Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous My Heart is Open ft. Solveig - Page 3 4035343658
Le Deal du moment : -65%
Enceinte Olaf Frozen (La Reine des Neiges) – ...
Voir le deal
6.95 €

Partagez

My Heart is Open ft. Solveig

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper West Side
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Mer 27 Mai - 18:29
Aleksej la regarda en souriant avec affection. Il savait pertinemment qu’elle ne se contenterait pas de ça. À voir son appétence pour les infimes détails, l’attention avec laquelle elle analysait chaque photo, chacune de ses expressions, il savait que son intérêt n’était pas feint. Non pas qu’il soit particulièrement mal à l’aise à l’idée d’aborder ces souvenirs, il ne savait juste pas comment lui décrire son enfance, sa vie au Danemark de manière exhaustive. Alors il posait déjà cette base là et il comptait bien sur elle pour relier les évènements entre eux, mettre le doigt sur les zones d’ombres.

« Oh mais je ne crois rien du tout… je commence à te connaître un tout petit peu… j’attendrais juste que tu sois assez à l’aise pour oser me poser toutes les questions qui te démangent… »


Il lui adressa un clin d’oeil en souriant. Il ne l’avait pas vraiment remarqué, c’était sa psy qui avait mis le doigts dessus lors de leur entretien de cette semaine, Aleksej souriait plus.

« Et oui, je te fais confiance… »

Les yeux rivés sur elle, il attendait de voir sa réaction. Une phrase somme toute banale, et pourtant pas tout à fait anodine. Pas pour elle. Alors qu’elle avait passé ses bras autour de lui, il enserra doucement ses hanches. Il ne put dissimuler un large sourire quand elle l’informa de sa décision quand à rester dormir ou pas. Il leva néanmoins les yeux au ciel quand elle lui demanda s’il voulait bien qu’elle reste.

« Ce n’est pas une question que tu as besoin de poser et je pense que tu le sais très bien… mais oui, je serais vraiment ravie que tu restes…. Tout le week-end… »

Il feignit un air innocent. Ce n’était pas tout à fait ce qu’elle venait de dire. Il se mordit la lèvre, un sourire pincé. Il aimerait tellement qu’elle reste ces deux prochains jours. Même s’ils avaient tous les deux un agenda et des plans pour le lendemain, quel plaisir ce serait de savoir qu’il la retrouverait en rentrant, ou l’inverse. Le retour à leur vie « normale » était exactement comme il se l’était imaginé. Malgré ses journées chargées, il ne cessait de penser à elle. Ce demandait où elle était ce qu’elle faisait. Ce qu’elle penserait de telle ou telle chose. Il vint caler son front contre celui de la jeune femme et ferma les yeux quelques secondes avant de pousser un profond soupir de contentement.

« Je t’ai déjà dit que j’étais content que tu sois là ? »

Il se laissa aller à la contempler à nouveau . Ça avait toujours un effet très apaisant sur lui.
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Mer 27 Mai - 20:04
L’entendre me dire qu’il me fait confiance me rassure. Bien que nous ne nous connaissions pas depuis si longtemps que cela, j’ai besoin qu’il m’accorde sa confiance. À vrai dire, je lui accorde déjà la mienne. Je ne sais pas si je fais le bon choix, mais c’est trop tard. Je suis pourtant du genre méchant avec les gens, j’ai beaucoup de mal à accorder ma confiance facilement. Peut-être qu’au fond je ne suis pas aussi à l'aise que ça avec Aleks, mais je ne le montre pas. J’aurais besoin de temps évidemment, mais j’ai vraiment l’impression que je suis en train de lui accorder ma confiance la plus totale. Au fond, c’est peut-être une erreur. J’imagine que seul le temps saura me le dire.

Il me sourit tendrement et me dit qu’il est content que je sois là, ça tombe bien, car moi aussi je suis content d’être là ce soir.

- Écoute, il me semble te l’avoir entendu dire mais j’imagine que ça ne me fait pas de mal de l’entendre à nouveau.

Falloir que je lui parle de demain. Je sens que cette fois c’est le bon moment. J’espère qu’il va être fier, non pas que je cherche la reconnaissance, mais ça me ferait plaisir que quelqu’un me suivre dans mes délires. Quoi que, ce n’est pas vraiment un délire quand on n’y pense. Quand j’ai contacté l’association, j’ai d’abord pensé que je devenais folle. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas du genre à aller me mêler à la foule comme ça, et encore moins autour de femmes et uniquement de femmes. Je me suis surtout entouré d’hommes. Je ne sais pas pourquoi, c’est devenu rapidement une habitude chez moi. Attention, je ne suis pas en train de me faire passer pour une femme à homme, ce n’est pas ce que je suis. Quoi ? On dit bien un « homme à femmes », après tout. Alors pourquoi ne dirait-on pas le contraire ? L’égalité des sexes, ça va dans les deux sens, les gars.

- Demain j’ai un rendez-vous important…

C’est bon, j’ai conscience que ce n’est pas juste de ma part de laisser ce suspense au bout de mes lèvres. Mais j’ai envie de le faire durer parce que ce que je vais lui annoncer d'énorme. Du moins, c’est énorme pour moi.

- J’ai contacté l’association La Parole des Dames et je les rencontre demain.

Cette association, fondée en 1993, sert à récolter des fonds pour aider les femmes en difficulté. Les femmes battues, les femmes endeuillées mais aussi les femmes vivant dans des quartiers pauvres comme le Bronx. Au fil des années, je me suis rendu compte à quel point notre parole ne valait rien comparée à celle des hommes. Autant dire que cela m’a grandement énervé et aujourd’hui, j’ai décidé de faire quelque chose contre ça. Je suis pour l’égalité des sexes. Dans sa globalité la plus totale. J’estime que si un homme gagne $4000, on doit gagner la même chose quand on fait la même chose. Mais j’estime aussi qu’une femme doit savoir changer une roue. Oui, je sais, ça fait cliché mais c’est une réalité. Et ce que notre société a vraiment besoin de comprendre que nous sommes capables de faire autant de choses que les hommes. Cela a été trop longtemps sous-estimé, mais notre force est réelle. Et notre parole vaut de l’or. Elle ne vaut pas plus que celle d’un homme attention, mais elle vaut autant. Je crois qu’au fond, le réel problème de cette société dans laquelle nous vivons, c’est que nous en tant que femmes, nous n’osons pas prendre la parole de peur d’être critiquées, jugées, rayées. Il est temps que les choses changent, voilà pourquoi je veux aujourd’hui aider cette association.



laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Mer 27 Mai - 20:50
Cette petite bulle dans laquelle ils se trouvaient, il avait dû s’en extraire l’espace de quelques jours et il avait détesté ça. Quand Solveig était avec lui, il pensait moins au reste. Il réalisait également le chemin qu’il avait parcouru depuis cet après-midi au parc, où elle l’avait ramené jusque chez lui. Ce jour où il avait arrêté de la tutoyer et décidé qu’il avait envie d’aller de l’avant si ça voulait dire faire un pas vers elle. Il avait pourtant conscience que c’était un peu trop facile. Même si ces derniers mois ils avaient connus des hauts et des bas, Aleksej ne s’était pas vraiment frotté à la vie réelle. Ses démons étaient toujours bien présents malgré la présence de Solveig. Elle lui permettait juste de ne pas y penser, mais il savait qu’il faudrait qu’il s’y frotte dans les prochaines semaines.

Un répit. C’était comme ça que sa psy avait nommé sa situation actuelle. Et s’il tenait à la jeune femme, il devrait régler ses problèmes une bonne fois. Il en était parfaitement conscient mais il avait envie de faire durer cette situation un peu plus longtemps. Faire comme s’il n’existait rien d’autre qu’eux deux. Mais on n’effaçait pas son ardoise si facilement sinon tout le monde passerait un coup d’éponge à chaque difficulté. Encore des mots de sa psy. Il n’arrivait pas à savoir si son dernier rendez-vous lui avait fait du bien ou s’il l’avait remplit de nouveaux doutes.

En attendant, c’était sur elle qu’il avait envie de concentrer toute son attention. Elle ne lui avait pas dit ce qu’elle comptait faire demain, mais après tout elle ne lui donnait pas son emploi du temps avec précision et elle avait aussi une vie avant le confinement. Alors il n’avait pas vraiment demandé. Si elle jugeait important de lui dire, elle le ferait. Ce qui arriva finalement. Il fronça les sourcils en ce demandant ce qu’elle allait bien pouvoir lui annoncer. Mais le ton qu’elle employait, la manière dont elle laissait ses mots en suspens, ça devait être réellement important.

Quand elle finit finalement par lâcher le morceau, il en fut plutôt surpris. Il avait une vague idée du genre d’association dont il s’agissait. Il connaissait de nom. Mais s’il était surpris qu’elle lui annonce ça, car il ne s’y attendait pas, il n’était pas vraiment étonné. Solveig avait un don pour surgir là où on ne l’attendait pas. Pour prendre des virages à 180°. Il admirait ça chez elle. Il n’en était pas capable. Quoi que en y réfléchissant bien, s’il faisait l’état des lieux, sa situation actuelle était un sacré tournant. Il avait quelqu’un dans sa vie, il allait accepter un nouveau job. Il n’y avait aucun doute qu’elle était à l’origine de ces revirements. Quoi qu’il en soit, elle avait vraiment piqué sa curiosité à présent et il attendait qu’elle lui en dise plus.

« Tu les rencontres… ? »

Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Jeu 28 Mai - 12:55
- Penses-moi folle ou non mais je crois que j’ai besoin de me sentir utile. J’ai toujours été plus ou moins active pour défendre les causes dites perdues ou considérées comme désespérées lorsque j’étais avocate. Et puis, j’ai laissé la vie et tous ses déboires prendre le dessus, ce qui m’a clairement fait perdre le cap. J’ai besoin de retrouver la femme dévouée aux causes que j’étais avant.

Avant SOS. Avant le scandale.
Ce moment de ma vie a été déterminant pour moi. Il a été aussi positif que négatif. Oui, il a été positif dans le sens où cela m’a forcé à me remettre en question et réaliser que beaucoup de choses n’allaient pas chez moi. De ce côté-là, je sais que j’ai encore beaucoup de travail à fournir et cela sera fait, en temps et en heure.
Pour le moment, je m’attarde sur les aspects les « plus simples » sur lesquels je sais que je saurai fourni un travail complet et efficace. Et aider cette association coche toutes ces cases. Ca va me faire tout drôle parce que ça fait un moment que je ne me suis plus mise à disposition des autres mais je crois sincèrement que ça va m’aider à aller mieux.

- Magarethe Thorne a repris la gestion de l’association l’année dernière. Elle et moi, on se connait bien, elle a été une cliente que j’ai défendue il y a quelques années. Et pour répondre à la prochaine question que tu pourrais avoir ; oui, elle était innocente.

Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était l’été 2015. Margarethe est arrivée dans mon bureau, chez Sutter&Meyer, en larmes. Elle venait de se faire renvoyer de son boulot d’assistante chez Stewart Redford. Elle était à bout de nerfs, persuadée qu’elle allait finir derrière les barreaux alors qu’elle n’avait rien fait de mal hormis avoir fait confiance au mauvais employeur qui était prêt à faire tomber une femme de 32 ans pour ses propres erreurs. Le jour J, au tribunal, je ne me suis pas démontée et je l’ai défendue corps et âme avec les armes appropriées. Résultat, on a gagné et Redford a dû fermer son entreprise corrompue jusqu’aux murs.

- J’oserai presque jouer sur les ressemblances cultures en te demandant si tu la connais.

Magarethe Thorne, née Motzfeld, est origine de Copenhague.


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Jeu 28 Mai - 20:50

Aleskej l’écoutait attentivement. Il avait bien senti dans le ton de sa voix qu’elle s’apprêtait à lui dire quelque chose qui comptait. C’était à présent son moment et il était prêt à lui apporter toute l’attention dont elle avait besoin. Il buvait ses paroles. Il aimait la Solveig vulnérable et fragile qu’elle lui montrait parfois autant qu’il aimait la jeune femme engagée et passionnée. Dans ces moments là, il devenait simple spectateur. Un spectateur admiratif. Presque émerveillé par l’exaltation qu’elle exprimait.

Il la laissa continuer sur sa lancée. Les mots sortaient de sa bouche avec une telle rapidité. Il se contentait de sourire. Elle lui faisait penser à lui, quand il avait commencé au bureau du procureur. Des idéaux pleins la tête. Il l’enviait un peu. Tout en réalisant que s’il avait commencé à considérer l’offre d’Eric Schneidermann, c’était aussi à cause d’elle. Ou plutôt grâce à elle. Le jour où elle avait finalement refusé l’offre de Sutter&Meyer, préférant suivre ses principes et ses valeurs, il avait réalisait qu’il faisait peut-être fausse route. Qu’il était temps pour lui de remettre d’équerre son combat morale, ou de recommence à le suivre en tout cas.

L’enthousiasme qui s’était embarré d’elle faisait plaisir à voir. C’était même communicatif. À son tour, il se sentait partisan. Il était surtout très heureux pour elle. Qu’elle puis trouver quelque chose dans lequel elle pouvait s’épanouir. Un cause à défendre. Elle n’était pas devenu avocate pour rien après tout. Ça aussi, c’était un point qu’ils avaient en commun. Le fait également que la vie les avait un peu éloignée de leur vocation première. Aider les autres. Il savait que c’était en elle, il n’en avait jamais douté et il en avait eu plusieurs exemples ces dernières semaines. À présent, elle passait à l’action. Et il ne tarderait pas à suivre le mouvement.

« Je pense que c’est une idée formidable… »

Il caressa doucement sa joue tandis qu’il ne pouvait détacher son regard d’elle. Cette petite lueur dans ses yeux bruns, ils pétillaient.

« C’est un très beau choix et c’est tout à ton honneur… Je pense que tu peux être fière de toi, Solveig. Et moi je suis fier d’être celui avec qui tu partages ça… »

Il était fier d’elle également. Du fait qu’elle décide de passer à l’action. Qu’elle fasse le choix de donner une nouvelle direction à son activité et qu’elle décide d’utiliser son temps et ses compétences pour le mettre aux services des autres. C’était la raison qui l’avait poussé à devenir avocat, celle qu’il n’aurait jamais dû oublier. Mais la vie vous fait parfois prendre un autre chemin que celui que vous aviez imaginé, parfois vous bifurquez à une intersection et vous oubliez qu’elle était la destination.
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Jeu 28 Mai - 22:02
- Je ne dis pas que ça va littéralement tout changer mais je pense que ça va me faire du bien. J’ai certainement besoin de me surpasser.

C’est comme ça que je fonctionne, c’est mon fuel si je puis dire. Je réalise enfin que je me suis laissée aller pendant trop longtemps. Résultat, je n’ai pas pris le temps de me recentrer sur moi et sur ce que je sais faire. Et ce que je sais faire c’est aider et défendre les gens même si je ne suis pas toujours la personne la plus sociable sur cette Terre, j’en ai pleinement conscience.

Je l’embrasse tendrement avant de finalement me lever et regarder autour de moi. Maroon est calme ce qui me surprendrait presque. Je m’étire comme un loir avant de finalement me tourner vers l’homme encore sur le canapé.

- Est-ce que tu as prévu quelque chose pour le dîner ou on improvise ?

Bien que je ne sois pas toujours très douée, je me sentirai presque l’âme d’une cuistot ce soir. J’ai envie de bien faire et je sais que cuisiner ferait plaisir au Danois. Il ne me reste plus qu’à savoir si j’empiète sur un terrain déjà érigé ou si la route est libre pour laisser parler mon imagination.

Selon ce qu’il y a dans le réfrigérateur d’Aleksej ce soir, on pourrait faire un tas de choses à manger. Dans mon fort intérieur, j’espère qu’il n’y aura pas de viande parce que j’essaie vraiment de ralentir de ce côté-là. Mais comme je connais l’homme, je suis quasiment certaine qu’il y aura de la viande à manger ce soir. Ce n’est pas très grave, j’en mangerai simplement moins que lui. Il commence à être habitué.

Je me demande s’il s’habitue à mes petites manies. Je ne sais pas si ça l’agace, j’espère au moins que si c’est le cas il me le dira. On commence à s’habituer l’un à l’autre. Je ne dirais pas que je suis capable de vivre dans le même appartement de quelqu’un parce que je sais que ce n’est pas le cas, mais je sens que j’ai envie de faire des efforts. Je ne sais pas trop ce que ça veut dire. Je ne comprends pas pourquoi avec lui j’arrive à le faire et pas avec William. En fait, si, je sais pourquoi. Mais je ne veux pas en parler. J’imagine qu’on peut dire que de ce côté-là, tout est encore trop frais pour moi et qu’il me faudra encore du temps avant d’être en mesure d’en parler sans problème et avec le recul nécessaire. Oui, je crois au final que ce n’est qu’une question de recul que je n’ai pas encore.


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Ven 29 Mai - 19:31
Il ne doutait aucunement qu’embrasser ce genre de projet lui ferait du bien. Elle aussi était en quête de sens. Le fait que cela arrivait pile au moment où Aleksej décidait de prendre un tournant dans sa carrière était une sacrée coïncidence dans leur timing. Il avait toujours été question de timing entre eux deux. Mais peut-être aussi que tout cela était lié. Il n’était pas très superstitieux mais il remerciait silencieusement son karma, le vieux barbu là haut, GaÏa ou n’importe qui voudrait bien l’entendre. Chaque pas qu’il avait fait, chaque décision qu’il avait prise l’avait mené à cet instant présent. À ces lèvres douces et délicates qui venaient rencontrer les siennes.

Il soupira en la regardant se lever. Il se demandait parfois ce qu’une fille comme elle pouvait bien trouver à un type comme lui. Elle avait tout pour elle. Elle aurait pu trouver un homme bien plus jeune et bien moins compliqué. Mais il semblait bien qu’ils n’avaient pas choisi. Il secoua la tête pour indiquer que non, il n’avait rien prévu. Il avait préféré voir avec elle ce dont elle aurait envie. Se laisser porter par la soirée et leur humeur. Il se leva à son tour pour se diriger vers la cuisine, caressant doucement le dos de la jeune femme au passage.

Il attrapa deux verres et sorti une bouteille de la cave à vins qu’il posa sur le plan de travail. Il saisit un ouvre-bouteille dans le tiroir et se lança dans l’entreprise d’ouvrir le bouchon. Alors qu’elle le rejoignait dans la cuisine, il avait refait le tour du plan de travail, gardant un verre pour lui et laissant un verre de l’autre côté pour la jeune femme.

« Ce soir, je te laisse le champ libre… »

La cuisine était généralement le truc d'Aleksej. C’était un peu son territoire. Et si elle l’aidait parfois quand elle habitait là, d’autres fois elle s’asseyait simplement en face de lui et l’observait. Il avait envie d’inverser les rôles pour une fois et de la laisser donner libre cours à son enthousiasme. Elle était sur la lancée, autant ne pas la couper dans son élan. C’était souvent lui qui avait décidé ce qu’ils allaient manger et il réalisait qu’elle n’y avait jamais vraiment posé d’objection. Pourtant il n’était pas idiot, il avait bien remarqué que tous les deux ne partageaient pas tout à fait les mêmes habitudes alimentaires.

« Et moi je vais rester là et juste en profiter… et te regarder faire… »

C’était probablement devenu l’une de ses activités préférées, le genre dont il ne se laissait pas.
Contenu sponsorisé
My Heart is Open ft. Solveig
Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper West Side
-
Sauter vers: