Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous On appelle ça le Karma [Aleks] - Page 2 4035343658
-50%
Le deal à ne pas rater :
– 50% sur les baskets Nike Air Max Dia
60 € 120 €
Voir le deal

Partagez

On appelle ça le Karma [Aleks]

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper East Side
Calliopé Winshop
Cent
J'ai posté : 2195 messages et j'ai : 547 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : S (ava) | may0osh (gif) | macherierps (gif)

Calliopé Winshop
Jeu 4 Juin - 19:36
~ 1h30 plus tard ~


Bonjour Calliope. C’est William O’Connor. Je… j’aurais besoin que vous passiez dès que possible au NYPD, concernant Thomas Kray…

Quand j’entends le message vocal laissé par William O’Connor, je dois admettre ne pas tout de suite comprendre ce qu’il se passe. J’envoie un SMS à Lothar, un peu perturbée, qui me répond en m’expliquant que des choses se sont produites récemment mais qu’il ne m’a pas tenue informée car c’était ce que je lui avais demandé. Il a raison. C’est exactement ce que je lui ai demandé. Il a finalement décidé de repartir en Europe, chez lui, sa mission pour Thomas étant terminée. Je dois admettre que son absence se fait parfois ressentir mais c’est pour le meilleur, je le sais. Il est temps que tout le monde reprenne une vie plus ou moins normale.

Je ne sais pas comment j’arrive à me débrouiller mais la nounou accepte de me faire une fleur et de débarquer à l’improviste à l’appartement pour s’occuper des enfants pendant que je file au QG du NYPD, là où semble m’attendre O’Connor.

Quand j’arrive là-bas après avoir pris un taxi, je fais connaître ma présence et un agent me guide jusqu’à un étage où semble se trouver la personne attendant de me voir. Une fois arrivée au bon endroit, j’aperçois William O’Connor avec d’autres hommes, dos à moi. Je fronce les sourcils.

- Bon- Bonjour ? dis-je pour faire acte de ma présence en ces lieux.

C’est quand je vois l’un des hommes se retourner que mon cœur manque un battement.

- Aleksej ? Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu fais ici ? Lieutenant O’Connor pourquoi m’avoir appelé ?

Tout se chamboule dans mon esprit, je ne comprends pas ce qu’il se passe. Pourquoi veut-on me voir ici ? Pourquoi m’a-t-on évoqué Thomas au téléphone alors qu’il est incarcéré ? Pourquoi m’a-t-on caché toutes ces choses que Lothar a fini par me dire après milles et une questions de ma part ? Pourquoi suis-je toujours la dernière au courant de tout ici ?


« I'm surviving »
And it's so gut-wrenching...falling in the wrong direction. How did you sweep me right off my feet? Baby, I can't keep falling in the wrong direction. Couldn't even see you through the smoke. Looking back, I probably should have known...
©️crackintime
William O'Connor
Times
J'ai posté : 652 messages et j'ai : 451 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bradley Cooper et pour finir je crédite : Junkiee

William O'Connor
Lun 8 Juin - 18:19


On appelle ça le Karma

Aleks & William


Quand je raccroche, je replonge mon téléphone dans la poche de mon pantalon et m'adosse à un mur, toujours sur le toit du QG du NYPD. Pensif, je laisse ma cigarette se consumer, sans que je ne tire dessus. Est-ce que le tueur en série cherchera à m'atteindre ? C'est une possibilité, un risque bien trop grand pour que je n'y pense pas. Les victimes se sont toutes faites assassiner chez elle. Silencieux, mon regard se perd devant moi, sur les grands gratte-ciels. Saeed. Il devra retourner chez Sarah, tant que le tueur n'aura pas été retrouvé. Je ne veux pas que mon fils soit en danger. J'ai davantage peur pour lui, que pour moi. Je dirais même que pour moi, je m'en fiche. Mourir ne me fait pas peur. Je pense même que la mort aurait davantage des airs de soulagement. Je ne l'ai que trop compris ces derniers temps.

Je tire une dernière fois sur ma cigarette, me relève et jette le mégot dans un pot qui fait office de cendrier. Toujours aussi pensif, je reprends la direction du bureau où j'ai abandonné mes collègues et Svendsen. Quand je reviens, je l'entends parler. Parler de Kray. Je comprends brièvement où il veut en venir. Je me contente de répondre, quelque peu perdu, toujours dans mes pensées.

- Bonne idée. Si on peut éveiller d'éviter les soupçons.

Je sais que je parviendrai à faire parler Kray s'il venait à être lié à tout ceci. J'ai des arguments de taille qui, je le sais, ne le laissera pas de marbre. Il ne restera pas indifférent si je lui parle de Callie, de son fils et de Brayon. Je repose mon paquet de cigarettes sur l'un des bureaux et reprends la paroles.

- J'ai contacté Calliope Winshop. Je lui ai laissé un message.

Cette précision laisse sous entendre que je ne sais pas si elle viendra aujourd'hui. Pourtant, au bout d'une heure et demie, elle finit par arriver dans les locaux du NYPD. On la conduit jusqu'au bureau dans lequel on se trouve et quand elle franchit la porte, je suis quelque peu surpris de la voir, bien que je lui ai demandé de venir. Le fait est qu'elle ne m'a pas répondu, ni cherché à m'envoyer un message. Ce qui me surprends également, c'est qu'elle est elle-même étonnée de voir Svendsen. Elle l'appelle même par son prénom. Ces deux-là se connaissent donc et semblent même proches. Mes yeux se posent sur l'un et l'autre, surpris, avant de reporter toute mon attention sur Winshop, l'invitant à prendre place sur l'un des sièges en face du bureau.

Je prends place en face. Je ne sais pas par où commencer. Le fait qu'il s'agisse de Winshop me perturbe, sans que je n'en connaisse véritablement la raison. Peut être parce que je me sens responsable de l'un des tournants de sa vie, et pas du meilleur, bien entendu. Je prends une profonde inspiration, puis me lance, essayant de synthétiser le plus possible.

- Un tueur en série sévit à New York. A l'heure actuelle, cinq personnes ont été tuées. Cinq personnes travaillant dans le domaine de la justice, ayant été impliqués dans l'affaire de Kray, notamment lors de son arrestation.

Je reste le plus neutre possible et ne montre pas une seule seconde la crainte que je peux ressentir, ayant été celui qui a orchestré cette arrestation. Mes yeux bleus fixent ceux de la jeune femme. Je lui laisse le temps d'assimiler les informations, avant de reprendre.

- Deux hypothèses s'offrent à nous. Que le tueur soit commandité par Kray, en personne. Ou bien qu'il s'agisse d'un fanatique qui en fait une affaire personnelle et souhaite le venger.

Je pourrais montrer à Winshop les photos des victimes, mais je ne le fais pas. J'estime que cela n'est pas utile, car je ne la suspecte pas une seule seconde.

- Pour le moment, j'imagine davantage qu'il s'agisse de la seconde hypothèse. Je vous ai demandé de venir afin de savoir si, avant ou après l'arrestation de Kray, une personne aurait pu tenter de rentrer en contact avec lui ou avec vous. Un fanatique qui aurait pu montrer une certaine admiration pour les délits qu'il a pu commettre.

Lui poser ce genre de questions est délicate, mais nécessaire. Nous sommes loin de ce moment passé, à Central Park, avec Brayon et Saeed. A ce moment-là, nous n'avions pas encore le lien entre chacune des victimes et de ce fait, nous ne savions pas qu'ils étaient liés à l'affaire Kray.

Fiche codée par < NyxBanana >
Calliopé Winshop
Cent
J'ai posté : 2195 messages et j'ai : 547 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : S (ava) | may0osh (gif) | macherierps (gif)

Calliopé Winshop
Mar 9 Juin - 19:52
Je ne comprends rien à ce que William O’Connor me raconte. Cela n’a strictement aucun sens. Oui, Lothar a fini par lâcher le morceau avant que j’arrive ici, au QG du NYPD. Je n’arrive pas à croire que ces choses terribles puissent arriver. Pire encore, quand l’agent des forces de l’Ordre me montre des clichés, je me retiens pour ne pas vider le contenu de mon estomac sur la table face à moi. Tout va trop loin. Je ne pensais pas m’engager dans une chose pareille en tombant amoureuse de Thomas. Je regrette mes sentiments même si je ne les contrôle pas et que je ne les contrôlerai jamais.

William O’Connor me dit qu’il ne pense pas que Thomas est responsable de tout cela mais il a des doutes. Je l’entends dans sa voix. Je ne connais pas bien l’homme mais je sais dénoter du doute là où il y en a. Je soupire et me passe les mains sur le visage. Merde, je ne les ai pas lavées. Avec un peu de chance, je n’ai pas attrapé le virus.

- Thomas ne ferait jamais une chose pareille,
dis-je d’une voix faiblarde.

Il m’est impossible d’imaginer Thomas orchestrer de telles choses. J’ai conscience d’avoir minimiser ce dont il était capable mais ça ? Non, je refuse d’y croire. Même si je n’ai pas tous les détails, je sais que Thomas appréciait son avocat, il n’aurait jamais été le faire tuer. Je refuse d’y croire.

- Qu’est-ce qui se passe ? Je ne comprends rien…

Je tourne la tête lentement vers Aleksej qui ne m’a pas encore adressé la parole. Là non plus, je ne comprends pas. Pourquoi ne parle-t-il pas ? Pourquoi est-il là ?

- Sig noget Aleksej !
dis-je en danois, espérant le réveiller. « Pourquoi suis-je ici ? Est-ce que vous me soupçonnez ? »

Cette fois, ma question s’adresse à William O’Connor.


« I'm surviving »
And it's so gut-wrenching...falling in the wrong direction. How did you sweep me right off my feet? Baby, I can't keep falling in the wrong direction. Couldn't even see you through the smoke. Looking back, I probably should have known...
©️crackintime
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Mer 10 Juin - 13:27
Le lieutenant était finalement de retour dans la pièce. L’atmosphère devenait de plus en plus pesante à mesure que chacun prenait conscience des enjeux. Et bizarrement l’antipathie qu’éprouvaient les deux hommes l’un envers l’autre se dissipait proportionnellement. Tous les deux étaient intelligents, assez pour savoir quand mettre leur griefs personnels de côté. O’Connor était partant pour un interrogatoire en toute discrétion. Aleksej aquieça quand ce dernier l’informa avoir contacté Callie. Évidemment, il aurait préféré l’appeler lui-même, la rassurer, essayer de faire passer la pilule le plus délicatement possible. Mais il était dos au mur.

L’heure qui suivit, Aleksej la passa au téléphone avec les différents agents du système carcéral. D’abord un juge d’instruction, et une grande partie de la hiérarchie pénitentiaire, jusqu’à arrivé à obtenir ce qu’il voulait. Ils avaient immédiatement rassemblé les documents nécessaires avec le policier pour pouvoir déposer l’injonction aussi rapidement que possible. D’une certaine manière, le danois était assez satisfait de réaliser qu’après toutes ces années, il avait encore des contacts et le bras long. Même s’il aurait préféré user de ses prérogatives dans un autre contexte. Il avait longtemps eu le luxe de pouvoir choisir pour qui il travaillait, à présent il devrait prendre ce qu’on lui donne.

Il était prêt à partir quand une voix familière résonna dans le bureau. Son regard croisa celui de la jeune femme qui semblait troublée. Il y avait de quoi. Il n’eut pas vraiment le temps de prendre la parole, O’Connor l’avait déjà fait assoir et attaqua de but en blanc. Aleksej restait debout dans un coin et l’observait, soucieux. La vie de Callie était déjà compliquée, cette histoire de meurtre était la cerise sur le gâteau. Il aurait voulu pouvoir la préserver de tout ça mais ils avançaient dans le flou et s’ils avaient tous l’intime conviction que les enjeux étaient colossaux, tout ce qu’ils pouvaient avancer n’étaient finalement que des hypothèses.

Ce n’était pas un réel interrogatoire, simplement une prise de contact. Aleksej ne voulait pas s’immiscer dans l’enquête d’O’Connor mais quand Callie le prit à partie en danois, il ne pu continuer à rester en retrait. Il s’était approché du bureau à mesure que la conversation avançait, il voyait bien la détresse dans le regard de la jeune femme. Son corps tout en entier traduisait un certain malaise.

« Du har intet at bekymre dig om. »

Ce qui n’était pas tout à fait vrai mais il voulait faire redescendre un peu cette tension qui s’était emparée d’elle. Il attrapa une chaise et s’installa non loin d’elle.

« Personne ne te soupçonne… Mais tu es la personne la plus proche de Kray et cette enquête pointe indéniablement vers lui. Il s’agit pour le lieutenant de déterminer dans quelle mesure votre passé commun pourrait aider la police à avancer et… et être sûr que ni toi ni les enfants ne soyez en danger. »

Il aurait eu envie de poser sa main sur son épaule, de la prendre dans ses bras pour la réconforter mais sa conscience professionnelle avait toujours été exacerbée et c’était un risque qu’il ne pouvait pas prendre. Ni pour lui, ni pour elle.

« Tu es officiellement une personne d’intérêt dans cette affaire. Et il est possible que tu puisses être appelé à témoigner étant donné ta relation avec Thomas Kray. Mais le plus important pour l’instant, c’est de s’assurer de ta sécurité. Et je pense que tu peux faire confiance au lieutenant O’Connor pour ça. »

Pour le temps que ça durerait, il avait mis son ego de côté. Il voyait que William et lui travaillait dans la même direction et qu’il ferait son possible pour que cette enquête ne fasse pas de Callie un dommage collatéral.

« C’est moi qui suit en charge de la mise en place des procédures juridiques sur l’enquête et je   représenterais l’accusation en cas de procès au nom de la ville de New York. Je ne pourrais avoir aucun contact avec toi jusqu’à la fin de cette histoire ou je pourrais risquer d’être accusé de collusion avec un témoin. Aucun, Callie, c’est très important… »

Il avait planté son regard dans celui de la jeune femme. Autant que ça le peinait, il savait que c’était une mesure indispensable. On parlait d’un meurtrier multi-récidiviste et quand la police finirait par mettre la main sur lui, ce qui arrivait toujours, le plus dur serait encore à venir. Le taux de meurtriers attrapés était largement supérieur à celui des meurtriers condamnés.

« Men jeg vil tage de skridt, der er nødvendige for at beskytte dig mod det hele. »
William O'Connor
Times
J'ai posté : 652 messages et j'ai : 451 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bradley Cooper et pour finir je crédite : Junkiee

William O'Connor
Jeu 11 Juin - 8:20


On appelle ça le Karma

Aleks & William


Je pense davantage qu'il s'agisse d'un fanatique qui souhaite venger Kray. Mais bien évidement, je possède un doute, aussi faible soit-il, concernant Thomas, car je ne suis pas dans sa tête pour savoir ce qu'il est capable ou non de faire. Il a pu prouver qu'il était capable de beaucoup de choses, même si mon intuition me pousse à penser qu'aujourd'hui, il n'y est pour rien.

Winshop semble complètement perdue face à la situation, et elle ne tarde pas à le faire comprendre. Elle s'adresse même à Svendsen dans une langue qui, bien évidemment , doit être du danois. Dans un autre contexte, un autre moment, j'aurais probablement levé les yeux au ciel, avec exaspération. Ça vient de lui les fameuses spécialités danoises du café de Calliope ou est-elle elle-même danoise ? Ça serait un comble, vraiment.

Finalement, Winshop finit par me demander si nous la soupçonnons. Ce n'est absolument pas le cas, mais je n'ai pas le temps de le lui expliquer que Svendsen prend la parole. En danois dans un premier temps. Inutile de préciser que je ne comprenais pas ces courts échanges. Le danois est probablement la dernière langue que j'ai envie d'apprendre.

Finalement, Svendsen décide de répondre à ma place, à Winshop, mais aussi à lui expliquer toutes les raisons pour lesquelles elle est présente. Pendant un instant, je me demande s'il fait ça parce qu'il pense que je ne sais pas faire mon travail, ou s'il s'octroie ce droit car Winshop semble être son amie. Je ne fais cependant aucune réflexion. Si nous voulons faire avancer cette enquête, je dois mettre mes rancœurs de côté. Cela ne signifie pourtant pas que j'apprécie cet homme. Mon poing me démange toujours autant. Mais là n'est pas la question.

- Nous devons vous mettre, vous et vos enfants, sous protection. Vous et tout ce qui sont mêlés de près à l'arrestation de Kray.

Lorsque l'on me connaît, on sait que, bien évidemment, je resterais l'exception. Si les motivations de ce tueur sont bien celles que l'on croit, alors il cherchera à m'atteindre. Et je l'attends de pied ferme. J'espère même qu'il ne tardera pas à vouloir agir avec moi. Alors, au lieu de me cacher, je compte bien justement m'exposer. C'est risqué, mais ce n'est pas comme si la vie, pour moi, avait encore un agréable goût.

- J'ai besoin que vous répondiez à ma question. , repris-je en plongeant mon regard bleuté dans le sien. Une question qu'elle a laissé sans réponse et qui, pourtant, pourrait faire avancer l'enquête. Alors je décide de la lui poser à nouveau.

- Est-ce qu'avant ou après l'arrestation de Kray, un homme a tenté de rentrer en contact avec lui ou vous ? Un homme qui aurait pu vouer une sorte de culte à Kray.




Fiche codée par < NyxBanana >


Calliopé Winshop
Cent
J'ai posté : 2195 messages et j'ai : 547 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : S (ava) | may0osh (gif) | macherierps (gif)

Calliopé Winshop
Jeu 11 Juin - 9:01
Tout cela va beaucoup trop loin. Voilà que les deux hommes commencent à évoquer un fanatique, fasciné par Thomas. Ma vie n’est-elle pas suffisamment compliquée comme ça pour qu’on veuille en plus me laisser penser que ma vie est peut-être en danger et que, pire, celles de mes enfants le sont également ?

Je crois qu’aujourd’hui, je ne ressens que du dégoût à mon égard vis-à-vis du fait que je puisse être retombée amoureuse de Thomas. Pourquoi n’ai-je pas pu me tenir loin de lui et de son influence ? Pourquoi a-t-il fallu que je l’écoute me chanter ses belles et douces paroles de gentleman à deux balles ? Pourquoi faut-il que je sois aussi stupide en amour ?

Aleksej finit par me répondre et m’explique que lui et moi ne pourrons avoir aucun contact le temps de l’enquête. Donc, en plus de me mettre dans une situation gênante, Thomas arrive à me priver de celui qui, aujourd’hui, est de loin mon meilleur ami ? Cameron est loin et même si je sais qu’il tient à moi, il ne peut pas me venir en aide depuis qu’il a quitté New York. Nous continuons à nous écrire dès que possible mais je ne peux pas nier les effets de la distance sur notre relation.

William O’Connor se met à parler de protection rapprochée et me demande si je n’ai pas noté quelque chose d’anormal après l’arrestation de Thomas. J’ai envie de lui rire au nez. Toute ma vie est devenue anormale après ce jour-là et je pense qu’il est bien placé pour le savoir.

- Non, non pas que je sache,
réponds-je simplement en essayant de garder mon calme alors qu’au fond de moi, un volcan semble prêt à entrer en éruption. Pour ce que j’en sais, Thomas ne s’entourait que de gens lui étant fidèles et dévoués. Il ne laissait pas beaucoup de monde l’approcher. Ça n’a aucun sens ce que vous racontez. Qui pourrait vouer un culte à un mafieux proxénète ?

Prononcer ces mots me fait un mal de chien car je viens officiellement de coller l’étiquette tant redoutée sur la personnalité de Thomas. Une étiquette que je ne voulais pas envisager jusqu’à il y a peu.


« I'm surviving »
And it's so gut-wrenching...falling in the wrong direction. How did you sweep me right off my feet? Baby, I can't keep falling in the wrong direction. Couldn't even see you through the smoke. Looking back, I probably should have known...
©️crackintime
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Dim 14 Juin - 10:14
Aleksej ne quittait pas la jeune femme mais quand il entendit O’Connor dire qu’il était primordial de mettre sous protection toutes les personnes mêlées à Kray et son arrestation, c’est vers le policier que son regard se tourna. L’hypothèse la plus probante était effectivement celle d’un règlement de comptes et si elle était juste, O’Connor serait en plein dans la ligne de mire. C’était un homme impulsif et borné et Aleksej craignait qu’il tente le genre de coup pour lequel il était bien connu dans son service. Rien ne justifiait qu’une nouvelle personne ne soit blessée ou pire, pas même l’ex de la femme qu’il aimait.

William reprit la parole. Le Danois voyait bien sur le visage de son ami que les informations pesaient chaque fois un peu plus lourd sur elle. C’était frustrant. La voir encaisser coup après coup, savoir que ce n’était que le début et qu’il était complètement impuissant. Son inquiétude se transformait petit à petit en quelque chose qui ressemblait plus à de la colère. Tout ça était injuste. Elle qui dédiait son temps à rendre la vie des autres un peu meilleure. D’abord Lockwood, et maintenant ça.

Aleksej avait envie de la rassurer, de lui expliquer tous les tenants et aboutissants de l’enquête au niveau actuel. Mais il ne pouvait pas empiéter plus sur les plates bandes d’O’Connor. Il devait garder à l’esprit quelle était sa place s’il voulait pouvoir continuer à travailler avec le lieutenant dans de bonne conditions. Ou du moins dans des conditions correctes. En entendant la question de la jeune femme, le danois se releva, tira discrètement sur ses lombaires en soupirant. La situation semblait irréelle, malheureusement, ce n’était pas la plus dingue qu’ait connu la ville de New York. Des gens qui perdaient les pédales, il y en avait plus que ce que l’on pensait.

Et cela pouvait arriver à tout le monde. Même une personne parfaitement saine d’esprit pouvait perdre le contrôle et dépasser le point de non retour. Ou se retrouver juste à la limite. Parfois le contexte, les situations, le désespoir pouvait vous pousser à faire des choses dont vous ne vous seriez jamais cru capable. Il en savait quelque chose. Ce monde était tordu, incohérent, il tournait à l’envers. Et cette histoire n’était malheureusement qu’un exemple des maux qui rongeait leur société. Et il n’était pas isolé.
Contenu sponsorisé
On appelle ça le Karma [Aleks]
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper East Side
-
Sauter vers: