Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous L'amour est le seul moyen de rester vivant [Aleks, Solveig et William]  4035343658
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur Nike Air Max 200 Winter
63 € 125 €
Voir le deal

Partagez

L'amour est le seul moyen de rester vivant [Aleks, Solveig et William]

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper East Side
William O'Connor
Times
J'ai posté : 652 messages et j'ai : 451 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bradley Cooper et pour finir je crédite : Junkiee

William O'Connor
Mer 6 Mai - 9:43


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William


Je fais peut être la plus grosse erreur de ma vie quand je me dirige vers l'appartement de Solveig, un bouquet de roses à la main. Ce qu'il me prend ? Je ne peux tout simplement pas vivre sans elle, je ne peux pas me passer de sa présence, de son parfum, de ses sourires. Alors je compte tenter le tout pour le tout. J'ai besoin de lui dire, de lui expliquer que je suis prêt à faire une croix sur tous mes projets pour être avec elle, car c'est ce qui est le plus important. Pendant un temps, j'ai pensé que l'amour ne faisait pas tout, que je ne serais pas heureux avec une femme qui n'a pas les mêmes envies que moi. La vérité, c'est que je ne suis pas heureux maintenant qu'elle est loin de moi. C'est insupportable. Cette douleur est juste excessive. Alors oui, je suis prêt à faire une croix sur une probable famille, un couple parfait, je m'en fiche. Elle peut garder son appartement, travailler jusqu'à pas d'heures. Tant pis si on ne doit se voir qu'une fois par semaine. Je suis tellement fou d'elle que ça sera mieux que rien. L'amour ne fait pas tout, sauf quand l'amour est tel que je le ressens. Voilà ma croix à porter.

Solveig m'affirmera peut être que c'est fini, qu'elle ne veut plus de cette histoire, mais je compte essayer de lui ouvrir les yeux sur une chose : nous sommes la plus grande et la plus belle histoire d'amour que nous ayons vécu. Le destin a fait tout son possible pour que l'on croise constamment la vie de l'autre. Aucun homme ne pourra l'aimer comme moi je l'aime, et se donnera autant de mal pour la rendre heureuse. Pour cette femme, j'ai tout fait. Pour l'oublier, j'ai tout fait aussi, jusqu'à me retrouver sous les bombes, à l'autre bout du monde. Est-ce que ça a suffit ? Non, bien sûr que non.

Ce soir, je veux qu'elle comprenne que c'est toute cette pression qui a bousillé notre couple, la peur de rendre l'autre malheureux en ne voulant pas adopter son mode de vie. Mais en dehors de ça ? En dehors de ça, nous avons été heureux ensemble, nous nous sommes aimé, nous avons ri, nous avons passer des nuits entières à discuter, à faire l'amour, à vivre dans notre bulle. Alors oui, je veux bien baisser les armes pour que l'on puisse retrouver ce bonheur. Pour nous donner une dernière chance.

Ca me paraît important d'essayer. Je suis malheureux au point de vouloir me foutre en l'air. J'aime cette femme comme il n'est pas permis d'aimer. Alors peut être qu'elle m'enverra chier, mais j'aurais au moins essayer. Je refuse de la voir quitter ma vie, sans avoir tenté de livrer cette dernière bataille. Après, je lâcherais l'affaire, pour de bon.

Nous sommes dimanche. Il est vingt heures quand je me retrouve devant la porte de son appartement. Je reviens tout juste du travail. Je suis éreinté, mais ce n'est pas grave. Dans mon dos, je cache les quelques roses que j'ai acheté, faute de mieux. A cette heure ci, seuls les fleuristes sont encore ouverts. Je prends une profonde inspiration avant de frapper à la porte.




Fiche codée par < NyxBanana >

Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Mer 6 Mai - 21:48


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William


- Je ne croyais pas que tu allais dire oui, je suis presque choquée,
dis-je au danois qui est allongé sur mon canapé en train de jouer avec Maroon.

Ce week-end, premier week-end depuis le dé-confinement, j'ai proposé à Aleksej de le passer chez moi. Vendredi soir, j'étais chez Alice et Mark. J'ai vu William et ça m'a fait bizarre. En le voyant, j'ai tristement réalisé que je m'en voulais encore et que j'avais du mal à lui parler normalement. Le samedi midi, quand Aleksej est arrivé à l'appartement, j'ai décidé de lui en parler. J'avais besoin de vider mon sac et, c'est sans surprise que l'homme m'a écouté sans jugement. Cela m'a fait du bien mais sans pour autant me décharger totalement du poids sur mon cœur. J'ai conscience que seul le temps fera son œuvre à ce sujet mais j'aimerai que cela ne dure pas trop longtemps, pour mon propre bien.

J'entends Maroon grogner ce qui me force à me retourner vers le canapé. Aleksej est mort de rire. Il a réussi à choper l'os du chien et celui-ci cherche à le récupérer. Je sais qu'il ne le mordra pas, il est trop doux pour cela.

- Du calme messieurs je-

On sonne à la porte, ce qui signifie que le livreur est arrivé. Un grand sourire vient presque place sur mes lèvres. Mon estomac crie famine donc je ne peux qu'être ravie d'entendre cette sonnette s'activer.

- J'arrive ! dis-je en posant le chiffon que j'avais dans la main.

Quand j'ouvre la porte, tandis que je m'attends à voir un homme ou une femme casquée avec deux pizzas dans les mains, la personne qui se trouve devant moi n'a strictement rien à voir avec un quelconque livreur.

- Will ?!

Fiche codée par < NyxBanana >


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Mer 6 Mai - 23:23


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William

La semaine n’avait pas été de tout repos pour le danois. Il avait probablement atteint des piques d’émotions jamais égalé. Entre l’accouchement de Callie, la venue au monde du petit Jaime, Solveig qui était rentré chez elle, son retour au bureau. Sa psy avait consenti à lui apporter un suivi un peu plus soutenu dans les prochains temps. Contre toute attente, il avait réussi à temporiser, à prendre un évènement après l’autre pour ce qu’il était. Malgré l’inquiétude qu’il avait ressenti pour son amie, c’était une nouvelle pour laquelle se réjouir. Il était d’ailleurs impatient de faire la connaissance de ce petit être avec qui il partageait déjà un petit bout de son nom.

Son retour au bureau c’était fait sans heurt. La plupart de ses collaborateurs étant restés en confinement, il n’avait pas raté grand chose. Et quand il avait fait part de ses doutes à Charles, celui-ci n’avait pas paru étonné. Au contraire. Il voyait bien qu’Aleksei n’était pas au mieux de sa forme depuis qu’il avait accepté la position d’Associé. Ils étaient tous les deux d’accord sur le fait qu’il faudrait peut-être redéfinir sa position. En attendant, il fallait qu’il trouve une nouvelle secrétaire et qu’il close un certain nombre de dossier.

Il avait également consenti à parler de la jeune femme avec sa psychologue, de l’angoisse de son départ. Et si les premiers jours avaient été plutôt difficiles, elle avait réussi à lui mettre peu à peu en tête que ce changement de situation n’était peu être pas la fin mais le début de quelque chose. Quand Solveig lui avait proposé de passer le week-end chez elle, il avait été obligé de se retenir pour ne pas paraître trop impatient ou empressé. Il fallait dire que bien qu’ils s’étaient mis d’accord pour ne se mettre aucune pression, pour avancer à un rythme raisonnable tous les deux, Solveig lui avait annoncé durant la semaine avoir parlé d’eux à ses amis.

Là encore, Aleksej avait dû essayer de cacher sa joie, pour ne pas paraître trop excité mais il avait du mal à contenir l’effet que cette officialisation avait sur lui. De son côté, mis à part Callie qui avait suivi son histoire et sa psychologue, il n’en avait parlé à personne. Cela dit, il s’était décidé à appeler sa mère pour prendre des nouvelles et au bout d’une dizaine de minutes, c’est elle qui avait mis le sujet sur le tapis sans qu’il ait pu dire quoi que ce soit. Cette femme avait un sixième sens. Alors évidemment, dans la demi-heure qui suivi, ses soeurs avaient été au courant et l’avait appelé. Elles étaient infernales. Seule Mia c’était contenté d’un sms plutôt modéré.

Il avait passé la matinée au cabinet à passer des entrevues pour trouver la nouvelle perle rare qui pourrait remplacer Elysia. Il était bien content de pouvoir retrouver la jeune femme chez elle et s’échapper de ce calvaire. L’après-midi avait été plutôt calme. Il lui avait fait un rapport détaillé sur toutes les personnes qu’il avait rencontré, 9 au total. Solveig lui avait fait par de sa soirée chez ses amis. Amis qui en apprenant leur relation avait proposé d’invité Aleksej également. Non pas que l’idée d’être le plus one de la brunette lui déplaisait, il n’était pas sûr d’être absolument prêt à ça. Ils s’étaient fait part de leurs aventures de la semaine, de leurs doutes, mais aussi de chaque pas qu’ils avaient fait en avant.

La jeune femme avait finalement réussi à le convaincre de faire livrer des pizzas pour le dîner. Il n’était pas là pour mener aucun combat ce week-end. Elle lui avait manqué, horriblement. Mais la sensation de la retrouver était douce. Et découvrir toutes ces autres facettes d’elle était grisant. Comme elle avait suivit ses règles quand elle était chez lui, il suivrait les siennes quand il serait là. Elle avait insisté pour faire elle même la vaisselle et il en avait profiter pour aller taquiner Maroon. Lui aussi lui avait manqué mine de rien. Le danois n’avait pas pu s’empêcher de sourire en voyant l’enthousiasme qu’une pizza pouvait provoquer chez la jeune femme. Il n’était pas étonné de la voir se presser à la porte quand la sonnette retentit.

Quand il l’entendit prononcer le nom de son ex-petit ami, le danois se figea. Maroon en profita pour récupérer son bien sans même qu’il ne s’en rende compte.

Fiche codée par < NyxBanana >
William O'Connor
Times
J'ai posté : 652 messages et j'ai : 451 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bradley Cooper et pour finir je crédite : Junkiee

William O'Connor
Jeu 7 Mai - 8:29


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William


Le bouquet de roses toujours caché dans mon dos, j'attends avec impatience que Solveig m'ouvre, ce qui ne tarde d'ailleurs pas. Quand son visage apparaît dans l'entrée de son appartement, un fin sourire se dessine sur mes lèvres. Elle semble surprise de me voir, ce qui paraît on ne peut plus logique. Nous sommes dimanche, il est vingt heures, et je débarque chez elle sans avoir pris la peine de prévenir. Mais c'est bien là le but. Je suis prêt à tout donner pour la reconquérir. Et je pense que cela est possible. Nous sommes faits pour être ensemble, c'est indéniable. C'est auprès d'elle que je veux vieillir, m'endormir chaque soirs et me réveiller chaque matin. Et je compte bien le lui dire.

- Salut., murmurais-je, prêt à faire un pas dans son appartement, pour y rentrer. Mais je ne suis encore que dans l'entrée quand j'entends du bruit à l'intérieur. Maroon. Mon regard se pose instinctivement sur lui. Mais ce que je vois à ses côtés me glace le sang. Svendsen est là. Je me stoppe net dans mon élan et je sens mon visage se décomposer, quand mes yeux croisent celui du danois.

Mon sourire, je viens de le perdre. La colère, elle, je la retrouve. Donc ça y est, il a vraiment pris ma place ? Solveig est réellement passée à autre chose. M'en rendre compte, le voir, me fait terriblement mal. Je me rends compte que je suis fou amoureux d'une femme qui m'a remplacé en très peu de temps car elle n'en a rien à foutre. Et ça, ça me rend en colère. Je jette discrètement le bouquet de roses, dans le couloir du palier, pour éviter que Solveig le voit et comprenne que je venais lui déclarer ma flamme. Mais je ne peux m'empêcher de me renfrogner. Je suis vraiment stupide, putain !

- Je viens récupérer mes affaires.

Personne n'y croira, car on ne se pointe pas le dimanche soir chez les gens, sans les prévenir, pour récupérer des vêtements. Mais c'est la seule putain d'excuse qui m'est passée par la tête, pour ne pas dire que je suis venu déclarer ma flamme, avant de me raviser car l'homme qui la baise est juste à deux mètres de nous. La situation n'a jamais été aussi gênante.

- Je viens de finir le travail et je passais dans le coin. Donc je me suis dit que j'allais en profiter pour venir chercher mes affaires. Mais je ne savais pas que tu n'étais pas seule.

Je ne parviens pas à cacher ma rancune, dans cette dernière phrase. Je me demande à quel moment j'aurais dû me rendre compte que les sentiments de Solveig étaient aussi différents des miens ? Comment peut on expliquer dans un couple qui a "toujours" été ensemble, que l'un tourne la page avec autant de facilité, alors que l'autre se point une arme contre la tempe en espérant mourir ? On dit que dans un couple, l'un est plus amoureux que l'autre. OK. Mais là, la différence de sentiment frôle le ridicule. Si Solveig avait ressenti le moindre sentiment pour moi, elle ne serait pas parvenue à tomber aussi rapidement dans mes bras d'un autre. Vous allez me dire que ça, je le savais déjà. Mais voir Svendsen chez elle matérialise le fait qu'ils soient ensemble. Et ce qui me fait le plus mal, c'est que leur histoire ne date pas d'aujourd'hui, non. A quel moment ont-ils échangé leur premier baiser ? Trois jours où une semaines après que l'on se soit quitté, elle et moi ? "Félicitations Lazzari, toi, tu sais aussitôt remonter à cheval quand tu tombes." , pensais-je, malgré moi alors que mon regard venait de se poser sur elle.

Dire que je suis dépité ne serait pas à la hauteur de ce que je ressens actuellement. J'ai l'impression que Solveig vient de m'asséner un coup de poignard dans le dos. Je suis à terre. Je crois que je n'ai jamais eu aussi mal depuis que j'ai recroisé sa route, il y a plus de deux ans.




Fiche codée par < NyxBanana >

Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Jeu 7 Mai - 19:28


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William

Il ment. Je le sais parce que je connais William aussi bien qu’il me connait. De plus, ce qui ressemble à des fleurs dans son dos ne font que me persuader qu’il est en train de se jouer de moi et je n’aime pas ça. Je n’aime pas ça du tout. Je ne suis pas certaine de comprendre la véritable raison qui a poussé William à venir chez moi ce soir mais ce n’est certainement pas pour venir récupérer des affaires.

Que suis-je censée faire ou dire maintenant ? Me voilà entourée de deux hommes à qui je vais devoir rendre des comptes dans tous les cas que je le veuille ou non. Il semblerait pourtant que je n’ai à me justifier auprès de personne mais parce que je suis plus gentille qu’il n’y paraît, je ne vais pas pouvoir m’empêcher d’essayer de sauver les meubles de la maison. A moins, bien-sûr, que la maison toute entière s’écroule sur moi, ce qui n’est pas totalement impossible non plus, je dois le reconnaître.

- Et tu viens récupérer des affaires un dimanche à 20h sans me prévenir au préalable ?

J’ai bien conscience que j’aurai pu trouver une autre manière de le formuler mais je réalise qu’il vient de voir qu’Aleksej est là. Les choses peuvent dégénérer à tout instant et autant dire que j’aimerai éviter cela autant que possible. Il devait pourtant bien se douter que je pourrais potentiellement être en présence du danois, non ?

- Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé vendredi soir ? On aurait pu s'organiser...

S’il est vraiment venu pour récupérer des affaires à lui, il aurait pu m’en parler quand nous étions chez Mark et Alice, non ? C’est exactement pour ça que je sais qu’il me prend pour une conne. Il est là pour une autre raison et cette raison m’inquiète, je dois bien l’admettre. On ne se pointe pas chez son ex avec des fleurs pour le plaisir… Il y a autre chose derrière ça.

Je me décale de la porte, lui prouvant ainsi que je vais le laisser rentrer s’il le désire même si ce n’est probablement pas une bonne idée. Je n’entends pas un bruit derrière moi ce qui signifie qu’Aleksej n’a pas bougé d’un pouce. Il ne doit pas se sentir mieux que moi, sur ce coup-là.

Fiche codée par < NyxBanana >


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Jeu 7 Mai - 20:02


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William

Ce n’est que quand il entendit la voix du policier qu’Aleksej releva finalement la tête. Un bref instant, assez pour que ça compte, les deux hommes avaient croisé le regard l’un de l’autre. Il se contenta de tendre l’oreille quelque secondes de plus. C’était effectivement une heure assez étrange pour venir chercher des affaires mais il était flic et le danois était conscient des aléas des horaires de ce genre de profession. Si cela avait pu tomber quand il n’était pas là, il aurait préféré bien sûr.

Cependant, le ton de Solveig lui avait mis la puce à l’oreille. Elle était sur la défensive. Aleksej n’avait jamais porté de jugement sur leur relation. Il savait que leur histoire avait été sérieuse et ça faisait partie du passé de la jeune femme, il l’acceptait. Tout comme elle acceptait le fait qu’il aurait toujours un lien particulier qui le lierait à son ex-femme. Il n’avait aucune intention de s’imposer dans cette discussion, quelle qu’elle soit. Il se leva alors silencieusement du canapé et se dirigea vers la cuisine.

Maroon sur les talons, qui devait penser que le danois allait probablement lui glisser de la nourriture en douce, l’avait suivi. Il se fit couler un verre d’eau et observa le chien qui le regardait avec intérêt. D’ici, il pouvait toujours entendre les voix dans l’entrée mais il avait moins l’impression de passer pour un voyeur. Il ne savait pas vraiment l’expliquer mais il avait eu la sensation de ne pas avoir sa place dans cette discussion.

Et pour tout dire, il n’avait pas vraiment envie de croiser le bonhomme, devoir se montrer poli alors qu’il savait parfaitement qu’ils devaient éprouver des sentiments relativement similaires l’un envers l’autre. Autant ne pas s’infliger ce genre de déplaisir. Et puis il s’agissait de la vie privée de Solveig. Il n’avait pas son mot à dire sur le sujet.

Fiche codée par < NyxBanana >
William O'Connor
Times
J'ai posté : 652 messages et j'ai : 451 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bradley Cooper et pour finir je crédite : Junkiee

William O'Connor
Jeu 7 Mai - 21:44


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William


Je hausse un sourcil quand Solveig met en doute mes paroles. Sans blague. Bien sûr que je mens. Ça se voit. D'une part, je suis un piètre menteur. Et d'autre part, son regard s'est perdu sur le bouquet de roses que je viens de jeter sur le palier en espérant qu'elle ne le verra pas. Alors oui, je mens. Il n'est pas nécessaire d'être Sherlock Homes pour comprendre la raison de ma venue, et ce n'est clairement pas pour venir récupérer des affaires. Seulement, j'aurais aimé que Solveig n'insiste pas, car là, je me sens bien assez stupide pour qu'elle ne m'arrache pas les vers du nez. Je suis vraiment le dernier des abrutis. Et elle m'exaspère à faire celle qui ne comprend pas la véritable raison de ma venue.

- Oui, je passais dans le coin, et comme je te l'ai dit, je viens de finir ma journée de travail. Alors je voulais en profiter.

Je soutiens son regard avec insistance. Je préférerais qu'elle joue le jeu et ne pose pas plus de questions, car je doute que Svendsen soit heureux d'apprendre la vraie raison qui m'a poussé à venir ici, un dimanche soir, sans prendre la peine de prévenir. Ba oui, je n'allais pas lui envoyer un message du genre "Ce soir, chez toi, je viens te déclarer ma flamme parce que je veux que tu me reviennes". Si j'avais pensé que ce type serait là, je me serais bien évidemment abstenu. Pourquoi cela ne m'a pas traversé l'esprit ? Pour la bonne et unique raison que Solveig aime être seule. Nous n'avons pas vécu ensemble depuis que nous nous sommes retrouvés, alors je n'aurais pas imaginé qu'après avoir passé tout le confinement chez lui, elle aurait encore désiré l'inviter chez elle. Comme quoi, certains ont plus de privilèges que d'autres.

Quand Solveig me dit qu'on aurait pu "s'organiser" vendredi soir quand nous avons passé la soirée ensemble, j'ai envie de me frapper le front avec ma main. Je m'approche d'elle et murmure, pour qu'elle seule m'entende.

- Écoute, je me sens assez stupide comme ça, alors n'insiste pas. Et je suis pas certain que ton "prince charmant" ait envie de connaître la raison de ma venue. Alors je vais aller chercher mes affaires et je me casse. A moins que tu préfères qu'on remette ça à plus tard.

Je n'ai pas envie de remettre les pieds ici un jour. Et j'ai une haine si grande à cet instant précis envers Solveig et moi même qu'il vaut mieux qu'on prenne nos distances. Finalement, on ne sera peut être jamais capables d'être amis.

Je la contourne donc, tout en continuant de l'observer. Je sens quelque chose se précipiter vers moi. Maroon vient me faire la fête. Forcément. Il a été habitué à me voir. Tout comme Vasco a pu faire la fête à l'italienne vendredi soir. Je me baisse un instant pour le caresser. Il vient de la cuisine où se trouve Svendsen. Je pense n'avoir jamais été aussi dégouté de ma vie. Finalement je me redresse puis me tourne vers Solveig. Mes affaires sont dans la chambre. Et forcément, je ne vais pas m'y inviter.


Fiche codée par < NyxBanana >

Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Jeu 7 Mai - 22:21


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William

N’insiste pas ? Mais pour qui me prend-t-il au juste ? C’est à se demander s’il me connait. Je ne vais tout de même pas me laisser faire alors que je suis maintenant en train d’en prendre pour mon grade sous prétexte que mon ex s’est pointé chez moi sans m’en parler et qu’il y a vu l’homme que je fréquente maintenant, si ?
Je sais que William a juste envie que je laisse tomber mais c’est hors de question. Je ne vais pas me laisser débiner comme ça. Si l’homme a quelque chose à me dire, qu’il le fasse. Je commence à en avoir assez qu’on essaie de tout lisser, tout le temps, avec tout le monde. Si des choses doivent être dîtes, qu’elles le soient !

- Tu sais quoi ? Non. Non je ne vais pas te laisser me dire « n’insistes pas » et je ne te permets pas de l’appeler « mon prince charmant ». Tu crois quoi au juste ? Que tu peux arriver chez moi comme ça et, parce que tu vois Aleksej, tu vas chercher à me faire culpabiliser ? Tu aurais aussi juste pu prendre la peine de réfléchir deux minutes, tu ne crois pas ?


Je sens toute la colère que j’ai refusé de laisser sortir depuis notre rupture. Il semblerait que sa venue ce soir soit la goutte d’eau qui fasse déborder le vase pour moi. C’est navrant mais je sais que je ne suis plus en mesure de me contenir. Je suis fatiguée de devoir tout me reprocher dans cette histoire. Oui, effectivement, j’ai trouvé du réconfort dans les bras d’un autre homme et oui, j’ai conscience que cela veut dire que le problème entre Will et moi, dans notre couple, c’était moi. Je le sais, il le sait. On peut passer à autre chose ? Il ne veut pas comprendre que je l’aimerai toujours mais qu’aimer ne suffit pas toujours, pas pour moi. Je pensais vraiment être passée au-dessus de notre passé tumultueux mais j’ai fini par comprendre que ce n’était pas le cas.

- Qu’il soit ici ou non ne change rien. Je n’ai pas peur de m’exprimer sous prétexte qu’Aleksej est présent chez moi.

Nous ne sommes plus ensemble depuis plus de quatre mois maintenant et je sais que je laisse un homme malheureux derrière moi mais je ne peux plus faire semblant. Je ne peux pas faire comme si.

- S’il y a des choses que tu as envie de dire, Will, dis-les. Il y a bien des choses que tu semblais déjà avoir envie de me dire vendredi. Alors vas-y, ouvre les vannes. Dis-moi ce que tu penses vraiment.

Je lis la haine qui se dévoile dans son regard et je décide de m’en servir. Certaines choses ont été tues depuis notre rupture et je crois qu’il est temps qu’on se les dise, justement.

Fiche codée par < NyxBanana >


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Ven 8 Mai - 0:06


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William

Aleksej n’entendit pas ce que le policier répondit à Solveig. Ce n’était déjà pas très bon signe. Il l’entendit néanmoins faire quelques pas dans l’appartement et se retournant le vis au bas de l’escalier qui menait à la chambre de la jeune femme. Les nerfs de sa nuque s’était tendu instinctivement. Il ne savait pas ce que ce type faisait là, mais quoi qu’il en soit, ça ne lui plaisait pas. Sauf qu’il n’était pas chez lui. Il n’avait aucune légitimité pour faire la moindre remarque. Après tout, Solveig l’avait laissé entrer. Elle aurait tout aussi bien le renvoyer et ils auraient repris leur week-end là où il l’avait laissé.

Maroon avait fini par décamper de la cuisine pour aller faire la fête à cet homme qu’il connaissait bien. Aleksej se rendit compte qu’entre eux deux, William et lui, il était celui qui avait encore tout à apprendre. La sensation était plus que désagréable. C’est quand il entendit le ton dans la voix de Solveig qu’il eu vraiment l’impression que sa place n’était pas ici. Ils avaient affronté des épreuves ensemble ces dernières semaines mais il ne l’avait jamais entendu parler comme ça. Ou peut-être ce soir au gala, quand elle s’en était prise à lui à cause de la fuite de SOS.

Il comprenait à présent ses réticences, son besoin de ne rien précipiter. De la manière dont elle lui parlait de cette relation, il avait l’impression que c’était derrière elle. À cet instant précis, il n’était plus sûr de rien. Et il n’était certainement pas prêt à être le témoin de ce genre de querelles. Alors qu’il avait apprécié débarquer chez elle la veille, découvrir où elle vivait, et prendre doucement ses marques, tout ce à quoi il pouvait penser à présent était que cet homme avait passé ici plus de temps qu’eux n’osaient s’en donner. Il ne pouvait s’empêcher de l’imaginer ici, à sa place.

Lui qui commandait les pizzas, lui qui se chamaillait avec le chien, lui aussi qui finissait dans son lit… et cette pensée était juste insupportable. Elle lui avait assuré que leur histoire était terminée, pourtant il était là ce soir. Et ce après qu’ils aient passé une soirée ensemble deux jours plus tôt. Le danois n’était pas un homme qui croyait aux coïncidences. Il avait l’impression qu’ils avaient oublié sa présence dans la pièce, qu’ils parlaient de lui comme s’il ne pouvait pas entendre. C’était le cas pourtant. La conversation était en train de virer au règlement de compte. Ils devaient régler leur histoire et lui n’en faisait pas partie. Il sentait tous les muscles de son corps se tendre, la respiration devenir plus lourde.

Il pouvait sentir la colère dans le ton de la jeune femme. La tension qui s’était installé entre elle et lui. Il avait la nette impression qu’il était complètement impuissant dans cette situation précise. Et après toutes les discussions qu’ils avaient eu à propos d’eux, de la manière dont leur relation évoluait, il ne se sentait pas le droit de faire la moindre remarque, de s’immiscer dans cet intimité là. Solveig n’était à présent plus très loin de lui. Il passa devant le policier sans lui accorder la moindre attention. Il ne pouvait pas agir avec plus manières. L’indifférence était son seul recours dans cette situation. Le seul pour qu’il arrive à garder son calme.

Alekej posa sa main d’un geste discret dans le dos de Solveig, pas la peine de parader dans des conditions pareilles. Il n'était clairement pas le genre d'homme qui estimait que les femmes leur appartenait. Il planta son regard dans les yeux bruns de la jeune femme, espérant y trouver un indice, un signe qui lui dirait quoi faire. Mais il n’avait pas trente six mille alternatives.

«  Tu as des choses à régler, clairement. Je peux rentrer si tu penses que c’est mieux… »

Cette décision n'appartenait qu'à elle. Il ne pouvait pas imposer quoi que ce soit ici, chez elle et surtout pas alors que leur relation en était seulement à leurs balbutiements.

Fiche codée par < NyxBanana >
William O'Connor
Times
J'ai posté : 652 messages et j'ai : 451 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bradley Cooper et pour finir je crédite : Junkiee

William O'Connor
Ven 8 Mai - 15:47


L'amour est le seul moyen de rester vivant

Aleks, Solveig & William


Solveig commence à hausser le ton, ce qui n’est finalement pas très étonnant dans la mesure où je n’arrive moi-même pas à contenir ma colère. Il parait donc logique qu’elle se mette sur la défensive. Visiblement, qu’il y ait Svendsen ou pas, elle s’en fiche, elle veut savoir ce que je comptais lui dire en venant ici. Quand elle me dit qu’elle ne me permet pas de l’appeler « prince charmant », j’ai envie de rire de nervosité. N’est-ce donc pas ce qu’il est ? Très bien, je me contenterais de l’appeler « Monsieur parfait » alors.

- Je ne cherche pas à te faire culpabiliser. De toute façon, je ne vois pas ce que ça changerait. C’est pas comme si tu en avais quelque chose à foutre.

Quand Svendsen finit par revenir, visiblement mal à l’aise, je ne dis rien. Il se contente de m’ignorer et s’approche de l’italienne en passant sa main dans son dos. Un frisson désagréable parcourt mon échine, alors que je serre les dents. A ses paroles, je crève d’envie de lui répondre « Oui, t’as raison, casse-toi, c’est une très bonne idée. », mais je me retiens uniquement parce que je ne suis pas ici chez moi. Solveig pourrait bien péter un câble, je n’en ai rien à cirer.

- Non, je pense que tu vas pouvoir rester, c’est moi qui vais partir.

Je tourne mon visage vers Solveig en soutenant son regard. Si elle se fiche que Svendsen soit là, très bien, je vais lui dire la raison pour laquelle je suis venu jusqu’ici, même si cela signifie le mettre mal à l’aise. Après tout, c’est elle qui insiste. Je la regarde longuement, la haine dans le regard.

- Je suis venu ici parce que je voulais te dire que je suis fou amoureux de toi, et que j’étais prêt à faire toutes les concessions nécessaire, à faire une croix sur tout ce que je voulais mais qui te fait peur parce qu’à mes yeux, l’amour peut tout faire mais…

Mais c’était sans compter sur le fait de comprendre qu’elle n’en avait déjà strictement plus rien à foutre de moi. Comment se sentir complètement débile à être à ce point amoureux d’une femme qui s’en contre fou. Parce qu’elle pourra dire le contraire, si elle avait ne serait-ce qu’un peu de sentiments pour moi, nous aurions pu essayer de faire des concessions chacun de notre côté pour faire en sorte que ça marche. Mais visiblement, notre rupture est bien moins difficile à supporter pour elle que pour moi.

- Mais en fait, je ne comprends même pas pourquoi je me fous dans cet état pour une personne comme toi. Et tu sais pourquoi ? Parce que je me suis attaché comme un idiot à notre histoire, parce que je me mets dans des états pas possibles alors que toi, t'as déjà fait une croix sur tout ça. Tu peux prétexter que notre histoire n'a pas fonctionné parce que tu as besoin de ton indépendance. Mais visiblement, c'était bien moi le problème puisque partager ton quotidien avec lui aussi rapidement, là, étrangement, ça ne te pose aucun problème.

Alors elle pourra m’en foutre plein la gueule parce que je suis fou d’elle, parce que je souffre de la situation, je n’en ai plus rien à foutre, je ne suis plus à ça près, puisque j’ai toujours été le « problème », le connard dans notre histoire.

- Alors ne dis plus jamais que tu m'aimeras encore, ou que je resterais important dans ta vie. Si ça avait été le cas, tu ne m'aurais pas remplacé aussi vite. Je suis sûr que tu as passé plus de temps avec lui pendant deux mois qu'avec moi durant deux ans. T'aurais pu faire preuve d'un peu moins d'hypocrisie et me dire directement que le problème, c'était moi, et pas ton pseudo besoin d’indépendance à deux balles.

Car c’était bien le fond du problème selon elle, non ? Elle avait mis en avant qu’on ne pouvait pas continuer car elle était incapable de m’offrir ce que je désirais. Je suis certain qu’avec Svendsen, tout en plus simple. Je suis ça hypocrite et foncièrement dégueulasse. Elle n’avait qu’à me dire qu’elle ne m’aimait plus. Ca, j’aurais pu l’accepter. Difficilement, mais je l’aurais accepté, car on ne contrôle pas les sentiments que l’on peut éprouver. Je suis bien placé pour le savoir.

- Je t’aime tellement que pour essayer de t’oublier, j’ai été prêt à tout, y compris à m’engager dans l’armée parce que ma vie n’avait plus aucun sens sans toi. Et toi, t’arrives à faire une croix sur notre histoire en quoi, deux semaines ? Visiblement, j’étais le seul à la trouver si belle.



Fiche codée par < NyxBanana >

Contenu sponsorisé
L'amour est le seul moyen de rester vivant [Aleks, Solveig et William]
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper East Side
-
Sauter vers: