Scent of Scandals a besoin de vous !
Votre avis compte plus que tout afin de nous aider à nous améliorer. Ici vous en saurez plus !
Newsletter numéro 50
De nouvelles choses à découvrir dans ce sujet ! Laissez un petit commentaire et surtout, restez chez vous ! love2
Nouvelle Intrigue
A côté de l'intrigue confinement, venez découvrir intrigue le pays des songes !
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$ FB - I went to this empty church - I had no place else to go [Peter] 1529876038
Le Deal du moment : -30%
Enceinte connectée Amazon Echo (3ème ...
Voir le deal
69.99 €

Partagez

FB - I went to this empty church - I had no place else to go [Peter]

GOOD MORNING AMERICA :: Flashback & Flashforward
 :: Flashback & Flashforward
Mercy L. Fitzbaum
Outs
J'ai posté : 134 messages et j'ai : 73 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Gaia Girace et pour finir je crédite : me, myself and I.

Mercy L. Fitzbaum
Ven 8 Mai - 11:35
I went to this empty church - I had no place else to go.



Ft. Peter E. Barnes.



Le contrat à durée déterminée de Mercy prenait fin en ce jour de janvier 2018. Elle avait été embauchée en décembre de l’année précédente dans ce supermarché du jouet, qui manquait de bras pour remplir les rayons et tenir les caisses durant la période des fêtes. Pendant près d’un mois, Mercy et les autres employés avaient tapé les articles, rangé les Playmobils et les peluches souriantes avec une veste rouge et un bonnet à pompons, officiellement pour faire festif, mais qui n’allaient à aucune personne et tenaient trop chaud. Mercy avait été heureuse de trouver ce travail, non pas qu’il lui plût particulièrement, mais il l’obligeait à avoir un objectif dans la journée, à parler à d’autres personnes, à voir du monde. Sa sœur cadette Astrid, chez qui elle vivait depuis septembre, était également soulagée d’avoir son petit appartement pour elle seule, ayant des examens à réviser.

Aussi Mercy se sentit-elle presque désarmée lorsque son contrat toucha à sa fin. Elle encaissa le salaire, but du cidre dans un gobelet en plastique avec les autres saisonniers pour fêter leur départ, puis se retrouva au chômage en se demandant comment elle arriverait à payer la moitié du loyer. Elle n’était pas vraiment inquiète ni nerveuse, simplement un peu triste et dubitative. En rentrant à l’appartement, elle entendit sa sœur qui parlait au téléphone en riant sottement et en disant des mots tels que « raccroche en premier » ou « je t’aime mon chat » et elle se sentit seule. Après avoir cuisiné une salade de pommes de terre pour toutes les deux, elle écouta Astrid lui parler de l’université et du garçon qu’elle pensait aimer. En faisant la vaisselle, Mercy comprit qu’il lui fallait absolument aller marcher.

A l’extérieur, le temps était doux, et il tombait une fine pluie poussiéreuse, pas assez forte pour déployer un parapluie, mais assez consistante pour tremper une chevelure. Mercy avait ses itinéraires de promenades dans le quartier de Williamsburg, et ce soir-là elle opta pour un tour qui débouchait dans un parc tranquille. A la sortie de ce parc se trouvait une petite église catholique, où elle n’avait jamais mis les pieds, mais d’où des chants s’échappaient parfois.

La religion n’avait pour ainsi dire plus aucun poids dans l’existence de Mercy. Enfant, elle avait été élevée dans cet univers, comme ses trois frères et sa sœur, mais progressivement la religion avait perdu de son emprise, comme une peau morte qui se détache lentement et disparaît. Lorsque son frère aîné, Jonathan, s’était donné la mort à dix-neuf ans, Mercy avait définitivement cessé de croire. Les funérailles de Jonathan, au cours desquelles le prêtre priait le Seigneur de l’accueillir dans Sa Grâce, l’avaient définitivement dégoûtée. Jonathan était un poète et un homme libre. Dans la petite bourgade de Caroline du Nord, qu’il soit enterré en terre chrétienne alors qu’il était homosexuel avait fait des rumeurs mauvaises.

Pourtant, lorsque Mercy parvint à proximité de la petite église de Williamsburg, elle s’arrêta et contempla la scène visible depuis la porte vitrée. Une quarantaine de personnes étaient réunies, debout, et entonnaient des cantiques. Il émanait d’elles une clameur droite et menée, une sorte d’orchestre sans faux pas. Même si leurs paroles étaient peu perceptibles, et même en n’ayant pas la foi, entendre toutes ces voix mêlées avait un effet puissant, donnant envie de se joindre à la horde.

Sans vraiment savoir pourquoi, mais sans non plus hésiter, Mercy entra dans l’église par les portes encore entrouvertes. Personne ne parut remarquer son arrivée. Elle se plaça près d’un jeune homme aux cheveux brun foncé, lui jeta un bref coup d’œil mais ne le reconnut pas. Elle vit l’inévitable Christ en plâtre au fond de l’église, ses yeux blancs révulsés et ses côtes apparentes. Un vieux souvenir lui vint, elle avait quatorze ou quinze ans et était venue dans une église avec son plus jeune frère, qui en avait alors trois ou quatre. Il avait montré une statue semblable et avait demandé « Mercy, pourquoi on ne l’aide pas le monsieur ? » Elle avait alors confusément compris qu’il y avait plus d’humanité dans son petit frère que dans le décorum ecclésiastique.

Mercy ne ressent pas l’envie de chanter avec les autres. Mais elle voudrait néanmoins suivre le cantique, aussi se penche-t-elle vers son voisin de droite pour murmurer : « Excusez-moi, je peux suivre avec vous ? » en désignant son livre de prières.
FB - I went to this empty church - I had no place else to go [Peter]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Flashback & Flashforward
 :: Flashback & Flashforward
-
Sauter vers: