Fermeture du forum
Merci pour cette belle aventure ! Toutes les informations se trouvent Ici love2 du love sur vous Let's get away ft. Aleksej - Page 5 4035343658
Le Deal du moment : -50%
-50% sur les tongs Havaianas Brasil en noir
Voir le deal
11 €

Partagez

Let's get away ft. Aleksej

GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Sam 13 Juin - 16:12
- Je te trouvais bien silencieux, dis-je à l’homme dont le pied vient de frôler ma jambe. « Et te voilà en train de me faire du pied ? Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait d’Aleksej Svendsen ? »

Je lui souris pour lui montrer que je ne fais que plaisanter et qu’il ne s’offusque pas de mes paroles. Je découvre simplement un homme plus tendre qu’il n’y paraît. Dieu sait ce qu’il doit penser de moi quand je ne change pas de comportement et que je reste plus ou moins la même femme à la posture droite et avec un visage presque impénétrable.

Maroon est à côté de moi et me regarde, la langue pendue. Pas besoin de me le dire deux fois, je sais ce que cela signifie.

- Tu peux ma passer le sac à dos, s’il te plaît ? Il y a son bol et une bouteille d’eau dedans.


L’homme ne tarde pas à me tendre le sac et j’installe rapidement de quoi sustenter la petite bête assoiffée à mes côtés. Une fois cela fait, je reporte mon attention sur Aleksej et lui souris. Il a sincèrement l’air plus détendu par ici et je crois que je le suis également. Au final, peut-être nous échapper de la folie dans laquelle est plongée New York en ce moment nous était nécessaire.

- Merci de m’avoir amenée ici, dis-je finalement au Danois avec sincérité.

Le fait qu’il ait osé me proposer de venir ici, sur la côte, nous a amené à passer un autre cap et j’en suis heureuse. Presque soulagée, oserai-je dire.

~ later ~

La journée a été aussi bien qu’épuisante. Je suis allongée dans le canapé, le regard dans le vide et, surtout, très peu vêtue. Il semblerait que cette balade de santé ait donné des idées au Danois qui n’a pas tardé à me les communiquer à peine avions-nous passé le pas de la porte. C’est qu’il peut être inventif quand il s’y met !

- On doit être chez tes voisins à quelle heure, déjà ?
demandé-je à l’homme que je vois passer, une serviette autour de la taille et les cheveux mouillé.

Moi aussi j’ai besoin d’une douche mais je n’ai pas la force de bouger ne serait-ce qu’un doigt.


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Sam 13 Juin - 21:48
Les yeux fermés, Aleksej laissait le filet d’eau froide couler sur son visage. Il aimait cette sensation de frais sur sa peau qui lui faisait reprendre conscience de son corps et de l’instant présent. Il avait également besoin de faire redescendre un peu la température. Solveig avait cet effet là aussi sur lui, le faire bouillir de l’intérieur, dans le bon sens du terme. Il s’était finalement résigné à quitter la douceur de ses bras, la moiteur de leur corps. Et s’il aimait bien l’odeur de leurs ébats, il fallait tout de même qu’il aille se doucher. Ils étaient invité à dîner ce soir et là encore, il voulait que ce soit spécial.

Parce que Charles et Denise faisaient partie des personnes les plus importantes de sa vie et que c’était la première fois qu’ils allaient réellement se présenter comme un couple. C’était un week-end de beaucoup de première fois. Aleksej était remonté dans le salon pour informer la jeune femme que la place était libre. Simplement vêtu d’une serviette autour de la taille, il s’assit doucement au bord du canapé. Ses doigts vinrent caresser doucement ses jambes nues, il posa un baiser sur son ventre, puis ses lèvres. C’était un peu sa manière à lui de la remercier.

« Bientôt… on ne va malheureusement pas pouvoir remettre ça… »

Un sourire espiègle se dessina sur ses lèvres avant qu’il ne se lève pour rejoindre la chambre et enfiler des vêtements. Une fois habillé, il rejoignit la cuisine, laissant le champs libre à la jeune femme pour se préparer. Il attrapa un sac dans lequel se trouvait un livre qu’il avait acheté l’après-midi en ville. Il commença à le feuilleter en attendant Solveig. Quand il entendit la jeune femme remonter l’escalier, il le ferma doucement et le rangea à nouveau dans le sac. Alors qu’elle revenait dans la pièce principale, un nouveau sourire ce dessinait sur le visage du Danois.

Il fallait bien l’avoué, il était emprunt d’une certaine excitation. Le genre de hâte qu’on ressent quand on attend dans la file d’un manège. Et d’une certaine fierté aussi. Il avait le sentiment d’avoir gagné à la loterie. Il se leva et vint poser ses mains sur les hanches de la jeune femme. Son regard bleu clair se posant sur elle avec tendresse. Il prit une grande inspiration.

« Tu es sûre que tu veux toujours faire ça… ? C’est… ce n’est pas tout à fait anodin… »
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Sam 13 Juin - 22:06
Je suis à deux doigts de penser qu’Aleksej a beau me dire qu’on ne va pas pouvoir remettre le couvert, il a pourtant l’air partant pour un second round. Mais non. Il m’embrasse et me laisse simplement filer à la salle de bain, ce que je fais sans demander mon reste. Prendre une douche et me préparer me fera du bien.

Ça n’a pas raté. Sentir l’eau couler contre ma peau a été un pur bonheur et je réalise soudainement que je n’ai pas encore piqué une tête dans la piscine. Et ça, c’est impensable. Je sais donc ce que je vais faire quand on rentrera du dîner.

Je ne sais pas encore comment va se passer ce dîner. J’imagine qu’en soi, la soirée sera plutôt calme mais malgré tout, il y a ce petit quelque chose qui me fait craindre que l’ex-patron d’Aleksej comprenne qui je suis et me fasse vite comprendre que je ne suis pas la bienvenue sous son toit. J’imagine que cela est un risque que je dois être prête à prendre vu l’heure qu’il est. Ce n’est pas comme si j’allais revenir sur mes paroles et finalement dire à Aleks « je ne le sens pas, restons là ce soir ». Ce serait un vrai manque de respect à l’égard de tous et je ne suis pas ce genre de personnes.

Quand je sors de la salle de bain, je suis prête à entrer dans l’arène. Aleksej se rapproche de moi et pose ses mains sur mes hanches. J’en profite pour passer mes bras autour de sa nuque.

- On va le faire. Après tout, c’est l’occasion pour moi de les rencontrer et j’ai conscience que ça représente quelque chose d’important pour toi. Donc oui, je suis sûre. Il n’y a pas de raison que ça se passe mal, si ?

Je lui souris et bientôt, nous quittons la maison.
C’est l’heure.


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Sam 13 Juin - 22:57
Tous les deux étaient finalement parti à l’heure et avait traversé le jardin pour se rendre chez les Svenssen. Armés d’une bouteille de rouge et d’un bouquet de fleurs, il étaient paré pour arriver chez leurs hôtes. Denise les accueillis avec enthousiasme. C’était une femme très chaleureuse et généreuse. Elle commença a présenter « modestement » la maison à Solveig et leur proposa quelque chose à boire. Il retrouvèrent tous les trois Charles qui étaient à l’arrière de la maison en train de préparer les braises pour ce qui semblait être un barbecue. Aleksej se mordit la lèvre en se disant que s’ils avaient prévu une bacchanale de viande, la soirée était déjà mal partie pour Solveig.

Heureusement, il repéra non loin un grand plat sur lequel trônait un énorme poisson. Probablement la dernière prise de son ancien patron. Il s’avança vers ce dernier avec lequel il échangea une accolade amicale. Il présenta ensuite la jeune femme. Il réalisa que Charles avait tiqué quand il avait prononcé son nom. Il avait alors cherché à soutenir son regard qu’il avait trouvé, lui faisant bien comprendre que ce sujet-là était hors de la table. Il savait que la jeune femme était toujours relativement susceptible à cette question et il ne voulait pas qu’elle soit mise mal à l’aise et lui non plus.

L’apéritif commença tranquillement. Et le repas suivit sans heurt. Ils s’étaient installé sur la terrasse, les températures étaient encore agréables. Les discussions portèrent autour de leurs origines, de la pêche, de leur visite de Montauk, de la pêche, de l’immobilier ici, de la pêche, de leurs nouveaux jobs. Aleksej encensa la jeune femme et le travail qu’elle faisait auprès de son association. Un peu de droit, un peu de politique et l’actualité avaient également été abordés. L’un des avantages étant que venant du même milieu professionnel, Solveig pouvait suivre leur discussion, y participer parfois et même y trouver un certain intérêt. C’était une soirée agréable.

Quand Denise annonça le dessert, Aleksej leva les yeux au ciel en frottant son ventre. Elle avait mis les petits plats dans les grands et le repas avait été copieux et succulent. Denise lui demanda de bien vouloir venir l’aider à servir les assiettes et à les ramener à table. Il n’était pas tout à fait dupe, il voyait bien ou elle voulait en venir. Une fois levé, il passa doucement ses doigts dans la nuque de la jeune femme avant de se diriger vers la cuisine.
« Tiens, attrape-moi donc les assiettes à dessert là en-haut… parfait… »

Il connaissait cette femme depuis des années, il savait tout à fait de quelle manière elle fonctionnait. Alors qu’ils étaient en train de dresser les assiettes tous les deux en silence, elle finit par céder à la tentation.

« C’est une jeune femme remarquable, Aleksej… »

Le Danois adressa un sourire à la vieille femme en acquiesçant. Elle posa une main sur son bras, qu’elle pressa doucement.

« Je vois bien dans ton regard que quelque chose à changé… Et je crois que je ne t’ai pas vu sourire comme ça depuis très longtemps… »

Le Danois rougit légèrement sans rien ajouter. Il n’en avait pas besoin.

« Tu mérites ta part de bonheur Aleksej… »

Aleksej embrassa doucement Denise sur le sommet du front et lui adressa un sourire de remerciement. Depuis toujours, cette femme l’avait pris sous son aile et n’avait jamais eu que de l’amitié envers lui. Une fois les assiettes préparées ils retournèrent sur la terrasse apporter le dessert.
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Sam 13 Juin - 23:08
Denise Svenssen est une femme charmante et dotée d’un charisme à tout épreuve. Enthousiaste, elle n’a de cesse de chercher à en savoir plus sur moi sans pour autant outrepasser ses droits, ce que j’apprécie grandement. Le dîner se passe excessivement bien et mes de début se sont finalement vite dissipées. Peut-être un peu trop vite, d’ailleurs. En effet, lorsqu’Aleksej m’a présenté à Charles, son ex-patron mais aussi son ami, j’ai vu quelque chose changé dans le regard de l’homme lorsqu’il a donné mon nom. C’est à ce moment précis où j’ai compris qu’il savait exactement qui j’étais et que tout pourrait potentiellement partir en vrille. Mais il n’y a rien eu de la sorte et il m’a parlé avec la plus grand courtoisie, si bien que j’ai baissé ma garde et savouré le repas.

C’est arrivé à l’heure du dessert que Denise demande à Aleksej de l’accompagner à la cuisine pour l’aider avec les assiettes. Je ne suis pas naïve, je sais qu’en vérité, elle veut un moment seul avec l’homme pour lui parler de moi et lui donner son avis. Je croise les doigts pour qu’il soit positif mais je ne suis pas trop inquiète à ce sujet. Il semblerait que j’ai fait bonne impression.

Me retrouvant seule avec Charles Svenssen, je suis à deux doigts d’ouvrir la bouche pour dire quelque chose que l’homme en fait de même, les traits soudainement durcis.
Le vent vient de tourner et je n’ai pas préparé les voiles.

- Je suis curieux.
- A quel sujet ?
- Qu’est-ce qu’une jeune femme comme vous fait avec un homme de son âge ?
- Je- Je ne suis pas sûre de comprendre.
- Je sais qui vous êtes, d’accord ?

Mon sang ne fait qu’un tour et je comprends que je risque de passer à la guillotine dans les secondes à venir si je réponds à côté.

- C’est du passé.
- Ah oui ? Je n’en sais rien. Cet homme a beaucoup souffert par le passé, vous savez. Il ne mérite pas qu’on se joue de lui.
- Je ne me joue pas de lui.
- Laissez-moi en douter. Une femme de votre trempe est capable de tout pour retrouver sa place dans notre monde.
- Ce n’est pas ce que vous pensez. J’aime cet homme.
- Je veux bien vous croire mais seul le temps sera juge de cela.


J’avale difficilement ma salive tandis qu’Aleksej et Denise font leur réapparition.


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Sam 13 Juin - 23:36
Aleksej était très touché par ce que Denise venait de lui dire. Un peu troublé également. Jamais il n’aurait imaginé que ce genre de paroles puisse le toucher à ce point. Alors quand ils revinrent à table, il ne remarqua pas immédiatement le malaise qui s’estompa légèrement, happé par l’enthousiasme débordant de Denise. La fin du repas se passa en toute courtoisie et ils se quittèrent sur des notes enjouées, des remerciements, la promesse de s’échanger les recettes de sauces et de se revoir très prochainement. Aleksej avait passé une très bonne soirée. Cela faisait une éternité qu’il ne s’était plus autorisé à avoir ce genre de lien social.

Mais malgré l’ambiance joviale et bon enfant, il avait une sensation de gène dont il n’arrivait pas à se défaire et qu’il ne pouvait discerner. Quelque chose de dissonant qu’il n’avait pas remarqué de prime à bord. C’était juste une sensation dans le creux de son estomac. Solveig n’avait quasiment pas prononcé un mot depuis le dessert. Et en partant, alors qu’il embrassa une dernière fois Denise, il remarqua qu’elle marchait quelques pas devant lui, les bras croisés, serrés contre elle. Les mois passés avec elle lui avait appris à trouver des réponses dans le langage de son corps autant que dans ses paroles.

Il préféra attendre d’être rentré. Peut-être qu’il imaginait des choses. Peut-être qu’elle était juste fatiguée ou qu’elle avait froid. Il n’allait pas tarder à le savoir. Elle se tenait à présent face à la baie vitrée, dos à lui. Il passa ses bras autour de sa taille et vint caler sa tête sur son épaule. Il la serra doucement contre lui. Peut-être qu’il s’était fourvoyer. Il avait pourtant cru qu’elle était à l’aise et qu’ils passaient un bon moment. Ou peut-être qu’il l’avait voulu tellement fort qu’il n’avait vu que ce qui l’arrangeait.

« Tu as été étonnamment silencieuse depuis la fin du repas… Tout va bien ? »
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Dim 14 Juin - 11:55
Même si j’essaie de retrouver une certaine spontanéité pour la fin du repos, je n’y parviens pas, les paroles de Charles Svenssen me travaillant fortement. Je savais pourtant que cela risquait d’arriver mais vu comment le repas avait débuté, j’avais bêtement fini par me dire que tout allait comme sur des roulettes. Voilà ce qu’on gagne à baisser sa garde avec des étrangers.

Lorsque nous rentrons finalement, je marche devant Aleksej, les bras croisés comme ma poitrine. Je ne peux plus faire semblant et prétendre ne pas être contrariée. Je savais que ça allait se produire mais non, Aleksej m’avait dit le contraire. Devinez qui va dormir seul ce soir ?

Une fois à l’intérieur, je ne tarde pas à aller me réfugier dans le salon, absorbée par la vue que nous offre la baie vitrée de la pièce. Je ferme les yeux et soupire. Évidemment que ça allait se produire, qu’est-ce que je croyais ? Je n’échapperai jamais à mon passé.
Quand je sens les bras d’Aleksej venir entourer ma taille, je prends sur moi. Je n’ai pas vraiment envie de faire la causette, là.

- Denise est charmante, réponds-je finalement mais sans en dire davantage.

Si on commence à parler de ce qu’il s’est passé, autant dire qu’il y a de fortes chances pour que nous nous disputions et ce soir, je n’ai pas la force de me lancer dans un plaidoyer. Tout se passait si bien... Il a évidemment fallu que tout parte en vrille, comme d’habitude. Rien ne peut être simple. Personne ne peut me foutre la paix.

Je me libère de l’étreinte du Danois et me dirige vers la cuisine. J’ai soif.
Sans attendre, je me sers un verre d’eau frais et le bois à une vitesse affolante.


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Dim 14 Juin - 13:31
Son instinct ne l’avait pas trompé. Il y avait effectivement quelque chose qui n’allait pas. Les quelques mots qu’elle prononça ne fit que le conforter dans cette idée. Et s’il avait déjà été confronté à ce genre de situation avec elle, la manière dont elle s’était écarté, dont elle avait poussé les bras du danois qui l’étreignait n’était pas sans lui rappeler ce fameux soir où il avait perdu son sang froid. La manière dont tout le corps de la jeune femme le repoussait d’un bloc lui indiquait qu’il s’agissait de quelque chose de sérieux.

Son regard s’assombrit, ses traits s’étaient tirés. Maroon qui généralement leur faisait la fête s’était tapis dans un coin. Lui aussi sentait l’orage arrivé et c’était encore un signe révélateur. Aleksej prit une profonde inspiration et se retourna, l’observant sans rien dire. Il la suivit jusqu’à la cuisine et se planta là, attendant qu’elle se retourne. Solveig se renfermait sur elle. Il savait d’expérience qu’elle avait parfois besoin d’espace, de temps. Mais il savait aussi qu’il ne pouvais pas laisser ce genre de situation, quelle qu’elle soit mariner au risque de s’envenimer et d’aggraver les choses.

Il lui avait parlé de ce que ses parents lui avaient toujours répété. Le secret de leur relation résidait dans le fait qu’il ne terminait jamais une journée sur un conflit, qu’ils devaient avoir réglé leurs problèmes au moment d’aller se coucher. Sans quoi, la journée qui suivrait commencerait déjà sur une fausse note. Et il avait demandé à la jeune femme de faire cette promesse mutuelle. Ce soir, c’était à lui de faire en sorte qu’ils arrivent à la tenir. Et la partie n’était pas gagnée d’avance.

« Solveig, je ne suis ni aveugle, ni naïf. Et je pense pouvoir dire que je commence à te connaître un petit peu… »

Est-ce qu’elle espérait honnêtement lui donner ce traitement sans attendre de réaction de sa part ? Qu’il allait juste faire comme si de rien était et ignorer le fait que quelque chose n’allait pas ? Il en était incapable. Parce qu’il savait très bien où ça pourrait le mener. C’était exactement comme ça que Lena et lui avait sonné le glas de leur mariage. En prenant sur eux d’abord et en choisissant d’ignorer les signes, en se disant que ça passerait s’ils ne disaient rien. En choisissant de ne plus tout partager et tout se dire, il avait peu à peu laissé se dissoudre la confiance qu’ils avaient l’un envers l’autre.

« Je vois bien que quelque chose te travaille et que tu es contrariée… je ne comprends juste pas pourquoi tu préfères me repousser plutôt que de te confier… je pensais qu’on avait dépassé ça… »
Solveig T. Lazzari
Cent
J'ai posté : 1559 messages et j'ai : 1753 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Meghan Markle et pour finir je crédite : meteors (ava) / emotionless (gifs)

Solveig T. Lazzari
Dim 14 Juin - 13:42
J’entends ce qu’Aleksej dit et je sais qu’il a raison mais comment vais-je lui dire que l’homme en qui il a une confiance totale est parvenu à ruiner la mienne en moins de trois minutes ? Je soupire et fais finalement face au Danois, prête à prendre la foudre si c’est ce qu’il faut.

- Il semblerait que je ne sois qu’une croqueuse de diamants aux yeux de ton cher ex-patron, dis-j simplement avant de secouer la tête et de me resservir un verre d’eau.

Je n’ai pas vraiment soif mais ça m’annonce. Mieux vaut-il que je boive trop d’eau plutôt que de commence à faire les cents pas dans la pièce. Ça, croyez-moi, ça rendrait Aleksej complètement cinglé. J’ai souvent besoin de marcher pour garder les idées claires. C’est notamment ce que je fais quand je suis au téléphone avec quelqu’un. Il est vraiment très rare que je sois capable de prendre un appel sans bouger. Comme diraient mes grands-parents : j’ai toujours eu des vers au cul.

- Il m’a fait comprendre qu’il savait qui j’étais et qu’il me gardait à l’oeil.

Bien que j’apprécie que des gens se soucient du bien-être d’Aleksej, je n’aime pas particulièrement le fait qu’on me considère comme quelqu’un capable de faire une entourloupe à une autre personne à qui je tiens. Je n’arrive pas à finir le verre d’eau que je vide dans l’évier avant de poser le verre sur le comptoir.

- Je t’avais dit que ça arriverait et ça n’a pas manqué. Il a attendu qu’on se retrouve tous les deux à table et il m’a épinglée. Est-ce que ça va être comme ça avec tous tes proches ? Mes sentiments sont sincères, d’accord ? Mais je ne vais pas passer ma vie à défendre qui je suis pour une erreur que j’ai commis il y a plus de 10 ans. A l’écouter, on pourrait penser que j’ai carrément essayé de te tuer.


laissons le temps ralentir
Et le soleil se couche et tout redémarre. Écoutes-les mes rêves gris s'envolent dans le noir de la nuit... -byendlesslove
Aleksej Jaime Svendsen
Wall
J'ai posté : 673 messages et j'ai : 1862 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nikolaj Coster-Waldau et pour finir je crédite : -

Aleksej Jaime Svendsen
Dim 14 Juin - 17:07
Aleksej fut soulagé de voir que Solveig n’était pas complètement réticente à la discussion. Mais ce sentiment disparu très rapidement quand elle finit par lâcher le morceau. Apparement, Charles lui avait dit quelque chose. Probablement quand il était parti dans la cuisine avec Denise. Et à mesure que la jeune femme lui relatait ses propos, il commençait à sentir le sang bouillir dans ses veines, battre contre sa tempe. Son visage s’était décomposé. Il était à présent de marbre. Ce qui se passait en général quand quelque chose le touchait profondément et qu’il intériorisait ses réactions. C’était un réflexe. Quelque chose qui s’était mis en place naturellement au fil des années.

Aleksej était en colère. Pas seulement contre Charles mais contre lui-même. C’est vrai que Solveig l’avait prévenu. Et il n’avait pas de mal à imaginer ce que ce genre de discours pouvait avoir comme effet sur elle. Il avait plusieurs fois tenter de minimiser ce sujet sensible, d’en plaisanter et cela avait toujours été sans succès. Sa mâchoire s’était serrée, il frotta un instant sa barbe.

« Non. Tu ne vas pas passer ta vie à défendre qui tu es ni justifier les choix que tu as fait et moi non plus. »

Aleksej se dirigea vers l’escalier qu’il descendit rapidement avant de sortir de la maison. Il n’avait pas l’intention de claquer la porte mais il ne l’avait pas retenu dans son élan. Il traversa le jardin de sa propriété pour rejoindre celle de ses voisins. Il frappa plusieurs coup à la porte et c’est Denise qui vint lui ouvrir. Il aurait préféré que ce soit lui. Il ne voulait pas la mêler à ça.

Aleksej ? Tu as oublié quelque chose ?

Le danois s’introduit dans la maison sans vraiment y avoir été invité et se tourna vers elle.

« Où est-il ? »

Denis se contenta d’indiquer la terrasse d’un geste de la main, sans ajouter un mot. Aleksej s’y dirigea et retrouva Charles assit en train de prendre son dernier digestif. Il se planta devant l’homme surpris.

« Comment as-tu pu oser ?! »

S’en suit une discussion plutôt tumultueuse. Un monologue plutôt car Aleksej ne laissa pas l’opportunité à son ami de l’interrompre. Le danois n’avait pas pour habitude de perdre son tempérament. Il était plutôt le genre d’homme à intérioriser. Les fois où il avait levé le ton, haussé la voix pouvait probablement se compter sur les doigts d’une main. Mais il était en colère. Il se sentait trahi. Il reprocha à Charles d’avoir pris la jeune femme à partie en douce, leur manquant de respect à tous les deux en agissant derrière son dos. Et quand ce dernier tenta de se justifier, sa colère éclata franchement.

« Tu n’avais aucun droit de faire ça, Charles ! Aucun ! Ce que je fais de ma vie et avec qui je le fais ne regarde personne et n’est pas sujet au débat ! »

Aleksej sentait bien qu’il commençait à perdre son sang froid et qu’il ne pouvait pas continuer sur cette pente là. À quoi bon. Il avait fait son point. Il passa sa main sur son visage, contrit avant de pointer le doigt au visage de son ancien patron.

« Ne t’avises plus jamais de proférer la moindre menace à son encontre… »

S’il avait eu quelque chose à portée de main, il l’aurait probablement cassé. Il se contenta de serrer les poings en lui lançant un dernier regard hargneux et quitta la propriété. Denise qui avait suivit toute la scène sortie alors rejoindre son mari.

Qu’est-ce qui a bien pu te passer par la tête ?

Je m’inquiète pour lui Denise…

Moi qui pensait que tu le connaissais mieux que ça… tous ces changements ses dernières semaines… il est amoureux Charles…

Mais si ça ne fonctionne pas… j’ai peur de ce que ça pourrait lui faire…


Donne-leur donc le bénéfice du doute… Aleksej est un homme intelligent. Tu crois vraiment qu’il l’aurait amené ici à Montauk et accepté de nous la présenter s’il n’était pas sûr de lui ?

C’est aussi un homme sensible et un coeur tendre… trop parfois.

Et Solveig est la première femme qui arrive à l’atteindre en plus de dix ans… tu aurais dû lui donner plus de crédit à elle aussi… Si tu ne t’étais pas mis des oeillères dès le départ, tu aurais vu qu’elle est charmante. Et la manière dont elle le regarde… Enfin, j’imagine qu’il n’y a que les femmes pour remarquer ce genre de détail.

Elle embrassa tendrement son mari sur le sommet de crâne et lui prit son verre pour aller le ranger. Avant de quitter la terrasse, elle se retourna vers lui.

Demain, tu iras leur présenter tes excuses ou crois-moi, tu auras de vrais ennuis, Charles Svenssen. J’espère seulement pour toi que tu n’aurais causé aucun problème entre ces deux-là… Si Aleksej venait à sortir de nos vies, je ne suis pas sûre que j’arriverais à te le pardonner…

(…)

Aleksej était de retour chez lui. Il resta un instant dans le jardin, tâchant de faire redescendre la pression. Il était passé par l’arrière de la maison et rejoignit le salon par la porte vitrée. Solveig était toujours là, assise dans la cuisine, prostrée. Il mordit sa lèvre inférieure et s’avança vers elle. Ses doigts vinrent glisser doucement le long de son dos. Ce soir, il faudrait qu’il la réapprivoise. Qu’il se fasse pardonner de son manque de jugement.
Contenu sponsorisé
Let's get away ft. Aleksej
Page 5 sur 6
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
-
Sauter vers: