Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 4035343658

Partagez

Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett

GOOD MORNING AMERICA :: Once upon a time
 :: A way to New York :: Welcome to New York
Zoey C. Beckett
Broad
J'ai posté : 203 messages et j'ai : 1025 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Kaya Scodelario et pour finir je crédite : tearsflight

Zoey C. Beckett
Mer 6 Mai - 11:33

Zoey Charline Beckett

Pauvre Créon ! Avec mes ongles cassés et pleins de terre, et les bleus que tes gardes m'ont fait aux bras, avec ma peur qui me tord le ventre, moi je suis reine ! --------------------- ✹

Informations personnage


Nom : Beckett
Prénoms : Zoey, Charline
Date et lieu de naissance : Le 24 décembre 1991 à San Fransisco, Californie.
Age : Vingt-huit ans
Nationalité : Américaine
Origines : Américaine
Orientation sexuelle : Hétéro. J'ai bien essayé le sexe féminin mais il n'y a pas de doute, ce sont les hommes qui me font le plus vibrer.
Statut civil : En couple avec un homme mais amoureuse d'un autre. Alan ou Saphyr? La raison ou la passion?
Vie sexuelle :  Très active.
Statut social :  Mes revenus ne sont jamais les mêmes. Ils dépendent de si je suis sur scène ou s'il s'agit d'une période creuse artistiquement. Je gagne bien ma vie lorsque les projets sont interessants et je fais en général des économies pour les mois suivants qui risquent d'être plus durs question de pouvoir vivre convenablement tout au long de l'année.
Profession(s) : Comédienne on peut venir me voir sur les planches. Je suis aussi danseuse de haut niveau. Il m'est cependant  impossible de faire de ma passion mon métier à plein temps. Malgré tout elle a toujours une place particulière dans ma vie et mes projets professionnels. Je suis aussi vendeuse en librairie quand je ne suis pas sur scène et parfois serveuse ou barmaid en extra. Question de gagner un peu d'argent. À San Francisco j'étais d'ailleurs copropriétaire du bar de nuit de Saphyr, le Vilkas.
Depuis quelques années je commence aussi à m'interesser de près au milieu associatif.
Diplôme(s) : Master en art dramatrique.
Année de fin d'études : deuxième année de master.
Quartier de résidence : Williamsburg à Brooklyn
Type de logement : Je vis dans un bel et grand appartement. Sans prétention la décoration y est tout ce qu'il y a de plus basique. Je ne m'y sens qu'à moitié chez moi mais il faut dire que je n'ai jamais fait l'effort d'essayer de donner une certaine âme à cet endroit. C'est sur la terasse que je passe le plus de temps avec mon chien et mes bouquins.
Avec qui vis-tu ? : Alan, mon petit-ami
Date d'arrivée à NY : Janvier 2018
Dans quelles villes as-tu déjà vécu ? : San Fransisco et Los Angeles
As-tu de la famille à NY ? : Aucune

Cinq défauts et cinq qualités

passionnée ** intelligente ** rusée ** bornée ** loyale ** rêveuse ** méfiante **  parfois arrogante et provocatrice ** fragile ** cynique ** a le sens de la famille ** ambitieuse ** mature ** mystérieuse ** fêtarde ** persévérante ** observatrice ** pessimiste ** calme.

Autres signes particuliers

Son plus fidèle compagnon et acolyte n'est nul autre que son chien Francis, un bouledogue français qu'elle a receuilli il y a maintenant à peu près cinq ans. ** Avec les personnes qu'elle aime Zoey se montre très tactile alors qu'elle a l'air si froide au premier abord. ** Elle n'aime pas se dévoiler et parler d'elle. **  Acharnée, elle ne renonce jamais. Zoey est quelqu'un qu'on pourrait qualifier de passionné. ** C'est une grande lectrice. Elle dessine également et écrit en plus de monter sur scène. Son héroïne préférée? Antigone. ** Si elle est parfois agressive c'est pour mieux cacher ses faiblesses.  Sous son visage d'ange se cache un tempérament de feu. Etonnamment pourtant elle sait aussi se montrer très calme et plutôt raisonnée. ** Zoey souffre d'insuffisance cardiaque. Si sa maladie ne l'handicape pas plus que ça dans son quotidien, elle a brisé son rêve plus jeune de devenir la plus grande des danseuses étoiles. ** Zoey est à la fois solitaire et sauvage pourtant c'est une grande fêtarde. Il n'est pas rare qu'elle s'éclipse de chez elle au milieu de la nuit pour sortir danser seule au milieu de la foule. **

Sa pire crainte : l'abandon. Zoey a vu sa petite fille âgée seulement de quelques jours pousser son dernier souffle. A l'adolescence également sa meilleure amie s'est suicidée. Elle a cotoyé la mort de trop près et trop jeune. De ces souffrances résulte une peur constante, même si inconsciente, de se retrouver seule.


❝ Ma vie, mes choix

❝ Derrière mon écran


Prénom : Célie
Pseudo : Confetti
Age : Bientôt l'âge de raison comme dirait Bridget Jones Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett Icon_arrow
Pays /région : Je suis française je viens de la région Rhônes Alpes.
Etudes/Travail : Je finis une reprise d'études dans le milieu du tourisme.
Avatar choisi : la belle Kaya Scodelario 
Type de personnage : Inventé
Staff référent (si multicompte ou changement) :  Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 2766209588
Comment es-tu arrivé là ? : Grâce à mon amie Saphyr qui vous a trouvé
Avis sur le forum : L'ambiance à l'air conviviale ici, c'est exactement ce qu'on recherche  :**: et le forum est très beau aussi !
Les Codes à remplir :
Réserver son avatar (après validation et si personnage inventé) :

Code:
<pris>Kaya Scodelario</pris> <a href="https://www.good-morning-america.org/u3842" class="COLO">:heavy_multiplication_x:</a> Zoey C. Beckett

Réserver votre nom et prénom OBLIGATOIREMENT
Code:
<center><div class="LESCODES">[b]PRENOM[/b] : Zoey
[b]NOM[/b] : Beckett
</div></center>
Listing anniversaire (vous trouverez les codes couleurs dans ce sujet)
Code:
24 décembre : <code>Zoey C. Beckett</code> (1991)
Listing des métiers (le listing se trouve par ici)
Si le lieu n'existe pas encore
Code:
<NOMLISTING1>Pop culture</NOMLISTING1> (Williamsburg) - librairie
:heavy_check_mark: <b>[url=https://www.good-morning-america.org/u3842]Zoey C. Beckett[/url]</b> [i]adulte[/i] - vendeuse
Si le lieu existe déjà
Code:

:heavy_check_mark: <b>[url=https://www.good-morning-america.org/u3842]Zoey C. Beckett[/url]</b> [i]adulte[/i] - comédienne
Lieu d'habitation ; il faudrait préciser (en regardant ce sujet )
Code:
+  Williamsburg (Brooklyn) + <code>Zoey C. Beckett</code>


Il est maintenant temps pour vous de choisir un groupe. Nous vous donnons rendez-vous sur l'annexe des groupes  pour en apprendre plus sur les groupes disponible sur GMA.

Vous avez le choix entre deux groupes.


Choix n°1 : Broadway
Pourquoi pensez-vous que votre personnage correspond à ce groupe ? Zoey est dotée d'une sensibilité artistique indéniable et elle a grandi dans un monde où ses amis étaient les héros de ses romans préférés. Ses proches se foutent régulièrement d'elle quand elle pleure devant un bon bouquin ou une scène de film un peu trop triste. De plus c'est une touche à tout pour ce qui est des activités artistiques. Zoey se débrouille très bien en dessin, en écriture en plus de ses passions premières : le théatre et la danse. Ce n'est pas pour rien que la jeune-femme a voulu faire carrière dans ces deux domaines.  La scène lui a toujours procuré de grands frissons. L'angoisse et l'adrénaline avant le lever de rideau sont des émotions qui la font se sentir vivante. C'est bien simple, Zoey est née pour être sur les planches.

Choix n°2 : Times Square
Pourquoi pensez-vous que votre personnage correspond à ce groupe ? Prendre la vie comme elle vient a toujours été le crédo de Zoey. Après avoir travaillé dur elle aime lâcher prise et profiter simplement de ce que New-York peut lui offrir.


Zoey C. Beckett
Broad
J'ai posté : 203 messages et j'ai : 1025 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Kaya Scodelario et pour finir je crédite : tearsflight

Zoey C. Beckett
Mer 6 Mai - 11:35


❝  trompe-toi, sois imprudent, tout n'est pas fragile.

brain : organe vital essentiel à l'être humain. Il est celui qui prévient des dangers, qui ne prend jamais de pause et qui dirige. La voix de la raison.

Depuis toute petite on me dit que je suis dotée d'une intelligence particulière. A huit ans j'avais déjà lu la moitié des livres que contenait la bibliothèque de ma mère et j'exposais ma vision du monde pendant le dîner. J'étais curieuse de connaître tous les rouages de notre société. Il me paraissait primordial de savoir dans quoi j'allais m'aventurer dans ma vie d'adulte. Alors très tôt j'ai aussi été très observatrice. J'épiais les moindres conversations des grands et c'est de cette manière que j'ai appris avant tout le monde que mes parents allaient divorcer. Mon père a quitté le domicile familial quand j'avais neuf ans, brisant ainsi le coeur de ma mère, la plongeant dans une dépression dont elle ne s'est toujours pas relevée. Alors qu'Ethan, mon frère jumeau, en veut à papa d'avoir chamboulé notre équilibre à cet instant précis de nos vie moi j'en veux plutôt à maman de ne pas avoir la force de se battre. J'ai grandi dans une maison à San Fransisco où j'ai plus été la mère que la fille. J'ai endossé un rôle qui n'était pas le mien bien trop tôt. Ethan lui s'en fichait bien puisqu'il a déménagé très tôt, à 18 ans plus exactement. Il était le rebelle de la famille. Ado Ethan séchait les cours pour traîner avec son meilleur ami Logan avec lequel il consommait et vendait de la drogue. ça a commencé avec un peu d'herbe puis les choses ont dérapées. Papa n'a pas supporté, à 18 ans il a renié son fils dans une dispute dont les cris retentissent encore au fin fond de nos souvenirs.
Quant à moi j'étais la petite fille que tout le monde qualifiait de sage. Pourtant je me suis plusieurs fois battue à l'école avec mes camarades et j'avais un tempérament assez sombre et provocateur à l'époque.Il n'y avait qu'avec mon frère que je pouvais laisser entrer la lumière. Un lien unique nous a toujours lié. Quand l'un de nous deux va mal, l'autre aussi. Quand l'un repousse ses limites, l'autre est inquiet. Plus jeunes, nous ne nous quittions jamais. J'allais souvent dormir dans son appartement miteux lorsque nous étions ados. Ensemble, on réinventait le monde et nous nous réconfortions toujours l'un l'autre.
A l'école, j'étais la petite fille bizarre, celle qui n'avait pas d'amis. Je m'interessais à des sujets bien trop sombres et étranges pour me lier avec mes petits camarades. Mais la solitude ne me dérangeait pas. Je préférais rester seule et rester moi-même. Je n'ai jamais tu mon cerveau pour entrer dans le moule, ça n'a jamais été mon genre de faire semblant. En revanche je me suis souvent empêchée d'être vulnérable et je comprend aujourd'hui que mon cerveau proteste lorsque ça me rend malade de cacher cette partie de moi. J'ai tellement peur d'être lâche que je fais semblant d'être coriace. Il n'y a qu'un homme qui a su m'apprivoiser, fendre cette carapace et découvrir la fragilité qui sommeille en moi mais il n'était pas encore question de lui à cette époque ni d'ailleurs d'aucune forme d'amour. La seule que j'acceptais ces années-là était celle que je vivais avec mon frère. J'avais bien trop peur de lacher prise avec qui que ce soit d'autre. Mon cerveau avait construit comme un mur autour de mon coeur et je ne laissais personne le franchir.

Mais malgré sa facheuse manie a toujours se poser des questions, son insatiable envie d'en apprendre toujours plus ou encore de masquer mes faiblesses je suis aujourd'hui en paix avec mon cerveau. Parce qu'il est aussi celui qu'il me donne mille et unes idées artistiques par jour, celui qui empêche mon coeur de tout accepter dès qu'il s'emballe et surtout celui ne regrette jamais rien.

heart : Organe central de l'appareil circulatoire. Il est celui qui fait ciculer le sang, celui qui s'emporte très vite sans prévenir. Maître des passions et de l'amour.

Insuffisance cardiaque. J'ai 19 ans lorsque j'entend ces mots pour la première fois. L'insuffisance cardiaque est le nom de la maladie que l'on me détecte. C'est mon diagnostic, mon fardeau. Etudiante en danse classique et major de ma promotion je rêvais de devenir ballerine professionnelle. Pourtant lorsque je poussais mon corps dans ses retranchements je ressentais comme une gêne. Une gêne qui se révèle être la maladie qui balaya en moins de deux l'avenir auquel je me destinais. J'avais à peine fini de grandir que mon coeur me faisait déjà défaut, refusant d'accomplir correctement sa fonction première. Jamais je ne pourrais faire de la danse à aussi haut niveau. Jamais je ne serais la danseuse étoile d'une compagnie de ballets. Pendant des mois s'effondre avec mon rêve une partie de mon âme. Je deviens encore plus silencieuse et secrète que je ne le suis déjà. Je rejette tout mon entourage. Quand j'ai dit que je n'avais pas d'amis un peu plus haut, je n'ai pas été tout à fait honnête. J'ai eu une meilleure amie. Astor. Nous nous ressemblions beaucoup. Mais à compter de cette époque nous nous sommes éloignées. A trop vouloir épargner mes proches quant à ma maladie je les ai repoussés si fort qu'une rancune est née. Astor et moi sommes devenues les pires ennemies et nous nous sommes fait beaucoup de mal. A l'âge de 20 ans celle qui était auparavant un pilier à mon équilibre s'est suicidée. Elle aussi avait développé une maladie qu'elle avait gardé pour elle. Bipolaire elle n'a pas su gérer son mal-être. Si seulement elle s'était confié à moi j'aurais pu être là pour elle, la rassurer, la pousser à se battre. Jamais nous n'en serions arrivées à nous haïr. Le coeur peut parfois nous pousser dans nos pires retranchements.
A la danse s'est substituée la comédie. Sur scène je découvre une autre facette de moi-même et je décide d'étudier l'art dramatique. Une nouvelle passion s'ouvre à moi et apaise mes maux. Petit à petit je prend mon indépendance. Je commence par me trouver un job et deviens barmaid. Mais je développe aussi l'envie de vivre dans un endroit qui m'appartiendrait. Et c'est au travail que je rencontre celle qui devient ma colocataire. Zara est le petit rayon de soleil de l'équipe. Bavarde, enthousiaste et toujours de bonne humeur elle est la seule qui parvient à m'arracher un sourire de temps en temps. Elle est le jour et moi la nuit pourtant le courant est tout de suite passé. Nous enménageons ensemble courant mars 2012, ce même jour où je fais la rencontre qui bouleversa le reste de ma vie.

Saphyr est le grand-frère de Zara. C'est elle qui nous a présentés. La première fois que je me suis trouvée en face du jeune-homme j'ai planté mon regard dans le sien. J'ai souvent pour habitude de sonder les autres de cette manière mais je n'ai rien su discerner en Saphyr ce jour-là. Son âme était aussi insondable que mon sourire était énigmatique. J'ai adoré ça. Je voulais en savoir plus sur lui. Et je le voulais lui. Je ne le connaissais pas encore que je voulais ses mains sur ma peau. Je n'avais jamais autant désirer quelqu'un. Le soir-même nous couchions ensemble pour la première fois dans les toilettes d'une boîte de nuit après que j'ai chassé sa conquête de la nuit. Nous nous sommes revus une fois, deux fois, de nombreuses fois. Le sexe était le maître mot de notre relation. Ni lui ni moi n'envisagions quelque chose de sérieux. L'amour me semblait être à l'époque un simple fantasme en lequel l'espèce humaine croyait pour se rassurer. Je ne pouvais pourtant pas nier que je m'attachais à Saphyr. C'est le jeune-homme le premier à avoir ressenti le besoin de mettre des mots sur ses sentiments. Un soir il m'a avoué qu'il m'aimait. Je lui ai ri au nez tant l'idée me paraissait absurde. Malgré ma réaction il ne m'a jamais rejetée. Jamais non plus il n'a abandonné. Saphyr s'est montré d'une incroyable patience et ténacité avec moi. Il a fallu des mois avant que je baisse la garde et ne me rende compte à mon tour que j'étais profondément amoureuse de lui. A compter de cet instant nous ne nous sommes plus quittés. Rapidement nous avons emménagés ensemble et j'ai alors su qu'il n'y aurait plus de retour en arrière possible. Saphyr est aussi intense que je le suis et j'ai eu la sensation dès nos débuts que notre histoire allait profondément nous marquer. Je ne me suis pas trompée, tout est allé à une allure vertigineuse. Parfois je réalisais l'ampleur des sentiments que je lui portais et j'étais terrifiée. Mais quand je voyais à quel point ils étaient réciproques je parvenais à me calmer. Ensemble nous avons appris à aimer, à nous tempérer. Nous étions deux enfants qui se lançaient dans une nouvelle aventure. Et quelle aventure. Si notre cœur s'est emballé d'amour, il a aussi beaucoup battu par peur et de souffrance. Saphyr et moi nous sommes fait beaucoup de mal. La passion nous a parfois poussé dans nos pires retranchements. Il faut dire que la vie ne nous a pas épargnée non plus. Saphyr a fait de la prison à tort pendant plusieurs semaines. Il a également eu une tumeur au cerveau.  Encore aujourd'hui je me dis que c'est un miracle qu'il soit encore en vie. Mais nos plus grosses disputes avaient deux sujets. Le mariage et la drogue. Pour ce qui est du premier c'est moi qui ai déconné. Saphyr a toujours souhaité notre union. Il m'a demandé en mariage à de nombreuses reprises, infatigable, mais je n'ai jamais été prête à franchir ce pas. Pourtant un jour à las Vegas j'ai épousé mon meilleur ami suite à une soirée arrosée. Notre couple a mis un certain temps à se relever de cet événement. Quant à la drogue, elle a été le combat de ma vie. Avec Ethan puis avec Saphyr. Les deux êtres qui me sont les plus chers ont tous les deux développés une addiction à cette merde. La cocaïne a été l'objet de mes plus gros tourments et c'est elle qui a causé notre dernière rupture.

Des envolées passionnelles aux saignements, des balades romantiques à l'amour fatal, mon cœur a battu pour les plus beaux interludes de ma vie. L'ennui c'est qu'il s'est épuisé à combattre tous mes tourments, toute ma souffrance. La danse est la passion qui m'anime tout comme Saphyr est l'amour de ma vie. Pourtant j'ai perdu les deux. On se remet d'un cœur brisé, d'un rêve volatilisé mais les épreuves nous changent. Malgré tout si je devais recommencer je referais tout exactement de la même manière. Car je ne me suis jamais sentie aussi entière, heureuse et vivante qu'en laissant libre court aux passions et à l'amour qui sommeillent en moi.

body : Enveloppe de chair. Il est celui qui nous permet de nous déplacer dans l'espace, qui vibre au rythme de nos émotions et qui nous filent des complexes. Le héros de ma vie.

Quand j'étais ado toutes les filles que je cotoyais avaient quelque chose à reprocher à leur corps. Elles se trouvaient trop grosses, trop plates, trop petites. Il y avait toujours trop ou pas assez de quelque chose. Je n'ai jamais connu ça. Satisfaite de mon physique, j'ai grandi en apprenant à aimer chacune de mes formes. Mon caractère et mes capacités intellectuelles m'ont filé des complexes mais pas mon corps. Je dois même dire que je m'amusais beaucoup à jouer avec lui. J'ai testé toutes les modes vestimentaires qui existent des plus sages aux plus provocantes avant de trouver mon style. Ma confiance en moi se reflète dans mon apparence et c'est je crois ce qui m'a fait connaître autant de succès. Avant d'être en couple avec Saphyr j'ai connu un grand nombre de partenaires. J'ai développé ma sexualité très tôt et d'une manière plutôt épanouissante.

C'est plus tard que mon corps m'a dégoûté pour la première fois, à l'âge de vingt-deux ans plus exactement. Sans l'avoir voulu et sans que je m'y attende je suis tombée enceinte. Avec Saphyr nous nous protégions mais l’incident est arrivé malgré tout. Mon être tout entier rejetait tellement le fœtus que j’ai fais un déni de grossesse. J’en étais à quatre mois quand j’ai appris la nouvelle. J’étais aussi furieuse que Saphyr était excité. Du moins c’est ce qu’il aurait été si je n’avais pas été aussi folle de rage. Mon petit ami a toujours rêvé de fonder une famille. Si le timing n’était peut-être pas parfait il ne souhaitait qu’une chose, garder ce bébé alors que pour moi il en était hors de question. J’ai malgré tout promis de me laisser le temps de réfléchir. Pour lui. Mais pendant des semaines j’ai refusé jusqu’à ce que Saphyr me touche le ventre. Je ne supportais pas cette idée. Une fois le déni levé mon état a vite commencé à se voir mais je ne réalisais pas. J’avais comme la sensation que mon corps ne m’appartenait pas, que j’étais extérieure à tout ça. J’avais beau connaître le sexe de l’enfant à venir pour moi il n’était qu’un obstacle, un frein à ma vie. Pire un monstre qui déformait mon corps entier sans que je ne lui ai donné mon accord.
Avec l’aide d’une amie de Saphyr, Elena j’ai commencé à faire des efforts quant à l’acceptation de ma grossesse. Mais c’est une fois de plus grâce à la patience, l’amour et le soutien de l’homme que j’aime que j’ai laissé l’idée de garder le bébé faire son chemin. Il a pourtant fallu qu’il me mette au pied du mur pour me faire prendre ma décision finale. Un après-midi, alors que je rentrais chez nous, le jeune-homme était en train de remplir des papiers d’adoption. Ils étaient bien cachés dans un tiroir depuis des semaines mais nous n’y avions plus touchés. Ce jour-là pourtant il m’attendait pour me poser tout un tas de questions sur le genre de parents que je souhaiterais pour élever notre fille. Et au fur et à mesure que je décrivais ce couple je me rendais compte qu’il était notre parfaite copie. L’exercice m’a mis extrêmement mal à l’aise mais m’a aussi rendue malade. Je culpabilisais d’avoir eu tant de pensées négatives au sujet de cet enfant qui n’avait rien demandé. Je me suis surprise à le protéger lors de notre conversation qui a commencé à se transformer en dispute. Et alors j’ai réalisé que j’avais changé d’avis. Je m’étais attachée à notre bébé et je voulais le garder. J’étais prête à lui donner de l’amour.
De l’amour j’en ai donné. J’ai tout fait pour rattraper mes erreurs et m’impliquer au maximum. Ensemble Saphyr et moi avons construit un cocon prêt à accueillir notre fille. Tout allait pour le mieux. La naissance de ma fille fait parti de l’un des plus beaux jours de ma vie. Il a aussi été l’un des plus terrifiants. Les choses devenaient réelles. J’allais devenir maman. J’allais devoir prendre soin d’un être humain : l’aimer, le chérir, l’accompagner dans toutes les étapes de sa vie. Et j’ai failli. Emily est morte trois jours plus tard, trop faible pour pouvoir se battre dans notre monde bien trop violent. C’est sous nos yeux que nous l’avons vu s’éteindre. Je me souviens encore de l’expression de son visage sans vie. Je ne saurais comment vous décrire ce que l’on ressent après un tel cauchemar. Pendant un temps c’est comme si j’avais été vide à l’intérieur. J’étais incapable de ressentir quoi que ce soit d’autre que de la tristesse. Et même la tristesse s’est éloignée pour être remplacée par du vide.

Mon corps non plus ne réagissait plus à aucune stimulation, peu importe sa nature. J’ai tellement pleuré que je n’avais plus de larmes. Parfois je n’avais même pas la force de me lever de mon lit. J’ai compris à cette période ce que voulait vraiment dire le mot dépression et ce que ma mère avait vécu. Tout m’échappait et je ne savais pas comment me relever. Aller de l’avant.

soul : Concept spirituel qui animerait le corps d'un être vivant. L'essence même de chacun d'entre nous.

Longtemps j’ai culpabilisé pour ce qui est arrivé, convaincue d’être une mauvaise mère mais c’est Saphyr qui a été le plus en colère et qui a mis le plus de temps à se remettre de cette épreuve. Nous avons essayé de nous soutenir, j’ai sincèrement cru que notre amour pouvait tout surmonter mais je me suis trompée.
Bien vite j’ai ressenti un besoin de fuir San Fransisco. L’image de cette ville que j’aimais tant et qui m’avait vu grandir me semblait insupportable. Elle ne me rappelait plus que le décès de ma fille. J’ai donc déménagé pour Los Angeles. Et Saphyr n’a pas tardé à me suivre. Encore amoureux nous étions incapables de rompre vraiment mais notre couple était tout ce qu’il y a de plus bancal. Enfermés dans notre propre chagrin nous n’arrivions pas à nous écouter vraiment l’un l’autre. Nous nous sommes séparés, Saphyr a un temps été avec une autre femme, il a continué à prendre de la drogue aussi. Quant à moi je n’ai pas réellement dérapé mais je n’avais pas la force de le relever, de faire des efforts pour nous sauver. Je m’accrochais désespérément au passé, incapable de trouver les solutions. Nous ne cessions de rompre pour nous remettre ensemble mais la meilleure solution était peut-être de nous séparer réellement un temps. Géographiquement. Alors quand Saphyr a compris qu’il devait guérir de ses addictions nous avons pris une décision d’un commun accord : une cure de désintoxication qui n’aurait pas lieu à Los Angeles.

Trois ans sans nouvelles. Ça a été une rude épreuve pour moi. Je me suis sentie très seule même si j’avais quelques amis à Los Angeles. La peur de l’abandon est revenue comme une gifle que je prenais en pleine gueule. Mais ce serait injuste d’accuser Saphyr car son éloignement était une décision commune. Une fois de temps en temps nous communiquions par téléphone mais nous ne nous racontions pas grand-chose. Nous ne vivions plus dans le même monde. Alors je l’ai laissé s’éloigner de mon esprit même s’il a toujours été là quelque part.
A cette même époque j'ai enfin accepté d'aller de l'avant et de me faire aider. Mais pas par n'importe qui. J'avais besoin de me retrouver, de faire le point sur ma vie et de me concentrer sur l'essentiel. Alors je suis rentrée chez moi. A San Fransisco. J'ai vécu un temps chez ma mère qui n'attendait que de veiller sur quelqu'un. J'ai aussi vu Ethan aller mieux et se réconcilier avec mes parents. Avec ma mère ça a été facile, mon père un peu moins mais mon jumeau a réussi à faire pardonner ses erreurs et je le vois maintenant s’épanouir vraiment. Voir les êtres qui nous sont chers devenir ce qu’ils souhaitent est le plus beau des cadeaux.
Et puis j'ai fini par aller mieux. Le temps guérit les blessures comme on dit. Tandis que je reprenais des forces j'ai été contactée plusieurs fois par un directeur de Brodway pour un spectacle. Après de longues conversations et négociations, j'ai accepté son projet. En 2018 je me suis donc envolée pour New-York.
La grosse pomme, ou la ville qui ne dort jamais. J'ai mis un temps à me faire au rythme de vie des habitants mais les habitudes sont vites revenues. J'ai enchaîné les répets, puis les représentations et les sorties mondaines ennuyeuses. Et quand j'en avais le temps j'allais danser, me défouler et redécouvrir la fêtarde que j'étais.
C'est lors du lancement promotionnel de notre spectacle que j'ai rencontré quelqu'un. Il s'appelle Alan et il est journaliste. Le courant est tout de suite passé entre nous. Aujourd’hui cela fait plus d’un an que nous sommes ensemble, nous vivons d’ailleurs tous les deux. Je l’aime beaucoup, c’est quelqu’un de gentil, de cultivé et qui se plie en quatre pour moi. L’ennui c’est que pendant longtemps j'ai cru que je n'étais capable d'aimer que dans le chaos. J’ai mis une éternité avant de m’ouvrir réellement à lui mais la vérité c’est qu’il m’a fait un bien fou. J’ai appris avec lui ce que c’était d’avoir une relation sereine. Sans déchirement. Il a pansé mes blessures mais je ne suis pas certaine d’être réellement amoureuse de lui. Quand je suis avec lui il me manque cette étincelle, ces fous rires quotidiens. C'est pourquoi quand Saphyr est revenu il y a quelques jours il a bouleversé toutes mes certitudes. Qui suis-je sensée choisir : celui qui a toujours fait battre mon cœur et frissonner quelles que soient les circonstances ou bien celui qui m’assurera la stabilité et le réconfort ? J’ai changé ces deux dernières années j’ai envie d’une vie plus simple et je ne sais pas si Saphyr saura me l’offrir malgré ses promesses. Mais en même temps suis-je prête à rester auprès d’un homme dont je ne tomberais probablement jamais amoureuse ? Ou encore à me marier avec lui? Il y a peu Alan m'a fait sa demande et j'ai décliné dans un rire. Je croyais à une blague mais non. Nous nous sommes quelque peu éloignés ces derniers temps et mon petit-ami pensait que le mariage serait la solution. Nous avons eu une longue discussion suite à ce geste. Nous avons encore beaucoup à apprendre l'un sur l'autre. Ce n'est pas comme avec Saphyr qui me connait sur le bout des doigts. Même si le jeune-homme à beau me connaître, lorsqu'il il a eu vent de cette histoire de fiançailles, c'est comme une furie que je l'ai vu débarquer pour avoir des explications. Une fois qu'il a compris que rien de tout ça n'était réel il a alors pris la décision qui s'imposait. Celle que nous restions simplement amis. Ce choix est peut-être le plus sage qu'il ai jamais fait. Et je compte bien m'y tenir pour l'aider à guérir. Mais alors s'il est le meilleur pour tous les deux, pourquoi est-ce si difficile?
Comme dirait Antigone : Il faudrait ne jamais devenir grand.

Ailis Mackenzie
mdm
J'ai posté : 200 messages et j'ai : 199 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Sophie Skelton et pour finir je crédite : magma (avatar) confusion (gifs) & rogers (signature).

Ailis Mackenzie
Mer 6 Mai - 12:28
Bienvenue par ici, j'espère que tu t'y plairas :omfg: j'ai hâte de voir ce que vous allez faire avec Saphyr Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 4294456015




fragile as a flower
♛ I should be over all the butterflies but I'm into you, I'm into you. And even baby our worst nights, i'm into you.
Jayden Moore
wall admin
J'ai posté : 4852 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : magma (vava)

Jayden Moore
Mer 6 Mai - 14:43
Bienvenue parmi nous ! love2

Bon courage pour la suite de ta fiche, n'hésite pas à embêter un membre du staff si tu as des questions Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 3824070459
Quinn-Rose Walsh
beta admin
J'ai posté : 15969 messages et j'ai : 740 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz ♥ et pour finir je crédite : Avatar by cosmic light profil & signature par moi-même

Quinn-Rose Walsh
Mer 6 Mai - 15:52
Oh la magnifique Kaya hola Bienvenue à toi sur GMA, plein de courage pour ta fiche Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 3599277392 et puis n'hésite jamais à venir voir un staffeux si jamais tu as des questions / une remarque / juste envie d'enquiquiner quelqu'un Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 554820275



her ghost in the fog
♣️ ▂ she was divinity's creature that kissed in cold mirrors. a queen of snow, far beyond compare
Zoey C. Beckett
Broad
J'ai posté : 203 messages et j'ai : 1025 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Kaya Scodelario et pour finir je crédite : tearsflight

Zoey C. Beckett
Mer 6 Mai - 16:29
Ailis, je me sens déjà chez moi ici :**:.  On vous prépare tout plein de surprises Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 3599277392
Et oui Quinn, la belle Kaya, c'est mon actrice totem Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 1994072227

J'ai hâte de découvrir vos personnages sur le forum. Merci à tous les trois pour ce bel accueil ça me fait vraiment plaisir :omfg:
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Mer 6 Mai - 18:58
Bienvenue à toi Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 1977194279 N'hésite pas si tu veux un lien Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 1755252224


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Kiara Romano
Wall
J'ai posté : 598 messages et j'ai : 44 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bridget Satterlee et pour finir je crédite : ©Emi. pour mon avatar.

Kiara Romano
Mer 6 Mai - 19:30
Kaya :omfg: Qu'est-ce que je la kiffe cette fille Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 193337520

Bienvenue parmi nous Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 1977194279

Comme dit sur la fiche de ton duo, hâte de voir ce que vous nous réservez !
Zoey C. Beckett
Broad
J'ai posté : 203 messages et j'ai : 1025 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Kaya Scodelario et pour finir je crédite : tearsflight

Zoey C. Beckett
Mer 6 Mai - 19:56
Je n'hésiterais pas à passer te voir alors Solveig Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 1994072227
Et Isabella quel enthousiasme Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 201132147 , merci beaucoup les filles love2
N. Saphyr Vilkas
Wall
J'ai posté : 195 messages et j'ai : 575 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Mariano Di Vaio et pour finir je crédite : @Datura

N. Saphyr Vilkas
Mer 6 Mai - 21:55
Je pose aussi ma marque chez toi chaton Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett 1532392579
J'ai hâte de RP avec toiiiii ! hola


† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Contenu sponsorisé
Dans le drame, on se débat parce qu'on espère en sortir. ** Zoey Beckett
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Once upon a time
 :: A way to New York :: Welcome to New York
-
Sauter vers: