Scent of Scandals a besoin de vous !
Votre avis compte plus que tout afin de nous aider à nous améliorer. Ici vous en saurez plus !
Newsletter numéro 50
De nouvelles choses à découvrir dans ce sujet ! Laissez un petit commentaire et surtout, restez chez vous ! love2
Nouvelle Intrigue
A côté de l'intrigue confinement, venez découvrir intrigue le pays des songes !
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$ My Heart is Open ft. Solveig 1529876038
Le Deal du moment :
Nike : jusqu’à 50% de remise sur le ...
Voir le deal

Partagez

My Heart is Open ft. Solveig

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper West Side
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 625 messages et j'ai : 1214 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Sam 23 Mai - 23:52
Les deux jours qu’Aleksej venait de passer avait été étranges, douloureux, un soulagement aussi peut-être. Sans l’afflux de touristes habituel, Montauk était relativement calme. Les plages désertes appelaient à la quiétude et à la contemplation. Un bon nombre de New Yorkais avait déserté la métropole pour rejoindre leur résidence de villégiature. La ville était calme mais pas abandonnée. C’était également la décision qu’avait pris Denise, la femme de Charles, préférant éviter les rues bondées de New York. Quand il arriva devant chez lui, elle l’y attendait. Son mari avait dû la prévenir de son arrivée.

Ils avaient commencé par prendre un café, parler de tout et de rien, ils en étaient arrivés à discuter du bureau du procureur, de l'offre qu'avait reçu Aleksej. Denise avait une capacité d’écoute sans pareil, mais c’était surtout elle qui avait parlé. De Charles, de sa relation avec Aleksej, de son désir de le voir sortir du marasme dans lequel il était plongé depuis quinze ans. Que malgré le succès du danois, il n’y avait pas eu une seule journée sans qu’il ne s’inquiète pour lui. Et que son seul désir était de le voir heureux. De fil en aiguille, elle lui avait proposé son aide pour donner un petit coup de frais dans la maison, qui s’était transformé en rangement par le vide.

Denise avait remplit les cartons pour Aleksej. Il les avait rangé dans le garage. Il n’avait pas été capable de faire le tri. Il prenait un nouveau départ dans sa vie, il avait besoin de recommencer avec une ardoise vierge. Cela ne voulait pas dire qu’il oubliait. Une difficulté après l’autre. Un pas après l’autre. Sans le rappel incessant de tous ces souvenirs, se retrouver dans cette maison était presque plaisant. La vue, le calme, la luminosité des pièces. Il avait toujours aimé passer des moments ici. Il se demandait si elle aimerait aussi ce endroit. Il n’avait pas eu un sommeil complètement serein mais il était content d’être là.

Il avait passé la journée suivante seul. Il avait commencé par prendre le temps. Un café, un lever de soleil… et puis il s’était laissé perdre sur la plage plusieurs heures durant. Repensant aux derniers mois qui étaient passés, ce qui avait changé. Repensant également aux quinze dernières années. Tout y était passé ou presque. Son passé, son boulot, ses amis, Solveig évidemment. L’évolution de leur relation. Il réalisa que l’après-midi touchait à sa fin et qu’il devrait bientôt partir s’il voulait pouvoir encore la voir ce soir. Il ne savait pas si elle resterait ou pas chez lui ce soir.

Ils avaient très peu communiqué ces derniers jours. Il lui avait dit qu’il n’aurait probablement pas son portable sur lui pendant qu’il serait à Montauk. Avant de partir il repassa par chez les Svenssen demander une dernière petite faveur à Denise. Sa décision étant prise concernant l’offre de Schneiderman, il avait appelé Charles un peu plus tôt dans l’après-midi. Il fallait maintenant qu’il soit présentable pour son entretien du lendemain. Denise avec acceptée de lui couper les cheveux avec grand plaisir.

Un petit quart d’heure avant d’arriver chez lui il avait envoyé un message à la jeune femme pour la prévenir qu’il n’allait plus tarder. Il n’avait pas encore eu le temps de défaire son sac qu’il entendit la sonnette de la porte de l’appartement retentir. Un sourire se dessina sur son visage alors qu’il allait ouvrir la porte.
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1507 messages et j'ai : 1044 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Dim 24 Mai - 11:27
My Heart is Open ft. Solveig Usum
Contrairement à ce que je pensais, la semaine est passée relativement vite. J'ai eu beaucoup de choses à gérer d'un point de vue professionnel. Mes supérieurs considèrent que mon travail est particulièrement bien réalisé et ils cherchent à savoir si je fais l'objet d'une plus grande ambition que celle que je les ai laissé apercevoir lors de mon embauche en 2019. En réalité, j'ai l'ambition de faire quelque chose de plus grand mais comme cela n'a rien avoir avec l'entreprise, je n'en parle pas. J'ai commencé à poser les bonnes questions aux bonnes personnes et certaines portes sont en train de s'ouvrir à moi. Lentement mais sûrement. Si je fais attention et que je continue de me montrer irréprochable, je pourrais même considérer que ce que je vais faire demain pourra être réitérer de manière régulière.

- Tu rentres déjà ? me demande l'une de mes collègues lorsqu'elle me voit mettre mon trench coat.

J'acquiesce en lui souriant simplement. Il est 17h30 et je sais que c'est très rare de me voir quitter le bureau avant 19h. Ce matin, je suis arrivée sur les coups de 8h du matin, ce qui veut dire que j'ai fait mon quota journalier malgré tout. Je n'ai donc pas à me reprocher mon départ un peu avancé. Après tout, nous sommes vendredi et ce soir c'est le début du week-end. Je pense qu'on me pardonnera de rentrer un peu plus tôt.

- Je te vois lundi matin ?
- Évidemment ! Passe un bon week-end !

Elle n'a pas idée à quel point ce week-end va être bon. Il va également être un peu flippant mais je sais qu'une fois que j'aurai osé faire ce que je vais faire demain matin, ma vie ne sera plus jamais la même. Je vais enfin oser.

Quand je quitte le bureau, je me tâte. Est-ce que je marche ou est-ce que je rentre en voiture ? Je souris en coin et décide finalement d'opter pour un rapide trajet en Uber. Je ne suis pas forcément partisane du système mais je dois admettre qu'il est parfois très arrangeant. Comme aujourd'hui, par exemple.

[…]

- Bonsoir Mlle Lazzari, me salue Charles, le portier de l'immeuble d'Aleksej.
- Bonsoir Charles. Comment allez-vous ?
- Très bien et vous-même ?
- La semaine a été particulièrement bonne, merci. Il est rentré ?
- À peine. On peut dire que vous êtes on time.

Je souris à l'homme et lui souhaite une bonne soirée avant d'entrer dans l'immeuble avec Maroon. Je prends l'ascenseur et essaie de contenir mon impatience. Aleksej et moi ne nous sommes pas vus depuis lundi soir et même si j'ai du mal  à croire que je suis en train de dire cela : j'ai trouvé le temps long. En soi, ma semaine est passée vite mais arrivé le soir, c'était une autre histoire. Nous n'avons pas communiqué du tout. Je n'étais pas habituée à cela mais je pense que c'est une bonne chose.

Une fois devant la porte de l'appartement qui m'intéresse, je sonne et attends patiemment qu'on vienne m'ouvrir. Il ne tarde pas à le faire et mon premier réflexe est de lui sauter dans les bras. Dieu merci, Aleksej a de bons réflexes.


dysfunctional
Every person has an intrinsic responsibility for their own life.-byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 625 messages et j'ai : 1214 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Dim 24 Mai - 13:59
My Heart is Open ft. Solveig Usum
La porte à peine ouverte, il n’eut pas le temps de prononcer une seule parole. La jeune femme était déjà dans ses bras en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire. Il vascilla légèrement mais réussi à garder son équilibre. Il passa ses bras autour d’elle et la serra avec tendresse, venant loger son visage dans le creux de son cou. Bon sang ce qu’elle lui avait manqué. Il inspira profondément, retrouvant son odeur, la douceur de sa peau. Il restèrent comme ça de longues secondes. Il se décida finalement à relâcher un peu cette étreinte. Il poussa doucement ses cheveux sur le côté en la regardant silencieusement, souriant néanmoins. Il releva légèrement son menton pour venir déposer un baiser sur ses lèvres.

« Bonjour… »

Ses yeux ne pouvaient se séparer de son visage. Il se contentait de l’observer, content. Soulagé aussi en quelque sorte. Évidemment ces derniers jours il avait souvent eu envie de l’appeler, de lui raconter. Mais les téléphones avaient pour lui quelque chose d’impersonnelle, de mécanique. Et il aimait discuter avec elle, peu importait le sujet. Il avait tellement de choses à lui dire. Son séjour à lui décrire. Mais pas tout de suite. Cet instant de retrouvaille était doux, il voulait le faire durer encore. Juste un tout petit peu.

Cette sensation de bien-être qu’il avait ressenti rien qu’en la voyant. Et la chaleur de leur deux corps retrouvés. Il ne s’attendait pas à une telle réaction de sa part. Il réalisait qu’il lui avait peut-être manqué autant qu’elle lui avait manqué. Il ne pouvait que sourire à cette idée. Il aimait l’idée d’être présent dans ses pensées. Elle avait occupé la plupart des siennes. Et régulièrement quand il était à Montauk il s’était demandé ce que penserait la jeune femme de telle plage, tel magasin. Si elle apprécierait la mer, les restaurants.

« Moi aussi, je suis content de te voir… »

De la voir, de la sentir, de retrouver le goût de ses lèvres. Et hâte qu’elle lui raconte sa semaine. Il était également curieux de voir sa réaction à sa nouvelle coupe de cheveux. Courte à nouveau comme lorsqu’ils avaient commencé à se voir.  

Il avait finalement baissé les yeux pour regarder derrière la jeune femme à la recherche de son compagnon à quatre pattes. Il fronça les sourcils ne le voyant pas quand il l'entendit finalement derrière lui. Maroon ne s'était posé aucune question. Il était entré comme chez lui et avait rejoint sa place tout naturellement.
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1507 messages et j'ai : 1044 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Dim 24 Mai - 14:16
Après qu’on se soit embrassés, mon premier réflexe est de passer la main dans ses cheveux de nouveau tout courts. Je me doutais qu’il allait passer à l’acte mais je dois admettre que ses cheveux mi-longs vont me manquer. Ça lui donnait un petit côté bad boy assumé, c’était sympa. Mais, évidemment, en acceptant un poste aux côtés du Procureur il ne pouvait pas rester avec une coupe pareille. Ça ferait malheureusement « mauvais genre ».

- Adieu cheveux longs, je vous aimais bien, dis-je pour enquiquiner le danois avant de lui sourire tendrement.

Je vois mon chien qui se prend encore pour un roi et rentre dans l’appartement sans la moindre once de gêne. Je lève les yeux au ciel. Il rendrait fou n’importe qui, je le jure. Dans le royaume des toutous, je me demande quelle place il a. Celle qu’il croit qu’il a, ça, je la connais déjà mais quant à son rang véritable... J’ai comme un doute.

Les deux pieds de nouveau au sol, je rentre à l’intérieur de l’appartement avec Aleksej. Nous nous assurons que la porte est bien refermée avant que je lui saute de nouveau dessus. Je me demande quel âge j’ai, là tout de suite. On croirait une adolescente qui n’a pas vu son copain depuis des semaines. Je suis sûre que je fais de la peine, là.

- Comment c’était cette semaine ? demandé-je de but en blanc.

Quand on me connaît, on sait que je ne suis pas du genre à tourner en rond vingt ans sur les sujets importants. Je sais que le fait qu’Aleksej se rende aux Hamptons représentait quelque chose d’important mais je veux tout savoir. Oui, cela m’importe de savoir s’il l’a bien ou mal vécu. Il m’a fait comprendre lundi que le fait d’aller là-bas ne signifiait pas rien. Oui, j’accorde de l’importance à ce qu’il me dit, oui.

Je laisse mon sac et mes chaussures dans l’entrée et entraîne l’homme dans le salon pour que nous allions nous installer sur le canapé. A croire que je commence à faire comme mon chien : je prends mes aises.


dysfunctional
Every person has an intrinsic responsibility for their own life.-byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 625 messages et j'ai : 1214 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Dim 24 Mai - 16:55
Aleksej savait que Solveig avait un faible pour ses cheveux longs, d’ailleurs il avait presque eu un pincement au coeur au moment de les couper. Presque. Il ferma un instant les yeux en sentant ses doigts fins venir s’y glisser. Les gestes le plus simples étaient ceux qui manquaient le plus rapidement. Il secoua la tête en levant les yeux au ciel en l’entendant. Évidemment, il était plus amusé qu’autre chose. Encore plus par la réaction de Solveig au comportement de Maroon. Elle qui essayait de lui faire réapprendre quelques bonnes manières… Chez Aleksej, il avait vite pris l’habitude de faire ce dont il avait envie, tant qu’il laissait croire au danois qu’il était aux commandes.

À peine la porte fermée, que la jeune femme se retrouvait à nouveau dans ses bras. Pour son plus grand plaisir. Peut-être que vivre séparément n’était pas une si mauvaise idée après tout. Il ne pouvait pas nier qu’il aimait qu’elle soit en demande de tendresse, de contact. De lui. C’était surtout la meilleure des couvertures pour masquer son empressement de la revoir à lui et ne pas passer pour l’amoureux transis de service.

« Ça a été… »

Évidemment ce n’était pas la réponse qu’elle attendait. Elle voulait connaître les détails. Probablement aussi sa décision, si elle ne l’avait pas déjà deviné. Il la regarda retirer ses chaussures et sourit avec tendresse. Lui qui avait peur que chacun retrouve son quotidien, réalisait que les deux mois qu’ils avaient passés ensemble n’étaient pas anodins. Solveig avait également pris des habitudes chez lui et celles-ci ne disparaîtraient pas. Il aimait qu’elle se sente un peu comme chez elle, chez lui. Il se laissa entraîner dans le salon. Une fois installé sur le canapé, il l’attira vers lui.

« Mon début de semaine n’a pas été très attrayant… j’ai bouclé les dossiers en cours et passé la main sur certain… mais ce n’est pas ça qui t’intéresse… »

Elle voudrait probablement qu’ils reprennent leur discussion là où ils l’avaient laissé lundi soir. Son départ à Montauk. La décision qu’il devait prendre.

« Ça faisait un certain temps que je n’y étais plus allé. C’était agréable de sortir de New York… C’était assez étrange. Il y a pleins de nouveaux commerces, de nouvelles têtes… alors tu marches dans des rues que tu connais par coeur et pourtant tu à l’impression de les voir pour la première fois. »

Ils étaient allés en ville prendre un café. Denise lui avait fait découvrir un nouvel endroit qu’elle semblait pourtant bien connaître. Ça lui avait fait réalisé qu’il avait fait l’impasse sur les vacances depuis bien trop longtemps.

« J’ai rencontré Denise, la femme de Charles. Elle est partie à Montauk dès qu’ils ont réautorisé les déplacements… elle se sent un peu moins exposée là-bas… On a longuement discuté tous les deux. »

Les paroles de la vieille femme avait probablement été cruciales dans la prise de décision d’Aleksej. Si Charles avait toujours été très honnête et direct avec le danois, il y a des choses qu’il ne lui avait pourtant jamais dites. Il restait un homme et d’une certaine génération. L’étalage de sentiments ne faisait pas partie de ses us et coutumes.

« Nous avons parlé du lien qui nous unissait Charles et moi. Du fait que lui et Denise nous avaient toujours considérés comme leur famille. De la peine qu’ils avaient partagée avec nous. »

Aleksej jouait méticuleusement avec l’une des mèches de cheveux de Solveig. S’il mourrait d’envie de rentrer, de la retrouver et de lui raconter ce qui s’était passé, lui non plus ce n’était pas tout à fait dans son ADN.

« Elle m’a dit qu’ils s’inquiétaient pour moi. Qu’après le départ de Lena, plus rien n’avait été pareil et que Charles regrettait le fait que je privilégie le travail au dépends de tout le reste. »

Une fois seul, c’était tout ce qui lui restait. Alors il s’y était jeté à corps perdu. Il n’avait plus d’autre moteur pour avancer que son métier. Les amitiés s’étaient étiolées, les contacts peu à peu perdus. Le danois poussa un soupir, il savait que tout ce que Denise lui avait dit était la stricte vérité.

« Elle m’a aussi dit que mes crises d’angoisse l’avait rendu très soucieux. Et qu’il sentait que j’atteignais un point de rupture. »


Charles avait toujours soutenu Aleksej et lors des premiers signes de faiblesse l’avait toujours incité à lâcher la bride. Mais jamais en ces termes.

« Elle m’a aussi raconté qu’il l’avait appelé après notre entretien de lundi. Qu’ils avaient eu une longue discussion et que Charles avait finalement admis que partir était probablement la meilleure chose à faire pour moi. Même si ça signifiait ne par reprendre son flambeau. Il lui a aussi dit que quelque chose avait changé chez moi… Denise ne m’a posé aucune question. Mais son sourire en coin était assez éloquent… »

Il posa son regard sur Solveig et sourit doucement. Oui, quelque chose avait bel et bien changé.
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1507 messages et j'ai : 1044 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Dim 24 Mai - 17:22
Quand je l'entends me dire « Ça a été » je me dis qu'il va me laisser sur ma faim et que je n'en saurai pas davantage. C'est donc presque à ma grande surprise que je l'entends reprendre la parole et commencer à me parler avec sérieux de ce qu'on était ces quelques jours loin de New York. Je ne savais pas que son boss avait également une propriété du côté des Hamptons. Je vais finir par croire qu'il n'y a que moi et mes parents qui n'avons pas notre bout de terrain de ce côté-là. Et on dit de nous que nous sommes des riches, hm ?

Je le laisse aller au bout de son discours sans jamais le couper. Je sais que si j'osais le faire, je perdrais grand nombre d'informations parce qu'il modifierait probablement son histoire. J'en suis certaine parce que c'est lot de tout Humain. C'est comme un automatisme. Quand nous sommes en train d'expliquer quelque chose de plus ou moins délicat, si la personne à qui on le dit s'exprime entre temps, nous modifierons notre discours pour être certains de ne pas la décevoir. C'est un peu triste mais on le fait vraiment tous.

Pendant qu'il me parle, il joue avec une mèche de mes cheveux. J'imagine que ça le détend alors je le laisse faire.

- Donc tu penses qu'ils ont compris ?


Pas pour nous, évidemment. Personne ne sait qu'Aleksej est tombé sous le charme de celle qui l'a empoisonné dix ans plus tôt.

- Et ça ne t'effraie pas ?

Je me dois de poser la question. Je veux impérativement savoir ce qu'il ressent.
J'ai bien conscience qu'admettre le fait qu'il puisse finalement vouloir se laisser aller à rêver d'une vie avec quelqu'un d'autre que son ex-femme n'a rien d'évident. Pas quand on a vécu quelque chose comme ce qu'Aleks a vécu.

- Mais, au-delà de ça, est-ce que ça t'a soulagé de prendre un peu de temps pour toi ?

De temps à autre, nous en avons tous besoin et j'espère sincèrement que ces quelques jours loin de tout ont fait du bien au Danois qui le mérite. Il semblait particulièrement contrariée la semaine dernière et je sais pourquoi. Je ne le sais que trop bien. J'estime presque avoir de la chance de constater qu'il ne soit pas en train de rompre avec moi. Bien des hommes l'auraient fait, j'en ai conscience.


dysfunctional
Every person has an intrinsic responsibility for their own life.-byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 625 messages et j'ai : 1214 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Dim 24 Mai - 18:11
Elle l’écoutait avec attention. Il en était reconnaissant. S’il se coupait dans son élan, il y avait de bonne chance pour qu’il ne puisse pas reprendre le cours de son récit. Mais la sentir prêt de lui, l’avoir dans ses bras, ça lui donnait une certaine dose de courage. Il passa ses doigts dans sa barbe et se frotta le menton en écoutant sa question.

« Je pense que c’était moi qui n’avait pas compris… Charles et Denise ont été bien plus clairvoyant… »

Il poussa un long soupir en entendant sa question avant de relever la tête et de lui sourire.

« Parce que ça ne t’effraies pas ? »

Ce n’était pas de recommencer qui lui faisait peur, mais de commencer tout court. Il ne pensait pas à ce qu’il avait laissé derrière mais à ce qui se trouvait devant. L’inconnu. C’était assez effrayant, particulièrement pour lui. Mais ça avait aussi quelque chose de très excitant. Et c’est ce sentiment là qui prédominait la plupart du temps. Démarrer une relation n’avait rien d’évident, mais ce n’était pas seulement le cas pour lui, il se disait que tout le monde était dans le même bateau. S’il y avait une recette miracle pour être en couple, on le saurait depuis le temps. Quoique… quand il pensait à ses parents, il trouvait qu’il s’en était plutôt pas trop mal sortis.

« Hum… Je ne sais pas si soulagé est le mot… ce n’était pas évident. Retourner dans la maison… Denise m’a proposé de m’aider à donner un coup de frais… au final, ça a été un peu plus que simplement faire la poussière… »

Ils avaient fait le vide. Quasiment intégralement. Il ne restait que les meubles. Denise comprenait la charge émotionnelle de chacun des objets qui avaient occupé cette maison. Elle avait proposé quasiment tout de suite de les emballer envoyant le regard du danois se poser sur la pièce. Elle regrettait de ne pas l’avoir fait plus tôt. Peut-être qu’AlekseJ serait revenu plus tôt à Montauk. Qu’il aurait pu tourner la page plus rapidement et éviter les incidents des six derniers mois, le surmenage, les crises.

« Mais j’ai apprécié y retourner… la nature… la plage surtout… ça m’a fait du bien de retrouver ce calme-là… je crois que ça te plairait… »

Il n’en savait rien pour dire vrai. Il voulait juste voir quelle réaction elle allait avoir.
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1507 messages et j'ai : 1044 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Dim 24 Mai - 18:37
Je hausse des épaules quand je l’entends me retourner la question quant à être effrayer par tout cela. Tout cela étant le début de notre histoire. Je suis morte de peur, il est vrai mais cela ne veut pas pour autant dire que je n’ai pas envie de nous donner une chance. Je n’ai vraiment aucune idée de où tout cela va nous mener et je préfère n’avoir aucune attente particulière à ce sujet. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que je souhaite nous voir échouer d’une quelconque manière.

- Bien-sûr que ça m’effraie, avoué-je pour la première fois.

Je le laisse continuer et je ne peux m’empêcher de sourire en l’entendant me dire finalement que bien que retourner là-bas ne fut pas évident, ça avait fini par lui faire du bien. Je suis fière de lui. Fière qu’il ait osé s’y rendre, en particulier si cela lui était difficile. Il faut beaucoup de courage pour surpasser ses peurs, j’en sais quelque chose.

- Je suis sûre que ça me plairait, oui.

Loin de moi l’envie de le brosser dans le sens du poil mais je pense vraiment qu’il a raison. Je ne suis jamais allée dans les Hamptons mais j’ai accès à Internet. J’ai vu des photos des lieux et je dois avouer qu’il faudrait être très difficile pour ne pas aimer l’endroit. J’ai fait quelques recherches poussées lundi soir après être rentrée, d’ailleurs. Montauk a vraiment l’air d’un endroit calme et paisible. Le genre d’endroit où l’on aime aller après une rude période de travail ou de vie privée, j’imagine.

- Le seul truc c’est que ça pullule de riches, dis-je finalement avant d’éclater de rire. « Et je déteste nous entendre parler nous autres, pauvre riches, de nos problèmes de fiscalité ou d’investissement à long terme. »


dysfunctional
Every person has an intrinsic responsibility for their own life.-byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 625 messages et j'ai : 1214 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Dim 24 Mai - 19:23
Il caressa sa joue et lui sourit. Solveig avait du mal à admettre ses faiblesses, comme tout le monde. Mais il était content qu’elle le fasse avec lui. Ils savaient donc tous les deux à quoi s’en tenir. Et probablement que cette peur venait aussi du fait qu’ils avaient tout les deux envie que ça marche. Quand on possédait quelque chose de précieux, on avait généralement peur que ça se brise. Il fallait juste qu’il fasse attention à ce que cette appréhension ne les paralyse pas. À ce qu’ils ne prennent pas trop de gants de peur de faire un pas de travers.

« Des fois j’ai l’impression que tu te retiens avec moi… et bien que je sois très touché de la manière dont tu tentes de me préserver… je ne suis pas en sucre… »

Il attrapa la main de Solveig et embrassa doucement ses doigts. Ce n’était pas un reproche loin de là. Et s’il aimait cette manière qu’elle avait de vouloir le protéger, il aimait également les fois où elle le confrontait. Il se remémorait leur rencontre au gala, la manière dont elle lui avait tenu tête. Il espérait vraiment que si la situation l’exigeait, elle n’hésiterait pas à monter au créneau avec lui. Parce qu’il n’était pas parfait et qu’il avait aussi besoin d’être remis en question parfois.

Aleksej éclata de rire en l’entendant parler de riches. Elle faisait partie d’une des famille les plus puissantes et pourvu de New York. Pour lui acheter une maison aux Hamptons avait été une longue route de travail et parfois de sacrifices. Si Aleksej était arrivé là où il était à présent, c’était par son travail et probablement surtout grâce à un gros coup de chance. Si Charles n’avait pas jeter son dévolu sur lui à l’époque, il serait probablement encore au Danemark. Oh, il aurait probablement eu une jolie carrière, mais rien comparé à ce qui l’attendait à présent. Procureur adjoint de l’état de New York. Il devait probablement être le premier étranger à atteindre ce genre de poste.

« Montauk est un peu différent… oh bien sûr la plupart des gens ont un niveau de vie plutôt aisé… mais ceux-là parlent plutôt de pêche que de fiscalité… je crois bien que c’est le sujet principal de discussion… mais ce n’est peut-être pas mieux tu me diras… ça et tous ces nouveaux riches écolo-bilou… »
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1507 messages et j'ai : 1044 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Dim 24 Mai - 20:02
- Tu n’es peut-être pas en sucre mais cela ne veut pas pour autant dire que je ne suis pas en mesure de te faire du mal, Aleks. Et je n’ai pas envie que cela arrive.

C’est pour cette seule et unique raison que je tire sur les rennes, parfois. Je n’ai pas le choix si je veux être sûre de faire les choses correctement avec lui. Vu le fiasco total avec William qui me connaissait pourtant par cœur, Dieu seul sait ce qui pourrait se produire avec un homme qui a encore tout à apprendre de moi, de la femme que je suis réellement. Moi-même, je ne suis pas toujours certaine de me connaître parfaitement. On comprendra donc que je ne souhaite pas qu’Aleksej prenne des risques inconsidérés.

Il rit avec moi, ce qui me fait chaud au cœur. Je suis toujours heureuse de constater qu’il n’aime pas particulièrement non plus son rôle de privilégié de la société. Sans ça, ça ne pourrait pas fonctionner entre nous. Ce n’est pas parce que je fréquente aujourd’hui un homme qui a de l’argent que cela signifie que je vais oublier mes principes et mes codes. J’ai toujours compris que j’avais énormément de chance comparé à bien des gens et je ne dois jamais oublier cela. Jamais. C’est notamment pour cela que j’irai aider, demain matin, La Parole des Dames, une association à but non-lucrative, permettant aux femmes des quartiers défavorisés d’avoir la parole sur des sujets primordiaux, discussions desquelles elles sont trop souvent mises à l’écart.

- On ne crache pas sur l’écologie. C’est important et nous devons tous faire des efforts, même vous Monsieur le Danois.

J’aime le taquiner à ce sujet car il est de notoriété mondiale que le Danemark est un pays incroyablement avancé en matière d’environnement et de gestion de ses déchets. Si seulement les Etats-Unis pouvaient prendre exemple sur ce pays...


dysfunctional
Every person has an intrinsic responsibility for their own life.-byendlesslove
Contenu sponsorisé
My Heart is Open ft. Solveig
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper West Side
-
Sauter vers: