le café. » Dis-tu tout en récupérant la grande tasse pour aller t’assoir à côté de la jeune femme. Tu regardes un peu l’extérieur. On aurait dit que vous vivez dans une ville fantôme. Tous les commerces sont fermés et par dessus tout, il y a aucun circulation, aucun piétant dans les rues. C’est … « Affreux. J’ai l’impression d’être dans un nanar avec une ville envahie par les zombies. » Ca te fait passablement sourire. Tu glisses ensuite une main sur celle de la jeune femme non sans boire une nouvelle gorgée de ton café. « Ca va toi ? » Tu as subitement peur de la réponse.





A fine day to exit
Long way from home. Nowhere to go. What made the river so cold? The sweat of thoughts, Trickle down my brow. Soaking and stinging my eye.

awards & co Sorry, we’re having roommate problems ◊ Luna & Ivar 570016848:
 
Luna Pucci-Kovacs
beta admin
J'ai posté : 1272 messages et j'ai : 133 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Scarlett Simoneit et pour finir je crédite : Eya d'amour

Luna Pucci-Kovacs
Sam 16 Mai - 10:06
Tu ne sais pas pourquoi tu as accepté cette situation Luna, tu ne sais pas ce qui t’a entrainé à dire oui pour ce genre de ménage à trois mais lorsqu’il t’a demandé ton avi, Ivar semblait tellement tenir à cela que tu n’as pu te résoudre à lui refuser. Dans le fond tu ne sais même pas qui est réellement cette Lyudmila, tu sais juste que ton mari tient à elle, et que c’est à cause d’elle si tu as dû soigner toutes ses blessures suite au drame à la soirée de la mairie. Alors peut-être que c’est de la jalousie, peut-être que c’est juste un instinct de protection envers celui qui t’a sorti de la merde, tu n’en sais rien Luna, mais tu n’arrives pas à apprécier la jeune femme. Alors tu es polie avec elle, tu essaie de ne pas la faire se sentir mal chez Ivar, d’autant qu’en réalité, tu n’as pas vraiment ton mot à dire, tu n’es personne pour lui, du moins, vous n’êtes pas vraiment en couple, alors il a le droit de vouloir une autre que toi, mais c’est comme ça, tu détestes cette situation, et tu ne peux t’empêcher de regretter d’avoir dire oui à chaque fois que tu te retrouves en face de la russe. C’est sans doute pour ça aussi que tu traines pas mal au lit le matin, en règle général, le fait de te retrouver seul dans le lit est ce qui te réveil, alors lorsqu’Ivar sort de la chambre tu en profite pour t’étirer autant que possible prenant toute la place, avec toujours la même question, pourquoi est-ce que c’est toi qui te retrouve dans son lit ? C’est à y rien comprendre. Tu les vois tous les deux, tu vois leur regard, et tu sais très bien que ce n’est pas juste de l’amitié qui les lie, alors pourquoi tu te retrouves au milieu Luna ? Pourquoi tu n’es pas dans cette chambre d’ami, comme d’habitude ? Tu n’y comprends rien, et en réalité, tu as peur de poser les questions à ton mari, tu as peur des réponses qu’il pourrait apporter, peur que cela change tout entre vous, et ça, tu n’es pas sûr de le supporter. Tu entends d’ailleurs la voix de cet homme se faire entendre pour appeler ses chiens et ça te fait sourire et grogner en même temps. Tu sais que tu vas devoir te lever, mais tu ne sais pas encore si tu en as le courage, alors tu commences  par mettre ta tête sous l’oreiller esperant ne plus rien entendre, mais c’est trop tard. Atila et Argos ont senti que tu es réveillée et ils attendent leur calin matin, tu les entends renifler sous la porte de la chambre et cela te fait rire. Tu te lèves alors, et tel un zombie tu te diriges vers la sortie de la chambre pour ouvrir cette barrière entre eux et toi afin de les noyant de calins alors qu’ils te font tomber, comme toujours, à force de chercher à te sauter dessus. Ivar les a bien élevé, ils ne font pas ça normalement, mais toi, tu as cassé toute cette éducation parce que tu adores ces moments là, laissant entendre ton rire alors que tes fesses protégée par un simple shorty touche le sol. Ok on se calme les gars ! C’est bon, je suis debout, c’est bon ! Mais l’un des deux molosses finis par te donner un grand coup de langue sur le visage ce qui te fais pester d’un coup, les stoppant net dans leur élan. Ils le savent, tu détestes ça, et lorsque ça arrive, tu cesses tout jeux avec eux. Tu te redresses alors pour aller dans la salle de bain, tu entends la voix d’Ivar parlant de zombie, mais tu n’y prête pas plus attention que ça, tu veux juste aller te laver désormais. Une fois rafraîchi, tu t’amènes enfin dans cette grande pièce où se trouvent déjà Ivar et Lyudmila, et tu ne peux manquer la main de ton mari sur celle de la jeune femme. Encore une fois, tu ressens cette pointe de jalousie sortie de nul part Luna et ça t’agace alors après avoir seulement laissé entendre un simple Bonjour Tu te diriges directement dans la cuisine pour te préparer ton omelette banane chocolat matinale sans prendre la peine de savoir qui en veut. Si en temps normal tu aurais préparé le petit dej pour Ivar aussi, tu dois avouer que depuis que la blonde est là aussi, tu fais ta gamine égoïste Luna, ne faisais les choses que pour toi, alors que cela ne te ressemble pas du tout. Il n’y a pas de doute tu n’aimes pas celle que tu es dans cette situation, et le pire c’est que tu ne sais pas pourquoi tu es comme ça, ce qui t’agace encore plus. Pourtant, cela ne t’empêche pas de faire un peu de bruit, volontairement, sans aucun doute, parce que tu sais que les deux personnes à côtés sont entrain de discuter, et que ton inconscient te pousse une nouvelle fois à faire chier le monde. Alors tu cognes la poêle un peu fortement  sur le feu, tu remets tes oeufs bien plus énergiquement qu’il ne le faudrait pour que le fouet cogne bien sur le bol, et tu donnes des coup de couteau bien trop fort pour couper une pauvre banane… Désolée hein, j’en ai pas pour longtemps… Tu ne masques qu’à peine le fait de ne pas être vraiment désolée, et le pire c’est que si on vient à te demander pourquoi tu agis ainsi, tu seras bien incapable de répondre, puisque tu n’as pas toi même la réponse...
Lyudmila I. Jerdeva
times admin
J'ai posté : 4240 messages et j'ai : 649 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Alysha Nett et pour finir je crédite : Avatar par MORPHINE. ; signature par Lilousilver

Lyudmila I. Jerdeva
Jeu 21 Mai - 1:19

Sorry, we’re having roommate problems
Luna & Ivar & Lyudmila
Sorry, we’re having roommate problems ◊ Luna & Ivar Tumblr_inline_o7fmqyGoVq1tae3h3_250
Elle savait dès le départ que cette cohabitation serait une mauvaise idée et pourtant, elle a accepté la situation sans dire le moindre mots. C’était pathétique, ça l’est toujours mais elle accepte de le faire parce que dans le fond, elle sait très bien que si Ivar lui a fait cette proposition, c’est pour son propre bien. Depuis la fusillade à la mairie, elle n’est plus la même. Elle ne sort plus, elle ne mange presque plus, elle est juste renfermée sur elle-même, comme une coquille vide qu’on aurait beau essayer d’ouvrir sans grands résultats. Elle déteste ça elle aussi, cette situation mais elle ne sait pas y échapper, elle ne cherche pas non plus il faut dire. Alors accepter ce compromis, de venir vivre le temps du confinement avec Ivar et sa femme, c’était le moyen de rester en contact avec du monde sans pour autant dépérir. Mais rien ne se passe jamais comme prévu dans sa vie, tout serait bien trop beau. Elle espérait avoir une matinée tranquille en se levant trop mais elle avait oublié qu’elle avait un chat, qu’Ivar avait deux chiens et que ça n’était peut-être pas la colocation idéale pour un peu de tranquillité. Le Chat, qui n’a jamais eu de nom il faut bien le préciser, n’aime pas non plus cette situation, elle le sent quand il est contre elle et elle ne peut pas vraiment lui en vouloir en réalité, c’est naturel. Elle n’est que spectatrice de cette pseudo course poursuite entre chat et chiens qui se déroule dans l’appartement et ce jusqu’à l’intervention d’Ivar, sans doutes réveillé par le bruit. Elle s’en veut de mettre à mal sa vie, bien que ce fut son idée cette cohabitation. C’était pas comme ça que les choses devaient se passer, elle le sait. « C’est ma faute, j’ai mal dû fermer la porte en me levant et il en a profité pour faire un petit tour. » Elle parle sur le ton de la conversation, comme si c’était normal et ça l’est sans doutes en faites. C’est un chat après tout, est-ce qu’on peut lui reprocher de ne pas accepter de rester enfermer dans une pièce toute la sainte journée ? Non. Elle reprend son observation de l’extérieur alors qu’il la remercie pour le café fraîchement préparé. C’est le moins qu’elle puisse faire alors qu’elle s’impose d’une certaine manière. Elle replie ses jambes pour lui laisser la place de s’assoir à ses côtés et observer cette ville morte qui s’étend sous leurs yeux. Elle n’arrive pas à savoir quand les choses ont dérapés pour qu’ils en arrivent à cette situation critique. Critique pour le monde entier, il faut le dire et c’est ce qu’elle déteste le plus, ne pas avoir d’issu, de moyen de s’échapper pour fuir la situation qui règne à New-York. « Et on serait les derniers survivants ? Plutôt triste qu’affreux j’ai envie de dire. » Comment vivre dans un tel monde ? Elle se le demande bien. Et alors qu’elle s’apprête à répondre à sa question de savoir si ça va pour elle, elle est coupée dans son élan par la troisième habitante des lieux, Luna. La preuve que ça serait triste s’ils étaient les trois derniers dans ce monde, elle se demande même qui tuerait qui en premier si la situation venait à l’exiger. Un soupir passe ses lèvres face au bonjour de la jeune femme et si au départ elle la regardait, elle finit par reporter son regard sur sa tasse de café, puis sur l’extérieur. Une preuve de plus qu’elles arriveront jamais à s’entendre, que ça semble être normal de se faire la guerre sans réels motifs. Enfin, c’est ce en quoi elle veut croire Lyudmila. Les bruits l’agacent en tout cas, il n’y a pas besoin d’être un génie pour savoir qu’elle le fait exprès et ça ne fait que redoubler son agacement à l’égard de la jeune femme. « C’est quoi son problème ce matin ? » Elle se parle plus à elle-même qu’autre chose, elle n’attend pas de réelles réponses, ça n’avancerait sans doutes pas vraiment les choses de toute manière. « Encore une journée de merde en perspective, ça répond à ta question de savoir si je vais bien ? » Dans ces quelques mots, elle fait passer tout son agacement, histoire qu’il comprenne qu’elle a de plus en plus de mal à vivre cette vie, cette situation et qu’elle aimerait rentrer chez elle. Luna n’est pas son problème, elle ne veut pas avoir à s’en soucier, à se préoccuper de ses humeurs. L’ignorance, ça devrait, elle l’espère, fonctionner.



You only leave once
 
Ivar H. Kovacs
times admin
J'ai posté : 5639 messages et j'ai : 783 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : StephenHOTJames et pour finir je crédite : Avatar by unreleased & profil, signature by moi, gif tumblr,♥

Ivar H. Kovacs
Dim 5 Juil - 10:47

sorry, we’re having roommate problems
Luna & Lyudmila & Ivar

« C’est ma faute, j’ai mal dû fermer la porte en me levant et il en a profité pour faire un petit tour. » « Non c’est un animal il n’aime pas se sentir dans une cage. » Tu termines à peine tes mots qu’un son au loin s’échappe du couloir. Un rapide coup d’oeil à la pièce de vie te fait comprendre que les coupables ne sont autres que tes chiens. T’as pas besoin de voir ce qui se passe pour le savoir ; ils ont envahi Luna pour lui donner un grand câlin. Au départ, quand la jeune femme était arrivée chez toi, tes chiens s’étaient montrés plutôt jaloux. Du genre à venir s’installer à tes pieds dès que Luna prend place à tes côtés. Ils essayaient tout le temps d’attirer ton attention quand elle te parlait. Mais petit à petit, ils avaient compris qu’à présent elle était la quatrième habitante de la maison ce qui fait qu’ils l’avaient accepté voire même adoré ; pendant ton absence, elle s’occupe d’eux, elle leur donne leur dîner, elle joue avec eux. Alors cette affection pour elle dès le petit matin ne t’étonne plus au contraire, ça t’attendrit et fait dessiner un léger sourire sur tes lèvres quand tu vois la jeune femme par terre. Ca y est, ils ont fait ce qu’ils voulaient. Si dans un sens cela te dépite car ils foutent en l’air ton éducation mais dans un autre, cela te fait plaisir qu’ils l’acceptent totalement. Quand le vacarme disparaît, tu te mets à regarder par la fenêtre non sans soupirer. Un café reposant entre tes doigts tatoués, tu regardes les rues désertes et les commerces fermés. Tu n’as jamais vu la ville aussi calme. Tu as lu beaucoup de choses sur New York avant d’y débarquer. La ville qui ne dort jamais. Au départ, t’avais trouvé cela absurde et probablement hyperbolique. Mais depuis que tu es là, tu as compris le sens de cette phrase. Cette ville est toujours animée et ses lumières ne s’éteignent jamais. Tu n’as jamais pensé pouvoir voir cela un jour et pourtant cela arrive ; les lumières sont éteintes et elle devient comme les autres endroits de la planète ; une ville fantôme. Tu n’as pas le temps d’y penser davantage, tu fronces les sourcils à la cacophonie crée par Luna dans la cuisine ouverte. Qu’est-ce qu’elle a ce matin ? Quelques secondes plus tôt tu ne l’as pas ignoré, tu as répondu à son bonjour. Hier, elle t’avait gratifié d’un sourire avant de fermer les yeux pour dormir. Tu es certain qu’elle n’a pas encore ses règles, tu as appris à remarquer ce genre de choses. Alors qu’est-ce qui se passe ? C’est Lyudmila qui agit en premier et même si tu fronces les sourcils, tu ne peux rien lui dire. Elle a raison ; Luna a bel et bien un problème et c’est à toi de le résoudre. Tu as occasionné cette situation. La russe est ton invitée et peu importe la quantité de tes défauts, tu prends toujours soin de tes invités, ça c’est indiscutable. Avant de te redresser, tu serres doucement la main de la blonde. Tu fais quelques pas et tu t’appuies contre le plan de travail qui avoisine la plaque où la jeune femme cuisine son omelette. D’ailleurs, tu n’en vois qu’une seule. C’est clair, elle a un problème. Malgré les questions qui circulent dans ton esprit, tu ne dis pas le moindre mot, l’observant dans un silence malaisant. Tu ne daignes bouget et l’appeler que lorsqu’elle commence à partir avec son assiette. Là tu l’arrêtes et rapidement tu entoures ses épaules de ton bras, te penchant pour embrasser le haut de son crâne. Ton autre main se saisit du plat. « C’est à moi j’imagine. » Tu recule légèrement non sans lui sourire. « Si tu vas en préparer une autre pour toi, fais pas de bruit. Tu sais que je peux être très grincheux le matin. » Tu parles sur le ton de la plaisanterie et tu parles sans hausser la voix. Ses mots sont pour elle et tu ne veux pas inclure Lyudmila dans votre petite conversation. Tu lui fais un clin d’oeil et tu retournes sur le canapé, une fourchette garnie déjà dans la bouche. « On peut aller faire un tour et essayer de faire en sorte que la journée ne soit pas merdique. Qu’est-ce que t’en dis ? » Cette fois, tu t’adresses à Lyudmila. Tu comprends sa position et faut dire que les deux femmes ne font rien pour te rendre la tâche facile. C’est comme si chacune d’elles, fait tout son possible pour te culpabiliser d’avoir déclenché cette situation. Pourtant, concrètement, tu ne les as pas forcé. Tous les deux auraient pu dire non si la proposition ne leur plaisait pas. Mais tu essaies Ivar. Tu essais d’abord de faire appel à tout ton self-contrôle et ta patience pour ne mettre personne mal à l’aise. Après une deuxième bouchée, tu te mets à parler d’une voix haute pour que les deux puissent t’entendre. « On promène les chiens tout à l’heure dans le parc ? » Peut-être que de cette façon, elles apprendront à se connaître et s’apprécier. Tu es trop optimiste sur le coup mais … celui qui ne tente rien n’a rien.




A fine day to exit
Long way from home. Nowhere to go. What made the river so cold? The sweat of thoughts, Trickle down my brow. Soaking and stinging my eye.

awards & co Sorry, we’re having roommate problems ◊ Luna & Ivar 570016848:
 
Contenu sponsorisé
Sorry, we’re having roommate problems ◊ Luna & Ivar
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Queens :: Jamaica
-
Sauter vers: